Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 08:45
Maires « bâtisseurs » : Bagnolet « en force » touche le pactole … Quel pactole ?

Bagnolet, après avoir touché 152 880 euros (une paille) en 2016 devrait toucher, en 2017, 1 880 000 euros au titre de sa « contribution à l'effort de construction ». Ce serait la 2ème commune de France après Marseille.

Décidément, en matière d'endettement comme d'autorisations de construire, sur la lancée de la gestion précédente, la municipalité de Bagnolet bat tous les records.

On se calme : ce qui peut apparaître comme une grosse somme ne représente en définitive pas grand chose au regard des dépenses à engager pour fournir du service public aux nouveaux -nouvelles BagnoletaisES : écoles, etc. *

Mais bon, dans les pas d'Everbecq-2, l'actuel maire a signé un nombre impressionnant de permis de construire, puisque c'est ça qui déclenche le titre de maire bâtisseur (Certains permis de construire étaient tout chauds et d'autres un peu moins, mais avec le PLU bétonneur dont s'est doté Bagnolet ...).


C'est Bouygues, Coffim, Vinci et autres Cogédim qui se marrent ...

À suivre.

Pierre Mathon

* Et nous ne parlons ici que d'argent et non des espaces nécessaires à la vie et à la respiration des habitantEs!

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 13:12
Canalisations en folie et travaux dans la ville

On ne compte plus les ruptures de canalisation d'eau (Veolia) et de chauffage urbain (Sdcb-Suez) et les travaux sur la voie publique.

À tel point que le ps de Bagnolet y a consacré sa tribune dans le bulletin municipal de propagande de février 2017
http://www.parti-socialiste-bagnolet.fr/tribune-du-groupe-socialiste-radical-et-societe-civile-bajo-mag-fevrier-2017/,
accusant ses prédécesseurs à la mairie de tous les maux.

Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il y a du mauvais entretien dans l'air avec des responsabilités à tirer au clair et que des dépenses importantes - toujours pour les mêmes – s'annoncent.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 16:15
Sur la ville hyperdense

La ville compacte n'est pas la solution à tout. C'est ce que montre l'étude menée par l'universitaire suisse S. Munafò. Il en est question lors d'un colloque qui se déroule à Saint-Denis ce 17 janvier (http://fr.forumviesmobiles.org/agenda/2016/11/30/mobilite-vertueuse-atouts-ville-dense-remis-en-cause-3376).
Bon, il est clair que ce constat nous fait plaisir.

Nous pensons en effet, sur ce blog, qu'il faut combiner compacité et espace (pour être heureux, avoir une relation naturelle au sol, conduire des projets écologiques vertueux, (gestion écologique de l'énergie et des déchets etc.). Nous pensons que les villes doivent être à taille humaine et que notre combat écolo vise à combattre à la fois l'étalement urbain, consommateur de terres agricoles, et l'hyper-densification, qui contrecarre notamment la recherche du bonheur et l'appropriation personnelle et collective.

Bref, il semble que l'on puisse revenir sur ce dogme productiviste, repris malheureusement par une génération de dirigeants, pas très à cheval sur ls valeurs écolos, de la densité urbaine.

Si la densité est un des éléments à prendre en considérationil n'est pas le seul. Nous le disons depuis longtemps et nous sommes donc heureux que cela soit partagé.

A suivre.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 15:50
La fuite véolia fin août 2016 sous l'échangeur : http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/08/explosion-d-une-canalisation-d-eau-sous-l-echangeur-de-bagnolet.html  Il a fallu 3 mois pour réparer ...

La fuite véolia fin août 2016 sous l'échangeur : http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/08/explosion-d-une-canalisation-d-eau-sous-l-echangeur-de-bagnolet.html Il a fallu 3 mois pour réparer ...

Les canalisations (Veolia, sdcb) pêtent à tour de bras en ce moment à Bagnolet..
Branle bas de combat chez les techniciens et coups de menton chez les politiques.

Usure de canalisations pas ou insuffisamment entretenues, incidents liés aux chantiers qui se multiplient dans le cadre de l'hyper-densification (on dit pudiquement « reconstruire la ville sur la ville »).

Et quand ça pète en plein hiver, entre noël et le jour de l'an (en pleine trêve des confiseurs) et que cela pénalise gravement les habitants …

 

En cause : le manque d'entretien principalement lié à la recherche de la rentabilité capitaliste, l'urbanisme bétonnant d'avant-hier, d'hier et d'aujourd'hui.

Cela n'est pas près de finir !

Pierre Mathon

 

La fuite véolia fin août 2016 sous l'échangeur : http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/08/explosion-d-une-canalisation-d-eau-sous-l-echangeur-de-bagnolet.html
Il a fallu 3 mois pour réparer ...

