Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 14:08
Promoteurs immobiliers, « Les loups sont entrés dans Bagnolet »

Les « loups » sont entrés dans Bagnolet.

Les propriétaires de modestes maisons et terrains (sans parler de ceux de locaux d’activités, bonjour l’emploi et la mixité fonctionnelle) sont en effet l’objet de multiples sollicitations de la part de divers promoteurs privés, parfois, des lettres personnalisées et souhaitant les rencontrer afin d’évoquer les différentes possibilités de cession (sic).

Cela ne fait que confirmer les craintes que nous exprimons sur l’avenir de Bagnolet : avec le PLU très favorable au bétonnage que nous a concocté le maire précédent et celui, peu différent, que nous concocte le maire actuel, les promoteurs se sentent à Bagnolet « comme des poissons dans l’eau ».

Rappelons que le PLU d’Everbecq s’applique toujours, puisque la municipalité après avoir perdu de longs mois a préféré la procédure de « modification », moins globale, à celle de « révision », sur laquelle elle s’était pourtant engagée et qui seule aurait permis d’u
tiliser les sursis à statuer.

Raison de plus de se battre pour un PLU raisonnable et un Bagnolet à taille humaine où il fait bon vivre !

Pie
rre Mathon

Promoteurs immobiliers, « Les loups sont entrés dans Bagnolet »
Promoteurs immobiliers, « Les loups sont entrés dans Bagnolet »
Promoteurs immobiliers, « Les loups sont entrés dans Bagnolet »
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 09:56
PLU de Bagnolet : une lettre de « Citoyenneté en actes »


L’association « Citoyenneté en actes a adressé au maire de Bagnolet et aux conseillers municipaux une lettre au maire, aux éluEs municipaux-municipales au sujet du calendrier et du contenu du projet de modification du PLU :

« Monsieur le Maire,

Vous affirmiez dans votre lettre du 16 janvier aux Bagnoletais que « Nous devons mieux aménager notre ville, en respectant son identité et le faire dans le seul intérêt des Bagnoletais. C'est la raison pour laquelle, le plan local de l'urbanisme (PLU) sera modifié en 2015, après une large concertation de la population. Il s'agira notamment, de mieux contrôler les permis de construire, de limiter les hauteurs de construction et de valoriser le secteur attractif situé entre la porte de Bagnolet et la porte de Montreuil"

Entre le Conseil municipal du 29 janvier qui a officialisé le début de cette modification et le 12 mai, un groupe de travail de votre majorité s’est réuni sans qu’aucune information ne transpire sur les thèmes de discussion et l’avancement des débats.

Le 12 mai ; lors d’une réunion publique d’information vous avez fait part à la population de quelques grandes lignes de votre politique urbaine. Lors de cette réunion, de nombreuses voix se sont élevées pour demander des éclaircissements sur le projet global de la ville qui sous tend ces modifications, notamment sur la croissance de population visée.

Vous avez avancé un objectif de 3000 nouveaux logements, dont 1000 logements sociaux soit une augmentation de l’ordre de 20% du nombre de Bagnoletais. Pour une municipalité qui peine à mettre de l’ordre dans ses finances et ses services publics (école, santé, propreté, voirie), est-ce un objectif raisonnable, cela mérite au moins clarification et débat.

Parallèlement, la présentation de vos projets dans le quartier des Coutures, ont suscité de virulentes oppositions qu’il est nécessaire de prendre en compte. Il en est de même du projet sur le site de la SERAP, de la fonderie Landowski ou de la Rochette. L'intervention citoyenne ne doit pas être la peau de chagrin de la démocratie. Souvenez-vous que votre prédécesseur est tombé car on n’aménage pas contre les avis des habitants.

La question de la densification de Bagnolet avec toutes ses conséquences doit être posée et vraiment débattue : quels impacts en matière d’équipements collectifs, de services publics, de personnel municipal, de transport, d’espaces verts, d’intégration des nouvelles constructions dans le tissu urbain, de développement économique par ses commerces et entreprises et finalement de finances publiques. Les informations dont nous disposons indiquent qu’une suppression drastique des emplacements réservés pour espace ou équipement public serait envisagée alors qu’ils étaient déjà insuffisants dans le PLU actuel.

Pour que ce débat ait lieu en toutes connaissances de cause, les conclusions de l’enquête scolaire qui permettront de définir objectivement les besoins en matière d’équipements devront être prises en compte. Or ces conclusions ne sont attendues qu’en septembre : comment garantir une cohérence à votre projet s’il est bouclé en juin ?

Dans votre éditorial du journal municipal de juin, vous faites également la promesse que la modification intègrera des limites de hauteur, notamment dans les quartiers de la Dhuys et des Coutures. Faudra-t-il attendre le 30 juin pour en savoir plus ? Et comment pourrons-nous en débattre si le projet doit être soumis dès juillet pour consultation aux PPA –Personnes Publiques Associées ?

Autant dire que le projet ne pourra plus être amendé et que la prochaine réunion publique du 30 juin devrait clore un débat à peine entamé.

Donc, pour qu’une véritable concertation avec les habitants puisse se réaliser, pour qu’une clarification sur les objectifs de densification ait lieu, pour que les informations sur les besoins scolaires puissent être prises en compte, pour éviter la multiplication des conflits locaux, il est indispensable que le processus de modification du PLU soit prolongé au moins jusqu’à la fin novembre avant que le projet ne soit soumis aux PPA et à l’enquête d’utilité publique. C’est possible, car il est désormais certain que le projet du grand Paris sera repoussé d'un an.

Pour toutes ces raisons, nous, habitants de Bagnolet, signataires de la présente lettre, exigeons que le calendrier de la modification du PLU soit modifié afin qu’un véritable débat puisse s’instaurer à partir de la proposition que vous ferez en réunion publique le 30 juin, des contributions des conseils de quartier et des conclusions de l’enquête scolaire.

En souhaitant que les exigences d’une démocratie locale authentique l’emportent sur toute autre considération, recevez, Monsieur le Maire nos salutations citoyennes.

