Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 09:14
Barrage de Sivens : la deuxième mort de Rémi Fraisse ?

Fin octobre 2014, lors d'une manifestation pour la sauvegarde de la zone humide de Sivens (bataille que l'on peut aujourd'hui considérer comme presque gagnée par les écologistes) un gendarme a balancé une grenade offensive sur un jeune militant naturaliste, Rémi Fraisse, ce qui l 'a été tué .

http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/11/sivens-histoire-de-la-mobilisation.html

Circulez il n'y a rien à voir prétend la justice : Le parquet a décidé que « l'usage de la force n'était pas disproportionnée » et a requis un non-leu.

 

À suivre, l'affaire n'étant pas terminée.


Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 11:11
La marche anti-placoplatre pour le bois Gratuel, la vidéo !


Une vidéo de la marche contre les carrières de placoplâtre de samedi 17 juin

https://www.youtube.com/watch?v=sx_Gn7zBXCs&feature=youtu.be

(La photo est moins récente. Ndlr)

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 06:29
Plus de 200 personnes ont marché samedi pour sauver le bois Gratuel contre placoplatre

Leparisien.fr 77 rend compte ce 18 juin 2017 de la marche contre Placoplatre qui veut saccager le bois Gratuel :

« Villevaudé : plus de 200 personnes marchent pour préserver le bois Gratuel

L’entreprise Placoplatre compte exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert sur le site. L’abattage des arbres doit débuter le 1er août.

Certes, la marche de samedi contre la destruction annoncée du bois Gratuel à Villevaudé a rassemblé bien moins de monde qu’une manifestation similaire qui s’était tenue en 2011. Un millier de personnes y avait participé.

Christophe Nédélec n’en était pas moins satisfait d’avoir réuni près de 230 personnes. « Nous avons eu peu de temps pour l’organiser », confie le président de l’association les Abbesses de Gagny-Chelles.

Il y a six ans, la mobilisation avait permis d’empêcher la vente de l’aqueduc de la Dhuis par la mairie de Paris à Placoplatre. Cette infrastructure souterraine construite sous le Second Empire a depuis été aménagée en sentier de promenade.

Ce samedi, associations et riverains s’opposaient à l’exploitation d’une nouvelle carrière de gypse à ciel ouvert par la filiale de Saint-Gobain.

Placoplatre a obtenu le feu vert des services de l’Etat fin mars. Le gisement de gypse sous le bois Gratuel doit permettre d’assurer l’approvisionnement de son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis), où le minéral est transformé en plâtre.

L’aqueduc de la Dhuis, un corridor écologique

L’abattage des arbres doit débuter le 1er août. Christophe Nédélec redoute que cela ne soit qu’une étape avant l’exploitation de la butte de l’Aulnay.

« La Dhuis est un rempart, note-t-il. Mais combien de temps va-t-il tenir ? » L’aqueduc constitue aussi un corridor écologique pour des espèces animales comme le triton alpestre, un amphibien.

« Nous ne toucherons pas à la promenade de la Dhuis », assure Gilles Bouchet, responsables des carrières chez Placoplatre. « De plus, nous ne détruirons que 19 hectares d’un massif forestier de plus 300 hectares. »

Des propos loin de rassurer les manifestants de samedi. « Il faut être vigilant face aux projets dont le mobile est industriel », estime Gérard, un retraité de 65 ans habitant Montfermeil (Seine-Saint-Denis). « Une carrière à la place d’un bois, ce n’est pas l’idéal pour les riverains », pointe une autre marcheuse.

  leparisien.f »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 11:01
L'exemple d'une carrière à ciel ouvert

L'exemple d'une carrière à ciel ouvert

Dans leparisien.fr-77 du 16 juin 2017 :

« Villevaudé-Le Pin : une marche pour protester contre la future destruction du Bois-Gratuel

Le collectif « Sauvons la Dhuis » organise ce samedi une marche contre la destruction du Bois-Gratuel les Mazarins, où la société prévoit d’exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert.

