Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 16:08
À propos de l'ouverture des bouches d'eau à incendie en période de canicule

Les «geysers sauvages» ne sont pas que risqués. Ils sont anti-écologiques et gaspilleurs d'eau. Ils pèsent dans la facture d'eau des collectivités et des contribuables.

En cette période de canicule, un millier d'ouvertures sauvages ont été recensées à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Cette pratique, venue des États-Unis, est fortement critiquée car dangereuse. Mais outre le risque provoqué par ces «street pooling», comme cela est nommé outre-Atlantique, ce phénomène a un coût à la fois économique et écologique.

Cela nous a coûté, à nous, « cochons de payants », 2,4 millions d'euros pour 4 semaines en Ile de France.
 

Plusieurs mairies vont demander à l'État de débloquer des fonds pour financer des systèmes de sécurité.

Bon, il est clair que les pouvoirs
publics devraient envoyer des éducateurs, qui s'ils sont indispensables, ne suffisent plus malheureusement ET des policiers pour faire respecter la loi ... Cela n'empêche pas de se battre (collectivement) pour que des solutions de rafraîchissement soient trouvées dans nos villes trop denses et trop dépourvues d'eau et d'arbres.

À lire aussi :
-
http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/06/22/les-geysers-sauvages-par-temps-de-canicule-un-jeu-dangereux_5149696_3244.html

-
https://paris-luttes.info/polemique-des-bouches-d-incendie-8394

- https://vimeo.com/176753304?ref=fb-share

- http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/orly-il-veut-empecher-des-jeunes-une-bouche-incendie-il-recois-un-coup-de-cle-molette-streetpooling-video

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 14:14
Vers la gestion publique de l'eau à Bagnolet ?

Nous vous avions signalé dans notre article consacré au bulletin de propagande municipale une tribune des éluEs ps qui dit assez clairement la volonté de la municipalité de Bagnolet de s'engager en faveur de la régie publique. C'est un point d'appui pour celles et ceux – dont nous sommes - qui luttent pour que la gestion de l'eau soit publique.

Nous pouvons également nous appuyer sur des études techniques.

Il faudra une volonté politique forte et sans faille des éluEs et la coordination Eau Ile-de-France appelle les citoyens à se manifester.

La Coordination Eau Ile-de-France souligne qu'il faut obtenir du territoire Est Ensemble qu'il laisse Bagnolet sortir du SEDIF pour mettre en place sa régie publique avec « Eaux de Paris ». 


D'ores et déjà, une réunion à ce sujet est prévue à Est Ensemble le 7 juillet à laquelle la Coordination Eau Ile-de-France appelle les citoyrnNEs à se rendre nombreux pour montrer le soutien des citoyens à la gestion publique.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 19:55
Et si Bagnolet passait à la gestion publique de l'eau ?

Lu sur le blog de la Coordination Eau Ile de France, ce 4 juin :
 

 

«BATAILLES POUR UNE GESTION PUBLIQUE

 

BAGNOLET ÉTUDIE LE PASSAGE À UNE GESTION PUBLIQUE DE L’EAU

 

La réflexion et le débat sont bien lancés à Bagnolet pour le passage à une gestion publique.  Après un vœu en faveur de la gestion publique adopté par le conseil municipal du 29 mars,  le conseil municipal a reçu Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris, pour présenter la gestion publique de l’eau à Paris. A la suite de cette réunion, le Maire de Bagnolet a demandé à Eau de Paris de réaliser une étude de faisabilité pour une  gestion publique à Bagnolet, approvisionnée par la régie publique parisienne. Ci-dessous un article d’Elsa Marnette dans le Parisien du 4 juin, suivi de notre commentaire…

"A Paris, l’eau, gérée en régie publique, revient à 3,54 € le m3. Sur le territoire d’Est Ensemble, où le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) délègue cette compétence à Veolia, le m3 s’élève à 4,27 €. Cette différence de coût pousse la ville de Bagnolet à rouvrir le débat sur une sortie du Sedif, rendue possible par la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (Notre). Le débat avait déjà été houleux, lors de la précédente décision de réadhérer au Sedif, en 2010.

