Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 06:47
Ecole privée musulmane et municipalité de Bagnolet  : TOUCHÉ !

« Ne dites pas au maire de Bagnolet qu’il soutient le projet d’école privée musulmane, il croit qu’il est laïque (et se réclame de la laïcité) … »

Touchée ! La municipalité de Bagnolet s’est fendue d’un communiqué ce 13 juin pour tenter de répondre à nos informations.

Nous publions ci-dessous ce communiqué avec quelques comm
entaires :

« La laïcité, moteur du vivre-ensemble à Bagnolet

Les réseaux sociaux bagnoletais sont une nouvelle fois (Ah ! C’était le bon temps quand les citoyens ne pouvaient pas s’exprimer … Ndlr) traversés par une polémique concernant les questions relatives à l’application du principe de laïcité dans notre ville.

Deux questions se mêlent depuis quelques jours :

  1. l’affirmation que des personnes ayant un projet de constitution d’une école privée musulmane se seraient réunies dans une école de la ville vendredi 3 juin (Cette information – donnée par notre blog - est exacte ! Ce n’est pas parce que la salle a été attribuée « à l’insu du plein gré » des services municipaux que la réunion n’a pas eu lieu ! Ndlr);
  2. le principe même du développement d’une telle école à Bagnolet (A minima, le maire est au courant depuis au moins un an et demi qu’un de ses adjoints s’emploie à créer cette école. Ndlr).

Pour ce qui est du premier point, comme cela a été précisé à de nombreuses reprises, aucune salle du groupe scolaire Joliot-Curie ou de toute autre école (maternelle ou élémentaire), aucun gymnase, aucune salle polyvalente, en un mot, aucune salle municipale, n’a été mise à disposition d’une telle association vendredi dernier (ni d’ailleurs à aucune autre date) (Faux. Ndlr).

En dehors du conseil d’école et du pot de départ d’un enseignant qui a suivi dans les locaux scolaires et des créneaux habituellement attribués aux associations sportives (pour la salle de boxe : 17h-19h30 Noble Art Institut ; 19h30-22h Top Rank ; pour la salle polyvalente : 18h-20h Fight Academy ; 20h-22h Cross Time) aucune initiative n’a été autorisée par la Ville. (Il s’agirait donc d’une réunion clandestine, à l’initiative de qui ? Ndlr)

Les locaux scolaires sont des lieux dédiés à l’éducation et à la vie des élèves. Ils sont parfois utilisés, à titre exceptionnel, pour des réunions ouvertes aux citoyens, sur autorisation expresse de la Municipalité. Il ne saurait s’y dérouler des réunions sans cette autorisation.

Tout contrevenant serait exposé à des poursuites et des sanctions. (Les sanctions vont donc tomber … Ndlr)

Aujourd’hui, l’ensemble des éléments recueillis démontre qu’une telle réunion n’a pas eu lieu dans l’enceinte de l’école ou dans les locaux attenants. (La prudence est de mise : après avoir affirmé péremptoirement que c’était faux, il semble que des éléments nouveaux ne soient pas exclus … Ndlr)

Pour ce qui est du second point, il paraît indispensable de rappeler que la République française est fondée sur le principe de laïcité.

La loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l'État est le principal texte qui définit ce principe et son application. D’autres lois et décrets précisent certaines dispositions.

En quelques mots, les religions et les pratiques religieuses garanties par la liberté de conscience, relèvent de la sphère privée. A ce titre, il s’agit de distinguer le pouvoir politique et administratif des institutions religieuses et de leurs doctrines.

C’est la loi qui régit notamment les conditions de financement des cultes, mais aussi, les conditions de l’enseignement confessionnel.

La Loi du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l'État et les établissements d'enseignement privés dispose que la création d’une école privée est conditionnée à sa déclaration en Mairie, à la Direction académique et à la Préfecture.

Le Maire (ou le Conseil Supérieur de l’Education Nationale) peut refuser l’ouverture d’une école en invoquant que « les locaux ne sont pas convenables, pour des raisons tirées de l'intérêt des bonnes mœurs ou de l'hygiène » et uniquement sur ces critères. (Utile rappel des principes, mais bon, quid de la déclaration –publique – il y a un an et demi - d’un de ses adjoints (qui lançait un appel vibrant pour la création d’une école musulmane à Bagnolet devant le maire et une partie de la municipalité ainsi que du député, lors d’une cérémonie de l’Association des Musulmans de Bagnolet) et de l’implication - d’au moins – un cadre communal ? Ndlr)

Le Gouvernement réfléchit actuellement à renforcer la législation relative à l’ouverture des écoles hors-contrat et à leur fonctionnement. Il s’agirait de passer d’une simple déclaration à un régime d’autorisation préalable délivrée par les services de l’Etat.

A ce jour, la Ville de Bagnolet n’a pas reçu de projet de création d’école et encore moins de déclaration d’ouverture. Nous savons toutefois qu’une association travaille à un tel projet. La ville de Bagnolet ne saurait s’y impliquer sous quelque forme que ce soit (Faux ! Nous le démontrons par ailleurs. Ndlr).

Le Maire de Bagnolet et la Municipalité appliquent la loi. La laïcité s’applique dans les écoles de Bagnolet comme partout en France (Justement ! Ndlr). Les pratiques portant atteinte aux libertés ou à l’ordre public sont interdites à Bagnolet, comme partout en France.

La Municipalité de Bagnolet est vigoureusement attachée à la laïcité et aux principes qui font de l’école publique, l’un des creusets de la République, qui transmet des valeurs de citoyenneté. L’école française est basée sur un principe d’universalité qui fonde notre vivre ensemble. En garantissant l'égalité de traitement de tous les élèves, futurs citoyens, elle est l'un des piliers de la fraternité.

Lutter contre l’ignorance, contre le repli sur soi et permettre à chacun de faire ses propres choix, c’est l’ambition de l’école de la République dans laquelle nous nous reconnaissons.

