Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 15:37
Sur la baisse du chômage …

Grâce à une politique volontariste en matière de formation, le gouvernement actuel a réussi à dégonfler les stats du chômage.

On a vu qu'Hollande n'a pas jugé cela suffisant pour se présenter et l'on verra si cela est de nature à faire oublier, au sujet de la candidature de Valls, le démantèlement du code du travail, le 49.3 à répétition et le passage en force sur Notre Dame des Landes.

Bref, il y a toujours trop de chômage en France.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 09:10
La chorba des Babou

La chorba des Babou

Après 24 jours d'une grève exemplaire pour la dignité et les conditions de travail, face à une direction rétrograde et méprisante, la grève est finie. Les salariéEs de Babou du magasin de Bagnolet viennent en effet d'approuver le protocole issu de la dernière négociation.

Ce jeudi 27 octobre, le communiqué de l'union locale cgt Bagnolet-Les Lilas :


« Après 24 jours de grève Reprise du travail à Babou Bagnolet

Les grévistes réuni-e-s en Assemblée générale à la Bourse du travail de Bagnolet ont décidé la fin de la grève, et la signature par leurs représentants CGT du protocole de fin de grève.

Le mouvement de grève pour le respect à Babou Bagnolet a permis à l’ensemble des salariés grévistes de prendre conscience que collectivement, nous sommes une force. Aidé de l’union Locale CGT, de l’Union Départementale CGT 93, de la Fédération du commerce et des services CGT, de tous les militant-e-s qui ont apporté leur soutien, les salariés ont obtenu satisfaction sur une grande partie de leurs revendications.

Les revendications satisfaites :
 L’abandon de toutes les sanctions contre les salariés
 L’arrêt des Modifications unilatérales des horaires de travail.
 La fin des retards dans les virements de salaires.
 Un calendrier de négociations sur les conditions de travail.
 La fourniture d’une paire de chaussures professionnelles par an 
 Le paiement d’une semaine de grèves sur les Quatre.


Notre seul regret, la non réintégration de notre camarade Jean-Claude. Le syndicat CGT s’engage à porter son dossier aux Prud’hommes de Bobigny pour obtenir réparation du préjudice subi.

Les salariés grévistes remercient les clients du Babou Bagnolet, la population, les 3000 signataires de la pétition, les syndicats CGT ainsi que toutes celles et ceux qui les ont soutenu et marqué leur solidarité financière, pour leur soutien pendant cette bataille. 

Une caisse de solidarité est toujours ouverte sur internet : 
https://www.lepotcommun.fr/pot/0e3brnvc »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 14:48
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou
Rassemblement à Babou


Suite au rassemblement-chorba, une délégation cgt-personnel de Babou a tenté de discuter avec la gérante. En vain, malgré le fait que des propositions avaient été adressées à l'avance.

Bon, l'obstination de la direction ne durera pas éternellement.

En tous cas, belle ambiance dans cette lutte pour la dignité au travail !

Photos.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 15:19
Avec "les Babou" ce samedi.

Avec "les Babou" ce samedi.

Les "Babou" continuent

Il se passe toujous quelque chose avec la grève des "Babou". Bon, la grève continue, mais c'est la direction qui perd ses nerfs.Personne ne comprend les raisons de son acharnement à l'encontre du salarié licencié. Toujours est-il qu'aprés avoir refusé de signer le procès-verbal de la négociation-médiation (dans le cadre de l'inspection du travail), elle se réclame d''avancées" ... pour mieux menacer les salariés et leur syndicat.

La grève continue donc et avec elle la solidarité qui l'entoure (6 000 euros ont déjà été collectés).

À suivre.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 20:11
"Babou" : 11ème jour de grève après la médiation ratée du fait de l'intransigeance patronale

On ne sait si on doit remercier la cgt et les salariéEs de Babou pour leur esprit constructif dont ils ont fait montre en acceptant la médiation. Celle-ci s'est heurtée à l'intransigeance de la gérance. La cgt a édité un communiqué dans lequel elle exprime le fait que les salaréEs de Babou luttent "pour l'emploi, les conditions de travail, la dignité" et que "l'inspection du travail somme la direction de cesser les atteintes au droit de grève".