Jean-Claude Oliva, élu d’opposition (EELV) à Bagnolet et directeur de la Coordination Eau Ile-de-France, a récemment soumis un vœu en ce sens, approuvé lors du dernier conseil municipal. Depuis, la ville a demandé à Eau de Paris de réaliser une étude de faisabilité pour un rapprochement de Bagnolet avec la capitale. Un groupe de travail, « transpartisan », a également été créé.

Le calendrier est serré puisqu’il faut qu’Est Ensemble se décide avant le 31 décembre. « Nous avons une opportunité historique, souligne le maire (PS) Tony di Martino. La gestion publique est censée être moins chère, il n’y a pas de prestataire privé, pas d’actionnariat, pas de surplus de coût. Il n’y aurait plus de coupures d’eau abusives et illégales, la collectivité n’a aucune raison de couper l’eau. Mais il faut mettre en regard le montant des investissements. »

C’est là que le sujet pourrait achopper : une récente étude commandée par Est Ensemble montre qu’il s’élèverait à 137 M€, rien que pour préparer les réseaux du territoire à faire circuler le précieux liquide d’Eau de Paris. Et ces travaux se répercuteraient sur la facture des usagers puisqu’un principe dit que « l’eau paie l’eau. Le budget annexe doit être à l’équilibre, assure l’adjoint (PS) aux finances Olivier Taravella. Si ça représente 15 centimes de plus au mètre cube sur vingt ans, ça va poser la question de la soutenabilité du projet. »

A noter que cette décision doit être prise à l’échelle d’Est Ensemble : « Bagnolet n’est pas dans une logique sécessionniste mais on peut avoir un rôle d’aiguillon, souligne-t-on dans l’entourage du maire. Il y a une possibilité juridique qui s’ouvre, c’est l’occasion d’aller au bout de la réflexion. »

Selon le vice-président chargé de l’eau et de l’assainissement au territoire, « ce n’est pas juridiquement impossible » de laisser une ville partir seule. « Mais il faut bien réfléchir à la gouvernance, aux conséquences financières, juridiques et sociales, souligne Christian Lagrange. Le débat est partout mais il n’a pas l’acuité qu’il a à Bagnolet. »

Illustration à Montreuil : le premier adjoint Ibrahim Dufriche s’est récemment fendu d’un courrier public au maire PCF lui demandant de se positionner sur le sujet. « Le débat n’a pas encore été ouvert, le maire consultera toutes les formations politiques », répond-on dans l’entourage de Patrice Bessac."

Notre commentaire

L’étude à laquelle il est fait référence dans l’article date de 2013. Elle part d’hypothèses très défavorables à la gestion publique, comme la reconnu récemment un représentant d’Espelia, le bureau d’études qui l’a réalisée.

Les 137 millions d’euros d’investissements concernent la déconnexion de tout le territoire Est Ensemble (et pas de la seule ville de Bagnolet) du SEDIF. Ce résultat est obtenu avec l’hypothèse contestable que le coût total de la déconnexion devrait être payer par Est Ensemble.  En réalité, cela devrait être l’objet d’une négociation avec le SEDIF.

L’augmentation de 14 centimes par m3  prévue selon l’étude en régie publique cumule une autre hypothèse contestable : celle d’un remboursement de l’investissement en 12 ans, une durée extrêmement courte pour ce genre d’investissements patrimoniaux; il faudrait plutôt compter 30 à 40 ans. Ceci dit, c’est également la hausse prévue en continuant avec le SEDIF. Autant dire que dans le pire des cas, le passage en régie reviendrait au même tarif que la gestion privée avce le SEDIF et Veolia. Et très probablement beaucoup moins cher!

 

Voir nos analyses détaillées (avec lien vers l’étude présentée en décembre 2013))

 

Est Ensemble: la gestion publique enfin à l’ordre du jour?

 

Est Ensemble: assez tergiversé, la régie maintenant! »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 12:18
Un article de la coordination Eau Ile de France du 22 mai 2017 :

« DROIT À L'EAU & TARIFICATION

LA SOLIDARITÉ S’AMPLIFIE AUTOUR DES DÉFENSEURS DU DROIT À L’EAU


 

Après celui de Bagnolet en avril, d’autres conseils municipaux, comme ceux de Paris, de Fontenay-sous-bois et de Bondy ont adopté des vœux de soutien à la Coordination Eau Île-de-France et à la Fondation France Libertés, confrontées à des poursuites en diffamation de Veolia pour leur dénonciation des pratiques illégales de coupures d’eau.