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 10:10
Sur le front de l'anti-béton à Bagnolet : le combat continue, mais dans des conditions nouvelles

Les promoteurs immobiliers vont peut être « se rassurer ». Toujours est-il que si nous sommes parvenus à empêcher (souvent un certain temps et souvent de manière limitée), certains projets démentiels, particulièrement grâce aux recours à la juridiction administrative de l'association « Bagnolet écologie », il semble que cela soit plus difficile aujourd'hui. Certes, il reste des recours possibles, mais les pouvoirs publics bétonnants (Etat – par l'évolution des lois et des règlements - et municipalités). Les tribunaux ont suivi ce mouvement général des décideurs en faveur du Grand Paris qui implique la bétonnisation de la petite couronne, ne restent pas inactifs.

Par ailleurs, force est de constater (nous serons bientôt à mi-mandat …) que l'actuelle municipalité de Bagnolet a mis délibérément ses pas dans ceux, bétonnants, de la précédente. Aujourd'hui- sauf exceptions – la voie est libre – ou presque – pour l'hyperdensification.

Certes nous – et d'autres - avons alerté sur les dangers de l'hyperdensification autorisée par le PLU , nous en avons réduit la portée*. Mais bon, nous ne pouvons pas tout faire.

Au cours du débat du PLU, et encore aujourd'hui, face aux projets bétonnants, les interventions citoyennes se sont structurées autour de l'exigence légitime d'un cadre de vie à dimension humaine. De plus en plus nombreux-ses les citoyenNEs prennent conscience, malgré les promoteurs et leurs amiEs tenantEs du Grand Paris que pour combattre l'hyper-entasement et l'étalement urbain au détriment des terres agricoles, il y une alternative : celle de l'aménagement du territoire.

Le maire actuel a dû anticiper que son éventuelle réélection pourrait dépendre des quartiers où la population est sensible à l'hyperdensification qui met en cause son cadre de vie. D'où un certain « bougé » de la municipalité actuelle - certes très insuffisant - : bref, quand il s'agit de petits promoteurs (peu liés au ps), les citoyenNEs ont une marge de manœuvre, pour s'y opposer. En revanche, quand il s'agit d'un gros promoteur, bien en cour, rien n'est trop beau, c'est « tapis rouge » (comme avant).


Par ailleurs les difficultés de commercialisation auxquelles se heurtent les promoteurs (malgré les dispositions fiscales Carrez-Duflot-Pinel-Cosse particulièrement favorables aux investisseurs) ne sont pas sans conséquences …**

Ajoutons-y la prise de conscience (nous n'y sommes pas pour rien) que pour loger les BagnoletaisES et faire de la mixité sociale il ne suffit pas de faire des HLM pour revenus élevés et parallèlement la décision de la droite régionale de ne plus aider les logements très sociaux.

D'autant que, comme nous avons alerté, la poursuite de la fuite en avant immobilière suppose que les villes aient les moyens (en terrains et en recettes) de réaliser et de faire fonctionner les équipements – en particulier scolaires - nécessaires

Souhaitons que les citoyens prennent la mesure de la situation nouvelle (et de sa complexité) et s'impliquent dans la lutte pour un cadre de vie de qualité.

Pierre Mathon

* La réduction des hauteurs dans une partie des Coutures et de la Dhuys ont cependant été insuffisantes et les droits de construire autorisés à Bagnolet restent une aubaine pour les projets immobiliers bétonnants, la destruction de la mixité habitat-emploi, ouvrant la voie aux projets hors-dimension.


** Nous ne parlons pas ici du fait que les opérations privées réalisées dans nos communes comprennent de plus en plus de propriétaires qui n'occupent pas leurs logements mais qui le mettent en location …
 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 19:18
Quand l'architecte Castro bétonne

Ah, Castro …

Depuis qu'il a essayé de m'acheter (oh, pour un repas, quasiment « un plat de lentilles » …) avec l'aide d'Everbecq en 2001, je le marque un peu « à la culotte »...

- Ses échecs face au mouvement citoyen contre la construction (qu'il avait fait avaler au 1er ministre et à la plupart des maires locaux!) de 24 000 logements dans le parc G. Valbon-La Courneuve ;
- son projet sous Everbecq-2 - de tour, avenue Gallieni à Bagnolet, avec balcons sur le périph,
- son profond et bavard mépris de la démocratie …
- ses tribulations politiciennes de Mao à Macron en passant par le pcf, Pasqua et le ps...
font de lui un personnage assez représentatif (emblématique!) des turpitudes de notre époque.

Il se trouve que Le Parisien.fr du 7 novembre consacre un court article à un projet de tour « emblématik » qu'il a conçu à Aubervilliers.