« Lors de notre marche pour sauver la Dhuis il y a plusieurs années nous attendions 100 à 150 personnes et finalement 900 personnes sont venues protester ». Présidente de l’association Villevaudé demain, Marie-Françoise Pian espère une forte mobilisation ce samedi après-midi lors de la marche organisée par le collectif « Sauvons la Dhuis » contre la destruction annoncée du Bois Gratuel Les Mazarins.

C’est ici que la société Placoplâtre prévoit d’exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert au plus tôt en 2020 afin d’assurer l’approvisionnement de son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis), la plus grande au monde, où le gypse est transformé en plâtre.

« Les premiers arbres seront abattus dès le 1er août malgré l’opposition de nombreux habitants lors des réunions publiques sur le sujet », assure Marie-Françoise Pian. La présidente de l’association Villevaudé demain redoute que la destruction du bois ne soit qu’une première étape avant une future exploitation du gypse de la butte de l’Aulnay. « Le secteur du Bois Gratuel Les Mazarins n’est que la partie émergée de l’iceberg, Placoplâtre lorgne sur un gisement qui s’étend jusqu’à Thorigny-sur-Marne » 

« Nous ne toucherons pas à la promenade de la Dhuis qui sera préservée grâce à un merlon paysager et au renforcement du tissu végétal. De plus nous ne détruirons que 19 ha d’un massif forestier de plus 300 ha sur une période de vingt ans, et qui sera reboisé au fur et à mesure », rétorque Gilles Bouchet, responsable Carrière chez Placoplâtre.

Ce samedi à 14 h 30 à l’angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles-de-Gaulle à Villevaudé.

  leparisien.fr »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 18:05
Samedi 17 juin après-midi : allez, encore une petite marche pour sauver la Dhuis !

« Aqueduc de la Dhuis : Appel à manifester le Samedi 17 juin 2017 à partir de 14h30

 

Aqueduc de la Dhuis : Appel à manifester le Samedi 17 juin 2017 à partir de 14h30.

« La Marche pour la Dhuis »


A l'appel du collectif « Sauvons la Dhuis », vous êtes invités à une marche pour la sauvegarde de l'aqueduc de la Dhuis.

Cette marche aura lieu Samedi 17 juin 2017 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Villevaudé (77410) à l'angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles de Gaulle (N 48.918423 E 2.659865)

La « Marche pour la Dhuis », d'une durée de 2 heures, permettra d’arpenter la promenade de la Dhuis jusqu'au Bois Gratuel.

Rappel des faits :

L’entreprise BP PLACOPLATRE (Filiale du groupe Saint-Gobain) projette la mise en œuvre immédiate de nouvelles carrières à ciel ouvert sur une partie du trajet de l'aqueduc de la Dhuis.

La promenade de la Dhuis appréciée de tous, continuité écologique indispensable à l'équilibre des milieux naturels, élément clef de la trame verte de l'Est Francilien est en danger imminent. Pourtant celle-ci a été aménagée avec votre argent : 6 millions d'euros investis entre 2006 et 2007 par la région Ile-de-France.Ces carrières signifient la destruction programmée d’une grande partie des massifs boisés de la butte de l'Aulnay sur les communes de Le Pin, Villevaudé, Claye-Souilly, Carnetin, Thorigny-sur-Marne et Annet-sur-Marne ainsi que l’anéantissement total à terme de sa faune et de sa flore. Parmi les plus beaux milieux naturels du Nord-Seine-et-Marne et de l’Est Parisien sont ainsi en danger de disparition.

Comme premier jalon de cette mort annoncée, la destruction du Bois Gratuel (Villevaudé) va démarrer très bientôt. L’abattage des arbres doit en effet débuter le 1er Août 2017.

Il faut donc réagir de toute urgence afin de faire plier les services de l’Etat qui ont autorisé ce massacre environnemental d’envergure malgré l’opposition de la majorité des communes concernées.

Et maintenant ?

Pour peser sur les services de l’Etat et notamment sur le nouveau ministre de l’Environnement Mr Nicolas HULOT, nous avons besoin de tous ceux et celles qui aiment la Dhuis.

