Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 12:12
Plaintes pour détournement de fonds : droit de réponse de l’ex-premier adjoint



Suite à la publication d’un article intitulé « Bagnolet. L'ex-maire visé par une plainte pour détournements de fonds », Laurent Jamet, cité dans cet article, a adressé un « droit de réponse au parisien, qui l’a publié le 21 avril. Ayant reproduit l’article du Parisien
http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/2015/04/dans-le-parisien-de-demain-24-000-euros-reclames-a-everbecq.html, nous publions de même (sans commentaire) ce droit de réponse.

« Droit de réponse

Nous publions un droit de réponse de Laurent Jamet, élu PCF de Bagnolet. « Dans un article intitulé L'ex-maire visé par une plainte pour détournements de fonds, publié dans le Parisien daté du 7 avril 2015, en Une de son édition Seine-Saint-Denis, je suis mis en cause pour l'utilisation indue d'une carte d'essence pour la somme de 2 992 € qui, selon le maire, n'a pas de rapport avec (mon) activité d'élu.

L'article indique, en outre, que Monsieur Di Martino me reproche aussi deux voyages effectués en 2009 à Milan et à Toulouse. Je tiens à apporter plusieurs précisions. Je suis bien évidemment en mesure de prouver que ces déplacements ont bel et bien été effectués dans le cadre de mes fonctions de maire-adjoint et non à des fins personnelles. C'est pourquoi je ne crains en rien les questions qui pourraient m'être posées à ce sujet. Je rappelle que le groupe Front de gauche au conseil municipal, dont je suis le président, a demandé dans une déclaration publiée le 28 septembre 2014 que soit établie une transparence totale des actes de chacun. Je ne laisserai se dérouler aucune manœuvre qui conduise à jeter un discrédit sur mon honnêteté ou tenter de faire un amalgame entre l'ancien maire et moi. Rien ne me fera dévier de mon combat pour défendre l'intérêt général des Bagnoletais. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 07:17
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage



Nous abordons la question, très discutée à Bagnolet, du dispositif d’aide au nettoyage des tags.

Plusieurs types d’arguments ont été avancés contre ce dispositif.

D’une part, certains, confondant visiblement tags et graffitis et faisant peu de cas des volontés des propriétaires des constructions taguées, ont dit qu’il s’agissait là d’une activité artistique à encadrer et encourager mais pas à réprimer. Nous partageons l’idée, exprimée dans le communiqué ci-après de la municipalité selon laquelle ces tags participent à la dégradation et à la saleté de la commune.

Que par ailleurs le graffiti soit une forme artistique et qu’il existe des surfaces soit abandonnées soit sur lesquelles les propriétaires ont exprimé leur accord qu'il y ait une oeuvre est une autre question.

D’autre part, d’autres personnes ont émis l’idée que les tags étant une incivilité et une dégradation de l’espace public, il n’était pas normal que les personnes victimes de ces nuisances soient obligées de payer. Ils n’ont pas tort à ceci près que la Ville de Bagnolet
1-n’a pas les moyens suffisants pour nettoyer à chaque fois les tags si les propriétaires n’y mettent pas du leur ;
2-prend à sa charge 100 000 euros, ce qui n’est pas rien, vu l’état des finances communales
3-et qu'en l’occurrence, il s’agit d’une amélioration par rapport à l’existant, le dispositif qui existait précédemment ayant été abandonné depuis plusieurs années.

Nous publions ci-dessous pour information le communiqué du 9 avril de la Ville de Bagnolet :


« La Municipalité de Bagnolet entreprend de détagger les murs de la ville.

Le Conseil municipal du 8 avril 2015 a adopté une délibération pour l’enlèvement des tags et des graffitis qui envahissent le territoire communal.

La ville de Bagnolet, plus que d’autres communes en région parisienne, souffre de l’apparition régulière de tags et de graffitis sur les murs des bâtiments aussi bien publics que privés. De très nombreux habitants interpellent la Municipalité sur ces incivilités, visibles de tous, qui engendrent une impression de saleté et d’insécurité et qui n’avaient pas été traitées pendant de nombreuses années.

Bien que le nettoyage sur les bâtiments privés ne relève pas directement de sa compétence, la Municipalité s’attache à lutter contre ce fléau afin d’améliorer le cadre de vie des habitants et d’œuvrer pour l’embellissement et l’attractivité de la ville.

Ainsi, nouvelle convention d’enlèvement des tags a été approuvée hier. Son objectif est double : permettre, d’une part, aux propriétaires de bâtiments touchés (particuliers, bailleurs, hôtels, entreprises et commerces) de faire appel aux services de la commune et, d’autre part, d’inciter les propriétaires à traiter préventivement la surface extérieure de leur bâtiment selon les techniques existantes et dans le respect de l’environnement.

Ainsi, des conventions avec les bailleurs seront mises en place dans les semaines à venir afin que chaque recoin de la ville puisse bénéficier de ce service. Les particuliers, entreprises, commerçants, désireux d’y faire appel pourront se rapprocher des services de la Mairie qui répertorieront l’ensemble des demandes.