Lu dans leparisien.fr du 7 novembre 2016 ::

« Aubervilliers : les travaux de la « tour Castro » ont commencé

 

L'immeuble « Emblématik » de 18 étages devrait voir le jour à l’horizon 2019. DR

«Une émergence forte (on se croirait dans les années 60 ! Ndlr) sur la place du Front Populaire (« 1936 ! Camarades réveillez-vous, ils sont devenus fous ». Ndlr) », vante Catherine Léger. La directrice générale de la société d’économie mixte Plaine Commune Développement fait référence à la tour « Emblématik », dont les travaux ont commencé le mois dernier à Aubervilliers. C’est l’un des projets phares (Un gos machin phallique quoi … Ndlr) de l’aménagement de ce quartier limitrophe de Saint-Denis, qui s’est déjà doté de près de 2200 logements en 20 ans.

Située à proximité de la station de métro de la ligne 12, place du Front Populaire, cette tour de 18 étages, haute de 55 m et abritant 88 logements, devrait voir le jour à l’horizon 2019. Le promoteur immobilier Nexity annonce que 83 des 88 logements de l’immeuble ont d’ores et déjà été achetés.

Le projet ne faisait pourtant pas l’unanimité. La municipalité de Saint-Denis avait exprimé ses réserves sur la hauteur de l’immeuble. Malgré cela, le permis de construire a été délivré en mars 2016 par la mairie d’Aubervilliers. « Pour l’essentiel les habitants de ce quartier sont sur la ville de Saint-Denis, il aurait été bien de les consulter. Nous restons hostiles à ce projet », regrette Stéphane Peu, maire adjoint (PC) à l’urbanisme et vice-président de Plaine Commune chargé de l’habitat.

 

La « tour Castro » est intégrée à un îlot plus vaste, qui comprend 112 logements étudiants, 40 logements sociaux et deux commerces (une brasserie et une supérette en rez-de-chaussée).

Le campus Condorcet, futur pôle d’excellence européen en sciences humaines, verra lui aussi le jour aux abords de la place à l’horizon 2019. Icade, de son côté, s’apprête à démarrer la construction de 30.000 m² de bureaux au sud de la place.

Jérémy Bouillard »

Pierre Mathon

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 21:42
61 sites de projets du Grand Paris dont un à Bagnolet, avenue Gallieni


Pour "info-à suivre", 61 sites à aménager, proposés par les collectivités territoriales ont été retenus par le Grand parisparmi les sites retenus pour des projets architecturaux pilotés par le Grand Paris.Parmi eux, à Bagnolet,le site du "marché à la ferraille" (166 avenue Gallieni : situé le long du périph, un terrain de 839 m2; propriété communale).

Ci dessous, le point de vue off
iciel :

"61 sites sélectionnés, soit un total de 225 hectares de bâti

Au final, sur les 110 sites portés candidats par 75 collectivités et répartis au total sur 12 territoires constituant la Métropole du Grand Paris (MGP), créée le 1er janvier dernier, son président, Patrick Ollier, avec le préfet de Région, Jean-François Carenco, 61 sites ont été choisis.(...)

Ce qui représente "au total plus de 225 hectares de bâti." En détails, ces terrains, "de 800 m2 pour le plus petit à 32 hectares pour le plus grand", pourront être dès aujourd'hui dans les mains des futures équipes candidates composées de promoteurs, aménageurs, architectes et urbanistes.
Sans compter qu'il y ceux qui nécessiteront un simple concours d'architecture, et ceux de plus d'un hectare, qui demanderont un travail d'aménagement et d'urbanisme.

Forts, friches ou anciennes usines industrielles.

Ont été choisis les sites qui "se concentrent d'abord sur les quartiers qui accueilleront les futurs transports en commun", a rappelé Patrick Ollier. Tout en précisant que pour "28 d'entre eux, 22 seront directement reliés avec le Grand Paris Express."

"Voir naître des projets audacieux"

Parmi les autres sites sélectionnés, il y a les forts d'Aubervilliers, de Romainville, des friches industrielles comme Babcock à La Courneuve ou l'ancienne usine ElF sur le Mur à Pêches à Montreuil. Mais également, des sites que nous avons pu découvrir en septembre dernier : le site de l'Ecole Normale Supérieure à Cachan -300 logements y sont envisagés à la place d'une partie de l'actuel stade- ou celui de la Redoute des Hautes Bruyères. Sur ce site OIN identifié par l'Etat, qui appartient à la ville du Val-de-Marne depuis juillet 2016 suite à un accord de cession avec la préfecture de Police, des objectifs de réhabilitation sont prévus. Il serait question de la programmation d'un projet scientifique, le Pôle universitaire interdisciplinaire de Santé (PUIS) de l'Université Paris Sud.

Désormais, les élus de la Métropole espèrent "voir naître des projets audacieux, futuristes, innovants sur le plan architectural et répondant au cahier des charges, notamment en ce qui concerne la hauteur et la densité, mais aussi le développement durable et la smart city."

Quant à la désignation des lauréats, elle aura lieu en septembre 2017 a répété Patrick Ollier. Et pourquoi pas, pour ce concours qui est une première en Europe, en organiser un second et peut-être un troisième !"