"Une discussion parfois houleuse, face au mépris de la direction vis-à-vis des revendications des salariés, mais qui a permis aux "Babou" d'arracher quelques avancées. Parmi elles, le retrait des sanctions autoritaires et abusives pour des salariés, l'acceptation d'un calendrier de négociations sur les conditions de travail, des engagements sur le paiement sans retard des salaires. Mais le compte n'y est pas.
Car on perçoit une attitude revancharde , avec des propositions sanctions sur les nouveaux horaires et un blocage sur la question de la réintégrationdu salarié jeté à la rue après 12 années d'activité au sein de Babou" (...) "Par ailleurs, l'inpection du travail a saisi la direction de Babou sur le fait qu'elle "continue à faire travailler (illégalement) du personnel extérieur à l'entreprise" .
Comme le dit le syndicat "Une seule solution : la négociation !!".

La grève continue.

Lu aujourd'hui sur le bog des éluEs pcf de Bagnolet :

"La grève des Babou dans Le Parisien. L'inspection du travail met en évidence du travail dissimulé !

Les salariés accusent la gérante d’avoir fait appel à des travailleurs non déclarés lors du deuxième jour de mobilisation, le 4 octobre.

Par Jérémy Bouillard du Parisien 


Les salariés du magasin Babou à Bagnolet ont promis d’entamer ce matin leur 12e journée de grève. Ce mouvement de protestation, suivi par la totalité des salariés, fait suite au licenciement pour faute grave d’un salarié. Les « Babous  » réclament sa réintégration. 

Mais le conflit ne s’arrête pas là. Les gévistes accusent désormais la gérante d’avoir, dès le deuxième jour de grève, le 4 octobre, fait appel à des travailleurs non déclarés pour les remplacer. Le magasin a rouvert ses portes ce jour-là. L’union locale CGT Bagnolet a décidé de saisir l’inspection du travail. Contactée, cette dernière précise qu’ele ne « souhaite pas communiquer sur un dossier en cours ».

Néanmoins, dans un rapport réalisé par ses services que nous avons pu nous procurer, il est stipulé qu’un contrôle a eu lieu sur place et « qu’outre les trois co-gérants et un salarié travaillant tous les 4 au rez-de-chaussée, les parents de la gérante étaient occupés à renseigner des clients ou ranger des rayons à l’étage ». Le document précise également que « […] la gérante a reconnu avoir eu recours au travail du gérant d’un magasin de l’enseigne Babou situé à Mantes-la-Jolie (Yvelines), sans que celui-ci ait fait l’objet d’une déclaration d’embauche ». « On envisage d’attaquer la gérante au tribunal pénal pour travail dissimulé et entrave au droit de grève » indique Zidane Rezki, délégué CGT du magasin.

« Les Babous » réclament, outre la réintégration de leur collègue licencié, l’abandon des sanctions qui visent certains d’entre eux, la fin des retards de paiement ou encore l’arrêt des modifications unilatérales de leurs horaires de travail. « On ne fait pas grève pour obtenir un 13  e mois, précise Zidane Rezki. On demande juste le respect de nos conditions de travail. » 

Une médiation a été organisée mardi entre les grévistes et la direction. « Une médiation qui n’a pas abouti, explique Alain Meurant, délégué CGT. Elle n’a pas pris en compte nos revendications. »

Dans un communiqué adressé aux salariés, la direction du magasin, qui ne souhaite pas s’exprimer devant la presse, affirme cependant vouloir faire des concessions. Elle refuse en revanche la réintégration du salarié licencié. « Sous cette revendication officielle se cache la volonté pour les salariés grévistes de faire partir la direction actuelle », dénonce la gérance."

Pierre Mathon

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 17:09
Babou en grève pour le respect

Si le magasin Babou (centre sud Bagnolet) a rouvert, la grève continue pour le RESPECT.

Les salariéEs réclament l'arrêt des pressions sur le personnel, la réintégration de l'employé licencié, l'annulation de toutes les sanctions et le respect du code du travail.