  • Le 1er enlèvement sera gratuit, le coût sera entièrement pris en charge par la ville.
  • Tout enlèvement supplémentaire sur une façade protégée par un traitement préventif sera mis à la charge des propriétaires moyennant une redevance forfaitaire annuelle de 100€.
  • Tout enlèvement supplémentaire sur une façade non protégée sera mis à la charge des propriétaires moyennant une tarification à l’acte de 10 €/m².

Ce dispositif s’inscrit donc dans la volonté de la majorité municipale de rétablir un cadre de vie agréable dans notre ville. »

Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Sur le dispositif municipal d’aide au détagage
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 06:33
Le drapeau européen a disparu de la mairie …

On se croirait revenus à l’époque d’Everbecq.

En témoigne le fait que depuis plusieurs semaines, le drapeau européen à disparu de la mairie.

La photo est du 10 avril, mais la situation dure au moins depuis plusieurs semaines.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 09:14
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015

Quelques remarques sur la forme tout d’abord : l’écran avait disparu (ce qui évite au public de voir en gros plan les réactions à chaud et le masticage de chewing gum). J’ai noté aussi moins d’agressivité de la part de la municipalité, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Sur la transparence. Si l’administration a continué à mettre à la disposition du public l’ordre du jour/note explicative de synthèse, ce qui est une bonne initiative, cela n’exonère pas la municipalité de porter les informations sur le site internet de la Ville (nous en reparlerons).

Concernant J. Parat, l’élu « dynamique citoyenne » anti-IVG, les délibérations le remplaçant dans différents organismes au titre de la majorité municipale ont été effectivement votées : il aura donc fallu plus de 4 mois et demi pour faire ce qui devait et pouvait être fait en quelques heures … Nous y reviendrons.

Nous reviendrons également sur différents points de l’ordre du jour, que ce soit l’enlèvement des tags, l’acquisition d’une construction sur propriété communale rue Louise-Michel et naturellement la levée de l’emplacement réservé pour passage piétionnié dans le centre ville (…). De même, nous reviendrons sur le report de deux délibérations, l’une concernant la modification du règlement intérieur du conseil municipal et l’autre, la composition de la « commission consultative des services publics locaux ».

Nous consacrerons également un article au départ annoncé du Conseil municipal de Josiane Bernard qui fut longtemps conseillère municipale et adjointe PC, ainsi que conseillère générale (vice-présidente du CG 93 déléguée à l’environnement) de 2001 à 2015.

Plusieurs interventions citoyennes ont eu lieu en préalable : de la part « du neuf à gauche », de « Bagnolet Patrimoine » et du « POI ». Il y eut également une intervention du collectif des Baras.

Venons-en au budget 2015 de Bagnolet, qui était le gros morceau de ce conseil municipal.

Concernant le débat bugétaire , nous relevons la bonne maîtrise affichée dans la tourmente du conseiller délégué aux finances Olivier Taravella, qui comme d’habitude a fait preuve d’un brio, d’autant plus remarquable qu’à part des « yaka-il-faut », il n’a pas été assailli de questions très précises …

La discussion aurait gagnée en pertinence si un véritable débat avait eu lieu sur les opérations retenues dans le cadre de la Rénovation Urbaine des Malassis et de la Noue. L’ANRU a en effet pour conséquence des cessions de terrains au privé (par exemple au groupe Eiffage) « à la Everbecq » et des emprunts très lourds. Un débat approfondi était également nécessaire sur les véritables enjeux financiers de la ZAC Benoit-Hure, dans le centre ville, ZAC visiblement élargie au projet d’école élémentaire-« croupion » rue Charles-Graindorge. De même, les questions cruciales comme l’évolution de la masse salariale (avec des chiffres précis) ou les annonces sur les projets scolaires et autres équipements (crèches) n’ont été abordées que dans les grandes largeurs.

Pourtant c’est cela qui nous conduit tout droit au gouffre et à des augmentations d’impôts prévisibles avant la fin du mandat.

Concernant l’hyper- densification sous la double pression du SDRIF et du Grand Paris, (hyper-densification aux conséquences désastreuses sur le cadre de vie des habitantEs et les finances communales) le débat aurait gagné à être plus tranché, la proposition de « Bagnolet-Patrimoine » de faire payer les promoteurs par le biais de « Projets Urbains partenariaux » n’étant pas à la hauteur des enjeux, urbanistiques et financiers. Je me répète, mais la seule solution réellement efficace – à Bagnolet, dans une ville déjà assez dense et manquant de foncier-, était de freiner la densification en mettant le Plan Local d’Urbanisme en RÉVISION (sans parler de l’étude scolaire qui est sur le point d’être lancée … alors que les accords ont déjà été donnés aux projets immobiliers qui vont nous plomber.

Les réponses de la municipalité sur les emprunts toxiques m’ont paru satisfaisantes (C’est naturellement une opinion personnelle en attente des discussions qui seront menées dans le cadre de l’ABCD - Association Bagnoletaise Contre la Dette). L’aventurisme financier d’Everbecq en 2007-2008 lorsque la municipalité en avait souscrit à tour de bras ne laisse pas d’autre choix, me semble-t-il, qu’une sortie « honorable », d’autant que l’État, en rachetant les dettes de DEXIA et le Parlement en rendant caduque a posteriori les recours en justice des collectivités locales avait coupé l’herbe sous le pied à des actions plus « radicales ».