 

Lors du conseil municipal du 18 mai 2017, les élus de Bondy ont adopté à l’unanimité le vœu suivant:

« LES COUPURES D’EAU POUR IMPAYÉS SONT ILLÉGALES !

Depuis longtemps, notre majorité municipale est attentive au soutien à apporter aux Bondynois en proie à des difficultés à faire face aux paiements de certaines factures. Dans la même logique elle ne peut que s’opposer à  des coupures d’eau par Veolia pour impayés au motif qu’on ne doit pas priver les personnes démunies de l’accès à l’eau et à des toilettes.

Malgré ces tentatives, la loi a continué à autoriser les coupures d’eau jusqu’à ce que la loi Brottes entre en vigueur. Depuis le 16 avril 2013, toutes les coupures d’eau dans une résidence principale pour motif d’impayés sont illégales. Ce changement très profond n’a fait l’objet que de peu de publicité.

Cette nouveauté législative n’est pas niée, mais elle est combattue sournoisement car elle enlève aux distributeurs un moyen de pression très commode. Et peu de consommateurs savent que les coupures sont interdites partout et pour tous en France. Cette importante décision fait suite à une interdiction similaire prises au Royaume-Uni il y a 15 ans.

Dans la Loi Brottes, il est précisé que :« Les distributeurs d’eau ne peuvent procéder, dans une résidence principale, à l’interruption, y compris par résiliation de contrat, pour non-paiement des factures, de la fourniture d’eau aux personnes ou familles», alors qu’auparavant, cette interdiction était limitée aux seules personnes qui étaient aidées par le Fonds de solidarité pour le logement.

Ce texte est similaire à celui sur les coupures d’énergie mais ce dernier est limité à la seule période d’hiver. Pour l’eau, il n’y pas la moindre exception. Le décret d’application du 27 février 2014 n’a donné aucune explication concernant la portée de la disposition législative sur les coupures d’eau. Il a d’ailleurs été rédigé de manière à ne pas dire que les coupures d’eau sont désormais interdites ou qu’elles sont autorisées dans certains cas. Du coup, juridiquement, la loi exclut toutes les coupures sans prévoir d’exception.

Le décret du 27 février 2014 n’autorise pas non plus les réductions de débit pour l’eau et doit être interprété comme excluant cette possibilité. De toute façon, depuis 2008, ces réductions étaient devenues totalement illégales mais cela n’a pas empêché certains grands distributeurs de continuer sans être inquiétés à les pratiquer sur une grande échelle.

Ainsi, avec EST ENSEMBLE, chaque fois qu’une situation nous était connue, nous sommes intervenus auprès de VEOLIA et l’eau a été systématiquement rétablie.

Nous invitons nos concitoyens à ne pas se laisser intimider et à répliquer. Attention, si la loi doit être respectée, il est évident que les factures d’eau doivent aussi être payées. La loi Brottes n’a pas rendu l’eau gratuite !

Nous n’excluons pas d’autres modes d’interventions auprès du SEDIF et nous invitons également VEOLIA à respecter la loi. Nous nous engageons à continuer à soutenir nos concitoyens si d’aventure, l’irrespect de la loi Brottes se faisait encore jour sur le territoire de la commune de Bondy.

Le conseil municipal soutient également les associations « Coordination Eau Ile-de-France » et « Fondation France Libertés » dans leur combat pour le droit à l’eau des usagers, et le passage à une régie publique de l’eau et demande à M Frérot, PDG de Veolia, d’abandonner les poursuites à l’encontre d’Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés et de Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination Eau Île-de-France.

Le Conseil municipal de Bondy octroie également une subvention de 500 euros à partager entre les deux associations, en complément de celle que nous nous engageons à voter au Conseil de territoire du 23 mai 2017. » »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 11:32
Véolia condamnée pour pratiques illégales sur personnes handicapées

Lu ce 3 mai 2017 sur le blog de la coordination Eau Ile-de-France :

« VEOLIA CONDAMNÉE À 22 000 EUROS D’AMENDE POUR PRATIQUES ILLÉGALES SUR PERSONNES HANDICAPÉES

Dans deux décisions séparées, la société Veolia vient d’être condamnée à 19 000 euros et 3 000 euros d’amende par le tribunal de Nanterre et le tribunal de Toulon pour pratiques illégales de coupure d’eau et de réduction de débit d’eau à l’encontre de deux personnes handicapées et invalides.

