Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 09:35
La pollution Wipelec-Romainville dans le Parisien



Lu ce 27 juillet sur Le parisien.FR. Pour information :

« Romainville : les travaux démarrent chez les riverains de l’usin
e polluée


Les travaux (des travaux. Ndlr) ont démarré chez une partie des riverains (une partie, ndlr) de l’ancienne usine polluée Wipelec-Ceres, rue des Ormes, à Romainville. Depuis le début de la semaine, les techniciens de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ont investi quelques propriétés pour commencer la mise en sécurité des pavillons. Ces travaux, essentiels pour isoler les habitations du benzène et du trichloréthylène retrouvés dans l’air et dans le sol, avaient été annoncés lors d’une réunion organisée à la mairie de Romainville par la préfecture en janvier 2015.


Des VMC vont être installées

A cette époque, le rapport de l’Ademe recommandait aux riverains dont les relevés de substances toxiques étaient supérieurs à la normale de ventiler leur logement en permanence, de ne pas boucher les arrivées d’air… Cette fois-ci, les services de l’Ademe doivent réaliser des travaux techniques pour installer des VMC, étanchéifier les parties basses des maisons, combler les fissures si besoin. Au moins deux habitations sont concernées par cette première tranche de travaux. Mais la majorité des parcelles seront en travaux à partir de la rentrée de septembre.

D’ici là, les habitants de la rue s’inquiètent toujours du rapport de l’Ademe de mars 2016, qui assurait que des relevés effectués dans les potagers avaient montré des concentrations anormales d’arsenic dans les végétaux.


« Nous sommes toujours dans le doute »

Dans un communiqué publié la semaine dernière, la préfecture de Seine-Saint-Denis a tenu à les rassurer : de nouveaux relevés montrent « l’absence de risque sanitaire concernant la consommation des végétaux cultivés ». En clair : la quantité d’arsenic serait trop faible dans les deux parcelles qui ont été de nouveau testées par les services de l’Etat. « Cela ne nous rassure pas vraiment, dénonce un riverain, épuisé. Le peu de tests réalisés ne suffisent pas à lever le doute. Après la remise des premiers résultats, ce printemps, il m’avait été demandé de ne plus consommer mes fruits et légumes. Cette fois-ci, l’Agence régionale de santé n’a pas émis de recommandations particulières. Du coup, on ne sait pas quoi faire. Nous sommes, une fois encore, dans le doute. » Au début de l’année, la mairie avait aussi recommandé aux habitants des pavillons les plus proches du site de ne plus recevoir d’enfants chez eux.

L’usine Wipelec-Ceres faisait du découpage chimique des métaux. Le site a fermé en 2008, sa dépollution n’a commencé que six ans plus tard.

Aurélie Lebelle leparisien.fr »

À suivre avec le point de vue de l’association.

Pierre
Mathon


Lire sur notre blog :
http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/07/romainville-sud-lit-charlie-hebdo.html
http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/06/romainville-quartier-des-ormes-pollution-wipelec-la-justice-est-saisie.html
http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2016/06/des-nouvelles-de-la-pollution-wipelec-a-romainville-sud.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 12:48
Fabrice Nicolino dans Charlie sur la pollution Wipelec de Romainville

Voici l’article de Fabrice Nicolino sur la pollution Wipelec de Romainville dans le Charlie Hebdo du 6 juillet 2016 :


« CE TUEUR QUI PART SANS LAISSER D’ADRESSE

À Romainville, en banlieue parisienne, personne n’entend payer la note de soixante-dix ans de pollutions industrielles. Et les riverains de Wipelec ont intérêt à sortir les fourches. Combien de milliers de friches industrielles dégueulasses en France ? L’industrie, ce gouffre.

Depuis Denis Papin et sa machine à vapeur, depuis les premiers derricks, depuis les premiers filets dérivants de 100 kilomètres de long, depuis la gracieuse et inépuisable énergie atomique, depuis l’épastrouillant triomphe de la numérisation du monde, l’industrie serait la meilleure amie de l’homme. Voyons le cas de Romainville, en Seine-Saint-Denis.

