Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 11:55
FNE et la pollution de l'air générée par les transports maritimes

Le communiqué du 28 mars 2017 de France Nature Environnement :

« Pollution du transport maritime : Mieux vaut prendre un bol d’air en mer du Nord qu’en Méditerranée

Réunies à Rome aujourd’hui, des associations européennes de protection de l’environnement , dont France Nature Environnement, ont adopté une déclaration demandant la mise en place d’une zone de contrôle des émissions des navires (ECA) en Méditerranée. Cette alliance, créée en 2016 et portée notamment par l’association allemande NABU et l’association européenne Transport & Environnement, s’est donnée pour objectif de lutter contre la pollution de l’air des navires responsable de plus de 50.000 morts par an en Europe .

Première conférence internationale sur le transport maritime organisée par des associations

L’adoption de la « déclaration de Rome », réalisée dans le cadre d’une conférence internationale organisée à Rome, ce mardi 28 mars 2017, qui a rassemblé les différents acteurs du transport maritime,vise l’instauration d’une zone de contrôle des émissions en Méditerranée.

Cette zone, qui idéalement engloberait l’intégralité de la mer Méditerranée, obligerait les navires à limiter leur pollution atmosphérique. En effet, les navires émettent de nombreux polluants tels que des particules fines ou du dioxyde de soufre (SOx) qui impactent la santé des habitants des villes portuaires et sont notamment responsables de maladies respiratoires ou cardiovasculaires. Les navires utilisent un carburant non raffiné très chargé en soufre.

Cette conférence a été l’occasion de mettre en avant nos recommandations et les solutions possibles pour réduire la pollution atmosphérique en provenance des navires. Rappelons que l’instauration d’une ECA est bénéfique pour les armateurs puisqu’elle impose l’utilisation d’un carburant moins riche en soufre et moins cher que celui qu’ils auront l’obligation d’utiliser à partir de 2020.

La France, un pays moteur pour la mise en place de la zone ECA en Méditerranée

Le 3 mars dernier, lors d’une réunion du Conseil de l’Europe,la France a montré sa volonté de mettre en place une zone de contrôle des émissions des navires (ECA) en Méditerranée. Une position courageuse, soutenue par les associations.

La mise en place de cette zone permettrait de restaurer l’équité du marché unique européen en soumettant les navires et les ports du Sud à la même réglementation que les ports du Nord. En effet, une telle zone est déjà mise en place depuis plusieurs années en mer Baltique,en mer du Nord et dans la Manche. Ceci stimulerait l’innovation et le leadership des pays européens dans les systèmes de dépollution des navires et serait générateur d’emplois pour l’industrie maritime.

Pour Denez L’Hostis, Président de France Nature Environnement :« La pollution de l’air générée par le transport maritime est un sujet peu abordé. Elle a pourtant des conséquences désastreuses pour les nombreux habitants des villes portuaires. La mise en place d’une zone ECA en Méditerranée permettrait de réduire l’impact des émissions des navires sur la santé des habitants des rives méditerranéennes. Les associations européennes de protection de l’environnement soutiennent la position de la France et demandent aux gouvernements des autres pays de suivre cette initiative ».

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 09:10
« Diesel : L’enfumage continue »

Le communiqué de France Nature Environnement du 15 mars 2017 :

« Diesel : L’enfumage continue

Le journal Libération a publié aujourd’hui un article contenant des informations issues du rapport transmis par la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) au Parquet de Paris sur l’affaire Renault. La stratégie de Renault, qui consiste à faire fonctionner le système de dépollution uniquement entre certaines températures est considérée comme une tromperie passible d’amende par la DGCCRF. Les véhicules incriminés doivent être rappelés au plus vite pour correction et pour que leur homologation soit retirée lorsque ces derniers ne passent même plus le test d'homologation officiel.