Citoyenneté en Actes à Bagnolet »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 07:31
Lettre ouverte au Maire de Bagnolet suite à la réunion publique du 12 Mai sur le PLU

Rosalind Fay nous a adressé la lettre ouverte suivante, au Maire, aux AdjointEs-au-Maire et aux ConseillerEs Municipaux-pales de Bagnolet suite à la réunion publique du 12 Mai 2015 consacrée à la « Modification du Plan local d’urbanisme ». Cette lettre ouverte, qui fait état de son analyse sur la réunion publique municipale consacrée à la modification du PLU correspond au ressenti de nombre de participants à cette réunion.


Nous vous en souhaitons une bonne lecture :

« Bagnolet, 19 mai 2015

Lettre ouverte au Maire, aux Adjoints au Maire et aux Conseillers Municipaux de Bagnolet suite à la réunion publique du 12 Mai 2015 consacrée à la « Modification du Plan local d’urbanisme »

Point positif : Les interventions, les interrogations des Bagnoletais

Salle Pierre Curie le 12 mai, le public était nombreux. En général, les interventions, souvent par des architectes et/ou urbanistes bagnoletais se sentant concernés par un développement urbain qui leur paraît mal maitrisé, étaient d’une grande qualité. Cependant, nous sommes sortis de cette réunion avec la désagréable impression que les « projets » sont déjà bouclés, et que nos avis « comptent pour du beurre ». Nous restons inquiets concernant le devenir de notre ville, la qualité de l’environnement, l’harmonie du cadre de vie.

Le Passé, l’enjeu du présent, l’information

Je me suis apparemment mal exprimée lors de mon intervention où j’ai parlé du passé. Pour être claire : Il faudrait cesser d’évoquer le passé comme excuse à tout. La gestion Municipale d’Everbecq, Jamet et Cie, n’est pas une référence. Il ne suffit pas de faire mieux (moins pire) que l’ancienne équipe. Nous sommes conscients que les finances de la ville sont sinistrées, mais encore ! Les questions posées par rapport à l’activité immobilière sur la ville sont d’autant plus sensibles !

Les Réunions Publiques – ambiance !

A travers une campagne publicitaire visible dans toute la ville, la Municipalité se félicite de la vie démocratique à Bagnolet et de ses nombreuses réunions publiques. Encore faudrait-il qu’une ambiance sereine, propice au débat, y règne. Nous n’oublions pas les promesses électorales, notamment : « rendre la parole aux citoyens et rétablir une démocratie locale apaisée. » Réunir des Bagnoletais sans les écouter, les entendre, leur répondre, n’est qu’un semblant de démocratie.

Quant à l’introduction « technique » de cette réunion autour de la « Modification du Plan Local d’Urbanisme », un homme au premier rang (dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom) a patienté, la main levée longtemps, pour demander la parole alors que le micro se baladait dans la salle de manière incontrôlée. Il a enfin pu parler. De manière posée et intelligente, il a regretté de n’avoir rien compris aux plans illisibles et à l’exposé « technique » qui devaient servir comme base de discussion de la soirée. Nous sommes nombreux à partager son point de vue.

Il ne s’agissait pas d’une réunion démocratique mais d’une lutte pour prendre possession du micro. L’employé municipal se déplaçant dans le public avec le micro n’est pas en cause. C’est à Monsieur le Maire de « gérer » une réunion et d’assurer la sérénité nécessaire permettant un vrai débat démocratique. (Il faudrait qu’un président de séance ne prenant pas part aux débats soit désigné. Il accorderait la parole aux participants de manière ordonnée : il écouterait, il regarderait la salle, il noterait les mains levées, il limiterait le nombre de prises de parole par intervenant, y compris le Maire !)

Que dire de la prestation du Responsable de l’Education populaire, de la Démocratie Locale, et des Conseils de Quartier, El Miloud Kanfoudi? En « réponse » à une intervention animée certes, (l’ambiance s’y prêtait !) mais légitime et intéressante de la part de Nathalie Carbunar, M. Kanfoudi lui a fait un véritable procès d’intention sur un ton indigne d’un élu de la municipalité. Et encore, à la sortie de la réunion, j’ai voulu attirer son attention sur le fait qu’une personne ayant pu prendre la parole après une longue attente, n’a finalement pas eu de réponse ni de réaction du Maire à ses questions pertinentes concernant les projets de densification et des problèmes de parking anarchique et dangereux Avenue Gambetta. M. Kanfoudi m’a engueulée (seul mot qui convient) en me lançant, « De quoi vous vous plaignez ? Vous avez pu prendre la parole, non ? » Comme si ces réunions étaient des jeux où le but était de gagner le micro ! Je me pose de sérieuses questions sur la justesse des délégations au sein du Conseil Municipal. (Et je regrette de plus en plus d’avoir soutenu la liste Dynamique Citoyenne.)

Nos élus ne se rendent pas compte que le public partage les préoccupations exprimées par d’autres intervenants, même si les questions posées semblent « agacer » certains élus. Un exemple flagrant, dès que Pierre Mathon, bête noire de la majorité municipale, prend la parole, le Maire et ses collègues ne l’écoutent pas et se mettent à ricaner, alors que, toute proportion gardée, les propos de M. Mathon nous intéressent souvent. Les élus devraient être conscients de leur fonction et s’abstenir de montrer leurs petites guéguerres personnelles.)

Le comportement du « Premier Magistrat de la Ville » peut mieux faire !

Lors de la réunion du 12 mai, le Maire n’avait pas l’air spécialement dérangé par la médiocrité de l’ambiance qui empirait au fur à mesure que la soirée avançait.

Il a lui-même manqué de sang froid et de maîtrise de soi. Visiblement «énervé » par certaines questions, il a largement monopolisé le micro en s’engageant dans des monologues agressifs qui ne faisaient absolument pas faire avancer le débat. Puis plusieurs questions ont été tout simplement ignorées selon la volonté ou l’absence d’attention du Maire.

Modification vs. Révision - Promesses Electorales Oubliées ?