La municipalité tient également à rappeler son attachement à la lutte contre toutes les formes de discriminations et de stigmatisation et à la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes (Au fait, combien de temps a mis l’actuel maire de Bagnolet pour réagir aux propos publics anti-droit à l’avortement d’un membre de sa majorité ? Ndlr). Nous rappellerons inlassablement ces principes. »

À suivre.

Pierre M
athon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 18:25
La réception à l'AMB fin septembre 2014 au cours de laquelle, en présence du maire et du député, un des adjoints-au-maire a affirmé sa détermination à se battre pour une école privée musulmane
La réception à l'AMB fin septembre 2014 au cours de laquelle, en présence du maire et du député, un des adjoints-au-maire a affirmé sa détermination à se battre pour une école privée musulmane

Ce qui est curieux dans cette affaire de projet d’école privée musulmane, c’est l’attitude des autorités municipales bagnoletaises : le maire et le PS local ne semblent pas avoir pris la mesure des récents épisodes qui ont montré les conséquences négatives du mariage local entre le PS et « dynamique citoyenne ».

Rappelons-nous, il a fallu de longs mois pour que le maire débarrasse sa majorité d’un élu qui remettait en cause le droit acquis par les femmes à l’avortement.

Rappelons-nous également le cas de l’imam à la mosquée Hoche qui a été embauché dans le service municipal de soutien scolaire au centre Pabl
o Neruda.

C’était déjà au soutien scolaire municipal public du centre social Pablo Neruda dans les Malassis, dont nous apprenons, aujourd’hui, que le coordinateur coordonne aussi le projet d’école privée confessionnelle musulmane …

Pour en revenir à cet imam-employé communal, suite à notre dénonciation, sur ce blog, le maire et le PS ont choisi de nier les faits et d’être finalement obligés de faire en sorte que cette personne –qui reste embauchée – ne soit plus imam à la mosquée.

S’il suffisait d’organiser un débat sur la laïcité pour être laïque et de crier laïcité, laïcité en sautant comme un cabri, ça se saurait. Malheureusement pour le PS de Bagnolet, il est rattrapé par les conditions de son alliance avec « Dynamique citoyenne », alliance sans laquelle, il n’aurait pas remporté les dernières élections municipales.

Bref, pour en revenir au projet d’école privée confessionnelle portée par des personnes ayant un rôle dans le soutien scolaire public municipal et promise depuis longtemps aux activistes politico-religieux par un adjoint de la municipalité, la réalité est là et il ne sert à rien de la nier. Ce n’est d’ailleurs pas une vraie surprise pour le maire qui avait participé en septembre 2014 ( ! ) en compagnie du député Razzy Hammadi à la cérémonie organisée par l’Association des Musulmans de Bagnolet (AMB) pour féliciter les bacheliers musulmans au cours de laquelle l’adjoint au maire Merouane Hakem avait déclaré, enflammé : « Les frères, les sœurs, nous nous battrons pour avoir une école musulmane à Bagnolet ». Mais visiblement le fait que ce projet et ses appuis municipaux soient révélés gêne le PS local aux entournures, lui qui tente de se réclamer de la laïcité …

En ce qui nous concerne, sur ce blog libre et écologiste, nous continuons notre combat pour la laïcité. En toute sincérité !

À suivre.

Pierre Mathon

NB : Comme c’était prévisible, le maire vient de faire paraître un communiq
ué. Nous y répondrons demain.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 16:56
Le Ramadan (en Algérie), mois de tous les excès

Lu dans le dernier « Courrier international » qui l’a tiré du webzine « Algérie-Focus »*

« Religion. Ramadan, le mois de tous les excès

Gaspillage, baisse de productivité et absentéisme dans une totale impunité accompagnent la bigoterie affichée par la majorité des jeûneurs. Face à ce constat, quelle serait la signification du mois de ramadan ?

[Article initialement publié le 18 juin 2015] Devinette : Dans quels pays on se réveille tous les jours avec la gueule de bois sans avoir consommé d’alcool ? Réponse : dans les pays musulmans, durant le mois de ramadan. Une précision. Cette expression [la gueule de bois] habituellement employée pour décrire les lendemains d’abus d’alcool est utilisée ici pour illustrer l’état de fatigue générale au lendemain d’une soirée de veille consacrée, le plus souvent, aux palabres, aux jeux de cartes et de dominos et arrosée de thé, de café et de sodas, accompagnés d’une avalanche de sucreries à la suite d’un repas de fête quotidien.

Lutter contre ses mauvais instincts

Nous sommes bien sûr très loin de l’ascèse recommandée par le Coran et qui a pour vocation, entre autres, de nous faire ressentir les souffrances engendrées par la faim que vivent, quotidiennement, toute l’année, beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants.

Mais le jeûne a aussi d’autres vertus comme le grand djihad (djihad ennefs). Il s’agit du travail sur soi que doit accomplir le jeûneur, de la lutte contre ses mauvais instincts, les multiples tentations matérielles, l’égoïsme, l’attirance pour les richesses matérielles, les honneurs et les réussites factices et malhonnêtes.

C’est le mois durant lequel le musulman doit redoubler d’efforts dans la prière, l’accomplissement des bonnes actions, la solidarité et le partage ; autant de gestes et d’attitudes emprunts d’humilité et de dévotions sincères, qui lui ouvriront la voie du pardon divin pour les fautes et les transgressions dont il s’est rendu coupable durant l’année écoulée.

Vaine abstinence

Si l’abstinence, observée du lever au coucher du soleil n’est pas accompagnée d’une attitude morale exemplaire et d’un effort quotidien pour l’amélioration de son comportement vis-à-vis des siens, de ses collègues et de la société dans sa globalité, elle aura été vaine. Le jeûne du ramadan perdrait tout son sens et c’est malheureusement le constat qu’on est bien obligé de faire, pas seulement chez nous [en Algérie], mais dans l’ensemble des pays musulmans, avec cependant quelques nuances observées, comme en Asie par exemple.

