Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 09:04

TGI-Paris-14nov14-2.JPG



La 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu vendredi 14 novembre 2014 son jugement sur le procès que nous avait intenté la DRH, Anne Lekhal : un des procès suscités par Everbecq  contre notre blog après la publication que nous avions faite en janvier 2012 du pamphlet, anonyme, diffusé massivement à Bagnolet et dénonçant (partiellement) les turpitudes de sa gestion.
justice6

Voici, pour l’information de nos lecteurs-internautes, le jugement.

Ce jugement rappelle des faits et des actions qui ont participé à l’évolution de la situation de Bagnolet.

« Sur les faits :

Pierre MATHON  a été membre du conseil municipal de la commune de BAGNOLET de 2001 à 2008, en tant que représentant du groupe des Verts.

Il est notamment le président d’une association dénommée « BAGNOLET ECOLOGIE, L’ECOLOGIE A BAGNOLET » déclarée le 1er avril 2008 à la préfecture de Seine-Saint-Denis, dont l’objet et de « créer un espace de réflexion, de recherche et de débat sur les politiques locales. »

Pierre MATHON est par ailleurs le directeur de la publication d’un site internet dénommé « BAGNOLET EN VERT – L’ECOLOGIE A BAGNOLET » accessible à l’adresse www.bagnoletenvert.com, sur lequel il publie des articles relatifs à la vie politique locale de la commune de BAGNOLET et à l’activité de l’association « BAGNOLET ECOLOGIE, L’ECOLOGIE A BAGNOLET ». Le 18 janvier 2012, un courriel a été diffusé par le biais d’une intrusion informatique (expédié depuis l’extérieur mais en utilisant le compte d’un agent de la Mairie de BAGNOLET), « au personnel » de cette commune, ainsi qu’à deux organes de presse (Le Parisien et Médiapart), au Préfet du département de Seine-Saint-Denis et au procureur de la République de Paris, le 18 janvier 2012.

Ce courrier, présenté comme émanant de « citoyens bagnoletais en mouvement », anonymes, a pour objet une « Information importante au personnel communal ». Il développe sur trois pages des décisions et arbitrages de gestion, qui ne sont « pas en eux-mêmes répréhensibles » mais qui traduisent « dans les faits et au quotidien sous la forme de prises illégales d’intérêt, d’abus et de détournement de biens publics, de népotisme et de clientélisme caractérisé ».

Sont ainsi évoqués plusieurs thèmes : « ressources humaines », « logement », marchés, cessions d’actifs, gestion budgétaire ».

Est ainsi développé sous le thème « ressources humaines » un paragraphe mettant directement en cause Anne LEKHAL, en qualité de directrice des ressources humaines de cette commune.

Le contenu de ce courriel litigieux a été diffusé le 19 janvier sur le site de Pierre MATHON (www.bagnoletenvert.com) dans le cadre d’un article signé sous ses nom et prénom, intitulé « Bagnolet : bombe à la mairie ».

Le courriel reproduit est annoncé en préambule comme ayant été « envoyé à l’ensemble du personnel communal de la mairie de Bagnolet pour dénoncer les turpitudes du maire et de son entourage ».

Il est affirmé que « compte tenu que la chose est déjà dans le domaine public, du sérieux de ce texte et de son caractère documenté », les lecteurs internautes du site ne peuvent reste dans l’ignorance.

Cette publication a été constatée par huissier le 19 janvier 2012.

(…)

Pierre MATHON avait également été destinataire d’une notification d’un contenu illicite et d’une demande de retrait du message de son site internet, par courrier (…), en date du 24 janvier 2012.

Le 5 février 2012, Pierre MATHON a publié de nouveau l’article supprimé, sous l’intitulé « Erreur 404, Bagnolet : Bombe à la mairie », après l’avoir introduit en ces termes :

« Pour une raison (technique-ou autre) indépendante de notre volonté, l’article que nous avions publié jeudi 19 janvier (il y 15 jours), vient de se transformer en « erreur 404 ».
C’est donc bien volontiers que nous le republions aujourd’hui en priant nos lecteurs internautes de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée.
Pierre Mathon ».

Cette publication a été constatée par procès-verbal d’huissier en date du 6 février 2012.