Depuis 1937, diverses entreprises se sont succédé rue des Ormes, dont Wipelec à partir de 1950. Cette dernière badigeonnait de chrome, de nickel ou de cadmium la surface des métaux, et le tout a fini par fermer en 2008. Restait un terrain, en pleine ville : en 2012, un fonds de pension suisse appelé Ginkgo – le nom bien trouvé de l’arbre aux quarante écus – achète 4 000 mètres carrés et décide un vaste programme de logements enchanteurs. En réhabilitant des sites pollués, Ginkgo enlève au passage une épine dans le pied des communes, qui ne savent pas quoi faire des friches industrielles, et projette de belles cultures financières à l’arrivée.

En 2014 – badaboum ! -, les riverains du site apprennent au cours d’une réunion publique que leurs propriétés sont polluées. Et décident de créer l’association Romainville Sud (romainvillesud.over-blog.com). Que voulez-vous, ces gens sont des fâcheux : ils gueulent. Parallèlement, et sans qu’ils le sachent, le préfet de Seine-Saint-Denis a commandé à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) une étude sur d’éventuelles pollutions dans le site et alentour.

On a peur. On a raison. Des études restées secrètes ont révélé la présence d’une grave pollution aux solvants chlorés dans les eaux, dans l’air, dans le sol. Le craintes sont évidentes depuis au moins 2012 – et probablement bien avant -, mais le préfet, qui tout son temps, lance les limiers de l’Ademe en 2013, lesquels tout aussi pressés, commencent à travailler en 2014 et publient enfin leur rapport au printemps 2015 (romainvillesud.over-blog.com/2016/01/rapport-ademe.hhml).

Le résultat est tout ce qu’il y a d’affriolant : trichloroéthylène, tétrachloroéthylène et cis-1,2 dichloroéthylène se baladent partout sous la forme exquise de nuages de gaz provenant de la « volatisation » de molécules absorbées par les sols. Au total, « l’état des milieux n’est pas compatible avec l’usage de logements au droit des habitations ». Il faudrait évacuer, mais chut, car qui paierait un tel foutoir ? Ce ne serait encore rien sans un nouveau rapport de l’Ademe, publié ces derniers jours, et qui montre que la pollution est bien plus grave. Les sols, au-delà de l’ancienne usine, sont pourris par des métaux lourds, de l’arsenic, du plomb.

Et c’est alors que surgit dans le décor l’ancienne juge Marie-Ange Bertella-Gefffroy – devenue avocate -, qui a instruit les sympathiques histoires du sang contaminé, de l’hormone de croissance, de l’amiante de Jussieu. Mandatée par Romainville-Sud et 33 riverains, Bertlla-Geffroy vient de déposer plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Les habitants sont convaincus, exemples à l’appui, que le quartier est la victime d’une épidémie de cancers liés à la pollution historique de Wipelec. On verra le résultat plus tard, mais il n’est pas trop tôt pour s’interroger et revenir au début de l’article. Combien de Wipelec en France ? Combien de milliers et dizaines de milliers de sites pollués jusqu’à la gueule ?

Le principe est éternel : privatisation des profits pour des industriels qui disparaissent des radars ; socialisation de toutes les pertes. La société paie la note de la dépollution, des maladies et des morts, de la souffrance. À Aulnay-sous-Bois, non loin de Romainville, où l’usine CMMP de broyage d’amiante a pourri le quartier des Ormeaux pendant cinquante ans (association-henri-pezerat.org/proposition-7-usine-cmmp-aulnay-sous-bois), une association recense près de 120 malades dont 30 cancers de l’amiante - le mésothéliome – dans un rayon de 1 kilomètre. L’agence régionale de santé (ARS) étudie désormais le sort de milliers de personnes ayant fréquenté les abords du CMMP.

Quelle est la note véritable de l’industrie ?

Fabrice Nicolino »

Fabrice Nicolino dans Charlie sur la pollution Wipelec de Romainville
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 08:16
Romainville : que faire de la halle du marché ?