En septembre 2015, le scandale Volkswagen éclate. Sur certains véhicules diesel de la marque, un logiciel truqueur a été trouvé, permettant au véhicule de détecter quand il se trouve en situation de test en laboratoire, afin de limiter les émissions de dioxyde d’azote et donc réussir le test d’homologation. Le dioxyde d’azote (NO2) est un gaz irritant, notamment pour l'appareil respiratoire et qui contribue aux effets cardiovasculaires sur la santé. Les émissions du diesel sont classées « cancérigène certain » par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 2012.Des tests de voitures diesel en situation réelle de conduite, réalisés par plusieurs pays dont la France, ont fait la lumière sur un scandale diesel généralisé à l’ensemble des constructeurs automobiles.

Les constructeurs français devant la justice

Le dossier de Renault est devant le Parquet depuis le 10 novembre 2016et une investigation est donc ouverte concernant les émissions de certains véhicules du constructeur. De forts dépassements avaient été observés pour certains d’entre eux. Jusqu’à 11 fois plus d’émissions de dioxyde d’azote (NO2) pour la Renault Talisman et presque 50% plus d’émission de CO2 pour la Renault Clio IV. Des dépassements qui risquent de coûter cher au constructeur automobile. Le 9 février 2017, le dossier de PSA a également été transmis à la justice, auprès du Parquet de Versailles. Ce constructeur va-t-il suivre le même chemin que Renault ?

Pour Denez L’Hostis, Président de France Nature Environnement, « il est légitime que les responsables de ces dépassements de pollution scandaleux observés pour certains véhicules diesel soient punis. Ces émissions portent directement atteinte à la santé des citoyens et constituent une tromperie pour le consommateur. Pour cette raison, FNE envisage de se porter partie civile dans l’affaire Renault. » »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 10:24
FNE : l'Europe met la France face à ses responsabilités / pollution de l'air

La pollution aux particules fines du diesel, actée en son temps par Miterrand et Calvet, est devenu une spécialité française qui finit par se faire remarquer par les autorités europ éennes …

Communiqué du 17 février 2017 de France Nature Environnement :

« Pollution de l'air : l'Europe met la France face à ses responsabilités

La France a reçu, le 15 Février 2017, un « avis motivé » [1] de la Commission européenne pour non-respect des normes de pollution de l’air au dioxyde d'azote (NO2) dans 19 zones du territoire. La Commission européenne a lancé un dernier avertissement à cinq pays dont la France : ils ont jusqu’au 15 avril pour agir contre la pollution de l'air. Il s’agit de la dernière étape avant une assignation possible de notre pays devant la Cour de justice de l'Union européenne

La pollution au diesel en ligne de mire

L'Europe lance ce "dernier avertissement  car la France n'a pas "remédié aux infractions répétées aux limites en matière de pollution atmosphérique fixées pour le dioxyde d'azote".

Ce gaz est généré à 60% par les moteurs diesel en moyenne. Cette part peut atteindre 80% en ville, le long des axes routiers et dans les vallées alpines de transit, telles que la vallée de l’Arve, sur la route du tunnel du Mont-Blanc. Ce tueur invisible génère 2 à 3 fois plus de décès prématurés chaque année que les accidents de la route.

Cancérigène certain, le diesel est toujours sous-fiscalisé

Pas étonnant que l’Europe considère que la France n’ait pas agit contre cette pollution :  depuis plusieurs années, l'État a mené une politique très favorable au carburant diesel. Il reste à ce jour grandement sous-fiscalisé par rapport à l’essence, malgré ses effets néfastes sur la santé, connus de longue date. En 2012, l’OMS classait d’ailleurs les émissions du diesel comme cancérigènes certains.

Qu'attend-t-on pour développer les transports moins polluants ?

La France est en queue de peloton par rapport à ses voisins européens sur les mobilités moins polluantes. Le fret ferroviaire a ainsi été divisé par 2 en 10 ans et seulement 10% des marchandises voyagent par le rail en France, alors qu’en Allemagne, il progresse et avoisine une part modale de 25%. Et la France ne se rattrape pas sur le développement des modes de déplacement actifs tels que la marche ou le vélo et le déploiement des transports collectifs doit encore progresser…

Soutien d'un carburant mortel : le scandale se dessine

Le scandale du diesel a démontré qu’aucune voiture diesel récente, vendue sous la norme EURO5 ou 6, ne respecte en réalité cette norme. Les meilleurs élèves émettent au moins 2 fois plus de NO2 que ne l’autorise la norme. Et les pires ? Ils émettent plus de 20 fois de NO2 que ce qu’annoncent les constructeurs automobiles.