Randonneurs de France et de Navarre, cyclistes, simple usager, riverains, défenseurs de ce poumon vert de l’Est Parisien et autres amoureux de cet aqueduc mythique depuis des siècles, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS, LA DHUIS QUE VOUS AIMEZ TANT A BESOIN DE VOUS.

Pour tous, il est indispensable de sauver la promenade de l'aqueduc de la Dhuis et la butte de l'Aulnay véritable corridor écologique aux paysages incomparables qui constituent notre cadre de vie.

Nous comptons donc sur vous le Samedi 17 juin pour participer à la « Marche pour la Dhuis ».

Cordialement,

Le Collectif "Sauvons la Dhuis"

SIGNEZ LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel


SIGNEZ LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : 
https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis


- Villevaudé... Demain

- Les Abbesses de Gagny-Chelles

-UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)

- Les Amis de Carnetin

- AJT Rando

- Marne et Gondoire à Vélo

- Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF) »

     

    Une carrière de gypse à ciel ouvert, c'est ça !

    Une carrière de gypse à ciel ouvert, c'est ça !

    La Dhuis que nous aimons

    La Dhuis que nous aimons

    Repost 0
    Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
    commenter cet article
    25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 08:03
    Triangle de Gonesse : « des radis, pas des caddies , la manifestation dans Le Monde

    Lu dans lemonde.fr du 21 sur l'initiative citoyenne du 21 mai 2017 en défense du Triangle de Gonesse, menacé par le grand projet inutile de destruction de terres agricoles pour y réaliser un centre commercial privé Immochan-Wang.

    Le lien
    :
    https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/15c3e349a13268b1?projector=1

    Repost 0
    Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
    commenter cet article
    23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 14:05
    La manifestation contre EuropaCity dans Le Parisien

    Lu dans leparisien.fr 95 de ce 21 mai 2017 sous la plume de Frédéric Naizot

     

    « Gonesse : 500 à 800 opposants réunis contre EuropaCity

    Aline plante des courges et des blettes sur le Triangle de Gonesse. Comme elle, entre 500 et 800 opposants au projet Europacity se sont rassemblés ce dimanche sur le site. Au programme, plantations variées et pique-nique géant avant de manifester dans le centre-ville, devant la maison du projet. Membre d’un collectif du Val-de-Marne, Aline s’oppose à la politique d’Auchan « d’accaparement des terres ». Pour elle, « les meilleures terres d’Ile-de-France vont être bétonnées et stérilisées ». « Si on remplit ce centre commercial, on videra les autres », ajoute-t-elle, rejetant ainsi l’argument des emplois défendus par les promoteurs d’EuropaCity, un projet de méga centre de loisirs qui doit ouvrir en 2024.

    « Nous voulons régionaliser cette lutte », lance sur place Bernard Loup, à l’origine du collectif pour le Triangle de Gonesse. « Il faut que toute la région se l’approprie. On ne sait toujours pas ce qu’il y aura dans ce projet, notamment au niveau des commerces. De toute façon, c’est inacceptable, totalement contraire à ce qu’il faut faire aujourd’hui. On s’attaque à notre bien commun. C’est ici un sol exceptionnel, à partager. La famille Mulliez (NDLR : qui dirige le groupe Auchan, dont la filiale Immochan est à l’initiative du projet) s’honorerait à abandonner très vite. »

     

    Comme Aline, la plupart des manifestants ne sont pas originaires de Gonesse. Gérard est venu de Nort-sur-Erdre et la région nantaise. Il est trésorier de l’Acipa, l’association qui s’oppose à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Au départ, rappelle-t-il, l’Acipa c’était cinq personnes. Il y a 3 000 adhérents aujourd’hui. Le 8 octobre, nous étions entre 35 000 et 40 000 à manifester. Petit à petit, cela peut aussi grossir ici. »

    Alors que le cortège s’est mis en route au Triangle de Gonesse pour rejoindre le centre-ville, un groupe de personnes favorables à Europacity entourent le maire (PS) Jean-Pierre Blazy devant la maison du projet. « C’est un projet d’avenir et de progrès. L’opposition n’est pas justifiée », estime Jean-Marc, traiteur à Gonesse. « Cela va tirer vers le haut la ville mais aussi le Val-d’Oise et toute la région. C’est un concept unique au monde ! » Jean-Michel note que des investisseurs chinois sont prêts en mettre plus de 3 milliards sur la table. « Cela va générer 10 000 emplois. C’est une chance énorme pour les jeunes d’ici ». EuropaCity rappelle que le projet est soutenu par la population locale, selon un sondage Odoxa de décembre. « 8 habitants sur 10 sont favorables et autant estiment qu’il sera un vecteur important de développement pour le territoire ».