Ce 9 juillet 2016, l’ASVR (Association de Sauvegarde du Village de Romainville) fait appel à nos imaginations et propositions. L’objectif, donner une deuxième vie à la halle couverte du marché qui pourrait être démontée et stockée.

« IMAGINONS et PROPOSONS !


A Romainville sur la place du 19 mars 1962, la halle couverte du marché va prochainement disparaître pour permettre la construction de la phase 2 du projet immobilier "La place des Commerces". A l'automne 2016, le marché va s'installer dans les nouvelles constructions de la phase 1, de l'autre côté de l'avenue de Verdun.


La halle est composée d'une structure métallique légère classique, constituée d'arches élégantes en croisillons. Installée depuis 1922, elle n’est ni classée ni répertoriée à l'inventaire du patrimoine. En 1997, une "double peau métallique" est venue s'ajouter partiellement aux façades extérieures.


Il semblerait que la municipalité veuille démonter et stocker tout ou partie de cette structure, pour la réutiliser dans un ou plusieurs éventuels projets communaux à venir. Le service de l'urbanisme de Romainville est preneur d'idées car aujourd'hui il n'y a pas de projet spécifique pour cette structure en dehors d'une vague création de "kiosque".


Pour la sauvegarde de la mémoire historique et patrimoniale de notre commune, il nous semble important de donner une deuxième vie à cette singulière mais belle structure d'arches métalliques.


L'ASVR pense que la totalité de cette structure pourrait donner naissance à :

- la création d'un espace culturel de loisir et de rencontre, un lieu ouvert à tous, à l'emplacement du château de Romainville voué à la démolition. Cet emplacement idéal et magnifique est situé dans "l'Ile de Loisirs de la corniche des Forts", propriété de la Région Ile de France.

- la création d'espaces-ateliers dédiés aux artistes et artisans du plâtre. Toujours dans le cadre de l'aménagement de "l'Ile de Loisirs de la Corniche des Forts" nous aimerions voir l'utilisation des éléments de cette structure à l'arrière des 6 maisons d'ouvriers carriers, rue du bas-pays face au cimetière. Un diagnostic patrimonial favorable a été rendu par le CAUE 93 et L'ASVR défend la réhabilitation de ces 6 maisons de carriers auprès de la Région.


Et VOUS, quelles sont vos idées pour réhabiliter cette structure ?


Avec vos suggestions, nous établirons une liste de propositions citoyennes que nous soumettrons à la municipalité de Romainville, à la Région IDF, Est Ensemble , CAUE93 et aux Architectes des Bâtiments de France.

D'avance merci pour vos réponses.

L'ASVR »

Pour contacter l'ASVR, le siège 7 rue Joseph Bara à Romainville 93230, le tél 06 86 87 49 09 le mail asvr93230@gmail.com
Le blog : asvr93230.blogspot.c
om

Romainville : que faire de la halle du marché ?
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 09:02
« Romainville Sud » lit Charlie Hebdo

L’association « Romainville Sud » est toute retournée de voir que la pollution wipelec et la suite immobilière par Ginkgo-C. Valls ait été traitée dans Charlie Hebdo.

« La Pollution de Romainville dans CHARLIE HEBDO ?!?



7 Juillet 2016

Heu...

Là, on regarde nos chaussures sans rien dire...

On est tout péteux comme des CE2 débarqués dans une colo réservée pour les ados...

Ça fait bizarre quand t'as l'âme verte de voir ta problématique traitée par M. Nicolino Himself.

On devait festoyer le jour de la Fêt Nat' autour de la rédaction de nouveaux courriers AR, pour remercier M. Nicolino, on lui enverra des confitures maison de Cerises à l'Arsenic.
[Nan on déconne, on est pas si méchant...]

Merci à lui, merci aux autres, merci à tous ceux qui le temps d'une minute offrent énergie, soutien et humanité à la résolution de ce problème.