Par leur soutien prononcé pour le carburant diesel et le transport de marchandises par la route, les autorités françaises sont coupables de ce qui est en train de devenir le « scandale de l’air contaminé ».

Pour Michel Dubromel, vice- président de France Nature Environnement « La santé publique n'attend plus. La France n'a pas d'autres choix que d'assumer des mesures drastiques et prendre un virage assuré et rapide. Cessons le tout routier et développons les transports collectifs, la mobilité active, le fret ferroviaire et fluvial. » »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 20:00
« Transport maritime : toujours plus gros, toujours plus polluant »

Le communiqué de France Nature Environnement du 19 janvier 2017 :

« Transport maritime : toujours plus gros, toujours plus polluant

En cette année européenne du transport maritime, France Nature Environnement présente de nouveaux éléments de son enquête sur la pollution de l’air du transport maritime. En partenariat avec l’ONG allemande NABU et France Nature Environnement PACA, France Nature Environnement a réalisé des mesures de la qualité de l’air à proximité du port de Marseille. Les résultats sont édifiants : la concentration en particules ultra fines est ainsi 20 à 50 fois plus élevée près du port par rapport au parc du Pharo sur les hauteurs de Marseille. L’émission Thalassa diffusée ce vendredi 20 Janvier sur France 3 reviendra sur cette pollution au cœur des villes, loin des images de rêve et de vacances véhiculées par ces monstres flottantPollution de l’air des navires : une augmentation de particules fines inquiétante

Porte-conteneurs, navires de croisière, aujourd’hui, le gigantisme des navires interpelle. Cela fait maintenant plus de deux ans que France Nature Environnement dénonce les émissions polluantes de ces géants des mers. Avec les équipes de l’ONG allemande NABU et France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d'Azur, nous effectuons chaque année des mesures de cette pollution de plus en plus importante subie par les habitants des villes portuaires. Les résultats de nos mesures sont alarmants et confirment les études scientifiques sur le sujet : la concentration en particules ultra fines à proximité du port est 20 à 50 fois plus élevée par rapport au parc du Pharo sur les hauteurs de Marseille.

En Aout 2016, les équipes de Thalassa ont accompagné France Nature Environnement, NABU et France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d'Azur pendant leur campagne de mesures afin de réaliser un reportage sur cette problématique. Il sera diffusé ce vendredi à 20h45 sur France 3.


Face à ce constat, des solutions doivent être mises en œuvre
La majeure partie de la pollution de l'air des navires provient de la teneur en soufre de leur carburant. Le fioul lourd, utilisé comme carburant, contient ainsi jusqu'à 3500 fois plus de soufre que le diesel automobile. Lors de la combustion, ce carburant rejette de l’oxyde de soufre, un polluant connu pour son impact sanitaire (maladies respiratoires, bronchites, irritations de la gorge) et environnemental (pluies acides) important.

Pour répondre aux exigences de réduction des émissions des navires, France Nature Environnement demande que les armateurs adoptent des 
alternatives au fioul lourd : carburant raffiné, GNL, propulsion vélique.

Les ports maritimes doivent également participer au changement en adaptant leurs taxes portuaires. La mise en place d’un « bonus-malus » écologique sur les droits portuaires inciterait les armateurs à impulser le changement.

Enfin l’Etat doit soutenir le développement de systèmes d’alimentation électrique à quai qui permettrait aux navires en stationnement d’éteindre leurs moteurs auxiliaires et d’utiliser le réseau électrique auquel le port est raccordé.

Pour Denez L’Hostis, Président de France Nature Environnement :« La pollution de l’air du transport maritime est un sujet peu abordé. Elle a pourtant des conséquences désastreuses pour les habitants des villes  »portuaires. Les réalités des pollutions dénoncées dans le documentaire de Thalassa doivent amener l’Etat et les armateurs à accélérer la transition énergétique vers des énergies moins polluantes! » »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 19:35
Interdire le diesel à cause des particules fines !