D’emblée plusieurs intervenants ont clairement démontré qu’il eut fallu plutôt une révision du Plan Local d’Urbanisme, qu’une modification. Selon le Maire, une « modification » était préférable à une « révision », car elle nous permettait d’aller « plus vite ». Pourquoi bon sang?! Pourtant l’une des quatre « urgences » dans le programme de la liste « Rassemblement citoyen pour Bagnolet » prévoyait clairement de « Rétablir la qualité de vie des Bagnoletais : révision du plan local d’urbanisme en limitant les hauteurs et la densification, relance de la rénovation urbaine des quartiers de la Noue et des Malassis ... » Ne faut il pas prendre le temps de préserver et améliorer ce qui peut l’être comme qualité de vie ?!

Logements sociaux

Les « logements sociaux » revenaient régulièrement dans les interventions confuses du Maire comme si le simple fait de prononcer "logement social" X fois allait résoudre le problème. « Du temps d’Everbecq il était question de construire 6000 logements. Nous n’en construirons que 3000 » dixit Monsieur le Maire. Puis on a eu droit à un discours larmoyant et moralisateur du Président de L’OPH. Il ne suffit pas d’évoquer des mal logés pour tout excuser, y compris l’absence d’une réflexion globale et à long terme sur la ville. En gros, nous avons retenu que la Municipalité accorde le permis aux promoteurs en échange d’un pourcentage de logements sociaux par construction, sans évoquer des critères de qualité, de mètres carrés, d’espace vert, la distance entre les immeubles, les services, les équipements. De nombreux intervenants essayaient de faire préciser quelles étaient les limites de la densification dont chacun est témoin.

Les Permis de Construire – pas clair !

Tout le monde, inquiet de la densification de la construction à Bagnolet, posait le problème des projets privés. Pour faire court : on avait nettement l’impression que lorsque ça l’arrangeait, le Maire affirmait que nous ne pouvions rien contre les projets privés où le permis de construire a été accordé. Et à d’autres moments, il évoquait fièrement les permis qu’il a annulés. Nous demandons des comptes, notamment des informations précises par rapport à l’état actuel des permis de construire et la possibilité éventuelle de les annuler.

Nous comprenons que l’annulation d’un permis a un coût pour la ville. Autant nous informer, faire preuve de transparence, que nous puissions juger en connaissance de cause. Quid des permis accordés depuis un an et en cours ?

Les préoccupations largement justifiées de la population

Pourquoi est-il si difficile de poser le problème d’un projet d’ensemble du développement urbain ? Des intervenants telles que Claire Laurence, Bénédicte (de l’Association Les Voisins du Centre Ville de Bagnolet), et plusieurs hommes (dont je n’ai pas su les noms) exprimaient des idées pertinentes s’appuyant souvent sur une expertise.

Claire Laurence a fait une excellente intervention qui résumait les aspirations de la majorité des participants. Elle a imploré la Municipalité de veiller à l’élaboration d’un projet tenant compte de la qualité de l’environnement, des équipements sociaux et publics, de la qualité de la construction souhaitable. « QUEL OBJECTIF DE POPULATION ? », a t-elle demandé. En attendant d’avoir mené cette réflexion et d’avoir porté des réponses précises à des questions aussi cruciales, ne faudrait-il pas stopper net la délivrance de tout nouveau permis aux promoteurs et suspendre les constructions pour avoir le temps de repenser les quartiers et la ville dans son ensemble afin d’élaborer de vrais projets d’avenir?

Sincèrement,

Rosalind Fay

P.S. la magnifique Bergerie ?! Est-elle toujours menacée par des projets initiés sous le régime Everbecq où est-ce que l’équipe actuelle s’est engagée à la protéger à long terme ?! »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 06:46
Réunion municipale sur le PLU ce mardi 12 mai à 19 h salle Curie

La municipalité organise ce mardi 12 mai 2015 à 19 h salle Pierre et Marie Curie (sur la dalle Thorez) une réunion publique sur la modification en cours du PLU.

Sur l’affiche de la mairie y appelant, il est question des « types de logements », des « équipements publics » et de la « hauteur des bâtiments ».

« Quels types de logement ? » Il s’agit du pourcentage d’HLM à imposer aux promoteurs - et à partir de quel nombre de logements - . Par exemple 35 % de logements sociaux pour tout projet comportant 50 logements …

« Quels équipements publics ? ». Le PLU peut et doit réserver les terrains (une denrée rare à Bagnolet) en prévoyant des emplacements réservés pour une vraie école élémentaire en centre ville, des espaces verts, les circulations douces, pour pérenniser les jardins partagés et ceux de Bagnolet Ville Fleurie … etc.

« Quelle hauteur pour les bâtiments ? » C’est une question très sensible sur laquelle les habitantEs de tous les quartiers de Bagnolet se sont largement exprimés, sous Everbecq, et également depuis mars 2014. Mais il y a aussi d’autres règles de construction à définir comme les distances par rapport aux limites séparatives et par rapport à la rue, l’emprise maximum des constructions. A ce sujet, la loi ALUR faite pour densifier les constructions a supprimé les COS* (qui limitaient les possibilités de construction), ce qui se traduirait si on ne modifiait pas drastiquement les autres règles de construction par un doublement ou un triplement du volume des constructions autorisées.

Depuis la délibération de janvier 2015 du conseil municipal, lançant la procédure de modification du PLU, les élus de la majorité ont tenu de nombreuses réunions. C’est maintenant aux citoyens de s’exprimer.

De notre côté, nous avons aussi réfléchi. À « Bagnolet Écologie », nous pensons que cette modification du PLU doit permettre de définir le Bagnolet de demain, à taille humaine avec des équipements publics et des espaces de respiration suffisants ainsi que la préservation de l’emploi de la spéculation immobiliè
re.

À mardi soir.