Bref, à suivre, le vote du budget communal étant évidemment un acte essentiel.

Pierre Mathon

Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Bref et premier compte-rendu du conseil municipal de Bagnolet du 8 avril 2015
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 11:39
À l’ordre du jour du conseil municipal de Bagnolet de ce soir 8 avril 2015

Le conseil municipal de Bagnolet a lieu ce soir mercredi 8 avril à 19h30 à l’hôtel de ville (pas l’ancien, avec les belles peintures de P. Vauthier, mais le nouveau, celui à 38 600 000 € …).
Le gros de l’ordre du jour portera sur le budget 2015 de la Ville de Bagnolet (délibération n°2 avec le vote des subventions aux diverses organismes et associations (délibération n°3), une délibération (n°4) sur les autorisations de programme et crédits de paiement de la rénovation urbaine La Noue-Malassis, ainsi que 2 autres délibérations n°5 et n°6 sur les emprunts toxiques. Nous y reviendrons sur ce blo
g.

Mais il y a aussi à l’ordre du jour, toute une série de délibérations (pas moins de 31 au total (!). D’où notre « étonnement » que le site internet de la commune se contente de signaler le conseil municipal avec, comme ordre du jour le vote du budget et … la mention « affaires diverses » (!) De cela aussi (de ce manque de transparence), nous reparlerons.

Essayons cependant, pour nos amis internautes de combler (partiellement) cette lacune (qui serait plutôt de l’illégalité …)

Attendues de pied ferme par les féministes et les démocrates, nous avons 8 délibérations (de la n°8 à la n°14 ainsi que la n°18) annulant les délibérations, qui avaient nommé J. Parat dans divers organismes (SIGEIF, CA OPH, APIEP 93) établissements scolaires (CA établissement 1er degré et CE écoles primaires), Commission d’Appel d’Offres et commissions municipales où il représentait la majorité. Ces délibérations modifieront, en conséquence, la composition de ces organismes et commissions.

D’autres délibérations sont à l’ordre du jour qui concernent divers sujets :
-la composition du jury de concours,
-celle de la commission consultative des services publics locaux,
-la publication de la liste des marchés publics conclus en 2014,
-l’établissement d’une redevance sur les distributeurs automatiques de boissons,
-les frais occasionnés par les élections départementales et régionales,
-la subvention – à hauteur de 75 000 euros sur la réserve du sénateur Gilbert Roger - de la rénovation de l’office de restauration de la maternelle Travail,
-une initiative de la Fonderie de l’Image,
-la collaboration d’un psychologue-nutrition au CMS,
-la convention « sport pour tous » des séniors,
-l’approbation de l’adhésion de la ville de Chenevières (94) au SIGEIF (Syndicat intercommunal pour le Gaz et l’
Électricité en Île-de-France).

À signaler également une délibération pour acquérir à 140 000 euros une construction sur une parcelle municipale 53-55 rue Louise Michel.

De même deux délibérations, l’une attendue sur le dispositif d’enlèvement des tags et l’autre, beaucoup moins (!) supprimant un emplacement réservé en centre ville.

Bref, à ce soir.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 20:57
Dans le Parisien de demain : 24 000 euros réclamés à Everbecq



Nous l’apprenons dans le Parisien.fr d’aujourd’hui 6 avril, les plaintes de la nouvelle municipalité sur les détournements de fonds publics et abus de biens sociaux par les élus de la municipalité précédente ont suivi leur cours. On apprend que la plainte visant Marc Everbecq porte sur 24 000 euros et celle sur son premier adjoint sur 2 992 euros. « Le document vise aussi un conseiller municipal, l’ancien directeur général des services et son adjoint. »

Quand on sait que les gaspillages d’Everbecq portaient sur des dizaines de millions d’euros, on a envie de dire, même si ces 24 000 euros ne sont pas négligeables : « la montagne accouche d’une souris ». Mais bon, déjà si Everbecq rendait ces 24 000 eu
ros …


L’article du Parisien de Sébastien Thomas :

« L’ex-maire PCF de Bagnolet visé par une plainte pour détournements

Marc Everbecq, ancien maire de Bagnolet, fait l’objet d’une plainte déposée par le maire PS Tony di Martino pour détournements de fonds et abus de biens sociaux (LP/S.T.)


L’ancien maire PCF de Bagnolet, Marc Everbecq, a-t-il profité de sa situation pour voyager à l’œil et faire de bons repas au frais de la princesse ? Son remplaçant PS, Tony di Martino, le pense, en tout cas, car il vient de déposer plainte pour détournements de fonds et abus de biens sociaux.

Le document vise aussi son ancien premier adjoint, Laurent Jamet, un conseiller municipal l’ancien directeur général des services et son adjoint.