    Jean-Pierre Blazy souligne qu’il a été élu en 2014 à la mairie avec EuropaCity dans son programme. Il annonce d’ici la fin de l’année « les clarifications sur le programme au niveau du commerce, de l’hôtellerie, des espaces de loisirs ». Selon lui, les permis de construire seront délivrés en 2019. « Les premiers coups de pioches sont espérés fin 2019, début 2020. »

    Si les procédures judiciaires ne ralentissent pas le projet : « C’est en attaquant sur tous les fronts que l’on gagnera » a lancé Bernard Loup, en fin de manifestation, annonçant une procédure contre le plan d’urbanisme.

      leparisien.fr »

     

    Repost 0
    Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
    commenter cet article
    23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 09:13
    JY Souben en train d'animer un débat

    JY Souben en train d'animer un débat



    Ce dimanche 21 mai au Triangle de Gonesse se tenait un rassemblement contre la construction du Grand Projet Inutile « EuropaCity » : plantons et manifestons contre la démesure.

    EuropaCity, cette immense opération commerciale-loisirs se la pète « culture » et même « environnement » pour servir d'alibi au béton en lieu et place des terres agricoles. Inutile de le préciser, ce projet est payant bien entendu pour les usagers ...

    Ce n'est pas parce qu'une grande partie des terres agricoles du secteur ont déjà été sacrifiées, qu'il faut aggraver la situation à l'heure où se pose avec acuité la question de l'alimentation de la planète (tout particulièrement de la mégalopole parisienne) et de la nécessaire mise en place de circuits courts.

    Certes les promoteurs (Auchan et le groupe chinois Wanda) prétendent qu'il s'agit d'un projet entièrement privé, mais bon, les pouvoirs publics financent quand même une station transports du Grand Paris qui ne desservira qu'EuropaCity. Et que se passera-t-il en cas d'échec prévisible, qui va payer les pôts cassés ?

    Certes les promoteurs (Auchan et le groupe chinois Wanda) invoquent la création d'emplois, dont le nombre varie beaucoup, d'ailleurs, qui sont en réalité des déplacements d'emplois ...

    Bref nous (cf photos prises dans la matinée) étions plusieurs centaines d'opposants - constructifs ; pour le développement d'une alternative horticole - sur le terrain ce dimanche.

    Vers 14 heures une manifestation s'est déroulée à Gonesse à laquelle je n'ai pu participer car la fête du Jardin Guinguette de la Dhuys commençait au même moment.

    Pierre Mathon

    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    Non à Europacity au triangle de Gonesse ; la journée du 21 mai
    La manifestation de l'après-midi (photo le Parisien 95)

    La manifestation de l'après-midi (photo le Parisien 95)

    Repost 0
    Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
    commenter cet article
    11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 13:29
    Europacity : Plantons et manifestons contre la démesure !

    Pour sauver les terres près de Paris,
    Plantons, marchons contre
    le mégaprojet Europacity à Gonesse

    dimanche 21 mai 10h-18h

    - 10h plantations dans un champ, explications sur notre site : semis personnels bienvenus

    - 12h pique-nique tiré du sac, buvette sur place et bal paysan

    - 14h30 départ de la manifestation

      Le saviez-vous ? Le groupe de grande distribution Auchan, allié à un investisseur chinois, veut bétonner des terres agricoles à proximité de Paris pour en faire un centre commercial géant et un parc d'attractions climatisé. Son nom ? Europacity. Ce projet, qui se présente comme une initiative entièrement privée, doit en réalité bénéficier d'un financement public de plus d'un milliard d'euros pour créer une gare … destinée à desservir ce seul site. Rassemblés avec le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), des associations, des syndicats, des citoyens, indignés par ce gâchis et ce détournement d'argent public, lancent un appel à la mobilisation.