Pierre Mathon

* Le COS (coefficient d’occupation des sols) mesure (mesurait) le rapport entre la surface des planchers des bâtiments et la surface du terrain d’assiette

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:53

Mercuriales-4.jpg

 

 

Nous publions aujourd’hui les remarques que les éluEs communistes frondeurs, de la majorité municipale, ont porté à la connaissance du commissaire enquêteur sur l'enquête d’utilité publique concernant la modification du PLU que le maire a décidée autoritairement

 urbanisme selon Sarkozy

 

urbanisme dense-242286060 Batellier JF Urba

 

Ces remarques recoupent assez largement celles des citoyens et des associations qui se sont penchés sur cette modification du PLU

 

http://www.bagnoletenvert.com/article-modification-betonnante-du-plu-le-maire-remet-le-couvert-119414765.html

 

http://www.bagnoletenvert.com/article-sur-la-modification-du-plu-soumise-a-enquete-publique-120110277.html

 

http://www.bagnoletenvert.com/article-observations-citoyennes-sur-la-modification-du-plu-120322911.html

 

http://www.bagnoletenvert.com/article-modification-du-plu-les-dix-raisons-de-l-opposition-de-bagnolet-ecologie-120471196.html

 

Les voici, pour information, avec quelques commentaires :

 

« 1 – Une première modification du P.L.U. a fait l’objet d’une enquête publique qui comme celle-ci n’avait pas reçu l’aval des élus, puisque non discutée en amont avec les élus de la majorité et encore moins avec le conseil municipal. Fait aggravant l’enquête publique s’est déroulée en août 2012, c’est-à-dire dans une période peu propice à faire se déplacer les habitants.

Face à une telle situation, nous avons informé le Maire que nous ne voterions pas cette modification. Ce qui l’a conduit à retirer, en séance le 27 juin dernier, la délibération concernant la modification n°1 du PLU. (L’association Bagnolet Écologie a écrit : « Il s’agit d’une fuite en avant du maire de Bagnolet et d’une tentative de passage en force, le maire ne disposant plus de majorité au conseil municipal. L’opposition de gauche et écologiste mais aussi la majorité de la majorité PCF-FPdG et citoyens) ont ainsi annoncé publiquement leur intention de voter contre ces modifications du PLU. Des associations de Bagnolet comme la nôtre, mais aussi « Citoyenneté en Actes à Bagnolet » et « Bagnolet-Montreuil-L’Essor Parisien » ont fait connaître leur opposition.
Certains de ces projets ont déjà fait l’objet d’une enquête publique, en septembre-octobre 2012, dont le maire a renoncé (faute de majorité) à mettre les conclusions en délibération au conseil municipal
». Ndlr)

 

2- Le lancement de cette nouvelle révision du PLU, qui reprend pour une large part les éléments contenus dans l’enquête de 2012, (Laquelle a été retirée de l’ordre du jour du conseil municipal de juin dernier, ce qui n’a pas empêché le maire de « remettre le couvert ». Ndlr) mais en profite au passage pour ajouter de nouvelles propositions de modifications, s’inscrit dans la même démarche : les élus du conseil municipal n’ont été ni informés et encore moins associés au contenu du dossier objet de cette enquête. La population, au détour de cette révision assez obscure, n’est évidemment pas informée ni associée autrement que par le minimum légal. C’est donc, une nouvelle fois, sans s’assurer de disposer d’une majorité ni même d’avoir informé élus et habitants que le maire a agi.

 

3- Sur le dossier lui-même

 

- Centre Ville : La principale demande consiste à lever « l’emplacement réservé » anciennement déterminé pour relier l'hôtel de ville aux Mercuriales. Cet emplacement réservé était prévu par le PLU et évitait les deux maisons du 13 et 15 rue Marceau. La destruction illégale, durant l’été de ces maisons (Lire : . Ndlr) rend évidemment inutile le maintien de l’emplacement réservé. Mais, paradoxalement, (Ce paradoxe s’explique par les appétit immobiliers du groupe Vinci auquel le maire cède. Ndlr) la suppression de l’emplacement réservé, ne protège plus cette liaison. Il s’agit d’une mesure inutile et dangereuse pour le projet qu’elle est censée permettre. (Bagnolet Ecologie a écrit : « Pour permettre la densification en logements notamment (alors même que les écoles du secteur sont saturées) et de façon contradictoire avec le projet de la ZAC Benoit Hure, tel qu’il a été présenté à l’enquête publique il y a à peine quelques mois, le maire propose la suppression d’un emplacement réservé pour un passage public de la place Salvador Allende pour rejoindre l’entrée de Bel Est via la Poste.
Cette « proposition » est dans le droit fil du fait accompli (on pourrait dire de « la terre brûlée » pratiquée par le maire en centre ville : démolition de l’ancienne école du centre-centre administratif sans consultation, engagement du chantier de l’hôtel de ville sans permis de construire, construction de ce même hôtel de ville sur un emplacement réservé, massacre de tous les platanes de la place Allende, destruction en plein mois d’août de deux immeubles remarquables, contre l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France et sans permis de démolir.
Il est curieux que l’on propose la suppression de l’emplacement du passage public prévu entre la place S. Allende et la poste alors même que la scandaleuse démolition de ces deux immeubles permet de le réaliser dans le prolongement du passage de la poste »
. Ndlr)

 

- Avenue Galliéni : Ce projet est faible et n’est pas à la hauteur des enjeux économiques et sociaux du quartier. Ce projet n’est pas non plus conforme au schéma territorial d’Est ensemble, qui vise à conserver les activités traditionnelles et à développer celles à caractère culturel, dans cette zone. La modification apparaît donc comme une modification opportuniste, sans lien avec l’esprit du PLU ou du schéma de développement territorial d’Est Ensemble. (Bagnolet Écologie a écrit : « L’opération privée envisagée au 135-145 avenue Gallieni. Il s’agit d’une opération envisagée en l’absence de plan d’ensemble dans un objectif purement privé et sans étude sur l’impact en matière scolaire notamment dans un secteur sur-saturé ». Ndlr)

 

- Secteur Daumier : Il est fait référence à une erreur matérielle mais de laquelle exactement nous parle-t-on ? Car un espace vert était prévu or les schémas proposés dans ce projet suppriment le parc du 8 mai et la traversée verte entre la place Sampaix et la rue Girardot. Nous avons toujours porté l’exigence d’un grand parc au coeur des Malassis conformément au dossier ANRU déposé sous l’ancienne municipalité, au scénario urbain, à la convention ANRU signée en 2009, et au PLU. D’autre part la suppression de cet espace vert, ne permet plus d’offrir l’espace prévu pour les activités d’éco-pâturage de l’association « Sors de Terre ». Une pétition est actuellement en cours de signatures pour préserver le devenir de cette association et pourrait tout à fait être versé au dossier d’enquête publique. Cette modification est un mensonge dans le seul but de permettre la réalisation d’une opération immobilière non conforme au PLU. (Bagnolet Écologie a écrit : « Sous couvert de « correction d’erreur matérielle », il s’agit en fait d’autoriser une opération immobilière privée (dont la demande de permis de construire a été déposée - puis retirée ou suspendue -  en août 2012.
Cette opération privée aurait pour conséquence la suppression du parc du 8 mai 1945 qui existe depuis cinquante ans : ce qui en resterait correspond à un corridor étroit, espace-tampon résiduel, entre constructions avec en outre tous les problèmes de cohabitation qui en seraient aggravés. Le rapport de présentation mélange un projet de démolition-reconstruction déposé – mais non approuvé- dans le cadre de l’ANRU (hors parc du 8 mai 1945) et le projet immobilier privé dans le parc et qui supprimerait l’espace vert
». Ndlr)