Enfin, "ceux qui veulent concourir, devront aller vite, dès aujourd'hui", a conclu le président de la Métropole du Grand Paris.

Les entreprises ont jusqu'au 13 janvier 2017 pour faire acte de candidature

"Les entreprises intéressées à développer un projet sur ces sites ont jusqu'au 13 janvier 2017 pour faire acte de candidature", ont précisé dans la foulée, Patrick Ollier -Métropole du Grand Paris, Philippe Yvin la Société du Grand Paris -SGP- et Jean-François Carenco, préfet de la région Ile-de-France, qui organisent le concours. Avant de reconnaître une nouvelle fois, qu'ils se sont beaucoup inspirés du "calque" de "Réinventer Paris."

De leur côté, les architectes franciliens, regroupés autour du Conseil de l'Ordre des architectes de l'Ile-de-France (CROAIF) et de l'Unsfa Ile-de-France, ont salué "une étape importante".

"Un véritable appel de compétences pour les architectes", selon l'Ordre des architectes d'Ile-de-France

Jean-Michel Daquin, nouveau président du Conseil régional de l'ordre des architectes d'Ile-de-France (Croaif) nous a rappelé, ce lundi, que "ce concours apporte un véritable appel de compétences pour les architectes. Nous souhaitons y compris avec les écoles d'architectures créer des liens en termes d'usages et de mobilité car la construction d'une métropole reste particulièrement complexe."

Inventons la Métropole

Appel à projets lancé par Métropole du Grand Paris le 14 mars 2016.

Objectif : Réinventer le paysage architectural de la métropole.

Calendrier ? Un courrier a été adressé mardi 8 mars 2016 aux 131 maires de la métropole afin que ceux qui sont intéressés puissent se manifester en proposant un terrain ou un projet de démolition-reconstruction pouvant être intégré dans l'opération.

Et maintenant ?

10 octobre 2016 : dévoilement des sites sélectionnés et journée rencontres et débats au pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne.
Février 2017 : manifestation d'intérêt par les acquéreurs potentiels et leurs groupements.

Mars 2017 : le comité d'organisation sélectionne 3 groupements de réponses par site.

Fin 2017 : remise de l'offre finale.

Premier trimestre 2018 : annonce des lauréats."

Les 61 sites :

Arcueil : Le Coteau
Argenteuil : Secteur gare d'Argenteuil
Aubervilliers : Fort d'Aubervilliers
Aulnay-sous-Bois : Le vieux Pays
Bagneux : Blanchard / Croizat-Fortin
Bagnolet : Marché à la ferraille (166 avenue Gallieni)
Bobigny : Eco parc ouest
Bondy : Noue Caillet "coeur de Quartier"
Bondy : Pont de Bondy/Rives de l'Ourcq (lot C7a)
Cachan : Campus Cachan
Charenton-le-Pont : Charenton-Bercy
Clichy-la-Garenne : Maison du Peuple
Clichy-sous-Bois : Terrains Leclaire
Clichy-sous-Bois Montfermeil : Secteur central- quartier du Plateau
Courcouronnes : Canal Europe, Tour H
Epinay-sur-Seine : Intégral
Evry : Génopole
Gennevilliers : Quartier du Luth - ouest
Gentilly : Un coeur pour le Plateau (rue de la Paix - rue de Reims)
Gonesse : Triangle de Gonesse
Issy-Les-Moulineaux : ZAC Léon Blum - Ilot E

La Courneuve : Friche industrielle Babcock
La Garenne-Colombes : CPAM
Le Kremlin-Bicêtre : Secteur de la gare du Kremlin-Bicêtre-Hôpital

Les Lilas : Fort "dit de Romainville"

Lieusaint : Carré Sénart
Limeil-Brévannes : Coeur de Ville
Montreuil : Reconversion de l'usine EIF (abords Murs à pêches)
Morangis : Site de l'armée Leclerc
Nanterre : Place de La Boule-France Habitation

Nogent-sur-Marne : Plaisance sur Marne

Noisy-le-Grand : Ancienne école Louis Lumière

Noisy-le-Sec : Plaine Ouest

Noisy-le-Sec : Pont de Bondy/Triangle ouest

Pantin : Terrain ASPP
Paris : 29 rue du Soleil
Paris : Hôtel Logistique Bercy-Charenton

Paris : Porte de Saint Ouen

Paris : ZAC Paul Bourget

Paris + Vanves : Porte Brancion - porte de la Plaine

Paris/Joinville-le-Pont : Terrain Bi Metal

Romainville : Rue de la Commune de Paris (ZAC de l'Horloge /

Lot C2a)
Rosny-sous-Bois : Rosny Métropolitain
Rueil-Malmaison : Jean Jaurès

Saint Ouen : Marché aux puces / CAP Saint-Ouen
Saint-Denis : Ancienne piscine municipale
Saint-Denis : Franchissement Pleyel