L'interdiction du diesel est une question de santé publique. Le diesel produit en effet en abondance, les fameuses particules fines qui sont ensuite inhalées par nos poumons et sont mortels pour les personnes fragiles. Ces particules fines sont à l'origine de centaines de milliers de morts chaque année.

C'est énervant d'entendre à la télévision un journaliste (ignare, mais bon son métier, c'est journaliste !) parler de pollution en général et de diesel sans préciser cela ! D'où cet article !

Il est vrai que les pouvoirs publics – au plus haut niveau - (cela s'était décidé entre Mitterrand et Calvet, patron de Peugeot) - avaient entraîné notre pays dans l'aventure du diesel, au mépris de nos poumons il y a 30 ans. La France est aujourd'hui le pays le plus diésélisé.

Il y a 10 ans encore, le Grenelle de l'environnement validant le fait que le diesel émettait moins de CO2, sacrifiait allègrement notre santé.

Il a fallu toute l'opiniâtreté des défenseurs de la qualité de l'air pour que l'on prenne enfin en considération l'air que nous respirons : par exemple, les Plan Climat Énergie sont devenus - depuis peu – les Plans Climat Air Énergie Climat !

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 08:58
« Avec ou sans circulation alternée, nos poumons restent sous pression »

Le communiqué du 8 décembre de France Nature Environnement :

« Pollution de l’air :

Avec ou sans circulation alternée, nos poumons restent sous pression

Depuis une semaine, presque l’intégralité de l’Europe est en alerte « Pollution de l’air ». C’est le plus haut pic de pollution de l’année. Entre le froid et le beau temps, les émissions augmentent de tous les côtés. Comme à chaque fois, les solutions mises en place au moment du pic sont sans effet alors qu’un déclenchement des différentes mesures, comme la circulation alternée, en amont du pic permettrait sans doute de l’éviter.

Le bilan sanitaire est lourd

La qualité de l’air est l’une des premières préoccupations  des citoyens. Asthme, bronchites aiguës ou chroniques, cancers des voies respiratoires et broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO), maladies cardio-vasculaires, multiplication et aggravation des allergies, hypertension artérielle, bronchiolites... L’impact sur notre santé est inquiétant. Des études montrent aussi les liens qui existeraient entre un air dégradé et certaines maladies neuro-dégénératives (Parkison et Alzheimer). A l’échelle européenne, 93 % des citoyens sont exposés à des seuils de pollution supérieurs aux recommandations de l’OMS. Les premières victimes sont les populations les plus vulnérables : les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants. Chaque année en France, 52 000 décès prématurés sont liés à la pollution de l’air, soit 145 personnes par jour. Pour couvrir le coût sanitaire (hospitalisations, consultations médicales, dépenses en médicaments…), les Français doivent s’acquitter d’une facture annuelle de plus de 100 milliards d’euros.

Une réaction toujours trop tardive

On sait qu’avec le beau temps, le froid et l’absence de vent, le risque de voir apparaître un pic de pollution augmente. Il existe des prévisions météorologiques qui permettent de connaître la date et la durée d’un tel phénomène. Pourtant, nous sommes toujours  dans la réaction plutôt que dans l’anticipation. La circulation alternée, demandée par Anne Hidalgo, lui a été refusée à deux reprises. Dans la majorité des régions de France, les alertes à la pollution de l’air se multiplient mais la mise en place d’actions tarde dans les grandes villes.

Il faut prévenir, faute de pouvoir guérir

De bonnes initiatives sont en cours. Les pastilles Crit’Air vont aider à limiter la circulation des véhicules les plus polluants et Anne Hidalgo, la maire de Paris, s'engage à bannir le diesel de Paris d'ici 2025. A noter également que le Conseil de l’Union européenne a voté aujourd'hui de nouveaux seuils d’émissions nationaux sur cinq polluants atmosphériques (NOX, NH3, PM2,5, SO2 et COV).