Par ordonnance de référé de ce tribunal en date du 29 février 2012 (40 jours après la publication. Ndlr), il a été ordonné à Pierre MATHON et à la société JFG NETWORKS, à la demande de Marc EVERBECQ, de retirer l’article intitulé « erreur 404 Bagnolet : Bombe à la mairie », sous astreinte, paru sur son blog, et de prendre toute mesure de nature à rendre impossible sa consultation sur ce site et sur tout autre site internet. (Nous avons évidemment exécuté ce jugement. Ndlr)

C’est dans ce contexte qu’Anne LEKHAL a déposé plainte avec constitution de partie civile des chefs d’injures publiques à l’égard d’un fonctionnaire public en raison de la publication du courrier et de l’article respectivement intitulé « Bagnolet : Bombe à la mairie » et « erreur 404, Bagnolet : bombe à la mairie », publiés pour l’un le 18 janvier 2012, et pour l’autre le 5 février 2012, sur son site internet.

L’information judiciaire ouverte n’a pas permis d’identifier l’auteur du courriel du 18 janvier 2012, expédié depuis un cybercafé de MONTREUIL, qui s’est avéré être en liquidation judiciaire.

Elle a en revanche permis de confirmé que Pierre MATHON était bien l’auteur du message du 5 février 2012, qu’il avait mis en ligne sur son blog.

Une ordonnance de non-lieu partiel a ainsi été rendu le 29 janvier 2013, Pierre MATHON étant renvoyé devant ce tribunal dans les termes de la prévention visée ci-dessus, à savoir uniquement pour la diffusion le 5 février 2012 de l’article intitulé « Erreur 404, Bagnolet : bombe à la mairie ».

Sur l’injure :

L’alinéa 2 de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 définit l’injure comme « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ».

L’appréciation du caractère injurieux du propos relève du pouvoir du juge ; elle doit être effectuée :

En fonction du contexte, en tenant compte des éléments intrinsèques comme extrinsèques au message,

De manière objective, sans prendre en considération la perception personnelle de la victime.

En l’espèce, les propos incriminés sont les suivants :

« C’est en particulier le cas de Mme Anne LEKHAL, directrice des ressources humaines et notoirement incompétente, qui a brillamment échoué à obtenir le grade d’attaché territorial. Elle a été, comme bien d’autres, choisie pour sa docilité et ses limites professionnelles. Il est plus simple d’imposer des choses à des agents non légitimes, ou qui vous sont redevables d’occuper un poste inespéré ».

C’est à juste titre qu’Anne LEKHAL soutient que le fait de la présenter comme étant, es qualité de directrice des ressources humaines, « notoirement incompétente », constitue une injure puisqu’il s’agit d’une expression outrageante portant atteinte à l’honneur ou à la délicatesse, n’emportant l’imputation d’aucun fait précis de nature à faire l’objet d’une preuve contraire.

Il en va de même s’agissant des accusations de docilité à l’égard d’un employeur ou d’une équipe dirigeante, présentés, au regard du contexte intrinsèque des propos, à travers le prisme d’un « véritable système privilégiant l’intérêt particulier à l’intérêt général dans une conception anti-démocratique du pouvoir ».
du « népotisme »,
d’un « système verrouillé autour de personnes du sérail »,
d’une « équipe au pouvoir » ayant recours à des pratiques frauduleuses et destructrices ».

En effet, Anne LEKHAL, visée manifestement en sa qualité de fonctionnaire public, puisque mise en cause sur ses qualités professionnelles en tant qu’ « agent » de la commune, est ainsi présentée comme n’ayant pas les compétences nécessaires pour assurer un poste qui lui aurait été attribué de manière indue, avec cette conséquence nécessaire qu’elle devrait en être redevable, et qu’elle serait ainsi en collusion avec une « équipe au pouvoir » ayant recours à des « pratiques frauduleuses et destructrices ».

Sur la bonne foi :

Pierre  MATHON explique notamment qu’il était « de la vocation » de son blog de publier l’article en cause, compte tenu de l’exactitude des éléments qu’il contenait (ceux-ci étant même « en dessous de la réalité », selon lui) et sollicite le bénéfice de la bonne foi en l’absence d’animosité personnelle à l’égard d’Anne LEKHAL, dont le déplacement  professionnel par la suite établirait la preuve de son « incompétence notoire », même si le prévenu reconnaît qu’il ne la connaît pas personnellement.