Santeny : Coeur de village en partage

Sceaux : Place du G de Gaulle et abords

Sevran : Terrains Montceleux
Stains/Pierrefitte : Tartres Nord (pôle gare de Pierrefitte/Stains)

Thiais Orly : Pont de Rungis-Thiais-Orly

Vaucresson : Terrain Yves du Manoir

Vaujours : Centre Ville-Fenelon

Villejuif : La Redoute des Hautes Bruyères
Villejuif : Terrains Bizet

Villeneuve la Garenne : Quartier de la Bongarde

Villiers : Marne Europe (gare Bry Villiers Champigny)

Vitry-sur-Seine : Pôle Gare des Ardoines

Vitry-sur-Seine : ZAC Chérioux"


Et l'article du Parisien.FR du 10-11 octobre 2016 :

"Grand Paris : 24 sites à aménager en Seine-Saint-Denis

Laure Parny avec B.S.

La liste tant attendue est tombée. Ce lundi, la Métropole du Grand Paris a enfin pris sa place dans la construction de la région en présentant 61 sites retenus dans son appel à projets « Inventons la métropole ». C’est peu dire que l’information intéresse : plus de 1 600 aménageurs, architectes et autres institutionnels avaient fait le déplacement au Pavillon Baltard à Nogent (Val-de-Marne).

Sur 112 projets qui avaient été présentés par 75 maires à la métropole, 61 sont retenus. Un choix qui s’est fait notamment en fonction « de la disponibilité effective du foncier », précise Patrick Ollier (LR), président de la métropole. En tout 500 ha ont été proposés, soit l’équivalent de la surface d’Asnières (Hauts-de-Seine) ou encore de Montfermeil (Seine-Saint-Denis). Des esquisses seront présentées aux élus locaux, qui gardent la main sur le choix des projets, d’ici à septembre 2017.

La métropole s’appuie notamment sur le futur Grand Paris Express. Un tiers des sites retenus ce lundi sont situés près d’une future station. « C’est la première démonstration concrète de l’effet d’entraînement du Grand Paris Express », vante Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris.

Un bémol : le financement. C’est la déception de ceux qui voyaient déjà des projets ambitieux fleurir au plus vite. Excepté pour organiser cet appel à projets, puis pour rémunérer les architectes qui seront présélectionnés, aucun budget dédié à la construction elle-même n’est prévu. « Nous sommes des accélérateurs de projets, qui seront lancés par le privé » rassure Patrick Ollier. Les aménageurs pourront également s’appuyer sur la Caisse des dépôts pour obtenir des prêts.

Un deuxième appel à projets est prévu pour juin 2017. Les terrains non disponibles immédiatement seront négociés par la métropole, notamment auprès de l’Etat.

Voici la liste des 24 sites retenus pour la Seine-Saint-Denis

Aubervilliers : le projet concerne le secteur gare et parking de la ZAC du Fort d’Aubervilliers. L’idée est d’y installer des activités économiques, des logements, une offre culturelle et de loisirs. La gare routière et le parking doivent être reconfigurés.

Aulnay-sous-Bois : 15 922 m2 au Vieux-Pays dans le cœur historique, dont la Ferme et le gymnase. Le projet est à dominante loisirs et culture, avec la construction de logements.

Bagnolet : le marché à la ferraille, situé le long du périph, ce 839 m2 où la ville, propriétaire du site, veut bâtir des bureaux, avec des commerces au rez-de-chaussée.

Bobigny : le site Eco parc Ouest, le long du canal de l’Ourcq, actuellement utilisé pour des activités industrielles. Les 10 400 m2 pourraient accueillir des bureaux.

Bondy : 7 500 m2 à la Noue-Caillet, dont un ancien centre commercial qui doit être démoli. En projet : centre de développement pour femmes, hôtel d’entreprise, commerces de proximité, logement…

Bondy-Noisy-le-Sec-Bobigny : le projet concerne le secteur du pont de Bondy et les rives de l’Ourcq. Sur ces 15 000 m2 actuellement peu occupés, il est prévu de construire des logements avec des activités en rez-de-chaussée (espaces de coworking notamment).

Un autre projet concerne le triangle ouest du pont de Bondy, soit 2 200 m2 avec, là aussi, un projet logements - activités.

Clichy-sous-Bois : le site Leclaire est composé d’une ancienne carrière de 2,25 ha et d’une parcelle adjacente de 0,7 ha, il est situé au nord de la ville. L’idée est d’y construire des logements innovants.

Clichy-Montfermeil : sur le quartier du Plateau, le premier à avoir bénéficié de la rénovation urbaine, le projet concerne 12 parcelles occupées par divers bâtiments qui doivent être démolis. En tout cela représente 50 000 m2 qu’il s’agit d’aménager pour, notamment, développer des filières économiques innovantes en lien avec le tour Médicis.