Pie
rre Mathon

Babou en grève pour le respect
Babou en grève pour le respect
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 15:14
Manifestation à Paris pour l’abrogation de la loi Travail

Quelques photos de la 14ème manifestation contre la loi travail.

Pierre M
athon

Poutou
Poutou
Poutou
Poutou
Poutou
Poutou
Poutou
Poutou

Poutou

Manifestation à Paris pour l’abrogation de la loi Travail
Manifestation à Paris pour l’abrogation de la loi Travail
Manifestation à Paris pour l’abrogation de la loi Travail
Manifestation à Paris pour l’abrogation de la loi Travail
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 17:11
Manif le 15 : contre la régression sociale, la lutte continue

Contrairement à ce que voudraient croire les tenantEs de la régression sociale, la bataille contre « la loi travail » n’est pas terminée.

Certes le ps est passé en force avec le 49.3, mais l’objectif est aujourd’hui de retarder la publication des décrets et circulaires d’application et pourquoi pas d’obtenir l’abandon de cette usine à gaz qui remet en cause les droits des salariéEs.. La resistance qui se manifeste contre cette remise en cause sera de toute façon utile dan
s les combats futurs.

La manifestation parisienne, pour l’abrogation de la loi Travail c’est jeudi 15 septembre.

La manifestation, unitaire, se déroule à l’appel de la CGT, de FO, de FSU, de Solidaires, de l’UNEF, de l’UNL et
de la FIDL ;

Elle partira de 14h place de la Bastille et se dirigera vers République.

« Le communique régional unitaire

CGT - FO - FSU - Solidaires - UNEF - FIDL - UNL d'Île-de-France

Les organisations syndicales régionales d'Île-de-France CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF, UNL et FIDL réunies en intersyndicale le 29 août 2016 ont pris la décision d'appeler à une manifestation régionale à Paris le jeudi 15 septembre 2016 lors de la journée d'action nationale pour l'abrogation de la loi travail.

Le parcours déposé à la Préfecture prévoit un départ à 14h00 de la place de la Bastille pour se rendre à la place de la République.

Les organisations syndicales ont réitéré leur demande auprès de la Préfecture pour être reçues par le Préfet de la région et le directeur de la DOPC (Direction de l'Ordre Public et de la Circulation) pour éviter que les manifestations à venir ne se déroulent dans les mêmes conditions que les précédentes qui étaient de véritables tentatives d'entrave à la liberté de manifester.

Montreuil le 30 août 2016

« La Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Un mauvais projet de loi devient une mauvaise loi !

La loi Travail n'est pas bonne pour les salarié-e-s et les jeunes. Elle ne le sera pas non plus pour l'économie du pays. Alors que le chômage et la précarité augmentent, en affaiblissant les conventions collectives au profit des accords d'entreprise, cette loi accroît la concurrence entre les entreprises poussant à l'alignement sur le « moins offrant » pour les salariés. Cette logique de dumping social va engendrer davantage de flexibilité et de précarité et remettre en cause nombre d'acquis sociaux.

Cette loi contrevient aux conventions 87, 98 et 158 de l'Organisation Internationale du Travail relatives à la négociation collective, aux libertés syndicales et aux licenciements.

Les organisations syndicales étudient tous les recours et moyens juridiques possibles pour s'opposer à la mise en œuvre de la loi Travail.

L'emploi, les salaires et les conditions de travail restent des préoccupations majeures pour les citoyen-ne-s.
Le chômage et la précarité sont des fléaux pour notre pays. Les créations d'emplois, dans le privé comme dans le public, sont pourtant nécessaires pour répondre aux besoins de toute la société. La stabilité et la qualité des emplois sont non seulement gage de progrès social et de qualité de vie pour les salarié-e-s et les jeunes, mais sont aussi un facteur essentiel de création d'emplois. La loi Travail tourne le dos à cet enjeu ! Tous les pays qui ont fait l'expérience d'une telle réforme du droit du travail (Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Allemagne) en mesurent aujourd'hui les conséquences néfastes.

Il est clair qu'à terme la fonction publique sera aussi concernée car nombre de règles statutaires relève de la transposition de dispositions du code du travail (dialogue social, respect de la hiérarchie des normes et des droits collectifs, temps de travail, etc.).