Il est exact que les propos poursuivis s’inscrivent dans un contexte particulier, plus vaste que le présent litige, à savoir la volonté d’informer les habitants de BAGNOLET via le blog que tient Pierre MATHON, lequel est notamment consacré à la vie politique locale, de sorte que le but poursuivi peut apparaître, in fine, légitime.

Si aucune animosité personnelle n’est établie à l’égard de la partie civile, à savoir préexistante et extérieure au sujet traité, au regard de l’implication politique et associative de Pierre MATHON dans la vie de la commune, les propos litigieux, délibérément remis en ligne après avoir été retirés le 3 février 2012, révèlent indéniablement une absence de prudence dans leur expression ; le prévenu ne peut en conséquence qu’être déclaré coupable des faits qui luis sont reprochés ; il sera condamné à une amende avec sursis, au regard de son casier judiciaire.

Sur l’action civile :

Il y a lieu de recevoir Anne LEJHAL en sa constitution de partie civile : compte tenu de l’ensemble des éléments de la cause, il convient de lui accorder 1 € à titre de dommages-intérêts en réparation du préjudice moral subi, outre la somme de 500 € en application de l’article 475-1 du code de procédure pénale.

Il convient d’ordonner la publication  d’un communiqué judiciaire tel que précisé dans le dispositif sans qu’il soit nécessaire de l’assortir d’une astreinte.

Il n’y a pas lieu d’ordonner le versement provisoire des dommages et intérêts alloués.

POUR CES MOTIFS

Le tribunal, statuant publiquement, en premier ressort et par jugement contradictoire à l’égard de Pierre MATHON, prévenu et d’Anne LEKHAL (article 424 du code de procédure pénale) ; partie civile,

Déclare Pierre MATHON coupable d’injures publiques envers un fonctionnaire public, en l’espèce, Anne LEKHAL,

Le condamne à une amende de TROIS CENTS EUROS (300 €)

Vu les articles 132-29 à 132-34 du Code pénal :

Dit qu’il sera sursis totalement à l’exécution de cette peine dans les conditions prévues par ces articles ;

Avertissement

ReçoitAnne LEKHAL en sa constitution de partie civile ;

CondamnePierre MATHON à verser à Anne LEKHAL UN EURO (1€) à titre de dommages-intérêts en réparation du préjudice moral subi et la somme de CINQ CENTS EUROS (500 €) en application de l’article 475-1 du code de procédure pénale :

Ordonne la publication, sur le site internet www.bagnoletenvert.comdans une taille de police de caractère 12 et dans les huit jours de la date à laquelle le présent jugement sera devenu définitif, du communiqué suivant :

« Par jugement du 2014, le tribunal de grande instance de PARIS (17ème chambre correctionnelle – chambre de la presse) a condamné Pierre MATHON, directeur de la publication du site internet www.bagnoletenvert.com pour avoir injurié publiquement Anne LEKHAL le 5 février 2012, en publiant un article la mettant en cause intitulé « Erreur 404, Bagnolet : Bombe à la mairie » ;

Dit que ce communiqué, placé sous le titre « Publication judiciaire », devra figurer en dehors de toute publicité et être accessible pour une durée d’un mois,
- soit directement sur la première page-écran d’accueil du site,
- sur une page du site immédiatement accessible par un lien hypertexte depuis une rubrique (ou une icône) intitulée « PUBLICATION JUDICIAIRE » et figurant sur la première page-écran de la page d’accueil du site,

Déboute Anne LEKHAL de sa demande d’astreinte ;

 

Déboute Anne LEKHAL de sa demande de versement provisoire des dommages et intérêts alloués. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 06:05

ctm 5juin13-2


Coup de tonnerre à Bagnolet il y a un an, le 5 juin 2013, la police saisissait 11 kg de cocaïne au garage municipal. C’était sous Everbecq et le coupable était son protégé, ainsi que celui du directeur général des services de la mairie Hassen Allouache.

Nos premiers articles sur ce qui n’était pas seulement un fait divers, mais
le début de la chute pour celui qui allait devenir « l’encore-maire »,  puis « le-maire-sorti » :

http://www.bagnoletenvert.com/article-la-pj-interpelle-le-directeur-du-garage-municipal-et-perquisitionne-le-ctm-de-bagnolet-118289469.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-la-pj-au-ctm-de-bagnolet-9-kg-de-cocaine-et-des-armes-118295772.html (11 kg en réalité. Ndlr)

http://www.bagnoletenvert.com/article-marc-everbecq-est-en-colere-118303746.html

Mouss evbq lepoint

Remember.