Comme la Fondation France Libertés et la Coordination Eau Ile-de-France le dénoncent depuis plusieurs années, le juge de Nanterre rappelle que Veolia viole sciemment la loi en connaissance de cause :

« L’obligation de la société VEOLIA EAU, qui ne conteste pas le principe de sa responsabilité, n’est pas sérieusement contestable suite à la privation de Monsieur D. d’un accès à l’eau courante pendant près de 30 mois, en violation des dispositions précitées. La société VEOLIA EAU ne démontre pas l’existence d’une faute commise Monsieur D. venant réduire son droit à indemnisation et il convient de rappeler que la victime n’est pas tenue de limiter son préjudice dans l’intérêt du responsable. Il résulte des pièces versées au débat que Monsieur D. bénéficie de l’allocation adulte handicapé comme étant atteint d’un taux d’incapacité compris entre 50 et 75%».

Le juge de Toulon rappelle que Veolia a été condamnée à maintes reprises et que les victimes doivent être protégées du risque de toute nouvelle coupure ou réduction de débit :

« Au regard des nombreuses décisions intervenues en la matière allant toutes dans le même sens pour considérer que cette pratique est soit illicite soit a minima non légalisée, il apparaît au travers les pièces du dossier que la société VEOLIA continue nonobstant la présente instance d’exercer cette pratique de la réduction du débit d’eau.

Il y a lieu de faire droit à la demande d’interdiction à l’encontre de la société VEOLIA EAU et de la Compagnie des eaux et de l’Ozone, de procéder à l’égard de Madame S., à une nouvelle coupure du branchement ou à une réduction du débit d’eau pendant une durée de deux ans, sauf nouvelle disposition législative expresse, et cela sous astreinte de 20 euros par jour d’infraction constatée. »

La décision du juge de Toulon d’interdire pendant deux ans toute nouvelle coupure chez la victime démontre le fait que le juge comprend parfaitement le risque qui subsiste pour Madame S.. Il
explique ce risque dans la nature même de la pratique illégale :

« Il apparait dès lors que le préjudice est essentiellement moral et vexatoire, causé par l’incertitude que constitue le pouvoir dévolu à l’opérateur chargé du service public de la fourniture d’eau, agissant en connaissance de cause pour contraindre de manière illégitime une personne confrontée à des difficultés financières et sociales ».

Ces deux décisions confortent l’obligation de France-Libertés et de la Coordination Eau Ile-de-France d’alerter les pouvoirs publics et les élus afin que Veolia cesse de violer la loi au mépris des familles, notamment à celui des personnes handicapées qui méritent toute l’attention du service public et non la violence d’une multinationale.

« Alors que Veolia nous attaque pour diffamation et tente de faire taire nos associations, nous continuons de dénoncer les actions illégales de la multinationale de l’eau. Nous appelons à une réaction de l’État et des représentants élus du service public de l’eau pour que Veolia cesse immédiatement de violer la loi en tout impunité », déclare Emmanuel Poilane, directeur de France-Libertés.

« Nous ne sommes pas impressionnés par une entreprise qui ne devrait pas être autorisée à mettre en œuvre le service public de l’eau », explique Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination Eau Ile-de-France.

France-Libertés et la Coordination Eau Ile-de-France demandent une nouvelle fois :

A Veolia de cesser ses pratiques illégales de coupure d’eau et de réduction de débit d’eau partout en France et de remettre l’eau chez toutes les familles victimes.

A l’État français de faire respecter la loi car il n’est pas possible qu’une entreprise multinationale puisse être condamnée à de nombreuses reprises sans être rappelée à l’ordre pour que cesse le non-respect de l’État de droit.