En tout cas, ça fait plaisir d'être entendu car le pire dans ces situations d'empoisonnements par pollution, c'est cette constante impression d'évoluer dans d'interminables couloirs kafkaïens où ceux qui sont censés être les garants de votre sécurité environnementale se conduisent comme des gardiens (d'immeuble, de prison, du temple), vous poussant du coude, pour débarrasser le plancher de ce problème que désormais vous représentez.

On vous traite comme une poubelle abandonnée sur un trottoir en dehors du tracé régulier de la benne Véolia,
on te glisse sous le tapis et on marche dessus,
on te fais douter de ce que tu es,
on te demande de "ne pas faire trop de bruit", de ne pas "politiser la chose", de ne pas "communiquer son mécontentement pour bénéficier d'une collaboration de qualité".

Quand t'es pollué, tu deviens le revers de la médaille libérale, celui qui pique quand on t'accroche la rosette à la boutonnière,
tu deviens celui qu'il ne faut pas être, le hors-cadre,
tu deviens celui qui bénéficie d'un ratio Coût/Avantage déficitaire.

Bienvenue à tous les pollués, présent, passé et surtout à venir,
Ne respirons-nous pas tous le même air ?
Que ferez vous, quand à votre tour, le nuage vous enveloppera ?

On ne pouvez pas finir là dessus sans un petit gif qui tourne pas rond. »..

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 16:35
Romainville Sud en novembre 2015
Romainville Sud en novembre 2015

Publié le le 27 juin 2016 dans « Le Journal de l’Environnement » sous la plume de Stéphanie Senet :

« Un site pollué pompe l'air des habitants de Seine-Saint-Denis

Quand les projets immobiliers font remonter du trichloréthylène, de l'arsenic et du plomb

L’ancienne juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy a déposé, ce 27 juin, une plainte contre X au tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour mise en danger de la vie d’autrui. En cause: des pollutions issues de l’ancienne usine de traitement des métaux Wipelec de Romainville.

L’affaire a démarré en novembre 2014 lorsque les habitants de Romainville sont conviés à la mairie pour la présentation d’un vaste projet immobilier porté par le fonds de pension suisse Ginkgo. «Les participants apprennent avec surprise que de nombreuses parcelles riveraines du site Wipelec sont polluées», explique un représentant de l’association Romainville Sud. A partir de ce moment-là, les habitants du quartier des Ormes, dans le sud de la ville, entament un parcours du combattant pour connaître l’ampleur des dégâts.

DEUX RAPPORTS DE L’ADEME METTENT LE FEU AUX POUDRES

Après avoir essuyé moult échecs auprès de l’administration, les riverains obtiennent les conclusions d’un premier rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), publié en juin 2015, qui conclut à la présence de taux élevés de trichloréthylène[1], un solvant cancérigène, dans l’air intérieur des habitations analysées.

Mais c’est un nouveau rapport, diffusé le 12 mai dernier par l’Ademe, qui met le feu aux poudres. Il révèle en effet que les parcelles affichent non seulement une pollution au trichloréthylène mais aussi aux métaux lourds –arsenic et plomb- dans les sols.

Tous décident de porter l’affaire en justice. C’est pourquoi la plainte de Marie-Odile Bertella-Geffroy a été déposée au nom de 33 riverains et de deux associations, Environnement 93 et Romainville Sud, pour homicides et blessures involontaires, pollution de l’eau, et mise en danger de la vie d’autrui. Pour rappel, Marie-Odile Bertella-Geffroy a participé à l’instruction de l’affaire du sang contaminé et elle a aussi enquêté sur l’hormone de croissance, l’amiante de Jussieu et la légionellose à l’hôpital parisien Georges-Pompidou.

En parallèle, un recours a été envoyé aujourd’hui au tribunal administratif de Montreuil pour accès aux documents administratifs, «afin de connaître les résultats des études préalables menées par différents bureaux d’étude depuis 2003 en vue de rédiger un plan de gestion du site», précise Romainville Sud.