En effet, l’activité économique baisse, le laisser-aller s’installe et le mois de dépouillement, d’abstinence et de paix intérieure s’avère le mois de tous les excès dès le coucher du soleil. On s’endette pour se goinfrer littéralement, parfois jusqu’à l’indigestion. Tout y passe, la viande quel qu’en soit son prix, les sucreries, les sodas, le café. Les poubelles débordent de restes de victuailles et notamment de pain. Les fumeurs rattrapent le temps perdu de la journée.

Certains n’hésitent pas à faire la fête jusqu’au petit matin. Les gamins jouent au football la nuit devant les mosquées, au moment du taraweeh [récitations du Coran], au grand dam des imams qui ne cessent d’exhorter les parents à les envoyer plutôt apprendre le Coran, puisque c’est le mois qui lui est particulièrement consacré.

Dérive collective de plus en plus contagieuse

Longtemps nous avions cru que l’islam échapperait à la défiguration qu’a connue la fête de Noël. Le long des siècles, les marchands du Temple avaient fini par en faire un rendez-vous annuel mondial de cuisine raffinée, de vins fins et de cadeaux. A ceci près qu’elle ne dure qu’une nuit et que les Chrétiens, eux-mêmes, reconnaissent que la naissance du Christ n’est plus qu’un simple prétexte, alors que chez nous le prétexte dure un mois et laisse beaucoup de monde sur le carreau.

Cette dérive collective de plus en plus contagieuse, malgré les efforts louables de quelques responsables du culte et de quelques associations, n’est rien d’autre que de la bigoterie et de l’hypocrisie à un niveau paroxystique. L’Etat accepte, sans piper mot, l’absence encore plus flagrante de productivité, l’absentéisme et le gaspillage. L’impunité est totale. Mieux encore, le mois de léthargie sera suivi d’une semaine de fermeture totale des commerces et du mois de congé d’été.

Pour fixer les idées, on prend une semaine pour préparer le ramadan, une semaine pour récupérer de la fatigue d’un mois de jeûne et enfin le mois de congé annuel. Au total deux mois et demi de vacances qui viennent dynamiser un peu plus l’ardeur au travail que l’on connaît. Cela donne une vague idée des lendemains qui nous attendent et du dynamisme qu’on apprend à nos enfants.
Aziz Benyahia »

---------------------------
----

* « Algérie-Focus


Alger, Paris
La quotidienne
Français
www.algerie-focus.com/
Lancé en novembre 2008, ce webzine est le premier journal interactif créé en Algérie. Francophone, il affiche sur sa page d’accueil le slogan : “L’information pour vous et avec vous”. Fort de 1,5 millions visiteurs uniques par mois et de 80 000 fans sur Facebook (juillet 2015), il est lauréat de l’Algeria Web Awards 2013 dans la catégorie pure player. Indépendant et participatif, il offre un espace où les internautes sont invités aux débats. Chaque année il organise le tour d’Algérie à la rencontre des réussites algériennes, “l’Agérie positive”. En plus de l’équipe basée à Alger, la rédaction dispose de correspondants à Paris. Le site couvre l’actualité algérienne dans les domaines politique, économique, social et culturel et propose des dossiers thématiques. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 16:34
Massacre islamiste anti-homo à Orlando

Encore un attentat islamiste.

Cette fois, c
’était aux USA, un Américain d’origine afghane. Et sa cible, c'étaient des homosexuels dans une boite de nuit à Orlando.

C’était le 12 juin 2016.

Tiens au fait, force est de constater que le « droit » au port d’arme a été plus utile aux tueurs qu’aux victimes …

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 13:44
Projet anti-laïque bagnoletais : le porteur est cadre communal

Mais nous direz-vous, quel est le porteur de ce projet anti laïque bagnoletais ?
Eh bien ce n’est autre que le coordinateur des animateurs municipaux au soutien scolaire du centre social Pablo Neruda dans les Malassis, Mohamed Mejjati (voir photo).

Après ça, la municipalité pourra toujours dire qu’elle n’est pas au courant …

... « Ne dites pas au maire que le projet d’école anti-laïque vient de ses amis, il croit qu’ils sont pianistes dans un bordel » ..

Plus sérieusement, on attend de la mairie autre chose qu’
une dénégation.

Pierre Mathon

L'association est domiciliée chez le cadre communal ...

L'association est domiciliée chez le cadre communal ...

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 13:06
Ecole  privée musulmane à Bagnolet : la menace anti-laïque est réelle

Ecole privée musulmane à Bagnolet : la menace anti-laïque est réelle

À l’attention toute particulière à celles et ceux qui – à la municipalité - prétendent que c’est une invention du blog Bagnolet en Vert, voici le projet d’ « école privée musulmane » envisagé à Bagnolet, tel qu’il circule sur internet et où il est envisagé d’ouvrir en
2017 :
« Insav

Fondateur d’excellence

Ouverture d’une école élémentaire privée musulmane
À Bagnolet à la rentrée 2017/2018

Le rêve qui devint une idée, l’idée qui devint un projet, le projet qui change nos vies…

« En vérité, ALLAH ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. »
Sourate 13 Verset 11

Sommaire

  1. Introduction …………………………………………………………
  2. Présentation et état des lieux ……………………………………..
  3. Budget et calendrier prévisionnels ……………………………………..
  4. Les besoins …………………………………………………………
  5. Conclusion …………………………………………………………
  1. Introduction

INSAV est une association loi 1901 à but non lucratif et d’intérêt général qui a pour objet d’assumer la formation et l’éducation des enfants de tout âge, des jeunes et des adultes de tout âge.

En effet, INSAV est habilitée à créer et à gérer tout type d’établissement éducatif notamment les établissements scolaires, du primaire au supérieur, ainsi que les établissements dédiés à la petite enfance ce qui lui permet de participer à la mission éducative de la nation.