C'est pourquoi nos organisations continueront à mener tous les débats nécessaires avec les salarié-e-s et les jeunes pour, à l'inverse de cette loi, promouvoir d'autres propositions, obtenir son abrogation et gagner de nouveaux droits pour toutes et tous.

Pendant l'été, de nombreuses initiatives locales se sont développées et la carte postale au Président de la République a été largement utilisée. Comme nous l'avons écrit au Président de la République, « on se retrouve à la rentrée... », notamment sur les meetings et débats unitaires déjà programmés.

Les organisations dénoncent les faits de répression dont sont aujourd'hui victimes des militant-e-s syndicaux-ales, des jeunes, des salarié-e-s et des agents publics.

Les organisations syndicales de salarié-e-s et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les salarié-e-s, privé-e-s d'emploi, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, retraité-e-s à se mobiliser massivement pour réussir la journée d'actions du 15 septembre contre la loi Travail, selon des modalités décidées localement (rassemblements, manifestations, grèves, etc…), pour obtenir l'abrogation de cette loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives. »

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 11:22
C’est l’histoire d’un mec qui voulait participer à une manifestation

Quand je suis parti à la manifestation de ce mardi après-midi contre la loi scélérate (J’y vais presqu’à chaque fois, conscient de l’intérêt pour les générations futures de conserver un certain nombre d’acquis sociaux), j’étais légèrement en retard et j’ai donc décidé de prendre en route la manifestation. Mal m’en a pris ainsi que de nombreux compagnons d’infortune (je n’étais pas seul à galérer) car à chaque fois – à de nombreuses reprises -que j’ai voulu rentrer dans le cortège que j’ai vu et entendu de loin à Austerlitz, les policiers, obéissant à de curieuses consignes m’ont interdit de passer. Je précise que je n’étais porteur de rien qui aurait pu être utilisé de manière belliqueuse et que je n’avais pas même un sac ni un foulard. Rien. Et pourtant à chaque fois, les policiers, désolés, m’interdisaient de passer.

Curieusement, alors que de nombreuses personnes avaient renoncé, j’ai pu rentrer, mais seulement après avoir contourné la Bastille sans que l’on ne me demande rien ni ne me fouille et je me suis un peu attardé pour voir arriver la fin de la manifestation.


J’espère quand même avoir été comptabilisé parmi les opposants à la régression sociale conduite par Hollande-Valls-El Khomri et Cazeneuve (…)

Il n’en reste pas moins que j’ai assisté - et j’en témoigne ! - à la volonté délibérée d’un gouvernement (il paraît qu’il se dit de gauche) d’interdire – via les consignes données à la police – le droit de manifester.

Pierre Mathon

C’est l’histoire d’un mec qui voulait participer à une manifestation
C’est l’histoire d’un mec qui voulait participer à une manifestation
C’est l’histoire d’un mec qui voulait participer à une manifestation
C’est l’histoire d’un mec qui voulait participer à une manifestation
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 07:27
Contre le charcutage du code du travail, la lutte continue : aujourd’hui c’est manif

La manifestation intersyndicale contre la loi Travail a lieu aujourd’hui de la Place d’Italie (Rendez-vous à 14 heures) jusqu’à la Bastille.

Le communiqué des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FID :

« Le souffle ne nous manque pas !

La journée du 28 juin a été comme toutes les autres journées de mobilisation depuis 4 mois, réclamant le retrait du projet de loi et l'obtention de nouveaux droits, un succès des salarié-es, jeunes, privé-es d'emplois et retraité-es, succès et détermination qui ne s'essoufflent pas ! Ceci malgré certaines conditions de manifestation qui n'ont pas permis à toutes et à tous d'y participer.

Les premiers résultats de la votation citoyenne, lancée par les organisations syndicales depuis un mois, ont été remis à l'Elysée au conseiller social du Président de la République le 28 juin au matin ainsi que dans les préfectures pour les votations départementales. Plus de 700 000 votants, 15 796 bureaux de votes principalement dans les entreprises, 92% des votants pour le retrait du projet de loi travail, viennent renforcer l'ensemble des rassemblements, actions et manifestations unitaires.