 

- Entrée Sud de la ville : Il s’agit d’élargir la zone totalement déréglementée. Cette zone n’a pas de COS ni de plafond de hauteur. Cet élargissement ne concernera qu’un immeuble. Encore une fois il s’agit d’une modification sur mesure, pourquoi le projet, puisqu’il existe et a été présenté aux élus en bureau municipal, n’est-il pas montré ? (Pourquoi, en effet ? Ne serait-ce que pour que les riverains directement concernés par l’impact de ce projet sur leur cadre de vie puissent dire ce qu’ils en pensent. L’association Bagnolet Écologie – qui n’a pas pu voir le projet – a écrit : « La réduction de la zone UC (Coutures) au profit de la zone UGCS (Gallieni-Centre Sud) n’est pas non plus une simple « modification » : elle consisterait à bouleverser les règles d’urbanisme d’un secteur couvrant 2,72 hectares dans lequel figure notamment une entreprise secondaire (Filmolux) qui disparaîtrait au profit d’une densification tertiaire. Cette opération privée n’a jamais été présentée aux Bagnoletais et en premier lieu aux habitants de la copropriété Eugène Varlin dont le cadre de vie en serait pourtant lourdement impacté ». Ndlr)

 

- Le cas de la fonderie LANDOWSKI : C’est en essayant de comprendre cette demande de modification du PLU que nous découvrons l’ampleur de la difficulté économique de la fonderie. Il y a donc eu depuis 2 ans des tractations entre le Maire et Monsieur Landowski. Des promesses ont été faites sans que le Maire n’ait pris le soin d’en informer sa majorité. Du coup au lieu de monter un projet qui garantisse la défense du patrimoine architectural, artistique et de l’activité économique de la Fonderie et donc du maintien sur notre territoire, seule une solution de vendre confortablement son terrain lui est finalement proposée. Désormais l’urgence de la situation pour la fonderie rend ce travail de collaboration plus complexe, mais il nous paraît indispensable de relever ce défi et trouver une solution qui garantisse la pérennisation de cette activité sur notre territoire.

Par ailleurs, la zone de modification n’est pas limitée à la fonderie puisqu’elle concerne l’ensemble du secteur ne protégeant plus la zone pavillonnaire sans mesurer l’impact de ces modifications du PLU sur les besoins en équipements publics, notamment pour ce qui est de la surcharge de l’école maternelle du centre ville et de l’école élémentaire Joliot-Curie. (Bagnolet Écologie a écrit : « La réduction proposée de la zone UD (Dhuys) au profit de la zone UCV (Centre Ville) n’est pas une simple modification : elle consisterait à bouleverser les règles d’urbanisme d’un secteur couvrant 1 hectare d’un secteur pavillonnaire entre la rue des Pernelles et la rue Danton dans lequel figure notamment une activité remarquable et patrimoniale (la Fonderie de Bagnolet »). À noter que ces points ne sont pas précisés dans le rapport de présentation.… ». Ndlr)

 

4- Certaines des modifications pourraient être acceptées (En lisant leur texte, on ne voit pas lesquelles … Ndlr), d’autres sont en totale négation avec la philosophie même du PLU (et donc du scénario urbain qu’il est censé incarner) et ne peuvent naturellement rencontrer l’assentiment des élus. Les bonnes idées en étant liées aux mauvaises, sont donc condamnées à en être les otages. Puisqu’il est demandé une validation en bloc, le refus sera également en bloc.

 

Aujourd’hui nous faisons le constat que les premières mises en œuvre du PLU sont l’objet de nombreuses critiques de la part des habitants qui considèrent que les observations qu’ils ont pu faire lors de l’élaboration du PLU n’ont pas été suffisamment prises en compte (« Mieux vaut tard que jamais ». Ndlr). Cela nous conduit à penser que plus que jamais c’est avec nos concitoyens qu’il convient d’élaborer les modifications futures. (« Encore un effort camarades », il faut réviser de fond en comble ce PLU bétonnant, conformément à ce qu’ont dit et écrit les citoyens au cours de l’enquête publique de 2010 ! Et il faut également annuler les projets qui découlent de ce PLU. Ndlr)

 

Pour les élu-e-s Communistes, Républicains et Citoyens : Corinne Aragnouet, André Baraglioli, Josiane Bernard, Jean-Luc Destrem, Laurent Jamet, Christine Lacour, Marie-Catherine Ondoua, Nic Pirolli, Yasmina Sellou, Stanie Villain. (Pour la majorité frondeuse, les éluEs du parti de gauche ont aussi déposé un avis négatif. Dès que nous l’avons, nous le porterons à votre connaissance. Ndlr) ».

 

À suivre.

 

Pierre Mathon

 

 

Lire sur le PLU de Bagnolet : http://www.bagnoletenvert.com/categorie-11713156.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 06:06

0 Batellier JF Urba

 

Voici le courrier remis le 5 octobre 2013 par l’association Bagnolet Écologie, l’Écologie à Bagnolet au Commissaire enquêteur de l’enquête publique « Projet de modification N°1 du PLU de Bagnolet »

« Monsieur le Commissaire Enquêteur

Notre association émet un avis totalement défavorable à ce projet pour les dix raisons suivantes :

1-Ce projet n’a fait l’objet, ni d’une consultation des citoyens, ni même d’une information (Les élus du conseil municipal n’ont d’ailleurs pas plus été consultés ni informés), préalablement à cette enquête publique.