Des voyages à New York, Douala, Djerba

Entre les voyages et les frais de bouche, la municipalité réclame à l’ancien maire le remboursement de plus de 24 000 €. « Et encore, nous n’avons pu remonter que sur les deux dernières années, entre 2012 et 2014, regrette Tony di Martino. Si on a retrouvé les factures, on n’a jamais retrouvé les justificatifs. On note des voyages à New York, à Douala (Cameroun), Djerba (Tunisie) et on ne sait pas ce qu’il y a fait. Jusqu’à preuve du contraire ces voyages n’ont aucun intérêt communal. Nous considérons donc qu’il s’agit de voyages d’agrément. Il a même pris en charge les dépenses de cinq boxeurs américains quand ils sont venus à Bagnolet, hôtel plus avion, pour plus de 8 000 €. »

5700 € de dépense de restaurant sans le nom des invités

Le maire met aussi en avant une série de repas sans le nom des convives. « On a, par exemple, un déjeuner avec 7 personnes, dans l’un des restaurants les plus chers du département, pour plus de 700 €, détaille-t-il. Au total, sur un an, entre février 2013 et mars 2014, nous avons une note de 5 703 € de repas. Il avait le droit d’inviter des gens mais il doit dire de qui il s’agit. »

Concernant les abus de biens sociaux, le maire PS considère que Marc Everbecq aurait gardé avec lui deux ordinateurs portables, une télévision, un téléphone portable et une tablette, le tout pour une valeur de 5 724 €. « Il n’a jamais rendu ce matériel », dénonce-t-il. La plainte qui vise Laurent Jamet porte, elle, sur l’utilisation indue, selon le maire, d’une carte essence pour la somme de 2 992 €. « Il s’agit notamment de pleins d’essence faits en province et qui n’ont donc pas de rapports avec son activité d’élu », analyse Tony di Martino. Le maire lui reproche aussi deux voyages effectués en 2009 à Milan et Toulouse.

Marc Everbecq assure pouvoir justifier chaque dépense

Face à ces accusations, Marc Everbecq réagit et assure pouvoir justifier chaque dépense. « Pour le voyage à New York, il s’agit d’un jumelage entre leur club de boxe et le nôtre, c’est aussi pourquoi nous les avons invités, souligne-t-il. Quant aux autres voyages, il s’agissait aussi de créer des dispositifs de jumelage. » Sur les frais de bouche, il s’explique également. « J’avais droit à 7 000 € de frais de représentation par an, voté par le conseil municipal, et lorsque je dépassais cette somme, je payais de ma poche, affirme-t-il. Si on n’a pas retrouvé le nom des convives, c’est peut-être parce que ma secrétaire a oublié de les marquer. » Enfin, il affirme avoir rendu tout le matériel, ce que conteste la directrice générale des services de l’époque. Quant à Laurent Jamet, il préfère « garder ses explications pour son avocat ». Il affirme néanmoins « n’avoir jamais utilisé de carte essence en province ». « Je suis serein car je suis un honnête homme » insiste-t-il »

Bon, à suivre.

Pierre M
athon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 09:19
Bagnolet : conseil municipal sur le budget 2015 ce mercredi 8 avril



Le prochain conseil municipal de Bagnolet se tiendra ce mercredi 8 avril 2015 à 19h30 à l’hôtel de ville. L’essentiel de l’ordre du jour portera sur le vote du budget 2015.

Logiquement il devrait y avoir aussi des délibérations pour remplacer l’élu anti-IVG, J. Parat, dans les différents organismes où il siège au titre de la majorité municipale ainsi que la modification du tableau des élus.

Nous préciserons le contenu de l’ordre du jour, dès qu’il ser
a publié sur le site internet de la Ville.


Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 21:58
Propos d’une adjointe-au-maire de Bagnolet : lettre ouverte du MRAP au maire



Le MRAP de Seine-Saint-Denis vient d’adresser une lettre ouverte à Tony Di Martino, Maire de Bagnolet concernant des propos qui auraient été tenus par Catherine Denis, Adjointe-au-maire ce dimanche 22 mars lors de la tenue du bureau de vote n°5 :