      Il est encore possible d'arrêter ce projet nuisible et très coûteux. Plutôt qu'un énième centre commercial, qui détruira les commerces de proximité et ne créera pas d'emplois pérennes, il est possible de sauver les champs de Gonesse et d'imaginer un autre avenir pour la Plaine de France.

      Ces terres, cultivées depuis au moins deux millénaires, peuvent à nouveau nourrir les Franciliens. La plupart des agriculteurs veulent rester et poursuivre les cultures. Nous, les citoyens, devons les défendre contre un projet qui détruit notre avenir à tous.
      Exigeons la création d'emplois porteurs de solutions pour les générations à venir.

      Soutenez, rejoignez le collectif pour le Triangle de Gonesse

       

       

      Repost 0
      Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
      commenter cet article
      28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 19:26
      « Surplombant les politiques, le lourd et discret poids des multinationales »

      Lu dans Reporterre ce 27 avril 2017, un texte de Jean-Claude Oliva, bagnoletais, militant de la gestion publique de l'eau, conseiller municipal eelv (supporter d' Hamon) et d'Emmanuel Poilane :

      « Surplombant les politiques, le lourd et discret poids des multinationales

      L’élection présidentielle ne répond pas à l’agenda social et écologique des citoyens, selon les auteurs de cette tribune. Qui expliquent qu’il faut réduire le rôle joué par les multinationales, en particulier dans le domaine de l’eau.

      Jean-Claude Oliva est le directeur de la Coordination eau Île-de-France. Emmanuel Poilane est directeur de la Fondation France libertés.

      Quelle que soit l’issue de la séquence électorale chaotique que nous vivons, il faut penser, se préparer à l’après. De ce point de vue, ce qui va compter, c’est comment nous, les citoyen-nes, les associations, la société civile, nous allons considérer le résultat de la présidentielle (et des législatives). Si on pense que la France est devenue réactionnaire ou que les aspirations écologistes, sociales et démocratiques ont disparu, ce sera effectivement la catastrophe. Ou au contraire, si on veut bien regarder au-delà d’un résultat électoral, fût-il déplorable, et si nous retrouvons ensemble le chemin de la réflexion et de l’action collective, au-delà de nos votes ou de nos refus de votes, tout reste possible.

      La culture militante et médiatique dominante survalorise le rôle des élections et des formations politiques et a du mal à prendre en compte les nouveaux acteurs politiques à part entière que sont d’un côté, les multinationales, et de l’autre, le mouvement écologiste et citoyen.

      Ainsi dénonce-t-on de plus en plus souvent des élus corrompus, et il faut s’en réjouir, mais beaucoup plus rarement leurs corrupteurs qui se situent dans le monde économique. La seule exception notable se trouve dans le domaine de l’eau, avec l’affaire Carignon, qui avait vu condamner en 1995 à la fois un maire et le dirigeant d’une entreprise.

      Les entreprises influencent les décisions politiques

      La responsabilité des élu-es qui confient la gestion de l’eau ou de l’assainissement à des entreprises privées est patente. Mais elle ne doit pas faire oublier le rôle actif des entreprises pour influer sur les décisions politiques. Depuis plusieurs années, la Coordination eau Île-de-France et la Fondation France libertés mènent une bataille contre les coupures d’eau, devenues illégales avec la loi dite Brottes de 2013, pour les résidences principales, tout au long de l’année et sans condition de ressources. Au départ, nous nous sommes heurtés à une indifférence de la plupart des élus, somme toute logique : quand on confie la gestion d’un service public à une entreprise, c’est justement pour éviter de s’en occuper ; car il y a des choses plus importantes dans la vie d’un élu, comme sa réélection par exemple… Mais nous nous sommes heurtés encore plus fort à l’hyperactivisme des multinationales du secteur pour enrayer par tous les moyens l’application de la loi. Le comble a été atteint avec la tentative de rétablir les coupures d’eau par un cavalier législatif porté par le sénateur Christian Cambon. Un sénateur proche de Veolia, dans la fonction de premier vice-président du Sedif (le Syndicat des eaux d’Île-de-France) qu’il occupe depuis 1983. Et un sénateur proche de Suez, en la personne d’Igor Semo, un lobbyiste de haut vol de cette entreprise, auquel M. Cambon va confier sa succession à la mairie de Saint-Maurice (Val-de-Marne).