MARCHANDAGES AUTOUR DE LA DÉPOLLUTION

L’usine de traitement des métaux et d’enrobage des pièces métalliques Wipelec a fermé ses portes en 2008. Des travaux de dépollution ont été lancés fin 2014 par Ginkgo, le nouveau propriétaire de ce site de 4.000 mètres carrés. Mais selon Romainville Sud, les travaux de démolition des bâtiments ont été arrêtés lorsque le propriétaire a appris que la mairie avait renoncé à modifier son plan local d’urbanisme (PLU) pour permettre de construire plus haut dans le quartier. Selon les habitants, il n’y a plus aucune activité sur le site depuis des mois.

En attendant des réponses précises à leurs questions, les habitants s’inquiètent des récentes décisions, comme l’interdiction pour deux familles, mi-mai, de consommer les fruits et légumes de leur jardin ou la recommandation de ne pas recevoir des enfants dans les habitations. Au total, 75 parcelles pourraient être touchées par ces pollutions. L’Institut de veille sanitaire vient de lancer une enquête sur l’état de santé des riverains. De son côté, l'Agence régionale de santé cherche à évaluer l'exposition des populations au risque de saturnisme.

[1] Jusqu’à 89 fois plus que le seuil d’alerte, fixé à 10 mg/m3 »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 11:28
Wipelec Romainville : ça y est la plainte pour mise en danger de la vie d’autrui a été déposée

Ce lundi 27, plainte a été déposée au tribunal de grande instance de Bobigny. Sur le site de l’association Romainville Sud :
http://romainvillesud.over-blog.com/2016/06/lundi-c-est-tribunal.html#ob

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 17:57
 Fêtons la cerise à Romainville dimanche !

Dimanche 26 juin à13 heures !

« Les associations du centre ville de Romainville « ASVR » et « Voisins-Voisines » vous invitent à la deuxième édition de la Fête de la Cerise, si réussie l'an dernier.

Venez donc ce dimanche 26 juin à 13h au 13 rue Joseph Bara où Valérie nous accueillera sous son grand cerisier !

Apportez vos spécialités à base de cerise, à déguster en bonne compagnie.

(n'oubliez pas de mettre de côté vos noyaux et queues de cerise)

Il y aura un espace peinture-pochoir de cerises pour la continuité de notre banderole et en plus la décoration (broderie - pochoir) de pochettes de bien-être (à remplir de noyaux de cerises qu'on chauffe pour soulager les douleurs)

De la musique ! De la chanson ! Et de la couleur cerise !!!

Cette année habillez-vous encore plus en CERISE car on propose aux volontaires un concours avec jury et petits lots pour égayer ce mois plutôt gris.

Si besoin, n'hésitez pas à solliciter nos équipes de cueillette pour vos cerises..

En espérant vous compter parmi nous à cette occasion festive.

Les équipes de l'ASVR et de Voisins-Voisines

ps. la cerise n'est pas exclusive alors d'autres mets seront aussi de la fête, bien évidemment ! »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 06:37
« Concertation » à Romainville : et hop 330 logements Cogedim de plus

Nous publions les Propos du Père François – de Romainville (!) - :

« Romainville le 16 juin 2016

Je n’en menais pas large hier soir.

À la précédente réunion consacrée au projet d’immeuble sur le site de « Panotel », rue de Benfleet, réunion qui s’était tenue à la Maison de Quartier Cachin, alors que je me tenais paisiblement au fond de la salle, je m’étais fait agresser violemment par une bougresse qui ne semblait pas jouir de toutes ses facultés.

Je pense que c’était une écolo, vraie ou fausse, puisqu’elle parlait de pollution de l’atmosphère, ce qui constitue, comme chacun sait, une des principales revendications de nos verts.

Hier, la réunion se tenait dans l’ancien site de Panotel lui-même.

Il n’y avait pratiquement personne.