« Monsieur le Maire,
Le MRAP 93 a été informé des attitudes et propos tenus par Madame Catherine DENIS, présidente du bureau de vote numéro 5 (maternelle Jules Ferry), maire adjointe chargée du cadre de vie, de la propreté et du tourisme, membre du Parti Socialiste à l’encontre de Madame Koïna Mohamed KADAMY assesseur du dit bureau de vote lors du premier tour des élections départementales le 22 mars 2015.
Un premier incident pour le moins choquant s’est déroulé vers 10 h 30, il y a eu une discussion entre la présidente Madame DENIS, un assesseur et un des délégués de liste (Monsieur Michel VENON) sur la faible participation des habitants du quartier des Coutures, Madame KADAMY a
participé à la conversation en disant que les jeunes du quartier allaient certainement venir voter l'après-midi, comme ils en avaient l'habitude.
C'est à ce moment-là que Madame DENIS s'est permis de dire : « Oui, ils vont venir voter avec leur joint dans la bouche et complètement défoncés ».
Même si ses propos ne relèvent pas de considérations racistes « historique », ce racisme, cette considération, cette discrimination anti-jeune est pour le moins choquante et ceci alors même qu’à la suite des attentats des 7 et 9 janvier, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier
Ministre ont évoqué l’Unité nationale et les valeurs de la République, nous souhaiterions connaitre la nature des valeurs de la République que diffuse cette élue membre de votre parti, possédant des délégations et représentations de votre part et donc, puisqu’elle était dans l’exercice de ses fonctions, électives parlant en votre nom ?
Vers 14 h 30, à nouveau Madame DENIS s’est permis cette fois ci de faire une tirade, non plus à la marge du racisme mais mettant en avant la notion qu’elle a de l’égalité et de la non-discrimination.
Madame DENIS a engagé la conversation avec Madame KADAMY en lui demandant si elle avait des frères et des sœurs. Madame KADAMY lui a répondu qu’elle a 3 frères.
Madame DENIS se permis une nouvelle question : « Qu'est-ce qu'ils font ? Ils guettent, ils dealent ou se shootent ? »
Nous voudrions savoir si Madame DENIS aurait posé cette question si Madame KADAMY avait eu les yeux bleus, les cheveux blonds ou même se prénommait Marine ?
Nous souhaitons que vous preniez immédiatement les sanctions nécessaires, en vous désolidarisant des propos et attitudes de Madame DENIS et que ses fonctions, délégations et mandats de représentations soient révoqués sans délais.
Que votre municipalité unanime condamne tout racisme dans toutes ses formes.
Que vous vous engagiez, dans le cadre des propos tenus encore ses dernières semaines par monsieur le Premier Ministre, membre comme vous-même du Parti Socialiste à sanctionner durement et immédiatement tout élu(e) se permettant de reprendre les idées de l’extrême droite.
Nous espérons que contrairement à l’affaire « Jimmy PARAT », votre réaction sera rapide et à l’échelle de la gravité de l’attitude de votre élue.

Dans l’attente de vous lire, recevez monsieur le Maire, nos salu
tations antiracistes.

Sylvain Goldstein Président exécutif du MRAP 93 »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 19:01
Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay



La lettre ouverte de Rosalind Fay a semble-t-il mis le feu aux poudres. Les mails se sont succédés. Un complément de Rosalind, ma réponse, les mails de Mohamed et Merouan Hakem et de Tony Di Martino, ma réponse et encore un mail de Mohamed Hakem.

L’intégralité du fil du débat :

1- La lettre ouverte de Rosalind :
« Voici la lettre ouverte ‘au maire et à la majorité municipale) accompagnée d’un petit texte que nous a adressée la citoyenne bagnoletaise Rosalind Fay :

« Au moment ou je vous écris, à quelques heures du Conseil Municipal du 11 mars, il semble que le Maire ait enfin retiré la délégation de Monsieur Parat et que celui-ci ait démissionné du groupe Dynamique Citoyenne. Le problème de fond reste : nous qui avons soutenu la liste PS/Dynamique Citoyenne, nous nous sentons trahis par les tergiversations peu courageuses de la majorité municipale. Espérons qu’une autocritique se fera, sinon publiquement, au moins en interne. Vigilan
ce !

Lettre ouverte

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs de la Majorité du Conseil Municipal,

Depuis le 18 novembre dernier, la vie politique de Bagnolet est pourrie par « l’affaire Parat ». Nous assistons à un jeu où les élus PS et Dynamique Citoyenne ne cessent de se renvoyer le bal. Chacun sait comment Monsieur Parat a exprimé publiquement des idées en contradiction avec les valeurs de la majorité municipale (et de la République !) à laquelle il était censé appartenir. Nous avons le droit de demander des comptes à nos élus, ce qui ne fait pas de Parat une victime. On lui demande d’être en cohérence avec ses convictions et de quitter un Conseil Municipal où il n’a plus sa place.

Le rôle du Maire :

Monsieur Di Martino révèle son manque de sensibilité (ne pas sentir la colère et la blessure des femmes) et de conviction. Son attitude (qualifiée par beaucoup de « mollesse ») relève de l’obstination. Il joue sur les mots. « J’assume ses délégations » n’est pas une réponse. C’est une espèce de sophisme idiot qui ne fait qu’attiser notre colère. Il tente de renvoyer la responsabilité du cas « Parat » aux membres de Dynamique Citoyenne –« c’est un membre de Dynamique Citoyenne. C’est à eux de s’en occuper ». Monsieur Di Martino est le premier Magistrat de la ville. S’il avait retiré la délégation de Monsieur Parat et l’avait encouragé très fermement à démissionner, il n’y aurait pas eu d’affaire Parat.

Que dire des autres membres PS du Conseil Municipal, qui par ailleurs font certainement du bon travail ? Les convictions doivent primer sur la « discipline du parti » : les enjeux sont relativement peu compliqués au niveau d’un Conseil Municipal ! Merci à Catherine Denis et Marie Lou Brossier, qui se sont levées avec les femmes « du public » lors du Conseil Municipal du 18 décembre.