Dans cette perspective, elle a pour ambition de créer une école élémentaire privée à éthique musulmane dans la ville de Bagnolet pour la rentrée 2017-2018.

Pour se faire, cet ambitieux projet sollicite la participation de chaque personne soucieuse d’apporter des solutions concrètes aux difficultés que rencontrent nos enfants dans le système éducatif de notre pays.

D'après le rapport de 2012 du haut conseil de l'éducation, L’échec scolaire est trop important en France. Le nombre élevé de sortants sans diplôme (environ un jeune sur six chaque année) et la proportion d’élèves ayant des acquis insuffisants (15 %) ou fragiles (25 %), tant en fin d’école primaire qu’en fin de collège, en témoignent. L’évolution est même préoccupante puisqu’elle fait apparaître une dégradation des résultats, notamment pour les élèves les plus faibles, comme le confirment les enquêtes internationales.

Quant au phénomène spécifique du décrochage, il mobilise aujourd’hui les énergies, sans qu’on arrive encore à l’endiguer.

Dans l’enseignement supérieur enfin, la France n’atteint pas les objectifs de Lisbonne (50 % de diplômés du supérieur).

Ainsi, selon ce rapport, 40% d'enfants quittent l'école élémentaire avec des acquis faibles et insuffisants pour poursuivre leur scolarité secondaire dans de bonnes conditions, soit environ 300 000 enfants.

Par ailleurs, toujours selon ce rapport, La France est l’un des pays qui pratiquent le plus le redoublement. Or, il ne constitue pas un moyen de remédiation efficace dans la majorité des cas. Il tend en effet à ancrer un sentiment d’échec chez l’élève et ne tient pas compte de la diversité de ses acquis.

La priorité doit aller à la mise en place de solutions alternatives au redoublement. Une prévention de l’échec, un accompagnement des élèves en difficulté tout au long de l’année et des possibilités d’aménagement de la scolarité d’une année sur l’autre offrent de meilleures chances de succès.

Enfin, il est rapporté l’importance des premières années de scolarité pour la maîtrise du socle commun et que de ce fait, il est capital de prêter une attention toute particulière à l’ école primaire, notamment au premier cycle de la scolarité obligatoire car les lacunes dans les apprentissages de ces années-là ont des répercussions négatives sur toute la scolarité ultérieure, et les retards pris sont très difficiles à rattraper.

Nous souhaitons donc créer une école privée à éthique musulmane afin que nos enfants puissent suivre leur scolarité dans un cadre scolaire respectueux de leurs convictions religieuses et qui leur permettrait de s'épanouir sans complexe en développant tous leurs talents. En effet, il est d'une importance capitale d'assurer à nos enfants d'évoluer sereinement à la fois dans leur scolarité ainsi que dans leur foi, sans stress ni crainte, sans préjugé ni sentiment d'infériorité afin qu'ils deviennent demain des citoyens modèles.

Aussi, proposons-nous de dispenser un enseignement de qualité s'appuyant sur les méthodes pédagogiques issues des sciences cognitives. Nous souhaitons ainsi lutter contre l'échec scolaire et former nos enfants à être les citoyens et les acteurs moteurs de la société de demain.

Le but est que chacun, lorsqu’il quitte l’école puisse disposer de ressources intellectuelles pérennes et puisse être capable de les utiliser à bon escient.


Pour que la réussite devienne la norme dans notre communauté et non pas l’exception, c’est ensemble que nous devons participer à l’édification de ce projet car il nous concerne tous.

  1. Présentation et état des lieux

Si les musulmans de France, se sont attelés ces dernières décennies à mettre en place le cadre nécessaire à la pratique de l’Islam en France en construisant des mosquées et en ouvrant des centres culturels, ce qui leur a permis de pérenniser leur héritage culturel, nous sommes aujourd’hui unanimes pour dire que la création d'établissements scolaires pour accueillir nos enfants est urgente et nécessaire. À titre d’illustration, le nombre de mosquée en France a été multiplié par 24 depuis 1970 alors que le nombre d’école est resté modeste.

  1. État des lieux en France de l’enseignement confessionnel

A l’heure actuelle, la France compte près de 9000 établissements privés confessionnels (toutes confessions confondues) regroupant l’enseignement primaire et secondaire. Selon l’éducation nationale, en 2011-2012, 17 % des élèves français étaient scolarisés dans un établissement d’enseignement privé.

En 2014, les établissements privés se répartissaient par niveau comme suit :

Type d'établissement

2014

dont public

dont privé

Part des établissements privés

Ecoles maternelles

15 216

15 079

137

0,90%

Ecoles élémentaires

37 009

31 883

5 126

13,85%

Total premier degré

52 225

46 962

5 263

10,08%

Collèges

7 075

5 279

1 796

25,39%

Lycées professionnels

1 553

901

652

41,98%

Lycées d'enseignement général et technologique

2 635

1 595

1 040

39,47%

Autres établissements secondaires

80

79

1

1,25%

Total second degré

11 343

7 854

3 489

30,76%

(Source : Insee)

En 2013, parmi l'ensemble de ces établissements privés, les établissements privés de confession catholique représentaient 96% d'entre eux (8500 établissements), alors que les établissements privés de confession juive représentaient 8% (300 établissements), et les établissements privés musulmans seulement 0,8 % (30 établissements) de l'ensemble des établissements privés, tous niveaux confondus. A ce jour ce nombre a sensiblement augmenté et avoisine la quarantaine. Ces établissements de répartissent sur plus de 20 départements et sont l’unique alternative proposée au 4 à 6 millions de musulmans en France.

D’après cette même source, parmi les établissements privés musulmans recensés à ce jour, seulement 3 sont sous contrat avec l'état, alors que la majorité des écoles catholiques et juives le sont. Ainsi, l’enseignement catholique capterait en 2014 6.8 milliards d’euros de subvention de l’état, l’enseignement juif 225.7 millions d’euros et l’enseignement musulman 1 254 256 euros seulement. Ce qui représente là encore une part très minoritaire des sommes allouées.