Si l’on enlève la maire, (… le 1er adjoint, bip ndlr*), la responsable de l’Ophlm et ses beaux-parents (qui sont, heureux hasard, eux mêmes maires adjoints : trois indemnités, cela aide à faire bouillir la marmite), si l’on retire également la bonne dizaine de représentants de Cogedim, il ne restait qu’une petite vingtaine de personnes dont la moitié étaient des opposants. (Match de foot ?...)

Le (… 1er adjoint bip ndlr), spécialiste du « parler pour ne rien dire », inaugura la séance brièvement pour passer la parole aux hommes de l’art.

Ceux-ci savent faire et nous montrèrent des photos, des tableaux et des plans, accompagnés d’une logomachie où se mêlaient la verdure, le confort, les « surfaces arborées ».

Quand on entend ces gens-là, on a l’impression qu’on va entrer au paradis.

On est surpris quand on voit la réalité.

En outre, il faut reconnaître que l’usine de Panotel (et l’ensemble de la rue de Benfleet) est d’une rare laideur, et que, dans ces conditions, il est difficile de faire pire.

Et puis, on commence pourtant à s’inquiéter quand on apprend que la nouvelle construction abritera 330 logements (dont une toute petite quarantaine de logements sociaux) .

Nom de dieu, ce sera une véritable fourmilière, où il ne sera vraisemblablement pas agréable de vivre.

Moi, je n’y connais rien et, comme d’habitude, je n’ai pas ouvert la bouche.

Ma voisine de gauche ne m’a pas imité, et, dans une intervention fort pertinente, a fait observer –entre autres – qu’il n’était certainement pas opportun d’augmenter encore la bétonisation d’une pauvre commune qui est déjà la première du 93 dans ce domaine.

Que n’avait-elle pas fait là ?

Le (… 1er adjoint, bip ndlr) (n’avait-il rien compris ou faisait-il semblant ?) répondit que Romainville était moins bétonnée que …Paris.

Et que Singapour ou New-York rétorqua finement mon voisin de droite.

S’ensuivit, avec ce dernier une joute oratoire sur les questions pratiques que présentera la nouvelle construction (passages, nappe phréatique surabondante etc.), questions très judicieuses, si judicieuses que la maire Valls, comme chaque fois qu’elle est mise au pied du mur, Blanche Neige se métamorphosant soudain en fée Carabosse, se mit à brailler pour couvrir la voix du contradicteur carabosse.

Ce dernier, pourvu d’un bel organe (pas de mauvais esprit !) ne s’en laissa pas conter et resta maître du terrain.

Bravo à lui et honte à la maire Valls qui est incapable de parler poliment à ceux qui ne sont pas de son avis.

C’est cette morgue, cette méchanceté, cette mesquinerie, ce « manque d’empathie », qui l’empêchent de gagner la « sympathie « de la population … et lui font frôler l’échec à chacune des consultations électorales.

Je mentirais si je vous narrais la fin de la réunion.

J’ai quitté les lieux au bout d’une heure un quart.

En rentrant chez moi, je me suis promené au hasard dans les rues de notre « village ».

Je contemplais mélancoliquement les horribles constructions nouvelles qui parsèment notre cadre de vie.

Romainville, qui est entre les mains d’apprentis sorciers, ressemble de plus en plus à une table de jeux sur laquelle on aurait renversé, au hasard, des jeux de cubes.

M’est alors revenue à l’esprit une phrase du grand architecte Christian de Portzamparc, qui s’applique exactement à notre « microcosme ».

Cette phrase, je vous la livre en conclusion :

« SI ON SE MET A CONSTRUIRE DES LOGEMENTS N’IMPORTE OU DES QU’ON TROUVE UN PEU DE TERRAIN DISPONIBLE, ON EST SUR D’Y CREER LES GHETTOS DE DEMAIN ».

Salut à tous.

François Le Cornec. »

* Nous nous sommes permis de remplacer les allusions matrimoniales concernant le 1er adjoint par « le 1er adjoint ». Ndlr …

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 14:31
Romainville : « le 39/93 », un collectif d’artistes disparaît devant le béton

Lu sur le blog de l’association Romainville Sud ce 14 juin 2016, qui reprend un article du Parisien.fr du 13 juin :

« Du béton entre les oreilles


Le collectif d’artistes du « 39/93 » va devoir partir

Le collectif d’artistes installé dans cette ancienne friche de bureaux depuis deux ans est contraint de se trouver un nouveau local. (LP/M.-P.B.)

