Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 16:27

EST-ENSEMBLE carte9

Pour information, voici le dossier de presse sur la détermination des équipements et des actions « d’intérêt communautaire », décidés par le conseil communautaire d’Est Ensemble lors de sa réunion du 13 décembre. 

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-les-competences-sont-transferees-a-l-insu-des-citoyens-93203298.html

L’intérêt communautaire est une clé de répartition dans l’exercice des compétences : il permet de savoir « qui fait quoi » entre la communauté d’agglomération et les villes membres (Pour rappel : Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville).

Cela revient à distinguer, dans une compétence donnée, les actions et équipements qui continueront à relever du niveau communal, de ceux qui par leur seront gérés par l’Agglomération.

http://www.est-ensemble-concertation.fr/doc/actu_26_3.pdf

Nous commenterons ces décisions ultérieurement.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:39

EE 13déc11-1

Sous le titre réducteur « L’agglo veut apprendre à nager à tous les enfants », un article du Parisien de ce samedi 17 décembre nous informe à grands traits des compétences qui viennent d’être transférées, des 9 communes (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville) vers l’agglomération Est Ensemble.

Photo de la réunion du conseil communautaire d'Est Ensemble du 13 décembre consacrée au transfert des compétences

« La communauté d’agglomération Est ensemble devrait devenir très concrète aux yeux des habitants. Hier, Bertrand Kern, son président (PS), a dévoilé les compétences transférées des villes vers la communauté.  54 équipements ont été placés sous la responsabilité d’Est ensemble : maisons de l’emploi, points d’accès au droit, bibliothèques et médiathèques (à l’exception de deux villes), cinémas, conservatoires (à l’exception de trois villes) et piscines. « Le but est de permettre aux habitants de l’agglo de bénéficier de tarifs préférentiels et de tous les services quelle que soit leur ville, explique Bertrand Kern. Autre avantage : la possibilité de s’inscrire dans n’importe quel conservatoire. »
A terme, il est prévu une harmonisation des tarifs de l’ensemble des équipements et la création d’un centre de ressources pour aider les associations et clubs sportifs à monter des dossiers de subventions … Parmi els objectifs affichés : apprendre à nager à tous les enfants du territoire. Autre priorité : la lutte contre l’habitat indigne avec une mise en commun des moyens, notamment entre les villes de Pantin et Montreuil, les plus touchées. Enfin, tous les futurs plans de rénovation urbaine seront effectués par l’agglomération.
S.T. 
»

Tout cela mérite évidemment d’être développé, ce que nous ferons dès que nous aurons des informations supplémentaires.

Notons quand même que les citoyens de nos neuf communes ont été complètement tenus à l’écart du débat sur cette question essentielle de l’intérêt communautaire et du transfert des compétences, alors que l’agglo a déjà édité trois journaux et organisé une opération de « concertation » : pour quoi faire ?

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 14:41

ensemble

 

Nous venons de recevoir dans nos boites aux lettres le 4ème numéro du MAG’ d’Est Ensemble.

Est Ensemble ? Si je voulais être mauvaise langue, je dirais que « moins ils en font, plus ils communiquent ».

4ème MAG’ d’Est Ensemble dans nos boites aux lettres … et toujours rien de concret mis à part de beaux locaux à Romainville et les 4 numéros « toutes-boites » du MAG’. Sans oublier les 10 millions d’euros d’excédents que les 9 communes se répartissent (pour la 2ème année consécutive), sans la moindre prise en considération de l’intérêt communautaire.

Curieusement ( ?) le MAG’ n’aborde pas les questions que se posent les habitants. Un exemple : la délégation en matière de propreté et de collecte des déchets ; qui fait quoi ? … et les communes qui profitent de la situation pour renvoyer la balle à l’interco.

Sans parler du « joli coup » de la municipalité de Romainville qui a réussi à faire financer son système de collecte pneumatique des déchets sur une partie de Romainville, au coût faramineux et au bilan écologique discutable, par le reste de l’interco … Cela aurait sans doute mérité un vrai sujet avec des vrais infos.

Concertation ?