Aux médias de relayer très largement cette information pour que le maximum de victimes soient averties et que la pression soit telle que Veolia n’ai d’autre choix que de respecter la loi. »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 11:52
Vœu pour la gestion publique de l'eau voté au conseil municipal de Bagnolet ce 29 mars 2017

Concernant un des vœux, présentés par J.-C Oliva élu eelv de Bagnolet au dernier conseil municipal, voici l'article que vient de publier le 30 mars 2017 la Coordination Eau Ile de France :

« BATAILLES POUR UNE GESTION PUBLIQUEMOUVEMENT CITOYEN

GESTION PUBLIQUE: BAGNOLET EN VEUT!

30 MARS 2017 

Le conseil municipal a adopté le 29 mars un vœu pour que la ville ne retourne pas au SEDIF et s’engage dans la construction d’une gestion publique, en partenariat avec Eau de Paris et éventuellement d’autres villes voisines d’Est Ensemble comme Montreuil.  Le Maire a invité Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris, à une réunion de travail avec le conseil municipal le 2 mai.

Le vœu présenté par un groupe de l’opposition, Bagnolet initiatives citoyennes (BIC-EELV), et les deux groupes de la majorité, le groupe socialiste, radical et citoyens et Dynamique citoyenne a été largement approuvé (sauf par les élus communistes qui se sont abstenus).

Dans notre ville, l’eau qui coule des robinets est gérée par la multinationale VEOLIA. Avec la création de la Métropole du Grand Paris et des Établissements Publics Territoriaux (EPT), une possibilité existe pour que la gestion de cette eau redevienne publique… si les élus de Bagnolet le demandent et  si les élus d’Est Ensemble le décident.

En effet, depuis le 1er janvier 2016, la compétence eau est passée des villes et des agglos aux établissements publics territoriaux. Est Ensemble qui est devenu un établissement public territorial, auquel appartient Bagnolet, fait partie à titre provisoire du SEDIF (syndicat des eaux d’Île-de-France). Le SEDIF (Syndicat des eaux d’Ile-de-France) est un établissement public qui a confié la gestion du service public de l’eau à un délégataire, Veolia Eau d’Île-de-France, par une convention de délégation de service public.

Est Ensemble doit décider d’ici au 31 décembre 2017 comment exercer cette compétence et, en particulier, d’adhérer ou non, en totalité ou en partie, au SEDIF. En effet, il n’est pas obligatoire qu’un territoire ait un mode de gestion unique.

Parce que l’eau n’est pas une marchandise, mais un bien commun.

Considérant que rien ne justifie que les citoyens paient plus cher auprès d’un délégataire ce qu’une régie publique leur fournirait au juste coût de revient (un gain de l’ordre de 30% est possible), tout en renouvelant les équipements pour un service public performant, solidaire et responsable à l’égard des générations futures.

Considérant que le mode de gestion en délégation de Service Public ne correspond pas au choix de Bagnolet ;

Considérant notre engagement lors des élections municipales à un retour en régie publique inscrit dans les programmes de différentes listes ;

Considérant les nombreuses mobilisations citoyennes ces dernières années en faveur d’une gestion publique de la ressource « eau » pour éviter les dérives marchandes, mobilisations qui ont mené à de nombreux rétablissements du service public sur l’ensemble du territoire français et ce quelle que soit la couleur politique des villes ;

Considérant la forte mobilisation citoyenne en 2010 à Bagnolet et dans Est Ensemble contre l’adhésion au SEDIF et le déchirement de la majorité de l’agglomération sur cette question et la nécessité de sortir par le haut de cette crise ;

Considérant les études déjà réalisées par l’agglomération Est Ensemble par le bureau d’études SP2000 (devenu depuis Espelia) concluant que la régie est plus attractive, en terme de tarifs que la délégation de service public ;

Considérant l’hypothèse émanant d’Eau de Paris, qui consisterait à alimenter directement le territoire d’Est Ensemble à partir de l’usine de production d’eau potable de Joinville-le-Pont, sans passer par le réseau parisien ;

Considérant l’existence d’une direction de l’eau et de l’assainissement d’Est Ensemble, comptant plusieurs dizaines de salariés, qui pourrait être le support de la gestion publique dans le territoire ;

Considérant la nécessité d’engager rapidement une étude de faisabilité précise, avec un calendrier rapproché, avec des niveaux et durées d’amortissements des investissements adaptés et non réduits à 12 ans, sur les conditions d’alimentation de notre ville par Eau de Paris et de gestion du réseau, ainsi que les conditions juridiques de sortie de la ville du SEDIF. Ceci sans attendre la fin du contrat SEDIF-Veolia en 2022.