2-Il s’agit d’une fuite en avant du maire de Bagnolet et d’une tentative de passage en force, le maire ne disposant plus de majorité au conseil municipal. L’opposition de gauche et écologiste mais aussi la majorité de la majorité PCF-FPdG et citoyens) ont ainsi annoncé publiquement leur intention de voter contre ces modifications du PLU. Des associations de Bagnolet comme la nôtre, mais aussi « Citoyenneté en Actes à Bagnolet » et « Bagnolet-Montreuil-L’Essor Parisien » ont fait connaître leur opposition.
Certains de ces projets ont déjà fait l’objet d’une enquête publique, en septembre-octobre 2012, dont le maire a renoncé (faute de majorité) à mettre les conclusions en délibération au conseil municipal. On peut même considérer qu’à cet égard, le maire de Bagnolet se moque non seulement de ses concitoyens, mais aussi des partenaires institutionnels de la commune.

3-Par l’ensemble et l’importance des modifications proposées, cette modification porte atteinte à l’économie générale du PLU : les changements concerneraient plusieurs hectares, supprimeraient un parc public, créeraient un nombre important de besoins en équipements publics… Cette « modification » est en réalité une « révision ».

4-Ces modifications ont toutes pour objectif de sur-densifier une ville déjà assez dense (de bétonner toujours plus une ville qui l’est bien assez), supprimant même un espace vert (le parc du 8 mai 45). Rien n’est évalué ni prévu en matière de besoins d’équipements induits par cette sur-densification.

5-Loin d’être d’intérêt général, les modifications présentées concernent cinq projets immobiliers privés particuliers « à la demande » (on pourrait dire « à la tête du client ») et sans vision globale.

6-La réduction proposée de la zone UD (Dhuys) au profit de la zone UCV (Centre Ville) n’est pas une simple modification : elle consisterait à bouleverser les règles d’urbanisme d’un secteur couvrant 1 hectare d’un secteur pavillonnaire entre la rue des Pernelles et la rue Danton dans lequel figure notamment une activité remarquable et patrimoniale (la Fonderie de Bagnolet »). À noter que ces points ne sont pas précisés dans le rapport de présentation.

7-La réduction de la zone UC (Coutures) au profit de la zone UGCS (Gallieni-Centre Sud) n’est pas non plus une simple « modification » : elle consisterait à bouleverser les règles d’urbanisme d’un secteur couvrant 2,72 hectares dans lequel figure notamment une entreprise secondaire (Filmolux) qui disparaîtrait au profit d’une densification tertiaire. Cette opération privée n’a jamais été présentée aux Bagnoletais et en premier lieu aux habitants de la copropriété Eugène Varlin dont le cadre de vie en serait pourtant lourdement impacté.
Curieusement cette « modification » a déjà fait l’objet d’une opposition au conseil municipal de juin dernier, ce qui a conduit le maire à la retirer.

8- Pour permettre la densification en logements notamment (alors même que les écoles du secteur sont saturées) et de façon contradictoire avec le projet de la ZAC Benoit Hure, tel qu’il a été présenté à l’enquête publique il y a à peine quelques mois, le maire propose la suppression d’un emplacement réservé pour un passage public de la place Salvador Allende pour rejoindre l’entrée de Bel Est via la Poste.
Cette « proposition » est dans le droit fil du fait accompli (on pourrait dire de « la terre brûlée » pratiquée par le maire en centre ville : démolition de l’ancienne école du centre-centre administratif sans consultation, engagement du chantier de l’hôtel de ville sans permis de construire, construction de ce même hôtel de ville sur un emplacement réservé, massacre de tous les platanes de la place Allende, destruction en plein mois d’août de deux immeubles remarquables, contre l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France et sans permis de démolir.
Il est curieux que l’on propose la suppression de l’emplacement du passage public prévu entre la place S. Allende et la poste alors même que la scandaleuse démolition de ces deux immeubles permet de le réaliser dans le prolongement du passage de la poste.

9- Sous couvert de « correction d’erreur matérielle », il s’agit en fait d’autoriser une opération immobilière privée (dont la demande de permis de construire a été déposée - puis retirée ou suspendue - en août 2012.
Cette opération privée aurait pour conséquence la suppression du parc du 8 mai 1945 qui existe depuis cinquante ans : ce qui en resterait correspond à un corridor étroit, espace-tampon résiduel, entre constructions avec en outre tous les problèmes de cohabitation qui en seraient aggravés. Le rapport de présentation mélange un projet de démolition-reconstruction déposé – mais non approuvé- dans le cadre de l’ANRU (hors parc du 8 mai 1945) et le projet immobilier privé dans le parc et qui supprimerait l’espace vert..
Curieusement cette « modification » a déjà fait l’objet d’une opposition au conseil municipal de juin dernier, ce qui a conduit le maire à la retirer.

10- L’opération privée envisagée au 135-145 avenue Gallieni. Il s’agit d’une opération envisagée en l’absence de plan d’ensemble dans un objectif purement privé et sans étude sur l’impact en matière scolaire notamment dans un secteur sur-saturé.
Curieusement cette « modification » a déjà fait l’objet d’une opposition au conseil municipal de juin dernier, ce qui a conduit le maire à la retirer.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons donc, Monsieur le Commissaire Enquêteur d’émettre un avis DÉFAVORABLE à ce projet de modification du PLU.

 

Le Président, Pierre Mathon »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 21:38

plu 8

 

Nous mettons ci-dessous en lien les observations publiées sur le site de l’association « Bagnolet Montreuil, l’essor parisien » sur quatre des modifications du PLU envisagées par le maire :

La densification de l’îlot Etienne Marcel / Lemière et la suppression de l’entreprise Filmolux (Coutures) :

http://www.bagnolet-montreuil-essorparisien.com/enquete-publique-decryptage-2/

Le bétonnage de la place Salvador Allende (centre ville) :

http://www.bagnolet-montreuil-essorparisien.com/enquete-publique-decryptage-3/

La destruction du parc public du 8mai (Malassis) :

http://www.bagnolet-montreuil-essorparisien.com/enquete-publique-decryptage-4/

Une opération immobilière privée avenue Gallieni (Coutures) :

http://www.bagnolet-montreuil-essorparisien.com/enquete-publique-decryptage-5/

Nous ferons connaître en fin de semaine les observations que l’association Bagnolet Écologie présentera au commissaire-enquêteur.