On apprend qu’un conseil de développement « espace de concertation, d’information et de débat qui permet aux habitants d’Est Ensemble de participer  à l’élaboration et au suivi des politiques publiques » vient d’être mis sur pied.
On aimerait quand même savoir comment ces citoyenNNEs qui y siègent ont été désignéEs. Et d’abord, quels sont-ils ? Il est très significatif du secret qui a entouré leur nomination que leur liste (noms et qualités) ne soit pas donnée dans le MAG’.

Ne parlons pas de la « concertation publique » qui s’est déroulée de mai à octobre 2011un rien « décalée » 1 an après la création d’Est ensemble, on en n’est plus à des questions creuses comme « Qu’est qui nous rassemble ? Qu’est-ce qui nous différencie ? Que voulons-nous faire ensemble ?

Décidément, après l’épisode peu reluisant de la renonciation, fin 2010, à la possibilité de gestion publique de l’eau, qui était ouverte l’association  des citoyens à la gestion de l’interco est mal partie.

Heureusement, il semble que de grands chantiers se préparent, Plan énergie-Climat, Plan Local d’Habitat, SCOT (Schéma de COhérence territoriale, Agenda 21).

Parce que nous sommes attachés à l’intercommunalité et à son fonctionnement démocratique, nous tirons aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Voilà en effet presque 2 ans que l’interco Est Ensemble a été créée et il serait temps d’entrer dans le vif du sujet.

Pierre Mathon

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-une-petite-concertation-74003571.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-lance-son-plan-climat-84744516.html

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 09:10

Blason ville fr Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) svg


Dans le cadre de la dimension intercommunale (la communauté urbaine d’Est Ensemble) de notre blog Bagnolet en Vert et après avoir traité du Plan Local d’Urbanisme de Bondy http://www.bagnoletenvert.com/article-ecologie-et-urbanisme-les-elus-verts-de-bondy-s-abstiennent-sur-le-plu-85688745.html , nous abordons aujourd’hui la question de l’urbanisme de notre voisine Noisy-le-Sec.

Voici la remarquable intervention de mon ami Patrick Lascoux au conseil municipal du 29 septembre sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) de Noisy-le-Sec.

Patrick Lascoux, a été maire adjoint délégué à l’environnement et au développement durable de Noisy et conseiller communautaire délégué à l’agenda 21 d’Est Ensemble. Il est aujourd’hui conseiller municipal d’opposition Europe Ecologie Les Verts.

 

Pierre Mathon

« L’élaboration du futur Plan Local d’Urbanisme rend obligatoire la présentation d’un Projet d’Aménagement et de Développement Durables, voici l’intervention du Conseiller d’EELV sur ce document présenté au conseil municipal de Noisy-le-Sec le 29 septembre 2011 :

interco 16210-Patrick Lascoux 

« …… Nous rendons hommage au cabinet « Brès & Mariolle » qui a su continuer à travailler malgré les nombreux différents qui continuent à agiter la municipalité sur ces questions d’aménagements.

Je vais être un peu long mais le sujet mérite bien que l’on s’y attarde... Plus qu’une simple délibération en milieu de conseil, comme je l’ai exprimé en commission aménagement, nous aurions préféré un conseil dédié à ce premier plan d’aménagement.

Dans ce PADD, nous retrouvons, ici et là, les orientations fortes que nous avions mises en avant lors du démarrage de ce projet. Mais il ne suffit pas d’avoir un bon argumentaire pour réussir une dissertation. Il faut aussi savoir le composer et le structurer en suivant une orientation claire. Nous relevons dans ce texte un certain nombre d’imprécisions voire de contradictions.

Tout d’abord, revenons à la notion de développement durable car il semble que les concepts liés à cette notion ne soient pas encore bien compris par tous.

« Répondre aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs », voilà ce que les plus informés retiennent comme définition du développement durable.

Mais un concept inhérent à cette notion définit que nous devons impérativement accorder la plus grande priorité aux besoins essentiels des plus démunis (Rapport Brundland 1987).

Or, dans ce projet qui vient de nous être présenté, l’approche transversale n’a pas été assez développée, les orientations restent floues et les plus démunis ne semblent pas faire l’objet d’une priorité particulière.

On note des différences entre le PADD et la notice proposée à l’ordre du jour de ce conseil.