La Courneuve : l’ancienne usine Babcock offre 38 000 m2 à aménager. L’idée est d’en faire un quartier mixte : logements, lieu d’activités culturelles et événementielles.

Epinay : 5 000 m2 à urbaniser dans la ZAC Intégral (actuellement, c’est un parking). L’idée est d’en faire un lieu d’expérimentation avec des Fablab et des bâtiments durables.

Les Lilas : le site du Fort de Romainville de 6,75 ha comprend 3,3 ha aménageables qui pourraient accueillir un écoquartier avec des activités innovantes, de l’agriculture urbaine et la création d’un pôle mémoriel.

Montreuil : le site EIF est une ancienne usine de peausserie datant de 1871, située en lisière des Murs-à-Pêche. L’objectif est de transformer ce site d’1,9 ha en lieu d’activités économiques, sociales et culturelles.

Noisy-le-Grand : le site de l’école Louis-Lumière, qui a déménagé à la Cinéma de Saint-Denis, est désaffecté. Le projet prévoit d’aménager sur ces 3,7 ha environ 400 logements.

Noisy-le-Sec : Plaine ouest est un site situé à proximité de Romainville et Bobigny d’un peu plus de 7 000 m2. Il est prévu d’y construire logements et activités.

Pantin : le site de l’ASPP, situé au nord de la ville, est un terrain de sport désaffecté. Sur ces 20 518 m2, il est prévu de construire des logements écologiques (à dominante bois) et un centre médical de jour.

Pierrefitte-Stains : les Tartres nord sont une friche industrielle d’environ 3 ha, située à proximité de la future gare du T11 (la tangentielle nord) en service en 2017. Le programme envisagé est mixte, à vocation économique.

Romainville : sur la ZAC de l’Horloge, le projet retenu par la Métropole concerne un terrain de 4 000 m2, autrefois utilisé par l’usine pharmaceutique Avantis-Pharma et en cours de dépollution. Projet de logements et bureaux avec des constructions en bois, de l’agriculture urbaine en toiture…

Rosny-sous-Bois : le site Métropolitain représente 5 200 m2 situé à proximité du pôle gare Rosny-Bois-Perrier. L’idée est d’y aménager de l’habitat, de l’activité, des commerces, du loisir.

Saint-Denis : site Pleyel. Autour de la future gare du Grand Paris express et de la passerelle qui la reliera au quartier du Landy-France, il s’agit d’aménager des bureaux, logements et locaux d’activités. Le site comprend 4 ha situés le long du faisceau ferroviaire.

Saint-Denis : ancienne piscine municipale. Ce bâtiment situé en centre-ville, à 150 m du métro, a une surface de 2 800 m2. L’idée est d’en faire un lieu dédié à l’art et à la culture.

Sevran : les terrains Montceleux, actuellement utilisés en surface agricole, qui pourraient devenir parc urbain, base de loisirs, logements, activités…

Saint-Ouen : l’ancienne usine Cap, située aux Puces, est actuellement un hôtel d’activité sous-utilisé. L’idée est d’en faire un grand hôtel pour l’art contemporain.

Vaujours: la ville propose d’aménager un terrain de près d’1 ha, situé dans le quartier historique de Fénelon, allée de l’Est, rue Alexandre-Boucher et allée Jules-Ferry et d’y construire des logements. Ce terrain est actuellement libre de toute construction et il appartient à la commune.

« Une très bonne nouvelle » selon les élus

« C’est une très bonne nouvelle, se félicite Gérard Cosme (PS), président d’Est Ensemble. Cela va attirer les professionnels de l’aménagement en Seine-Saint-Denis. 9 sites ont été retenus, rien que sur Est Ensemble avec d’importants fonds à la clé. Cela montre que notre territoire bouge. Ces projets vont permettre de rééquilibrer la métropole entre l’est et l’ouest, qui a déjà bénéficié de nombreux aménagements. »

Patrick Braouezec (Front de gauche), président de Plaine Commune, comme d’autres élus, a fait partie du jury de sélection des sites. Il est satisfait de voir que 9 dossiers sur les 11 présentés par Plaine Commune ont été retenus. « Ce label va conforter les projets déjà bien engagés, comme l’aménagement de la friche Babcock à La Courneuve. Et ça va peut-être ouvrir une issue pour d’autres. Par exemple, nous travaillons depuis des années sur la ZAC Intégral, à Epinay, sans avoir réussi jusqu’à présent à trouver d’investisseurs. Ça va peut-être débloquer les choses. »

« C’est une bonne nouvelle pour Aulnay-sous-Bois, se félicite de son côté Bruno Beschizza le maire (LR). Face aux baisses de dotations d’Etat et au budget municipal de plus en plus contraint, j’ai demandé à mes services de systématiquement candidater à tout ce qui peut faire financer des projets par d’autres, ou nous apporter des subventions. Avec Inventons la métropole, je veux faire du Vieux-Pays un pôle de culturel. »