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 08:29

Image%202(1)

 

La Seine-Saint-Denis vient de remporter une victoire juridique contre la banque Defpa dans une affaire concernant les emprunts toxiques souscrits par l’ancien président (PC) du conseil général. Rappelons que c’est une nouvelle majorité, dirigée parle PS, qui a engagé les recours en justice.

« Emprunts toxiques : victoire juridique de la Seine-Saint-Denis contre une banque

Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à la Seine-Saint-Denis dans la bataille judiciaire qui l'oppose à la banque Defpa autour des « emprunts toxiques ». La collectivité avait assigné en 2011 la banque irlando-allemande au motif de l'absence de mention du taux effectif global (TEG) dans son contrat de prêt de 10 millions d'euros signé en 2006.

Dans son jugement, rendu mardi 25 mars, le tribunal ordonne l'annulation du taux d'intérêt de ce contrat et son remplacement par le taux légal de 0,04 %, et ce de manière rétroactive à compter du 30 novembre 2006. « Cela représente un gain estimé à près de 11 millions d'euros pour le département », s'est réjoui Stéphane Troussel, président (PS. Ndlr) du conseil général, qui a salué une « belle victoire ».

« Cette décision de justice est une bonne nouvelle pour continuer la bataille contre ces emprunts toxiques sur le plan politique et pour reprendre les négociations avec certaines banques ».

UNE AUTRE AFFAIRE EN COURS AVEC DEXIA

Selon M. Troussel, le taux de ce prêt, indexé sur la variation des valeurs de l'euro et du franc suisse, est passé de 1,47 % par an initialement à plus de 30 % aujourd'hui. Lors du démarrage de l'action en justice, en février 2011 en pleine crise financière, il avait connu un pic à 55 %.

 En février 2013, le conseil général de Seine-Saint-Denis avait obtenu du tribunal de grande instance de Nanterre l'application d'un taux d'intérêt plus favorable sur trois prêts contractés auprès de Dexia. Mais la banque a fait appel de cette décision, soulignant n'avoir pas été condamnée sur le fond. Cet appel, suspensif, oblige le département le plus pauvre de France à continuer à payer aux taux convenus contractuellement – et qui ont flambé depuis – tant que l'affaire n'est pas rejugée. »

Le Monde.fr du 25.03.2014 »

Ces informations nous concernent doublement parce qu’à Bagnolet le maire et sa majorité sortante avait aussi souscrit une (très) grande quantité d’emprunts toxiques.

Pierre Mathon

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 09:43

Emprunt-toxique

 

S’il n’y avait qu’une seule raison de se débarrasser d’urgence de l’équipe-encore-en-place-mais-plus-pour-longtemps, ce serait bien l’endettement des Bagnoletais qui nous place à la peu enviable quatrième place des villes les plus endettées de France. Cette équipe a organisé une véritable hémorragie des deniers publics !

Le Monde.fr a fait une enquête sur les emprunts toxiques. Voici ce qu’il écrit sur Bagnolet ce 13 mars :

« Maire communiste depuis 2001, Marc Everbecq n'a jamais répondu à nos sollicitations (C’est la tactique habituelle et dans ce domaine comme dans les autres, il a mis en place une opacité complète. La nouvelle équipe risque de découvrir des dégâts cachés encore plus importants. NDLR). Bagnolet est l'une des rares communes du panel où nous avons dû nous contenter des chiffres mentionnés dans le fichier Dexia (qui sont valables uniquement pour les emprunts souscrits auprès de cette banque à fin 2009) et du rapport de la Chambre régionale des comptes, qui donne des chiffres pour 2012 (LE MONDE aussi, comme CHARLIE, s’est aperçu que Bagnolet est devenue une ville spéciale, anormale, malade, cassée, ruinée… cachotière  NDLR). L'opposition mentionne une proportion plus faible de prêts toxiques pour 2013 (environ un quart, soit tout de même « le coût d’une école ») mais ces estimations ne sont pas vérifiables, en l'absence de chiffres officiels. »

 

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:20

sans-radio-CSA-28fev14.JPG

 

 

Le communiqué des Sans Radio de l'Est Parisien, pris sur leur blog :

 

« À l'initiative de Mme Fanélie Carrey-Conte, député (PS. Ndlr) du XXè arrondissement, Jean-Pierre Camby, conseiller auprès du président du CSA, a reçu une délégation de l'association ce vendredi 28 février.