La salle de réunion, le comportement des élus projeté sur grand écran

L’architecture n’est jamais neutre. Les dimensions et la disposition de la salle des réunions du Conseil Municipal sont le fruit d’un concept de l’ère Everbecq dont les membres du Conseil Municipal actuels semblent inconscients et auxquels ils devraient prêter attention. C’est un espace hiérarchisé : Les Elus sont assis autour d’une immense table démesurée par rapport à l’espace alloué au public. A tour de rôle les membres du Conseil sont filmés. Des gros plans de leurs têtes sont projetés sur un immense écran, juste au-dessus du Maire qui n’ aperçoit pas sa propre image que nous, la « plèbe », voyons dans le moindre détail. Ajouté au phénomène visuel, il y a l’a dominance sonore des élus qui disposent de micros dans lesquels ils hurlent pour être entendus au-dessus de la foule, ce qui résulte en une espèce de cacophonie insupportable. Lorsque la représentante d’une association de femmes intervient avec émotion et pertinence pour exiger que la délégation de Parat soit retirée, le Maire apparaît en gros plan en affichant une espèce de moue flegmatique ce qui choque et attise la colère et l’indignation légitimes du public. (Petit conseil : lorsqu’on est filmé et projeté sur grand écran il vaut mieux s’abstenir de mâcher du chewing gum.)

Mais encore, telle une starlette, une jeune conseillère municipale entre en scène en retard, toute apprêtée pour sa prestation en tant qu’élue responsable des Femmes, sans avoir assisté à l’intervention de l’association des femmes et entendue la question posée. Sans parler des vas et vient incessants de plusieurs membres du Conseil, des apartés entre vous pendant les prises de parole de vos collègues ou du public, des sourires complices entre certains élus qui lancent des regards méprisants vers le public, tout cela magnifié sur grand écran. Vous les élus, vous semblez oublier les « gros plans » qui apparaissent sur l’écran géant et qui trahissent fidèlement vos faits et gestes (langage du corps). Au bout d’un an seulement, la distance qui vous sépare des citoyens est remarquable.

La Tenue des réunions publiques du Conseil Municipal : La lourde responsabilité du Maire

L’ambiance de la réunion du 17 décembre était scandaleuse et rappelle les séances du Conseil Municipal présidée par Everbecq. Une réunion de Conseil Municipal qui dégénère dans une espèce de cirque ne doit plus être permise. Laisser exprimer interminablement de la haine ou laisser des membres du public agresser d’autres membres du public est intolérable. Si vous n’êtes pas capable d’assurer l’ambiance sereine que la démocratie exige, ayez le courage de faire vider la salle.

Vous n’étiez pourtant pas le seul responsable de l’ambiance délétère de cette réunion.

Laurent Jamet et ses Supporteurs

Avant même de rentrer dans la salle, une manifestation pour exiger la démission de Parat était perturbé par quelques membres du PCF qui avaient apporté une sono tellement envahissante et peu appropriée -- ils étaient dans une dynamique de fête indécente -- que j’ai dû leur demander de baisser le son : nous autres manifestants, très nombreux, nous ne nous entendions plus parler. Ces mêmes personnes, dont des élus de l’ancienne majorité ont eu un comportement honteux durant tout le conseil municipal – debout, ricanant, hurlant (encore la fête, quoi !) Juste derrière moi, une élue de l’ancienne majorité criait tellement fort que je n’entendais rien des interventions du Conseil. Honte à ceux dans le public qui chahutait comme des supporteurs enragés à un match de foot. Nous n’oublions pas la gestion Everbecq à laquelle ces personnes ont participé activement ou passivement.

Plus scandaleux encore, au marché de Bagnolet le dimanche matin, 8 mars, journée de la femme, on distribuait un tract où 100 femmes de Bagnolet appelaient à voter pour les candidats du Front de Gauche aux élections régionales avec Laurent Jamet en tête de liste. Si Parat n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer pour permettre à Jamet d’avoir un plateforme de campagne. L’essentiel de son « programme » en gras sur le tract, est la récupération du scandale Parat ! Tel un charognard, Jamet mène sa campagne essentiellement comme défenseur des femmes en croyant nous faire oublier les années passées à coté d’Everbecq avec tout ce que cela implique. Ou bien M. Jamet a activement participé à la gestion désastreuse de l’ancien maire, ou bien il était trop bête et incompétent pour se rendre compte de ce qui se passait. Dans les deux cas il s’est définitivement disqualifié pour assumer un mandat d’élu ou de parler en notre nom. Décidément, les politiciens de Bagnolet nous prennent pour des imbéciles atteints d’amnésie.

Dynamique Citoyénne

Le positionnement de Dynamique Citoyenne est décevant et inquiétant. En guise de justification de leur ambiguïté par rapport à Parat, ils ont tenu des propos que je m’abstiendrai de citer mais qui montrent qu’ils confondent politique et assistance sociale.