  1. État des lieux à Bagnolet

Bagnolet, ville de 32000 habitants, située aux portes de Paris est une ville dynamique dotée d’une bonne infrastructure de transports (bus, métro) ainsi que de nombreux embranchements routiers (A3, A1, périphérique…) ce qui en fait une ville facile d’accès pour les Bagnoletais ainsi que les habitants des villes voisines.

Parallèlement à cet avantage, Bagnolet jouit d’un réel rayonnement auprès des musulmans. En effet, il y a quatre mosquées qui sont très fréquentées : la grande mosquée de Bagnolet, le centre culturel et cultuel L’Olivier de la Paix (Zitouna), le centre des affaires cultuelles de Turquie (DITIB) et la salle de prière du foyer ADOMA située dans le quartier de la capsulerie.

Ainsi, ouvrir une école ferait partie de l’évolution logique du développement et de l’organisation de la communauté musulmane de Bagnolet et de ses environs.

Pour une école à éthique musulmane aux portes de Paris

Le constat est que dans l'école élémentaire, Bagnolet scolarise près de 2170 élèves dans 10 établissements répartis sur le territoire. L’espace comprend une seule école catholique (Saint-Benoist de l’Europe). Cette seule école de la commune démontre l’existence d’un vide. En effet, si l’on sait d’après les recensements plus ou moins officiels que le territoire français comprend près de 14% des musulmans, cela fait potentiellement 4480 musulmans rien que sur le territoire de Bagnolet. Ceci étant dit, Bagnolet connaît une surreprésentation de musulmans par rapport à la moyenne nationale comme c’est le cas pour tout le département de la Seine-Saint-Denis.

Bagnolet est une ville jeune étant donné que les moins de vingt ans y occupe une place importante.

Un fort potentiel : Bagnolet englobe un nombre d’enfants potentiellement concernés par ce projet :

Concernant ces effectifs, tous ne sont pas musulmans. Néanmoins, y compris les parents non-musulmans pourraient être séduits par une école d’excellence à proximité qui offrirait un cadre éthique et éducationnel conforme à leurs exigences. C’est le cas par exemple des athées ou musulmans qui scolarisent leurs enfants en écoles chrétienne afin de leur offrir un cadre respectueux de leur vision. A ce stade il est utile de mentionner que l’affluence d’enfants que connaissent les écoles bagnoletaises pousse à réfléchir à des alternatives pour désengorger les établissements. L’ouverture d’une école supplémentaire sur le territoire permettrait de pallier le manque de places en école pour les enfants.

À cela, s’ajoute le fait que Bagnolet est une ville limitrophe de Montreuil (ville à très forte population musulmane), les Lilas, Romainville et Paris. L’absence d’offre crédible sur ces espaces rend notre projet plus que pertinent et est susceptible de drainer la demande sur toute la région Île de France.

La pertinence du projet relativement à cet état des lieux

Au vu de ces quelques éléments, le projet d’ouverture d’une école musulmane sur Bagnolet se révèle pertinent en raison des points suivants :

1. La proximité de Bagnolet de Paris et de villes limitrophes dont la concentration en musulmans est importante

2. Une ville bien desservie en infrastructure de transports

3. L’absence d’offre

4. L’enthousiasme des partenaires administratifs et cultuels

5. Des écoles publiques surchargées et à désengorger (le projet s’inscrit donc en complémentarité de l’école publique)

6. Une demande latente non encore satisfaite sur la région Île de France compte tenu des listes d’attente importantes dans les établissements privés musulmans déjà en place

7. Évolution et émancipation de la communauté musulmane

  1. Le budget prévisionnel

Il est communément acquis dans les consciences de tout un chacun que l’une des principales ressources nécessaires, après celle des ressources humaines, est la ressource financière.

Deux options s'offrent à nous. D'un côté la location et de l'autre l'achat. Nous sommes intimement convaincus que les biens des Musulmans sont sacrés et par conséquent, nous souhaiterions utiliser l'argent investi par la communauté d'une manière qui soit la plus profitable possible à tout point de vue. C'est pourquoi, l'option achat est notre priorité car nous aurions ainsi un bien acquis durablement et dont les bénéfices nous reviendraient continuellement (Sadaqa jariya).

  1. Les besoins

Il est entendu au sein du groupe de travail INSAV, que l’association se donne pour mission de développer un ensemble scolaire allant de la primaire au supérieur. Cela est à notre portée et est réalisable à condition que nous nous unissions et que nous mutualisions nos efforts. Ce projet est donc soumis aux moyens qui seront à notre disposition et surtout à la volonté de Celui qui a tout créé et Qui contrôle tout.

Il est également de notre intention de permettre à l’école d’être sous contrat et de se conformer aux obligations légales en matière d’éducation.

Le premier besoin serait d’ordre psychologique et moral. En effet, nous savons pertinemment que des obstacles se dresseront à nous et ce seront vos invocations en notre faveur, vos sourires, vos encouragements, vos regards bienveillants, remplis d'amour et de compassion, et le fait de vous savoir à nos côtés qui nous permettront de donner de la force pour continuer à avancer.

Le second besoin serait d’ordre matériel. Plusieurs sociétés du BTP appartiennent à des frères, et par conséquent, tout ce qui concernerait les travaux d’aménagement, de réparation de mise en conformité pourraient être assumés par nos mécènes.

Par ailleurs, vous travaillez peut-être dans des sociétés qui souhaiteraient renouveler leurs mobiliers ou leurs matériels informatiques. Vous pourriez nous aider afin de récupérer des tables, des chaises ainsi que du matériel de sport et de loisirs.

Enfin, nous ne sommes pas des experts dans tous les domaines c’est pourquoi nous avons besoin de personnes compétentes dans le domaine du droit et dans le domaine de l’immobilier et de l’architecture notamment.