Le Conseil municipal se prononce pour que la ville ne retourne pas au SEDIF et s’engage dans la construction d’une gestion publique, en partenariat avec Eau de Paris et éventuellement d’autres villes voisines d’Est Ensemble comme Montreuil.  

Il demande à l’EPT Est Ensemble de permettre la sortie du SEDIF pour les villes qui le souhaitent.

Il mandate le Maire de Bagnolet pour prendre contact avec « Eau de Paris » pour faire réaliser les études de faisabilité dans le cadre du marché d’études bilatérales que cet organisme a ouvert. Cette démarche n’impliquant pas de coût financier pour notre ville, les études sont prises en charge par Eau de Paris.

Il mandate le Maire de Bagnolet pour interroger Eau de Paris sur le futur mode de gouvernance avec les nouvelles villes adhérentes : représentation, choix des orientations, place des associations d’usagers, transparence, coopération décentralisée … »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 11:14
« VAGUE CITOYENNE » projetée au Méliès de Montreuil ce mercredi 22

Projection au Méliès + débat de VAGUE CITOYENNE mercredi 22 mars à 20h30.
VAGUE CITOYENNE, le film de la mobilisation citoyenne pour la gestion publique de l'eau à Est Ensemble.

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 15:54
Pollution par l'usine des eaux du Sédif à Neuilly-sur-Marne

Lu le 12 janvier 2017 sur le blog de la Coordination Eau Ile-de-France http://eau-iledefrance.fr/neuilly-sur-marne-pollution-par-lusine-des-eaux/ :

« SANTÉ & ENVIRONNEMENT

NEUILLY-SUR-MARNE: POLLUTION PAR L’USINE DES EAUX ?

Un promeneur, M. J. Atanassian, nous  a alerté sur une pollution de la Marne, sans doute causée par …l’usine du SEDIF de Neuilly-sur-Marne! Visiblement le Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) qui a confié l’exploitation de cette usine à Veolia, est peu regardant sur la préservation de la qualité de l’eau. Et Veolia  est dans une culture industrielle dans laquelle l’eau est une matière première à exploiter et pas une ressource naturelle à protéger. Témoignage et réflexions.

« Pendant une de mes marches sur les bords de Marne, j’ai pu constater  alors que je me trouvais sur la commune de Neuilly-sur-Marne, sur le chemin de halage devant un des bâtiments de  l’usine des eaux, qu’un produit noir s’échappait de sous la berge et se répandait dans  l’eau de la rivière qui changeait de couleur sur plus de 500 mètres.

J’ai téléphoné a la mairie de la commune où l’on m’a passé le service concerné (Service VRD) à qui j’ai rapporté les constations que je venais de faire, un technicien m’a rappelé quelques minutes plus tard me demandant si je pouvais rester sur place le temps qu’il arrive. Dès son arrivée, je lui ai fait constater la pollution et il ne comprenait pas très bien d’où cela pouvait venir  et nous nous sommes quittés.

Début novembre, bien avant d’arriver à cet endroit,  je m’aperçois que l’eau de la Marne est très foncée et en arrivant sur le lieux où j’avais constaté la pollution, je constate  que du produit noir s’échappe encore de la berge mais cette fois en grande quantité, suffisamment pour faire des remous à la surface.

Je décide de rappeler la mairie de Neuilly-sur-Marne et, coup de chance, la personne au téléphone est celle que j’avais rencontré quelques jours auparavant, je lui raconte que je constate de nouveau une pollution de la rivière et  lui me répond  qu’il a entre temps trouvé d’où venait ce produit noir et que c’est tout à fait normal!

 D’après lui, l’usine des eaux nettoie ses filtres une fois par mois et déverse tout dans la rivière et, parait-il, elle en aurait l’autorisation. Cela me semble quand même aberrant  de pomper l’eau de la Marne que l’on nous fait boire à hauteur du pont de Neuilly-sur-Marne et de rejeter toutes les saletés  dans la rivière cinquante  mètres plus bas.