(N’est-pas les circonstances de la fusion des listes PS et Dynamique Citoyenne qui sont à l’origine du désastre Parat ? Le Maire a généreusement accordé 13 places dont 6 Adjoints du Conseil Municipal aux membres de la liste Dynamique Citoyenne qui aurait dû avoir une représentation de 9 membres dont 5 adjoints au maire. Parat était 14° sur la liste D.C. et n’aurait pas dû avoir sa place au Conseil Municipal. N’est-pas ne pas prendre au sérieux la démocratie locale lorsqu’on permet à des personnes qui n’ont en pas les compétences d’accéder à des postes de responsabilités ? Sans avoir la cruauté de nommer des personnes précises, tous ceux qui ont assisté aux dernières réunions du Conseil Municipal ont pu entendre des propos désastreux tenus par des jeunes nouvellement élus, peu ou pas encadrés. Leur amateurisme, leur arrogance, leur manque d’expérience politique, leur manque de vision et de connaissance historique pour certains et certaines d’entre eux, nous font vivement regretter la générosité du PS. Et je pèse mes mots.)

En conclusion, je demande des éclaircissement par rapport à un certain HAMID, dont Pierre Mathon a rendu publique une lettre ignoble adressée à son blog.

La lettre est répugnante, voire malhonnête. HAMID mélange une espèce de salade d’arguments spécieux et accuse Pierre Mathon d’être obsessionnel concernant l’affaire Parat. Mathon ne fait qu’exprimer une opinion partagée par de très nombreux bagnoletais. Il n’y a rien d’obsessionnel là dedans.

Que Pierre Mathon reçoit des insultes, il en a vu d’autres, qu’importe.

Par contre, je m’adresse à vous, Christiane et Michel, Mohamed et Merouan, en qui j’ai placé ma confiance et avec qui j’ai eu des échanges sincères et positives. Pouvez-vous, me rassurer en affirmant que HAMID ne représente aucunement Dynamique Citoyenne ? Pouvez-vous me confirmer que cet individu HAMID ne représente que lui-même ? Je ne peux pas croire qu’il est membre de Dynamique Citoyenne ? Merci, j’y tiens.

Sincèrement,

Rosal
ind Fay
Bagnolet, le 11 mars 2015 »



2- Le complément de Rosalind FAY :
« Suite à ma lettre ouverte, et en réponse à la question que j’ai posée à Christiane et Michel Pesci, et Mohamed et Mirouan Hakem de Dynamique Citoyenne, j’ai eu une réponse catégorique: “Hamid” ne représente pas Dynamique Citoyenne, il est inconnu à Dynamique Citoyenne, aucun de leurs membres ne s’appelle Hamid. C’est donc embêtant d’avoir attribué le verbiage ridicule de ce “Hamid” à Dynamique Citoyenne. Je défends souvent l’utilité du blog de Pierre Mathon et Hélène Zanier, mais ils perdent de leur crédibilité en faisant de telles affirmations.

Par ailleurs nous ne voulons plus entendre parler de Parat. Il s’est montré arrogant, imbu de sa personne, bête, réactionnaire et indigne de notre attention. Ne laissez plus le micro à cet individu insignifiant qui n’a rien à dire et qui ne nous intéresse pas. Ca suffit. Essayons de passer à autre chose....

Sincèrement

Rosalind Fay »

3-Je lui ai répondu immédiatement :

« Bonsoir Rosalind,
Désolé de te contredire, mais, s'il n'y a pas évidemment d'Hamid à Dynamique citoyenne, c'est Mérouan Hakem qui, sous couvert d'anonymat, est cet Hamid.
Pour le reste tant que J. Parat sera encore membre de la majorité et siègera dans divers organismes au titre de la municipalité le combat citoyen et féministe continuera contre le maire et sa municipalité qui le couvrent. Pour faire cesser ce scandale, il suffit de mettre au vote au prochain conseil municipal son remplacement dans ces organismes.
Quant à sa salutaire démission c'est à lui d'en décider, mais rien n'interdit à ses "amiEs" de l'exiger.
Salutations citoyennes.
Pi
erre Mathon »


Le mail de Mohamed Hakem :
« Vous avez l'air bien sûr de vous M. Mathon. Sur quels éléments pouvez-vous baser pour avancer de telles choses ? J"avoue que j'ai de plus en plus de mal à comprendre votre démarche. Les écrits restent...

Par ailleurs, qui a pu vous dire que M. Parat était encore membre de la majorité ?

La majorité municipale est composée de deux groupes. M. Parat était membre de l'un de ces groupes.

Les délégations de représentation sont prévues au prochain CM.

Cordialement,

Mohamed HAKEM »