Cette liste est non exhaustive. Toute aide est précieuse et ne doit pas être négligée, que ce soit pour nous sur terre ou pour vous dans l’Au-delà.

Cependant, le soutien financier est celui qui est le plus important.

Le projet a besoin de votre soutien financier et de votre confiance. Le don est la plus belle marque de soutien et de confiance que vous nous accorderez. Le prélèvement automatique est la meilleure solution par laquelle vous pourriez nous aider sur ce plan. La régularité du don qui est aimée par ALLAH nous permettra de planifier nos efforts et nos actions.

Néanmoins, vous pouvez également nous soutenir de la manière suivante :

  1. Faire un don en espèce, par chèque ou par virement
  2. Nous reverser votre Zakat Al Mal. Ce projet d’école est dans la voie d’Allah et est conforme à l’une des catégories des ayants droit de cette zakat
  3. Organiser une collecte d’argent dans un établissement que vous connaissez (mosquée, centre culturel…)
  4. Déposer l’une de nos boites de collecte auprès de vos commerçants
  5. En organisant des collectes dans votre entourage
  6. une partie des dons déductibles des impôts (60%)

En parlant de ce projet sur les réseaux sociaux et dans votre entourage car si vous ne pouvez agir ou que vous ne pouvez pas donner, il existe d’autres personnes par l’intermédiaire des quels vous pourriez agir. « Celui qui montre la voie d’un bien est semblable à celui qui l’accomplit ».

En nous mettant en relation avec des donateurs, ou des prestataires de services capable de faire des dons en nature ((impression de supports de communication, achat de matériel etc.).

En devenant bénévole pour l’association et en nous aidant dans nos diverses actions pour finaliser ce projet.

  1. Valorisation des participants : transparence et consultation

Il est évident que ce projet doit être complètement transparent. Votre argent est sacré et nous nous engageons à ne pas le gaspiller. Une fois par an, nous vous présenterons le bilan de nos activités financières afin que vous sachiez quelles ont été les dépenses et les recettes de l’association. Nous en profiterons aussi pour vous consulter dans les choix de développement et d’investissement, car c’est un projet qui nous unit tous et qui nous concerne tous et qui n’aurait pas pu se réaliser sans l’aide d’ALLAH en premier lieu puis sans votre soutien régulier et constant.

  1. Le calendrier prévisionnel

Nous envisageons d'ouvrir une école élémentaire avec ses 5 niveaux de classes, du C.P au C.M.2 en septembre 2017. Les inscriptions débuteraient en mars 2017. Une date sera fixée par l’équipe de l’association.

Concernant le tarif, il n'est pas encore établi car de nombreux paramètres vont entrer en jeu. Nous aimerions que le côté financier ne soit pas un frein pour les familles, c'est pourquoi l'engagement de la communauté est nécessaire. Le but n'est pas de gagner de l'argent avec cette école, bien au contraire, mais plutôt de permettre aux familles même les plus modestes d'inscrire leurs enfants dans cette école.

Ainsi, tout dépend de l'intérêt et de l'engouement que ce projet suscitera au sein de la communauté. Si les musulmans de Bagnolet et de ses alentours prennent conscience de tout l'intérêt de ce projet, et s'ils s'accaparent du projet et en font le leur, s'ils prennent leur responsabilité et décident de participer durablement à l'effort alors ce qui était un rêve il y a quelques mois, deviendra notre réalité dans quelques jours incha ALLAH.

  1. Conclusion

Ce projet est immense de par sa réalisation et ses conséquences, et par sa signification et son témoignage. Ouvrir une école, c'est comme ouvrir une mosquée. C'est ouvrir un lieu où Le Nom d'ALLAH est mentionné et c'est établir l'Islam en France. En ouvrant une école, nous concrétisons notre engagement de fidélité et d’obéissance à ALLAH et à Son Messager -Paix et Bénédiction sur Lui- en portant secours et en donnant la victoire à ALLAH et à Son Messager -Paix et Bénédiction sur Lui- même si ALLAH n'a nullement besoin de nous car la Victoire, La Gloire, La Majesté lui appartiennent. Ouvrir une école, c'est vouloir faire en sorte que La Parole d'ALLAH soit la plus haute et la plus élevée.

Ainsi, à chaque époque et en tout lieu, il y a des actes et des projets qui doivent être menés. À chaque époque et en tout lieu, il est donné aux hommes et aux femmes l'occasion de participer à ces projets et à être témoin de ce qu’ils sont ou de ce qu’ils veulent être. À chaque époque et en tout lieu, il y a des hommes et des femmes qui, par leurs efforts, ont participé au développement de l’Islam et à la victoire. Et aujourd'hui, il nous est donné l'honneur et le privilège de faire partie de ces gens-là. Aujourd’hui, nous devons prendre notre place et c’est ensemble que nous le faisons. Aujourd’hui, nous bâtissons demain en ouvrant des lieux d’éducation et de savoir pour nos enfants, nos jeunes et nos adultes.

Nous implorons ALLAH sobhanaho wa ta'ala avec la plus grande humilité et une totale soumission d’accepter cette œuvre et de nous accepter dans Sa Miséricorde, de nous pardonner et de nous compter parmi Ses humbles Serviteurs, pieux et sincères, bienfaisants et reconnaissants, et qu’IL nous fasse l’honneur de retrouver Notre Prophète sains et saufs sans avoir modifié, ni changé Son enseignement.

Que La Prière, le Salut et la Bénédiction d’ALLAH soient sur Notre Prophète Muhammed, ainsi que sur Sa famille et Ses Compagnons

Les plus belles et les plus parfaites louanges à ALLAH Notre Maître, Seigneur de l’Univers.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 18:34
Charb ...
Charb ...