Notons (rapidement) qu’il s’agit de bétonner toujours plus notre commune en ne tenant aucun compte de l’avis des habitants.

Et remercions ces citoyens engagés pour leur remarquable travail de lanceurs d’alerte.

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 19:12

urbanisme selon Sarkozy

 

Comme nous vous en avions informé sur ce blog http://www.bagnoletenvert.com/article-modification-betonnante-du-plu-le-maire-remet-le-couvert-119414765.html, le maire remet le couvert et cherche à faire passer en force ses projets de bétonnage.

plu-c

0 Batellier JF Urba

L’enquête publique sur la modification du PLU se déroule jusqu’au 8 octobre.

Pierre Vionnet a écrit l’article suivant sur le blog de l’association BAGNOLET MONTREUIL, L'ESSOR PARISIEN.


Nous reproduisons son article :

« MODIFICATIONS PLU : L’ENTOURLOUPE !

Nous publions ci-dessous l’analyse de Pierre Vionnet qui a pris le temps, avec 2 architectes-urbanistes et une juriste, d’étudier les fameuses modifications du PLU, que le maire Marc Everbecq, a sollicité dans le cadre de l’enquête publique qui s’achèvera le 9 octobre 2013.

INFO !!! Les habitants et habitantes de Bagnolet peuvent intervenir ! Adressez vos observations en rencontrant l’enquêteur commissaire : il sera présent les 24 septembre, 5 et 9 octobre, pour recueillir nos observations. Nous vous encourageons à le faire ! Toutes les informations ici

 

MODIFICATIONS DU PLU : BRICOLAGES ET PETITS SERVICES ENTRE AMIS AVEC L’IDENTITÉ ET L’AVENIR DE BAGNOLET COMME VICTIMES.

A peine les scandaleuses démolitions de la place de la mairie achevées , le maire de Bagnolet continue son mélange de fuite en avant et de n’importe quoi : de sa seule initiative , sans aucune information préalable ( on n’ose à peine le dire tellement le mépris de la démocratie est devenue consubstantiel de cette pathétique et solitaire fin de mandat …) et sans même en parler en conseil municipal , il fait ouvrir la procédure légale et obligatoire d’enquête  publique pour quelques charcutages du PLU pourtant récemment entré en application en 2011 .

On cherchera en vain dans le dossier une ligne évoquant un projet global, une réflexion à terme , une vision de ville … Et encore moins une quelconque utilité publique . Il ne s’agit là que de petits bricolages pour servir les copains et les coquins en permettant 5 opérations immobilières privées ne comportant ni équipements publics ni logements sociaux .

Pour commencer, on remet le couvert sur les maisons de la place de la mairie/ rue Marceau . Mais dans un ordre propre à la version municipale de la légalité : on démolit d’abord en catimini et sans permis de construire autour du 15 août puis on tente de rétablir la situation par une modification a posteriori du PLU ! Et le résultat final de tout cet imbroglio est que la liaison Mairie-Mercuriales projetée de longue date à Bagnolet n’existe plus légalement , puisqu’elle est purement et simplement supprimée du plan sans être remplacée par rien d’autre ! Vinci peut vraiment faire désormais tout ce qu’il veut ! Mais rien n’est fait depuis des années et le seul bilan Everbecq au centre-ville est un palais-cénotaphe et un champ de ruines !

Après s’être attaqué au patrimoine du vieux bourg, une autre modification permet de démolir et construire plus haut à la place d’un élément majeur et encore bien vivant du patrimoine industriel de la ville : la fonderie Landowski, plus ancienne entreprise de Bagnolet et véritable conservatoire toujours en activité de la fonte de sculpture . Mais le maire préfère visiblement faire partir cette entreprise et bricoler les limites de zones du PLU pour permettre une juteuse opération immobilière .

Comme il ne faut pas faire de jaloux, les grands ensembles sont aussi livrés au bidouillage et à la spéculation . Aux Malassis, le projet Anru jamais vraiment commencé et le PLU prévoyaient au cœur du quartier un grand parc-mail public vert reliant la rue de Stalingrad à la place Sampaix , exactement axé sur les immeubles existants et conservés de la rue Raymond Lefèvre . Ce projet , sans aucun doute trop ambitieux et lisible , est aujourd’hui jeté à la poubelle car quelques margoulins sont venus proposer de construire dans l’espace vert projeté ! La modification supprime l’essentiel de l’espace vert et même le square existant du 8 mai 1945 pour créer un espace résiduel , collé à la façade arrière d’une barre de Paris habitat . Et la bêtise se marie avec le mensonge le plus grossier ! N’ayant sans doute trouvé aucun technicien ou bureau d’étude pour justifier une telle forfaiture , le dossier invente une erreur matérielle !!! Ou alors , l’erreur est ailleurs…car c’est visiblement le nouveau plan qui est une erreur grossière ! Plus c’est gros , plus ça marche, se disent ils …Mais les habitants de Bagnolet et des Malassis ne laisseront pas abîmer ainsi par un mensonge éhonté leur cadre de vie .

Enfin, une modification vient hypothéquer l’avenir de Bagnolet pour lequel est essentielle toute la façade sur le périphérique entre les portes de Montreuil et Bagnolet , de part et d’autre de l’avenue Gallieni . Cette zone est aujourd’hui soumise à un périmètre de constructibilité limitée qui permet d’éviter les coups isolés et incohérents dans l’attente d’une étude globale, c’est en tous cas ce que préconise le code de l’urbanisme . Mais en Bagnolet , où est cette étude globale de développement ? Où est la nécessaire concertation avec Paris et Montreuil ? Où est l’ambition pour le territoire ? La réponse est une levée partielle pour permettre un projet immobilier isolé et de surcroît sans aucun intérêt ni programmatique ni architectural ( une énième résidence services pour investisseurs dans un cube bas de gamme …) !..