Ils sont plasticiens, photographes, designers… Les douze artistes installés au 39, rue Carnot, à Romainville, dans une ancienne friche de bureaux, sont contraints de quitter les lieux. « Dans les faits, nous avons un an pour trouver une solution mais nous devons commencer à chercher un autre endroit dès à présent », explique Dadave, artiste plasticien arrivé le premier, il y a deux ans, par l’intermédiaire de l’adjoint à la culture de la municipalité, Stéphane Wesselberg. « Il préférait voir les lieux occupés plutôt que vides de vie. Aujourd’hui, je ne pense pas que la municipalité nous soutienne », déplore celui qui lance un appel aux dons pour s’en sortir.

« Tous ceux qui veulent nous aider par une cotisation sont les bienvenus. Ils peuvent venir à Romainville tant que nous sommes encore là. » Autre problème : c’est ici que les chars de la Grande parade métèque sont rangés d’une année sur l’autre. « Nous ne savons pas non plus où ils vont se retrouver », poursuit l’artiste qui s’est engagé pour les migrants de Calais, en faisant notamment venir Maxime Leforestier à Romainville pour parrainer une « Maison bleue » créée par un réfugié.

La mairie DVG n’a pas de solution
Non loin du cinéma le Trianon et de la librairie des Pipelettes, le collectif semblait s’être fait sa place. « Ils contribuent à l’identité culturelle de la ville. C’est dommage de les voir partir », se plaint une cliente du restau du Trianon.

Dès le début pourtant, leur installation était éphémère. Mais les artistes, qui n’ont signé aucune convention avec le propriétaire, l’Equipement public foncier d’Ile-de-France (EPFIF), se trouvent aujourd’hui pris au dépourvu. En mairie, la situation ne préoccupe pas les élus : « Nous n’avons pas d’autres endroits où les héberger », élu de la maire Corinne Valls (DVG).

Et la procédure risque de s’accélérer. L’EPFIF, qui a un temps refusé de vendre à un promoteur se trouve aujourd’hui contraint de le faire car le promoteur a porté ce refus devant le tribunal et obtenu gain de cause. Sa proposition de rachat a été acceptée en première instance et en appel. « Nous n’avons plus notre place ici. Il faut chercher ailleurs », conclut Dadave. »

* http://www.parisianeast.com/le-3993-un-lieu-culturel-qui-regroupe-une-douzaine-dateliers-dartistes-romainville/

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 09:40
Romanville, le 20 mai. Sébastien Tirloy a appris mi-mai que son jardin avait été pollué, notamment à l’arsenic, par l’ex-usine voisine, Wipelec. (LP/F.L.)
Romanville, le 20 mai. Sébastien Tirloy a appris mi-mai que son jardin avait été pollué, notamment à l’arsenic, par l’ex-usine voisine, Wipelec. (LP/F.L.)

Lu sur Le Parisien.fr du 12 juin 2016 :

« Romainville : nouvelle analyse dans les jardins pollués

Le laboratoire central de la préfecture de Police doit réaliser de nouveaux prélèvements dans deux jardins du quartier des Ormes à Romainville. Mi-mai, leurs habitants ont appris que les fruits et légumes produits sur leurs parcelles étaient pollués, notamment à l’arsenic, et impropres à la consommation. En cause : la pollution générée par l’usine voisine, Wipelec, fermée en 2008. Les nouvelles analyses visent à confirmer le risque sanitaire.

« En attendant, l’ARS (Agence régionale de santé) envisage de mettre en place un suivi médical pour ma famille », assure Sébastien Tirloy, l’un des habitants impactés. Avec l’association de riverains, Romainville Sud, il demande que les analyses soient étendues à tout le quartier. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Romainville
commenter cet article