Charlotte Lepître, chargée de mission Santé & environnement : « Il serait dangereux de croire que le phénomène concerne uniquement Paris. Dans la vallée de L’Arve, des appels à mobilisation se font entendre. La prise de conscience des citoyens est réelle et il faut bien admettre que la circulation alternée, faute de résoudre le problème, contribue à cette prise de conscience.»

Michel Dubromel, Vice-président de FNE : «  Dans tous les cas, les vraies solutions passent par un changement de modèle en matière de mobilité. Rappelons que l'écotaxe avait été créée pour que l'Etat finance le développement de l'offre alternative. Le recul de l'Etat devant quelques bonnets rouges n'a pas fini de coûter très cher à l'ensemble de nos concitoyens.» »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 19:12
Pollution : marre de la désinformation journalistique

Les pics de pollution sont les arbres qui cachent la forêt de la … pollution chronique, régulière, récurrente, têtue, celle de tous les jours.

C'est déjà cela que devrait expliquer les journalistes. La plupart ne le font pas. S'ils faisaient leur travail, ils expliqueraient qu'il n'existe pas de solutions d'urgence mais des politiques courageuses à long terme en commençant par l'interdiction des pesticides... des véhicules diesel...

Plus désespérant, qui n'a pas vu ces reportages dans lesquels un enseignant d'éducation physique et sportive, entouré de ses élèves, explique doctement qu'il les confinent à l'intérieur (gymnase) pour éviter la … pollution.

Faut-il être ignorant – qu'il s'agisse de l'enseignant et du journaliste – pour croire – et dire – que l'air intérieur serait préservé ! Une fois de plus, on présente ces affirmations comme scientifiques alors qu'on est en plein dans la pensée magique, dans la croyance irrationnelle. Comment peut-on croire une minute qu'on fait de l'air intérieur avec autre chose que de l'air extérieur ? En y ajoutant toutes les autres pollutions de la maison !

Heureusement qu'il existe des journalistes sérieux. Merci à eux et en particulier à Juliette Deborde pour cet article dans Libération :

« Le pneumologue Jean-Philippe Santoni, qui explique l’impact de la pollution sur la santé, rappelle qu’il faut toujours aérer son domicile.

Les pics de pollution ont des effets sur l’organisme, mais c’est l’exposition chronique et à long terme qui est la plus dangereuse pour la santé, explique Jean-Philippe Santoni, pneumologue et bénévole à la Fondation du souffle, qui lutte contre les maladies respiratoires.

Quels sont les effets pour la santé de la pollution de l’air ?

A court terme, les effets sont de nature respiratoire, avec des irritations de la gorge et des exacerbations de l’asthme, mais aussi de nature cardiovasculaire, avec par exemple des troubles du rythme cardiaque. Les nourrissons, les enfants en bas âge et les personnes âgées sont les plus sensibles. A long terme, la pollution peut provoquer une aggravation de l’asthme et des maladies respiratoires comme la bronchopneumopathie chronique obstructive. Des effets cardiovasculaires et neurologiques commencent aussi à être mieux connus. Santé publique France attribue à la pollution environ 48 000 décès par an en France [autant que les décès dus à l’alcool, ndlr].

Les pics de pollution sont-ils particulièrement dangereux pour la santé ?

 

Les effets sanitaires des pics de pollution sont globalement marginaux par rapport à la pollution de fond, qui a beaucoup plus de conséquences sur l’organisme. Cette pollution chronique est aussi intérieure, en moyenne 5 à 10 fois plus élevée qu’à l’extérieur. La pollution intérieure est surtout due aux polluants présents dans les matériaux de construction et dans certaines peintures ou les aérosols. Le manque d’aération de certains logements génère aussi de la pollution intérieure. Se calfeutrer chez soi n’est donc pas à préconiser, sauf chez les personnes en situation pathologique particulière. Et il faut aérer, y compris en période de pic de pollution, plutôt aux heures fraîches le matin ou en début de nuit.

 

Faut-il proscrire toute activité physique en période de pic ?