G.B., H.H. et T.P.

leparisien.fr"

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 08:39
Urbanisme : réunions à Montreuil et Bagnolet

Elles se sont déroulées hier mardi, nous y reviendrons. Le Parisien.FR de ce lundi informe de 2 réunions concernant l’urbanisme, , l’une – un atelier - à Montreuil dans le cadre de la révision du PLU (Eh oui, contrairement à ce qui avait été affirmé aux Bagnoletais, la révision du PLU, en prenant son temps, c’est possible) et l’autre à Bagnolet pour informer sur la rénovation du quartier des Malassis :

À Montreuil, la révision du PLU se poursuit :
« Montreuil : un atelier pour ébaucher l’urbanisme de demain

A quoi ressemblera Montreuil dans les années à venir ? En avril, la ville a engagé une concertation avec la population pour dresser son plan local d’urbanisme (PLU) qui sera adopté fin 2018. Les souhaits des habitants seront restitués lors d’une réunion publique ce mardi soir, de même que les grandes orientations voulues par les élus dans le cadre du projet d’aménagement et de développement durable (PADD). De nouvelles réunions de concertation sont à prévoir dans les mois à venir.

Ce mardi à 19 heures, salle des fêtes de l’hôtel de ville, 1, place Jean-Jaurès

leparisien.fr »


À Bagnolet, la municipalité informe de la rénovation des Malassis (A noter que la photo de la dalle Maurice Thorez, publiée dans Le Parisien, peut induire le lecteur en erreur, puisque l’ANRU a renoncé à ce qui était son « cœur de cible », c'est-à-dire la destruction-restructuration de la dalle) :

« Bagnolet : point d’étape sur la rénovation des Malassis

Une réunion publique se tient ce mardi soir à l’école maternelle de la Pêche-d’Or à Bagnolet. Objectif : faire un point d’étape sur la rénovation urbaine qui vient de débuter dans le quartier des Malassis et notamment au sujet du devenir de la dalle Maurice-Thorez qui entre dans le plan de rénovation urbaine Anru 2.

Ce mardi à 20 heures, à l’école de la Pêche-d’Or, 5, rue Auguste-Blanqui.

leparisien.fr ».

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 15:35
Urbanisme : sur les chartes promoteurs

Il est clair que rien ne vaut un bon Plan Local d’Urbanisme qui s’impose aux bétonneurs et qu’ « une charte promoteurs » n’a pas la force juridique suffisante. On a en effet affaire aux requins de l’immobilier, qui plus est soutenus par le représentant de l’Etat en région. Cela montre les limites du dialogue lorsque le bizness est en jeu …

Pour autant, il est réconfortant de voir quarante élus (plutôt Pcf) d’Ile-de-France monter au créneau pour défendre les chartes promot
eurs.

Le Moniteur, ce 23 août 2016 :

« Quarante élus d’Île-de-France défendent les chartes promoteurs dans un texte collectif

Après que la Fédération des promoteurs immobiliers d’abord, puis le préfet de région Ile-de-France Jean-François Carenco, aient condamné les chartes locales de construction, voilà la réponse du berger à la bergère. 40 élus communistes d’Ile de France signent un texte collectif, publié le 22 août sur le site internet de L’Humanité, pour défendre cette pratique.

« Rendre obligatoire la concertation avec les habitants », « contrer la spéculation foncière, en obligeant les promoteurs à pratiquer des prix maîtrisés », permettre aux habitants et aux salariés de rester dans la ville « et d’y construire leur avenir » : tels sont les objectifs fixés par les chartes promoteurs, selon les 40 élus communistes signataires d’un texte collectif, publié lundi 22 août 2016. Ce texte entend répondre aux critiques formulées par la FPI depuis le début de l’année, mais aussi par le préfet de région qui annonçait au mois de juin vouloir « déférer ces documents au juge administratif » pour un contrôle de légalité. Pour les élus, cette « fronde » est en décalage avec le « dialogue » que ces chartes permettent d’instaurer avec les promoteurs sur le terrain, et elle est d’autant moins justifiée que ces documents ne « sont pas opposables » juridiquement aux opérateurs.

« Nous, maires et élu-e-s chargé-e-s du développement urbain, refusons de laisser libre cours aux seules lois du marché et de la spéculation immobilière et foncière, car celles-ci condamnent des millions de personnes à d’inacceptables difficultés pour accéder à un logement digne et financièrement accessible et renforcent les inégalités territoriales », déclarent 40 élus communistes d’Île-de-France dans un « texte collectif » publié lundi 22 août 2016 sur le site internet de L’Humanité pour défendre l’existence de « chartes promoteurs » qui « encadrent l’action des acteurs de l’immobilier » sur les territoires .