Depuis j’ai constaté à plusieurs  reprises  à cet endroit les rejets dans la rivière,  ce qui me permet de penser que c’est certainement plusieurs fois par mois que les filtres sont nettoyés.  Je vous joint des photos situant le lieux. »

M. Atanassian nous a également envoyé une vidéo, tournée le 5 janvier, montrant un autre type de déversement dans la rivière, il s’agirait plutôt de chlore…

La Coordination Eau Île-de-France a demandé à M Santini, Président du SEDIF, de fournir des explications plus précises sur cette situation, ainsi que sur les mesures que le SEDIF compte prendre pour faire cesser cette pollution de la rivière. Nous attendons sa réponse…

Permis de polluer

En examinant la déclaration d’utilité publique et les autorisations préfectorales de 2011 concernant l’usine de Neuilly-sur Marne, il apparaît que les rejets de lavage des filtres charbon et la vidange des cuves d’ozone sont autorisés dans la Marne.

Voir le tableau pp 14 et 15 du document en lien

Plus fort encore, l’usine de Veolia d’Annet-sur-Marne (qui se situe en amont de celle de Neuilly) est autorisée à vidanger ses cuves de chlore ainsi que les terres de décantation dans la Marne!

Cette situation est aberrante. Nous ne pouvons que dénoncer l’irresponsabilité (et l’hypocrisie) des pouvoirs publics qui donnent de telles autorisations et la désinvolture des  producteurs d’eau potable  vis à vis de la ressource!

Merci à l’ADENCA (association de défense de l’environnement de Claye-Souilly et ses alentours) pour ces dernières informations. »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 11:29
Quand Veolia n'entretient les canalisations d'eau qu'a minima

Les canalisations de Veolia qui pètent … Voici ce qu'a écrit il y a un an la « Coordination Eau Ile-de-France » le 10 décembre 2015 :

« Toujours plus gros, toujours plus fort, le syndicat des eaux d’Ile-de-France (SEDIF),  annonce un plan d’investissement de plus d’un milliard d’euros sur 2016-2020… Mais à regarder de près, il n’y a rien de mirobolant ! Décryptage.

( ...)

Un renouvellement des canalisations a minima
Un des axes majeurs du plan serait, selon le SEDIF, le renouvellement des canalisations.; le SEDIF prévoit de renouveler 88 Km de canalisations par an, ce qui représente en réalité à peine 1% du réseau.  Chaque tuyau sera donc renouvelé au bout de … cent ans. Or la durée moyenne de vie d’une canalisation est de 75 ans. Cherchez l’erreur! Ce n’est donc pas demain que le SEDIF va réduire son taux de fuite. »

Le SEDIF avoue une perte d'eau de 10 m3 par kilomètre de canalisation par jour...

Lire aussi sur le même sujet un article du Moniteur de mars 2014 :

« Un litre sur cinq d’eau potable perdu dans des fuites en France


Adrien Pouthier - LE MONITEUR.FR - Publié le 20/03/14


Un litre d’eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France, soit un total impressionnant de 1.300 milliards de litres d’eau ou 430.000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 Millions de consommateurs publiée jeudi 20 mars.

 

Un réseau vieillissant, des branchements ou des poses défectueux, mais aussi des mouvements de sols, naturels ou liés à l’activité humaine comme des travaux publics : conséquence, chaque année, 1.300 milliards de litres d’eau potable, sur les quelque 6.000 milliards produits au total, se perdent en route quelque part au fil des milliers de kilomètres de canalisations desservant le consommateur, selon une étude menée par le magazine 60 millions de consommateurs et France Libertés et publiée jeudi 20 mars.

Commencée l’été dernier, cette enquête avait été lancée alors qu’un état des lieux commune par commune était obligatoire avant le fin de l’année 2013.

Sur la base des données de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) de 2011, l’organisation de défense des consommateurs a dressé un palmarès des fuites dans les 101 villes préfectures de métropole et des DOM.

Celui-ci montre que deux de ces villes sur trois « n’atteignent pas l’objectif national fixé par la loi Grenelle II de 2010, visant à limiter le taux de fuites à 15% de l’eau produite ».

Dans un quart des préfectures, le taux dépasse même les 25%: il atteint ainsi 54% à Digne-les-Bains, 48% à Bar-le-Duc, 46% à Saint-Denis de la Réunion, 41% à Fort-de-France, ou encore 37% à Nîmes.