Non, car l’activité physique en salle ou à l’extérieur est importante pour prévenir la survenue des maladies respiratoires ou leur aggravation. Il est préférable cependant de faire de la marche plutôt qu’une activité sportive trop intense et de préférence dans un grand parc, au bois de Vincennes ou de Boulogne par exemple si l’on habite à Paris, où l’oxygénation est meilleure. Une étude britannique a montré que la fonction respiratoire est beaucoup plus altérée après deux heures de marche dans une rue très polluée que dans un parc, même s’il est vrai que les polluants se déplacent.

Certains métiers sont-ils plus exposés, par exemple les livreurs à vélo ?

Ceux qui travaillent dans les tunnels des transports en commun ou même les usagers le sont davantage. Ces tunnels font partie des endroits les plus pollués, notamment car les freins des métros, RER ou Transiliens génèrent un certain nombre de particules métalliques fines et ultrafines, et parce qu’ils sont mal ventilés. Les piétons et les cyclistes sont, eux, moins exposés, à condition d’éviter l’hyperventilation, c’est-à-dire de faire trop d’effort, pour ne pas trop exposer les alvéoles pulmonaires aux particules.

Les masques sont-ils utiles ?

La plupart de ceux qu’on voit dans la rue, qui sont de simples masques en tissu, ne le sont pas et peuvent même être nocifs s’ils sont réutilisés plusieurs fois. Les masques utiles sont ceux à clapet ou à filtre de carbone, mais ils ne sont pas aisés à trouver dans le commerce… Le meilleur masque, c’est de respirer par le nez, qui est un filtre naturel. »

Hélène Zanier

 

 

 


 
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 10:07
Quand la mairie de Bagnolet s'intéresse - enfin- à la pollution de l'air

ENFIN, au 3ème jour de la circulation alternée à Paris et, notamment, dans 8 communes de Seine-Saint-Denis, la municipalité de Bagnolet réagit par un communiqué. On sent un très net manque de motivation de sa part et un mépris de la santé des habitantEs, alors que Bagnolet est en première ligne de la pollution, limitrophe de Paris, au croisement du boulevard périphérique et de l'autoroute et que les élus parisiens de la majorité ps-écologiste sont au travail sur cette question depuis longtemps.

Amer constat que de voir que la mairie
de Bagnolet est à la traîne (à la ramasse !) sur le combat contre la pollution de l'air !

Bref, au 3ème jour de la circulation alternée, la municipalité actuelle de Bagnolet s'est fendue d'un communiqué (Communiqué : Pollution - Circulation alternée)

inodore et non motivé sur la circulation alternée.

Il est temps que la gauche et les écolos* arrivent au pouvoir à Bagnolet ...

Pierre Mathon

* Rappel : du temps qu'il y avait des écolos à la municipalité (de 2001 à 2007) des élus Verts (en l'occurrence Hélène Zanier et moi-même) avaient obtenu qu'une étude soit conduite par Airparif sur la pollution de l'air dans la zone de l'échangeur et même qu'une station de mesure soit installée à Bagnolet.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 17:44
Cinq questions et réponses sur le pic de pollution en Ile-de-France

La circulation alternée sera reconduite à Paris et dans 22 communes de la petite couronne, en raison de la persistance de la pollution aux particules fines et au dioxyde d'azote. Nous avons pris cet excellent article de Libération.fr du 6 décembre pour mieux comprendre ensemble :

« Cinq questions sur le pic de pollution en Ile-de-France

Depuis une semaine, l’Ile-de-France subit un épisode de pollution tel que, pour la quatrième fois en vingt ans, la circulation alternée a été mise en place à Paris et en proche banlieue. Seuil d’alerte, matières microscopiques en suspension dans l’air, conditions anticycloniques… Tout sur ce pic de pollution. 

1- Qu’est-ce que le seuil d’alerte ? 

Selon le ministère de l’Environnement, c’est le «niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou de dégradation de l’environnement, justifiant l’intervention de mesures d’urgence». Il est franchi lorsque la concentration de particules fines dans l’air dépasse 80 microgrammes par m3, comme c’est le cas depuis deux jours, le chiffre ayant grimpé dans l’agglomération de Paris à 90 aujourd’hui. C’est à Paris mais surtout en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-d’Oise que la concentration est la plus forte. 