Normalement, on n'a pas à le savoir, la religion étant une affaire intime. Mais bon, puisqu'on ne peut pas y échaper, le blog Bagnolet en Vert, toujours à la pointe de l'information, vous informe que « Le Ramadan 2016 » débute aujourd’hui lundi 6 juin. Il se terminera dans 29 ou 30 jours en juillet. C’est l’un des 5 « piliers » de l’Islam (avec la profession de foi, la prière, l'aumône, et le pèlerinage à La Mecque). Pendant ce temps sur la planète les musulmans pratiquants*, théoriquement 1 milliard et 600 000 personnes, soit ¼ des habitantEs de la Terre, entrent donc en « ramadan ». Les adolescentEs sont aussi concernéEs, s’ils ont atteint l’âge de la puberté.

Du lever au coucher du soleil, celles et ceux qui ont décidé de faire le « ramadan » doivent s’abstenir de manger et de boire, d’avoir des relations sexuelles (pas de « boogie-woogie » avant la prièèère du soir, chante Eddy Mitchell, il est vrai que cela concerne une autre religion …

Mais, quand vient la nuit et «jusqu'au moment où vous pourrez distinguer le fil blanc du fil noir» (dixit le Coran), « Dieu » (dans son infinie miséricorde) autorise que l’on mange, boive (et baise !) à satiété.


Ce presque-mois de jeûne diurne viserait à aider le musulman à prendre de la distance vis-à-vis de ses attachements terrestres. Le but est de renforcer la cohésion au sein de la communauté. Il s’agirait aussi d’ « aider le musulman à faire un effort moral sur lui même et vis-à-vis des autres, à mieux respecter les cinq prières quotidiennes et à se plonger dans la lecture et méditation du Coran ».

Dans les pays islamiques, la durée de l'année n'est pas fixée comme en Europe sur le rythme solaire mais sur le cycle lunaire qui dure 355 ou 356 jours. Le mois du ramadan est le neuvième de cette année lunaire.

Le début de la chronologie est en effet fixé sur un moment clé de la vie du « prophète Mohammed »: le début de son exil à Médine, l'hégire, en 622 du calendrier chrétien. La tradition musulmane indique que le Coran serait «descendu» ce mois-là sur le prophète.

Le « ramadan » commence le soir où le premier croissant de la nouvelle lune est aperçu dans le ciel. Il se termine par la
fête de « l’Aïd el Fitr ».

Bon, on est au 21ème siècle … Quoi ?

Pi
erre Mathon


* Sont exemptéEs, les femmes enceintes, celles qui allaitent ou qui ont leurs règles, les personnes âgées ou malades, ainsi que les voyageurs-voyageuses qui devront rattraper les journées non jeûnées.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 20:53
Quand la municipalité de Bagnolet met le pied à l’étrier à une école privée – musulmane

Ce vendredi 3 juin au soir, la municipalité de Bagnolet mettait gracieusement une salle (à l’école Joliot-Curie) et à la disposition d’un projet d’école privée – musulmane. De nombreux animateurs, employés municipaux, du soutien scolaire y participaient.

Certes, il existe déjà de nombreuses écoles privées. Pour prendre l’exemple de St Benoit de l’Europe, à Bagnolet elle n’a de catholique que quelques enseignants un peu excitéEs du prosélytisme religieux et compte de nombreux élèves issus de familles musulmanes. Mais ce n’est pas une raison pour que la municipalité –qui s’est présentée comme « de gauche », laïque, favorise le montage de ce genre de projet.

Pour info le message diffusé par les promoteurs de ce projet :
« INSAV – Instruction et savoir
Salam Aleykoum
Pourriez-vous mettre cette image sur votre photo de profil sur vos réseaux sociaux un temps défini ?
Nous vous expliquerons pourquoi, ce qu’elle signifie et ce qu’elle attendra prochainement de ceux qui veulent faire partie de ce projet in Sha Allah.
C’est une demande que nous vous soumettons afin que vous puissiez être d’une certaine manière les ambassadeurs du projet.
Accordez-nous une dizaine de jours pour vous dévoiler le projet.
Merci à ceux qui donneront du crédit à c
e message. »

À suivre donc, laïquement,
avec vigilance.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans laïcité
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 18:07
Quand des imams apprennent le français …

Aussi incroyable que cela puisse être, les imams ne sont pas censés parler français dans les mosquées. Une poignée d’entre eux s’y met et c’est heureux. On leur enseigne également la « laïcité » mais la lecture de l’article du Parisien publié ci-dessous en fait apparaître une curieuse conception. Par ailleurs, les imams exerçant dans les prisons, les hôpitaux et l'armée vont avoir l’obligation de se former également. Un décret doit être signé en se sens en 2016.

Lu dans le Parisien.fr du 29 mai 2016 de Carole Sterlé. Pour information :

« Laïcité : les imams se mettent au français

Pour lutter contre les risques de radicalisation de certains fidèles, des imams de Seine-Saint-Denis suivent des cours d'instruction civique. Nous les avons suivi au Parlement européen et à Sevran.

La dernière fois qu'Omar Ayatillah est allé en Belgique, c'était pour acheter une Mercedes d'occasion. « C'est moins cher qu'en France ! » se souvient cet ancien bagagiste de 63 ans, désormais imam à plein temps au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

Son retour en Belgique — pays où les ministres du Culte sont payés par l'Etat — était, cette fois, d'ordre plus intellectuel. Avec d'autres imams de Seine-Saint-Denis, il a visité le Parlement européen, où ils étaient attendus par quelques eurodéputés : l'Italien Antonio Talani (Forza Italia), le Britannique Afzal Khan (Labour) ou encore le Belge Philippe Lamberts (Verts), favorable à l'instauration d'un jour férié pour l'Aïd et Yom Kippour.