Parmi les meilleurs élèves se trouvent 33 préfectures sous la barre des 15%, avec en tête Le Mans et Rennes avec 4%, devant les 5% de Blois et les 7% d’Orléans et Moulins.

Côté grandes villes (agglomérations, communautés de communes ou métropoles), Paris intra-muros est à 8,3%, Lyon 17,8%, Marseille 15%, Toulouse 11%, Lille 18%, Bordeaux 15,7% et Nice 19%.»

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 18:48
Est Ensemble, la gestion de l'eau enfin à l'ordre du jour

Il semble que concernant la gestion de l'eau à Est Ensemble, les choses se précisent. Lu ce 2 décembre sur le site de la Coordination Eau Ile-de-France :

« BATAILLES POUR UNE GESTION PUBLIQUE

EST ENSEMBLE: LA GESTION PUBLIQUE ENFIN À L’ORDRE DU JOUR?


Les territoires de la métropole du Grand paris ont récupéré la compétence eau depuis le 1er janvier 2016 et ont jusqu’au 31 décembre 2017 pour décider comment ils vont l’exercer. Une nouvelle situation qui offre de nouvelles possibilités de retour à une gestion publique …si les élu-es en ont la volonté!

Dans ce cadre, jeudi 1er décembre, Est Ensemble a (re)présenté à ses élus et aux associations une étude réalisée  …en 2012/2013. Après six ans de réflexion, l’heure du choix politique va-t-elle enfin sonner?

En 2010, une première étude grossière, réalisée par le cabinet Calia, disqualifiait la gestion publique. Trois ans et bien des actions après, en décembre 2013, l’étude réalisée par Service public 2000 (devenu depuis Espelia) conclut que la régie est plus attractive, en  terme de tarifs que la délégation de service public. La présentation qui en été faite par Claude Kayser a conforté ce sentiment. Celui-ci a rendu un hommage appuyé à la collaboration d’Eau de Paris à ce travail, soulignant en creux l’absence de collaboration du Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF) dont Christian Lagrange, chargé de l’eau à Est Ensemble,  est pourtant vice-président…  Claude Kayser a présenté aussi une nouvelle hypothèse, moins coûteuse, émanant d’Eau de Paris, qui consisterait à alimenter directement le territoire d’Est Ensemble à partir de l’usine de production d’eau potable de Joinville-le-Pont, sans passer par le réseau parisien.

A travers ces études, on peut constater que l’hypothèse  d’une autonomie, au sein du SEDIF, pour une gestion publique de proximité, n’est pas viable: cette forme de statu quo serait rapidement plus coûteuse que le basculement total dans une régie publique qui exige pourtant des travaux importants! C’est dire l’ampleur du hold-up sur le tarif de l’eau opéré par Veolia via le SEDIF… La mutualisation à la sauce Santini n’est pas digeste pour les usagers.

Au-delà de ces études réalisées il y a plusieurs années, la situation actuelle offre de nouvelles possibilités. Par exemple, il n’est pas obligatoire que le territoire ait un seul mode de gestion du service public de l’eau. On pourrait imaginer que le territoire adhère au SEDIF pour les villes qui le souhaitent et créée une régie (développant le service de l’eau et de l’assainissement déjà existant) pour les villes qui préfèrent la gestion publique. Une proposition qui semble recueillir l’assentiment de nombreux élus de Montreuil et de Bagnolet. Ce serait une façon de dépasser les clivages qui n’ont pas été surmontés en 2010, quand la majorité de gauche et écologiste s’était quasiment divisée en deux sur le sujet.

Mais quid du contrat entre le SEDIF et Veolia qui court jusqu’à fin 2022? Faut-il attendre la fin de ce contrat et renvoyer une nouvelle fois la possibilité d’une gestion publique aux calendes grecques? De façon générale, les nouveaux territoires créés le 1er janvier 2016, ne sont pas directement signataires du contrat de délégation de service public passé entre le SEDIF et Veolia. Est Ensemble encore moins que les autres, car ce contrat a été signé sous la seule responsabilité du SEDIF à une date où Est Ensemble n’en faisait pas partie. En bonne logique, Est Ensemble n’est pas directement et contractuellement lié par ce contrat. »

Est Ensemble, la gestion de l'eau enfin à l'ordre du jour
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Eau
commenter cet article