L'association adresse ses remerciements à Mme Carrey-Conte qui avait engagé des démarches auprès du CSA pour organiser cette rencontre.

L'entretien a duré plus d'une heure.


On voit sur la photo - prise par le président de l'association (Michel Léon. Ndlr) - à gauche : le collaborateur de la députée, qui avait une obligation et avait quitté le rendez-vous après une bonne demi heure d'entretien, Jean-Michel Blengino et Julien Hirzowski, administrateurs de l'association.

En face, Jean-Pierre Camby, Franck Lebeugle, directeur des technologies, Séverine Belly, responsable du département diffusion radiophonique, et  Alix Cornélis, responsable du département protection de la réception et sécurité du spectre (que l'association avait déjà rencontré ...en 2005 ! ).

Nous reviendrons très prochainement sur cet entretien au cours duquel l'association a fait part de plusieurs propositions techniques... En réponse, le CSA a fait part de son intérêt pour les "solutions" préconisées par l'association.

Il a été convenu que le CSA établirait un compte rendu et qu'il serait donné suite à cette réunion.

Ce blog reviendra prochainement sur cette rencontre importante. » 

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 19:12

Charlie Bagnolet 26fev14-4

 

Selon les journaux, JF Copé serait pris dans une sale affaire avec une boite de com’ amie, « Bygmalion », qui aurait surfacturé ses prestations à l’UMP. D’où la vindicte des partisans de Fillon qui dénoncent la chose.

UMP ah ah ah

casseroles

Or, il se trouve que la société qui conçoit le site internet (conception graphique et technique) de Bagnolet n’est autre que la société Bygmalion.

Bygmalion-Bagnolet-fev14.jpg

On se souvient de l’affaire Arcet Notation* où nous avions informé les Bagnoletais que la mairie de Bagnolet et le même Everbecq, quelques années auparavant, avaient des liaisons pour le moins curieuses avec Euro2C, une société de com’ liée à la droite RPRo-pasquaïenne et Woerth.

Rebelote avec Bygmalion !

Le maire doit rendre public le contenu du contrat entre la mairie de Bagnolet et Bygmalion !

Pierre Mathon

* http://www.bagnoletenvert.com/article-affaire-everbecq-arcet-notation-jean-luc-schnoebelen-deboute-122236390.html

 

http://www.bagnoletenvert.com/categorie-11862238.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 17:46

abb 16fev14-10

 

Malgré les obstacles mis par l’encore-maire pour empêcher la tenue de la fête du nouvel an berbère, prévue initialement le 25 janvier (décidément Everbecq n’aime pas les initiatives qui échappent à son contrôle), la fête a eu lieu ce dimanche 17 février après-midi salle Pierre et Marie Curie.

abb 16fev14-1

abb 16fev14-12

abb 16fev14-6

Un monde fou et quelle ambiance !

abb 16fev14-9

abb 16fev14-2

abb 16fev14-3

Photos !

 

abb 16fev14-4

abb 16fev14-5

abb 16fev14-7

abb 16fev14-8

abb 16fev14-11

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 13:23

terrorisme.jpg

 

 

Nous publions ci-dessous une tribune parue dans Libération.fr ce 11 février où il est question de Bagnolet :

terrorisme5
« Le terrorisme mythifié

L’un des effets pernicieux du terrorisme consiste à distordre l’espace et le temps. Des organisations terroristes comme les Brigades rouges et Action directe justifiaient leurs assassinats par la continuité d’une lutte collective à travers l’Histoire (partisans italiens d’un côté, républicains espagnols de l’autre). Enfin, la Fraction Armée rouge (RAF) entendait «en finir avec la génération qui avait créé Auschwitz». Cette volonté de dévoyer la mémoire collective est sous-estimée par les spécialistes.