Avec ces chartes, les élus souhaitent remplir plusieurs objectifs, tels que « rendre obligatoire la concertation avec les habitants, garantie de projets élaborés démocratiquement » ; « contrer la spéculation foncière, en obligeant les promoteurs à pratiquer des prix maîtrisés » ; « permettre aux habitants de [leurs] villes, notamment les jeunes, et aux salariés qui y travaillent d’y rester et d’y construire leur avenir » ou encore « s’assurer de l’ambition environnementale ou de la qualité intérieure des logements ».

« Ce texte veut répondre à la charge engagée par la FPI contre ces chartes, charge elle-même relayée par le préfet », explique à AEF Romain Marchand, premier adjoint PCF au maire d’Ivry-sur-Seine, chargé du développement urbain. Depuis le mois de février, la FPI indiquait en effet ne pas vouloir apposer sa signature à ces chartes, qui imposent des « contraintes » urbanistiques aux promoteurs notamment sur le prix du foncier, et « attaquer devant les tribunaux [celles] qui violent la loi ». Début juin, le préfet d’Île-de-France apportait son soutien aux promoteurs dénonçant la multiplication des « chartes locales » figurant en annexe de PLU ou de PLUI, « dans le but d’imposer des contraintes allant au-delà des prescriptions légales du code de l’urbanisme ou du CCH « . Il affirmait alors « qu’il n’hésiterait pas à déférer ces documents au juge administratif ».

Si depuis, aucune charte n’a été déférée devant le juge administratif par la préfecture, les élus estiment cependant dans leur texte que cette prise de position s’apparente à une « complaisance » du préfet « vis-à-vis de ceux qui prônent une libéralisation totale du secteur ». Ils invitent « le représentant de l’État à faire strictement appliquer la loi dans les villes où les maires refusent le logement social ou à [les] aider à financer les logements et équipements publics qu'[ils] construis [ent], plutôt que de s’attaquer à ceux qui sont les plus mobilisés pour le droit au logement ». Les élus comptent s’appuyer sur ce texte pour demander un entretien avec la ministre du Logement sur ce sujet.

« Nous comprenons d’autant moins cette fronde de la FPI qu’elle est en décalage avec le dialogue que l’on peut avoir avec les promoteurs de terrain », relève Gaylord Le Chequer, adjoint PCF au maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis) chargé de l’aménagement durable, qui a piloté l’élaboration de la charte de la construction durable de la ville, approuvée le 9 juillet 2015. « Les promoteurs sont même plutôt en demande de ce type de document, qui leur permet de gagner du temps, d’éviter les tensions avec les habitants et la collectivité, et pour la commune, c’est un moyen de jouer la carte de la transparence sur nos exigences en termes de construction ». Au total, 28 promoteurs ont signé le document, et six bailleurs sociaux (2). L’élaboration du document, qui sera évalué chaque année, s’est déroulée en plusieurs ateliers de travail associant les habitants, les responsables associatifs, les professionnels (notaires, architectes, aménageurs) et deux rencontres ont eu lieu avec les promoteurs.

Par ailleurs, à l’argument développé par la FPI selon lequel ces chartes freineraient la construction, Gaylord Le Chequer répond qu’elles « ne sont pas opposables aux opérateurs ». « Le permis de construire est délivré, s’il respecte les documents d’urbanisme, c’est la loi », affirme-t-il, précisant que la charte est avant tout « un document d’orientation, un code de bonne conduite ». « Son application n’est pas rigide, il peut y avoir des aménagements au cas par cas ». Elle a aussi « permis d’engager une réflexion sur nos règles d’urbanisme dans le cadre de la réforme générale du PLU », précise l’élu montreuillois. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 09:55
Alerte à l’hyperdensification : et si l’immeuble Akera partait à vau l’eau

Nous avons depuis longtemps attiré l’attention des apprentis-sorciers bétonneurs de nos communes pour qu’ils cessent leur démesure.

L’exemple de l’immeuble Akera, construit sous Everbecq-2 au n°12 de la rue Pierre et Marie Curie est à cet égard très éclairant. Les accédants à la propriété ne se bousculent pas et les locataires de logements sociaux peinent à payer leurs loyers et charges : résultat, l’immeuble Akera se trouve dans une situation problématique.

Dans un autre immeuble de la période Everbecq-2, les logements de Green : 18, rue Paul Bert dans les Coutures en accession, ont été majoritairement acquis pour des placements immobiliers.

D’autres exemples vont dans ce sens.

Sans céder au catastrophisme, je rappellerai qu’au départ, les logements de Clichy-Montfermeil, constitué de copropriétés, était promis à un brillant avenir avant de sombrer dans la situation inextricable actuelle en raison du fait que les premiers acquéreurs ont revendu ou loué à des ménages qui n’avaient pas les moyens de payer.

Bref, en plus de tous les arguments en faveur de la préservation du cadre de vie et du maintien d’une densité raisonnable, un urbanisme à visage humain, il devient urgent de stopper la fuite en avant actuelle dans n
os banlieues.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Urbanisme
commenter cet article