La boucle est bouclée : le cumul de la destruction de l’identité de la ville et du gâchis des atouts d’avenir de Bagnolet ! Les deux de rejoignent d’ailleurs puisque le développement est plus que jamais fondé sur les atouts de l’identité des territoires comme le montrent de multiples exemples dans le monde , en France ( l’Ile de Nantes , les docks de Marseille , le port du Havre…) ou ,plus près de nous , les opérations en cours à Pantin, des Grands moulins aux Magasins généraux .

Bagnolet mérite  une vraie politique de développement ambitieuse, construite et mise en œuvre dans le dialogue avec les habitants , les acteurs économiques et les autres collectivités , basée sur les atouts et ressources du territoire , faisant appel aux meilleurs compétences notamment d’architectes talentueux , dans le but d’embellir la ville, de profiter à ses habitants et de développer l’emploi local . Rien de tout cela dans les modifications-bidouillages mises à l’enquête publique . Il convient donc de s’y opposer calmement et fermement pour l’avenir de Bagnolet .

Pierre Vionnet

 TÉLÉCHARGER LE DOSSIER DE L’ ENQUÊTE PUBLIQUE »

 

 

A suivre :

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 06:46

 

camion-a-betonniere.gif

 

Il bouge encore. En tout cas, poussé dans le dos par certains promoteurs mécontents de voir les promesses qu’il leur a faites s’envoler, le maire « ne lâche pas l’affaire » de la modification du PLU.

Contraint de renoncer, faute de majorité, lors du dernier conseil municipal, le 27 juin à sa délibération de modification du PLU, il remet le couvert.

Et voilà pourquoi et comment est annoncée une nouvelle enquête publique pour modifier le PLU de Bagnolet afin de poursuivre le bétonnage autoritaire de Bagnolet en autorisant une dizaine de projets immobiliers privés.

http://www.ville-bagnolet.fr/tl_files/docs%20pdf/divers/20130802AEPPLU1/Arrete_ouverture_enquete_publique.pdf

L’enquête publique est prévue, à la rentrée du 9 septembre au 9 octobre.

Dès que nous en saurons plus sur le contenu du dossier d’enquête nous vous informerons.

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 15:23

0 Batellier JF Urba

 

Voici l’intervention de Tony Di Martino (président du groupe PS-Eelv-Cac93) sur le projet de délibération modifiant le Plan Local d’Urbanisme au dernier conseil municipal.

CM 27juin13-T Di M

À noter que devant l’opposition de la majorité des éluEs de «sa» majorité le maire a été contraint de reculer et de retirer le point de l’ordre du jour.

Retrait définitif ou bien le maire n’a-t-il reculé que pour mieux … SAUTER ?

Pierre Mathon

PLU%209

« Avant d’aborder le contenu même de cette délibération que vous avez décidé de retirer de l’ordre du jour, il me paraît important de rappeler que notre Conseil Municipal a examiné les orientations contenues dans le Projet d’Aménagement et de Développement Durable, le PADD en l’occurrence, le 21 Décembre 2009.

Le  Plan Local d’Urbanisme  a été arrêté par le Conseil Municipal  le 30 Juin 2010  et approuvé le 10 Février 2011.

Pour faire approuver le PLU par votre majorité, Monsieur Everbecq, vous aviez été contraint en Juin 2010 de déposer un amendement au PLU qui comprenait notamment des « protections »- j’utilise ce terme volontairement – ou des limitations de constructibilité.

À l’époque, la protection de la Manufacture des Guidons ne faisait pas débat.

PLU modif1-2

Vingt-huit mois se sont à peine écoulés que déjà vous proposez de modifier ce PLU.

Vos réflexions, intenses n’en doutons pas, vos contacts suivis et réguliers avec les promoteurs, nous le savons, vous amènent à soumettre cette délibération au Conseil Municipal ce soir.

A 8 mois des prochaines élections municipales, votre démarche est pour le moins singulière et imprudente, voire précipitée et inconsidérée.

Alors que vous n’avez toujours pas voulu fournir d’explications sur le trafic d’armes et de cocaïne impliquant un cadre communal au Centre Technique Municipal, alors que vous n’avez toujours pas daigné diligenter d’enquête administrative indépendante afin de faire toute la lumière sur cette affaire qui a eu lieu, rappelons-le, dans un bâtiment communal sans que la hiérarchie administrative et politique ne s’en aperçoive, vous préférez avancer à marche forcée sur cette modification du PLU.

 urbanisme dense-24228606

Modification qui consiste essentiellement à autoriser la densification des quartiers des Coutures et de Centre Sud, en y favorisant la construction de tours à l’image du projet porté par la société COFFIM sur le site de l’ancienne SERAP.

 

Le commissaire enquêteur a conditionné son approbation au respect de 7 conditions  assorties de 6 recommandations et de 3 suggestions.

 

Vous vous « asseyez » joyeusement sur nombre d’entre elles comme sur les remarques des personnes publiques associées.

C’est sans nul doute la manifestation de votre sens aigu de la transparence.

Cette délibération conditionne la réalisation de plusieurs projets d’aménagement que vous avez jugé nécessaire de présenter à la hussarde le 12 Juin dernier à la Butte-aux-Pinsons lors d’une réunion houleuse à souhaits dont vous êtes friand. Six projets dans une même soirée, on frôle l’indigestion !

Ces projets sont à notre sens d’intérêt inégal et il est pour le moins original et imprudent de les proposer tous en même temps, dans une sorte de gloubiboulga que vous aimez tant évoquer !

Vous avez d’ailleurs oublié de les joindre au dossier du Conseil Municipal.

Il est nécessaire d’aménager notre Ville, il est indispensable d’y porter des projets ambitieux.

Mais entre aménagement urbain et livraison clés en mains de la ville aux promoteurs, il existe une limite que vous souhaitez franchir allégrement.

C’est donc sans surprise que nous ne vous suivrons pas sur ce terrain là.

Nous considérons donc qu’il reviendra à la future majorité municipale telle qu’elle sortira des urnes en Mars prochain, de mener une réflexion globale sur notre politique d’aménagement, en toute transparence et en concertation avec la population.

La méthode utilisée devra être exactement le contraire de celle que vous avez choisie pour tenter de faire approuver cette 1ère modification du PLU.

Nous prenons acte du retrait de cette délibération et nous nous y opposerons le moment venu. »

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans PLU
commenter cet article