De même, l'opinion publique dans les derniers sondages soutient toujours la mobilisation contre ce projet de loi, 70% disent même qu'ils sont contre l'utilisation du 49.3 pour le faire adopter.

Ce projet est minoritaire à tout point de vue.

Le Premier ministre a organisé des rencontres bilatérales le 29 juin. Les organisations signataires déplorent qu'il ait exclu de ces rendez-vous certaines organisations syndicales et de jeunesse, notamment celles engagées dans la lutte contre le projet de loi travail.

Pour autant, le gouvernement reste sourd aux propositions, particulièrement destinées à établir de nouveaux droits et à lutter contre le dumping social. Les amendements au projet de loi avancés par le gouvernement ne sont pas de nature à modifier profondément ce texte, même si certaines modifications sont à mettre au crédit des mobilisations.

Par ailleurs, ce projet de loi contrevient aux conventions internationales de l'OIT et vient d'être sanctionné par le Comité des droits économiques et sociaux et culturels de l'ONU au regard des effets sur la protection sociale des salariés et la précarité qu'il engendre.

Compte tenu de cette situation, les organisations signataires appellent à poursuivre la mobilisation contre ce projet de loi, sur des formes à déterminer localement, durant le débat parlementaire, notamment le 5 juillet.

Les organisations syndicales et de jeunesse conviennent de se retrouver le 8 juillet afin de discuter des suites à donner après le débat parlementaire. »

Autre communiqué :

« Loi travail ! On ne lache rien !

URIF CGT - FO - FSU - Solidaires

Les URIF CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES et les organisations étudiantes et lycéennes UNEF - FIDL - UNL qui se sont réunies le 30 juin 2016 se sont félicitées du succès de la manifestation du 28 juin 2016 et de la détermination des 7 organisations à obtenir le retrait du projet de loi.

Malgré les conditions de manifestation particulièrement difficiles, notamment pour accéder au lieu du départ de cette dernière, Place de la Bastille, c'est 55 000 manifestants qui ont également démontré leur volonté d'obtenir le retrait du projet de loi. Ils étaient en cela soutenus par tous les sondages qui démontrent que l'opinion publique est opposée à cette loi travail et que plus de 70 % de cette dernière est opposée à l'utilisation du 49-3.

Les organisations syndicales condamnent également l'intervention des forces de l'ordre à la Bourse du Travail de Paris le 28 juin dernier. En effet, la Bourse du Travail appartient aux travailleurs et aux travailleuses qui ont encore la liberté de se rencontrer et de s'associer afin de débattre et de revendiquer, une telle intervention piétine tout un pan de l'histoire du mouvement ouvrier et plus particulièrement la liberté syndicale.

Les dernières rencontres avec le 1 er ministre et la ministre du travail démontrent qu'ils restent sourds aux propositions et positions que nous portons depuis le 9 mars 2016 même si nous devons mettre au crédit des mobilisations certains amendements avancés par le gouvernement mais qui sont cependant loin de nos revendications.

Cette situation a amené l'intersyndicale nationale à appeler à poursuivre la mobilisation en demandant aux structures locales de l'organiser, durant le débat parlementaire, notamment le 5 juillet 2016.

Les URIF CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES et les organisations étudiantes et lycéennes UNEF - FIDL - UNL poursuivrons la mobilisation pendant la période des congés.

Elles appellent d'ores et déjà à une manifestation le 5 juillet 2016, jour du retour du projet de loi à l'Assemblée Nationale, à 14h00 entre la Place d'Italie et la Place de la Bastille. Elles appellent également les UD de l'IDF à se rencontrer et à organiser des actions ciblées pendant les mois de Juillet et Août.

Elles constatent également que dans quelques pays européens, dont la

Belgique, les travailleurs sont confrontés à la mise en œuvre de « lois travail ».

Des actions se préparent dès le début du mois de septembre dans ces pays. Il nous faut d'ores et déjà les analyser et travailler dans le sens d'une mobilisation plus large. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Social emploi retraites
commenter cet article