Lorsqu’en décembre 2013, le maire de Bagnolet, Marc Everbecq, décide d’accorder la citoyenneté d’honneur au terroriste Georges Ibrahim Abdallah (1) et refuse de recevoir une délégation de l’Association française des victimes du terrorisme, il n’exprime pas autre chose que son adhésion au discours mythique du terrorisme et, dès lors, au terrorisme lui-même. Ce discours s’articule selon une narration imaginaire qui transcende la réalité et exalte les aptitudes guerrières. Il ne peut souffrir de la moindre contradiction : les terroristes et les victimes sont ainsi mis en scène dans un théâtre de l’illusion car l’auteur d’un attentat ne s’y proclame pas «terroriste», tout comme il ne reconnaît pas le statut de «victime» à ceux qu’il frappe. Parce que le terroriste se définit comme étant lui-même une victime. Cet acte usurpateur est d’une violence inouïe. Or, Abdallah est bien un nouvel avatar de ce discours mythique qui l’érige au rang d’un «colonel Fabien qui a combattu les nazis, un pistolet à la main», d’un «résistant communiste», d’un «héros arabe», d’un«militant anti-impérialiste». Il nous paraît irresponsable de favoriser chez une partie de la jeunesse française des modes d’identification qui relèvent du pur fantasme. Ni la guerre civile au Liban ni le conflit israélo-palestinien ne peuvent être instrumentalisés et être brandis comme des exutoires. Les tueries de Toulouse et Montauban en ont donné une illustration cruelle. Les réseaux sociaux et la multiplication des supports de diffusion aggravent ce constat : toute nuance, tout paradoxe, toute analyse approfondie, toute hiérarchisation se trouvent écrasés par la dialectique de l’amalgame. L’école peine à forger les outils qui permettent à des enfants et des adolescents de se projeter dans un modèle de citoyenneté. Le schéma paranoïaque du bouc émissaire se substitue à la représentation de la réalité chez de nombreuses personnes, furieuses de ne pas se percevoir comme appartenant à une communauté de citoyens. Les conséquences sont douloureuses : certaines familles voient leurs enfants quitter la France pour s’immiscer dans la barbarie de la guerre civile en Syrie. Ces enfants sont en recherche de sens et succombent, eux aussi, aux sirènes du discours mythique. La falsification de l’Histoire et la fabrication de héros imaginaires aux mains souillées comme Abdallah ne peuvent que favoriser la radicalisation. Ce n’est pas seulement offensant pour les victimes du terrorisme. C’est contribuer à la fabrication d’une bombe à retardement pour la société civile.

(1) Décision suspendue le 31 janvier par le tribunal administratif de Montreuil.

Michel WIEVIORKA Administrateur de la Fondation maison des sciences de l'hommePierre CONESA Maître de conférences à Sciences-Po etGuillaume DENOIX DE SAINT-MARC Directeur de l'Association française des victimes du terrorisme »

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 20:31

Berberes.png

 

L’encore-maire avait bien essayé de les bloquer : le 25 janvier, l’ABB (l’association des Berbères de Bagnolet s’était vue refuser le gymnase Joliot-Curie au dernier moment alors qu’elle avait l'accord des services, déjà commandé les musiciens et imprimé les invitations.

Une façon pour ce despote (en fin de règne) de « punir » cette association, très ancienne à Bagnolet et bien implantée, pour le crime de lèse-majesté de son président (qui a décidé -comme citoyen- de s’engager sur la liste de Tony Di Martino.

Ce n’était que partie remise : la "fête du nouvel an berbère" qui devait avoir lieu fin janvier est donc reportée au dimanche 16 février à partir de 14 heures salle Pierre et Marie Curie

(contact 06 20 66 38 57
berberesdebagnolet@voila.fr.)

À dimanche pour cet après-midi festif, culturel et républicain !

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:46

CM-5-fev14-1.jpg

 

Le conseil municipal d’hier soir mercredi sentait la fin de règne.

Le maire l’a bâclé avec tout le mépris de la loi et des autres dont il est coutumier, ne prenant pas la peine, comme il le devait, de présenter aux fins de ratification les procès-verbaux des séances des 11 et 23 décembre 2013.

Après avoir expédié le débat sur le contrat de développement territorial, l’encore-maire clôtura la séance en queue de poisson quittant la salle et refusant de débattre du vœu déposé par le groupe PC-PG et de la question orale déposée par le groupe PS.

m-pris-13600907.jpg

naufrage concordia

Fin de règne et toujours le même mépris de la démocratie et de la loi républicaine.

 

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Bagnolet 2012-2013 vie locale
commenter cet article