Ce cours d'instruction civique pour ces natifs du Maroc, d'Algérie, et d'Egypte, arrivés en France il y a entre huit et quarante ans, fait partie d'un programme expérimental mené à Sevran depuis l'automne : douze heures de français par semaine et des visites de musées et d'institutions pour mieux comprendre la société et ses fondements républicains. L'enjeu n'est pas des moindres : chaque semaine, ces huit imams s'adressent à plus de 10 000 fidèles.



«Ça m'a libéré pour parler, avant j'avais les mots mais je n'osais pas»

« Ils transmettent des messages de paix et de respect mais, à la mosquée, 70 % des fidèles ont moins de 30 ans et ne parlent pas l'arabe », résume Yacine Hilmi, l'un des porteurs du projet, également chef d'entreprise et traducteur des prêches à Sevran. Il est convaincu que les imams, souvent à l'ombre des associations qui les salarient, sont en capacité de jouer un rôle plus important dans la société française, notamment en tant que rempart contre l'intégrisme. Il n'a pas eu grand mal à obtenir le soutien de la préfecture de Seine-Saint-Denis : l'ancien préfet à l'Egalité des chances, ex-chef du bureau des Cultes, Didier Leschi, avait favorisé en 2005 la création du premier diplôme universitaire civique pour les imams. Alors, depuis novembre, dans une petite salle municipale du quartier des Beaudottes, à Sevran, ces quelques imams vont tous les matins au cours de français. « Ça m'a libéré pour parler, avant j'avais les mots mais je n'osais pas », avoue Mohammed Bettahar, imam à Montfermeil depuis dix ans et père de quatre enfants. Il avait cherché d'autres cours par le passé, sans succès. Désormais, il fait lui-même, par écrit, puis à l'oral, un résumé de son prêche en français.

« Parler français m'a ouvert une fenêtre sur la société », ajoute Brahim Abderrahim, imam à Sevran et inscrit au diplôme universitaire sur la laïcité. « J'ai compris que c'est grâce à la laïcité qu'il y a de la place en France, pour nous, les musulmans », ajoute ce religieux qui, en 2015, ne parlait pas en public sans interprète. Et il compte bien faire son prêche en français, « inch Allah ! »

« En cours, il faut les arrêter, ils n'arrêtent plus de parler », dit affectueusement leur enseignante, Stéphanie Laroche, fière qu'ils aient tous décroché leur diplôme d'étude en langue française (Delf). Et surprise, ce mercredi, c'est Antonio Tajani, vice-président du Parlement européen en charge du Dialogue interreligieux, qui accepte de leur remettre le fameux diplôme, après un échange sur la radicalisation.

Ses hôtes ont beaucoup à dire sur le sujet. Dans un français encore un peu hésitant, un imam raconte comment il a dissuadé un jeune de 19 ans de partir en Syrie. « Il voulait aller au paradis, mais les textes qu'il lisait étaient faux, ce n'était pas le Coran. J'ai amené des livres, on a lu ensemble et il a compris », résume cet imam, inquiet par ce qui circule sur Internet. Il réclame l'aide du parlementaire. « Je ferai tout ce que je peux pour vous aider », promet Antonio Tajani, qui imagine une mise en réseau d'« imams de la paix » à travers l'Europe.

----

Qui sont-
ils ?

« Il y a environ 2 300 lieux de culte, on peut dire qu'il y a 1 500 à 1 800 personnes qui exercent la fonction d'imam », explique Bernard Godard, spécialiste de l'islam. Leur âge, leur formation et leur situation administrative varient. Généralement payés au smic par une association, plus de la moitié des imams exercent un métier à côté. Le seul chiffre précis est celui des imams « détachés » par des pays étrangers, pour quatre ans, dans le cadre d'accords bilatéraux : ils sont 30 par le Maroc, 120 par l'Algérie et 150 par la Turquie, précise une source proche du ministère de l'Intérieur.

Les accords prévoient désormais que les nouveaux imams détachés suivent une formation universitaire civile et civique. Il en existe 13 en France : à Paris (Institut catholique, Paris-Sud-Sceaux, Paris-I), Lyon, Strasbourg, Montpellier, Aix-en-Provence, Bordeaux, Lille, Toulouse, Mayotte et, depuis janvier dernier, Nantes et la Réunion.

Ce diplôme universitaire est ouvert à tous. Les cadres religieux y côtoient des fonctionnaires, des entrepreneurs... intéressés par les questions liées à la laïcité.

Deux cent soixante-treize étudiants étaient inscrits à la rentrée 2015, dont 94 cadres religieux musulmans (33 à Mayotte). Un décret doit être signé en 2016 pour imposer cette formation aux aumôniers qui exercent dans les prisons, les hôpitaux et l'armée. »

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 17:59
Il y a terroriste et terroriste …

De récents articles de presse font état de curieuses classifications pour réduire – artificiellement – le nombre des attentats et autres agressions inspirés par des motivations politico-religieuses. Parfois ce sont même les juges qui s’y mettent.

Si l’on devait croire certainEs, un terroriste, pour être COMPTABILISÉ comme VRAI terroriste, doit être
1- sain d’esprit
et 2- obéir aux ordres de Daesh ou d’Al Qaïda, Ce dernier point doit être prouvé par des aveux de l’intéressé et/ou les affirmations de Daesh ou d’Al Qaïda.

Le mec qui, intoxiqué par la religion qui lui dit que son Dieu est tout puissant et que les autres sont dans l’erreur, n’est pas forcément un terroriste même s’il tue en hurlant « Allah Akhbar ». Ah bon.

Et moi qui pensais que des dingues pouvaient s’inscrire d’eux-mêmes dans le processus mortifère et haineux du terrorisme … sans en référer directement à des commanditaires. D’autant que ces commanditaires appellent aux … initiatives… Et moi qui pensais qu’il fallait quand même être un peu «dérangé » pour assassiner quelqu’un…

Bref, tant que les autorités auront pour consigne de minimiser les actes terroristes, on ne risque pas de combattre le terrorisme à la racine !

Politique de Gribouille, quand tu n
ous tiens !

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article