«La France a établi le seuil d’alerte à 80 microgrammes pour être en conformité avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé», explique-t-on à Airparif, l’organisme chargé de surveiller la qualité de l’air à Paris.

2- À quoi est dû le pic actuel ?

«C’est un épisode hivernal finalement assez classique, même si ça n’atteint pas souvent ce niveau», explique-t-on à Airparif. Au trafic routier s’ajoutent les émissions causées par le chauffage, notamment à bois. Autre facteur aggravant, des «conditions anticycloniques». Pour faire simple : la météo ne permet pas de disperser la pollution. Ni dispersion horizontale, avec l’absence de vent, ni dispersion verticale, à cause de la température. «Pendant la nuit, l’air au sol refroidit, or l’air froid est plus lourd que l’air chaud, on se retrouve donc avec des masses d’air (polluées) bloquées au sol. Comme une cloche», explique Airparif. 

3- Quels sont les principaux polluants ? 

Les particules fines. Bien, bien plus petites que l’épaisseur d’un cheveu, elles sont naturellement présentes dans l’environnement, mais aussi générées par certaines activités humaines comme la construction, la combustion de bois ou de carburant et les vapeurs industrielles. Ce sont ces matières microscopiques en suspension dans l’air qui, en ville, noircissent les façades des immeubles. L’Agence européenne de l’environnement les considère comme le «polluant atmosphérique le plus nocif pour la santé humaine en Europe»

Le dioxyde d’azote. Il se forme principalement lors des processus de combustion dans les moteurs de voitures ou bien dans les centrales électriques. Très lié aux transports, il touche fortement les villes, et est émis en plus grande quantité encore par les moteurs diesel.

On retrouve aussi, pêle-mêle, du dioxyde de soufre, issu de la combustion du charbon et du pétrole, ou de l’ammoniac, lié aux émissions de l’agriculture, et de l’ozone, gaz corrosif issu des réactions, sous l’effet du soleil, entre plusieurs polluants. 

4- Quelles conséquences sur la santé ? 

Les particules les plus petites pénètrent dans les ramifications des voies respiratoires, mais aussi le sang. Elles peuvent générer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires et des cancers.

Mais, en réalité, plus que les pics, c’est la pollution chronique qui est délétère. Au total, 1 décès sur 9 dans le monde est lié à la pollution atmosphérique, selon l’OMS. En France, elle est responsable chaque année de 42 000 morts prématurées.

5- La France, mauvaise élève ? 

En 2011, Bruxelles a ouvert une procédure contre la France devant la Cour de justice européenne en raison des dépassements fréquents du seuil d’information (avant le seuil d’alerte) déclenché quand plus de 50 microgrammes de particules fines évoluent dans un mètre cube d’air. La Commission européenne estimait ainsi en 2014 que la France n’avait «pas adopté les mesures qui auraient dû être appliquées depuis 2005 pour protéger la santé de ses citoyens»

La réglementation française, issue du Code de l’environnement, est en effet un brin laxiste. Quand l’OMS estime qu’une personne ne devrait pas être exposée à un seuil supérieur à 50 microgrammes plus de trois jours par an, la France elle, juge qu’il ne faut pas dépasser ce chiffre plus de 35 jours par an. Dix fois plus donc. »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 09:57
Pollution automobile : quand Le Parisien dérape

Le Parisien.fr d'hier OSE poser la question suivante à ses lecteurs : « Allez-vous respecter la circulation alternée ? ». Quelle complaisance envers la délinquance automobile !

Et nous qui croyions vivre dans un État de Droit où le respect de la circulation alternée n'est pas une option.

Au point où nous en sommes, verra-t-on demain Le Parisien (ou un autre journal) poser cette question à ses lecteurs : « Allez-vous tuer le mec qui vous a regardé de travers ? » C'est pour un sondage. LOL.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Pollution de l'air - Airparif
commenter cet article