      Si on veut un jour réduire le poids de la finance sur nos vies, il faut de nouvelles lois pour limiter le lobbying des entreprises et l’emprise des groupes économiques sur les médias, à l’instar de l’intéressante réflexion proposée par Benoît Hamon à ce sujet. Il y a besoin également de lois qui ciblent les comportements délictueux des entreprises. Ainsi, nous avons fait condamner quinze fois des entreprises pour des coupures d’eau, dont cinq fois la seule Veolia, qui a été aussi condamnée plusieurs fois à l’initiative d’autres associations comme le Collectif des usagers de l’eau du Grand Avignon.

      Nous avons eu gain de cause, des tribunaux d’instance au Conseil constitutionnel. Mais cela pose quand même question : comment une entreprise peut-elle réitérer le même délit après avoir été condamnée à de multiples reprises ? Parfois dans la même ville, comme à Toulon, où Veolia a déjà été deux fois condamnée pour coupure d’eau ! Il y a un double jeu entre la personne physique et la personne morale, comme l’explique l’anthropologue et sociologue Paul Jorion dans son livre Le dernier qui s’en va éteint la lumière. L’entreprise qui récidive mérite une sanction dissuasive comme, par exemple, une interdiction d’accès aux marchés publics…

      Pervertir le droit à son propre profit 

      Et de façon réciproque, il faut développer une législation qui protège les associations et les défenseurs des droits, de plus en plus fréquemment trainés devant les tribunaux par des multinationales qui essaient ainsi de les détourner de leur action et de les faire taire. C’est ce qui arrive d’ailleurs à la Coordination eau Île-de-France et à la Fondation France libertés, qui sont poursuivies par Veolia pour diffamation. Le mouvement écologiste est confronté depuis plus longtemps à ces pratiques aux États-Unis et au Canada. Et des lois pour interdire ces « poursuites-baillons » ont vu le jour dans plusieurs États.

      En amont encore, il faut sans doute réfléchir à des lois économiques plus fondamentales. Considérer que l’eau ne constitue pas une marchandise. Sa production et sa distribution ne doivent plus faire l’objet d’une activité lucrative. La délégation de service doit donc disparaître dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. La compétence doit être exercée par la collectivité, qui pourra toujours faire appel à des entreprises dans le cadre de marchés publics. Un programme réaliste, au vu du large mouvement de retour à la gestion publique amorcé depuis plusieurs années en France et dans le monde. Il faudra bien que le législateur, quel qu’il soit, finisse par se mettre à jour…

      Toutes ces propositions constituent un agenda citoyen plus politique et sans doute plus efficace que les questions mises en avant à l’occasion des élections. Le social, l’écologie, la citoyenneté n’ont pas disparu des cœurs et des têtes : ils n’ont tout simplement pas pu s’exprimer dans le cadre corseté de nos institutions. Ce qui en dit plus long sur la crise de la politique et de la Ve République que sur la force ou la faiblesse de nos aspirations.

      Cela nous entraîne aussi dans une réflexion de fond sur ce qu’est une multinationale aujourd’hui. Il s’agit de comprendre la nature de son pouvoir et les moyens de le combattre réellement. Ce que fait le philosophe Alain Deneault dans son livre De quoi Total est-elle la somme ? en dressant, à partir du cas de Total, le portrait d’une multinationale comme acteur politique ou — pire encore peut-être — comme acteur au-delà de la politique : un « pouvoir » qui parvient à pervertir le droit à son propre profit. Sachons, nous aussi, nous situer au-delà des derniers feux de la politique institutionnelle. Citoyen-nes, associations, élu-es, soyons les autres acteurs d’une société fondée sur les droits humains, la culture du bien commun et les alternatives concrètes et locales. »

       

      Repost 0
      Published by Bagnolet en Vert - dans Environnement
      commenter cet article