Celui de Merouan Hakem :
« Il faut arrêter de délirer.
Il en va de votre crédibilité.
Je pense sincèrement que vous avez un problème avec ce que je suis censé représenté à vos yeux mais sachez que je suis très loin d'être la personne que vous pensez.
Je sais que vous êtes assez proche de certains élus de la majorité, je vous invite donc à mener une enquête auprès d'eux afin d'avoir un avis plus objectif qui ne serait pas influencé par l'opposition ni par vos fantasmes.
J'ai des défauts comme tout le monde mais par contre je ne suis pas un haineux ni un lâche.
Arrêtez de nous sortir l'argument de payer des frais sur le dos des contribuables, qui vous a dit que je vous attaquerait au nom de la mairie ou du parti que je représente, je peux aussi vous attaquer personnellement.
Je ne suis pas un profiteur contrairement à la plupart des élus qui ont siègé à Bagnolet et même â l'époque où vous étiez élu.
Ce qui me caractérise le mieux est sûrement mon intégrité.
Mais comme vous le précisez vous avez 65 ans et certaines personnes perdent la tête à cet âge là donc j'estime que c'est sûrement ce qui vous conduit à la connerie.
Mais vous êtes tellement menteur et manipulateur que vous ne pourrez jamais prouver que c'est moi qui ait écrit toutes les conneries sur votre blog.
Je n'ai pas que ça à faire et comme vous pouvez le constater je n'ai aucun engagement dans cette campagne électorale donc je n'ava
is aucun intérêt à réagir. »

Celui de Tony Di Martino :
« Bonjour
Je rejoins les propos de Mohamed quant à l appartenance de Jimmy Parat à la majorité municipale.
Ensuite, vous avez le droit, Pierre Mathon et Hélène Zanier d avoir des divergences avec la politique de la municipalité .
C est la démocratie.
En revanche, dénoncer des élus qui s’exprimeraient sous des pseudos est devenu simplement insupportable. Vos allégations sont mensongères .
Cord
ialement
Tdm »

Mon mail ce matin :
« Bonjour Messieurs les élus,
Comme vous le savez, j’ai passé l’âge – à 65 ans - de me laisser impressionner par des dénégations, accompagnées de menaces de poursuites en diffamation (aux frais des contribuables). Quand j’écris que l’imaginaire « Hamid … Barudi » est en réalité un élu de Dynamique citoyenne, en l’occurrence Mérouan Hakem, c’est que je le sai
s.

Pour le reste, je note, avec satisfaction, à la lecture du mail de Mohamed Hakem, que J. Parat ne sera plus membre de la majorité municipale après le prochain conseil municipal. Je m’en ferai l’écho dès que les votes l’écartant des organismes où il représente la majorité municipale auront eu lieu. En attendant –et comme attesté par le tableau des conseillers municipaux, voté ce 11 mars, il fait encore partie de la majorité.

Je prends acte également que Mérouan Hakem proclame son désaccord – et je m’en félicite - avec les messages postés sur le blog Bagnolet en Vert par un internaute au nom-bidon de Hamid Barudi.

Salutations libres et citoyennes (si ce qualificatif de citoyen-citoyenne n’est pas trop galvaudé).

Pierre Mathon »

Et Mohamed Hakem qui en remet une couche :
« Bonjour,

Et comment pourriez-vous savoir quelque chose qui n'est pas vraie ?

Soit vous avez des preuves tangibles et nous sommes prêts à les entendre. Soit vous avez des dons de voyances qui ne regardent que vous.

Cordialement,

Mohamed HAKEM »

Bon, on va en rester là pour aujourd’hui (sauf si Hamid Baroudi se réveille … bien entendu !)

Pierre Mathon

Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay
Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay
Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay
Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay
Suites du pavé dans la mare, après la lettre ouverte de Rosalind Fay
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 13:44
Jimmy Parat récidive au Conseil Municipal du 11 mars

Après avoir déclaré publiquement le 18 novembre 2014 au Conseil communautaire d’Est Ensemble que les femmes qui exerçaient leur droit à l’IVG étaient des « meurtrières », Jimmy Parat, qui faisait son retour au Conseil municipal ce 11 mars, récidive en dénonçant les soi-disant « mœurs dissolues » de son collègue Laurent Jamet.

Ce 11 mars 2015, comme le 18 novembre 2014, ce qui choque, au-delà des propos de ce personnage irresponsable, est le silence assourdissant du maire qui, au Conseil municipal, préside la séance.

Ainsi ce « toujours-élu-de-la-majorité-municipale » peut en toute impunité, porter des jugements de valeur sur la vie privée d’un élu à l’aune de ses propres valeurs religieuses – qui sont en contradiction absolue avec les valeurs de la République les plus sacrées - sans que le moindre rappel à l’ordre (républicain) ne lui soit adressé.

Le scandale est là !

Il a ainsi agressé un élu non sur une problématique de politique publique, mais sur sa vie … privée.

Ce qui est intolérable, c’est que cela a été toléré dans une enceinte républicaine.

En s’attaquant publiquement aux droits des femmes à choisir – OU NON – la maternité, aux droits des couples à choisir – OU NON – le mariage, Jimmy Parat impose publiquement SA vision sociétale, celle de SA religion.

Si rien, si personne, le premier magistrat de notre ville en tête, ne l’arrête, il pourra bientôt tenir les propos les plus décomplexés sur la liberté sexuelle des citoyens et citoyennes adultes.

En le laissant décerner les certificats de moralité d’un autre âge, d’un autre monde, on renonce à faire vivre la liberté républicaine.

C’est contre ce renoncement que nous devons nous lever … tant qu’il est temps.

À la mairie : le débat politique, rien que le débat politique.

La religion, c’est à la mosquée ou à l’église.

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Municipalité 2014-2015
commenter cet article