Mais je vais suivre les trois objectifs suivant le plan proposé:

« Assurer un développement responsable, une ville mixte et

dynamique » Justifier l’exode des familles noiséennes simplement par un manque de logement est un peu réducteur. Il existe d’autres raisons qui n’ont pas été abordées dans ce document et qui justifient aussi ce solde migratoire dit « déficitaire » :

1. Aujourd’hui la population aspire à un environnement urbain plus apaisé. De plus en plus de citadins migrent vers le milieu rural.

Un choix souvent guidé par la perspective d’une meilleure qualité de vie. Nous devons donc nous interroger sur notre capacité à concevoir des villes moins dortoir et plus proche de la nature et de ses habitants. L’attractivité d’une ville pour une famille est aussi fondée sur le développement de l’offre culturelle, de ses espaces verts et de la qualité de ses écoles.

Pour cette rentrée, en défendant la suppression de 14000 postes dans l’éducation nationale, nous ne sommes pas sûrs que votre majorité participe à l’attractivité de notre territoire !

2. La frénésie spéculative sur l’immobilier, défiscalisation, plan retraite et autres, contribuent aussi à l’exode des familles noiséennes, le prix du mètre carré (>3000Є/m2) et les loyers ne cessent d’augmenter.

Entre 1984 et 2006, la part moyenne du loyer dans le budget des ménages est passée de 10% à 20% (d’après une étude sur le logement du MEEDDAT (ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du

Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire)).

Aujourd’hui, ces chiffres sont largement dépassés, la moyenne se situe autour de 35% du budget familial. Et le comble, est de remarquer que pour les plus faibles revenus, ce taux d’effort dépasse les 50% et ce en intégrant les loyers du parc social qui contribuent pourtant à diminuer cette disparité.(les Français rognent sur le budget alimentation pour pouvoir se loger)

Pourtant des solutions existent pour limiter le prix du m2, voir l’exemple de St Ouen qui a imposé aux promoteurs un prix maximum du m2.

Montreuil et Pantin souhaitent de la même façon enrayer cette flambée des prix. Mais vous n’avez pas fait ce choix.

Il est aussi possible dans le PLU et le PADD d’indiquer la part de logements sociaux que la ville souhaite instaurer dans le cadre des nouvelles constructions. Vous n’avez pas fait ce choix. La principale orientation proposée se résume à la réalisation de 250 logements par an sans en préciser le type.

— La mixité sociale et urbaine, un vaste débat qui d’ailleurs a fait l’objet au printemps dernier d’un café citoyen sur notre ville. Il semble utile de vous rappeler que cette mixité ne peut s’entendre que sur les bases d’une solidarité étendue et réelle. Et là encore, la loi SRU qui a rendu obligatoire la rédaction de ce PADD, a aussi imposé aux villes de disposer d’un minimum de 20% de logements sociaux. Et la liste est longue, des communes gérées par la droite qui ne satisfont pas à cette obligation, Neuilly sur Seine, le Raincy,… préfèrent payer des amendes et concentrer la misère sur d’autres communes plus pauvres pour en faire leur fond de commerce politique.

Nous n’avons pas la même perception du parc social, votre orientation principale se résume à favoriser les sorties de ce parc sans tenir compte de la crise qui frappe de plus en plus sévèrement les plus démunis.

Aussi vous oubliez que le niveau social dans ce parc est plutôt supérieur à la moyenne et qu’il nous préserve des conditions d’insalubrité que l’on peut rencontrer sur le parc privé. L’OPAH (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat) en cours sur Noisy est toujours au point mort et pourtant vous en faites une orientation !

— Les secteurs de projets que vous proposez, ne sont pas réellement nouveaux, ils sont essentiellement liés à des aménagements de transports. Ils auront un impact très restructurant sur notre ville et nous craignons fort que les positions que vous avez prises dans le passé, ne soient préjudiciables à la nécessaire coopération avec nos partenaires institutionnels. Noisy ne doit pas supporter sans contrepartie les nuisances liées à l’implantation de ces infrastructures.

— Cadre de vie et emploi, là encore, le coût important des loyers et le manque de locaux commerciaux freinent la création d'entreprise et l’implantation de l’activité. Dans ce PADD, l'économie sociale et solidaire n’est même pas évoquée pourtant elle offre des solutions intéressantes de relance sociale. La proximité, tant des lieux de travail que des services, est là encore un élément déterminant à la qualité de vie au quotidien.

Il aurait été intéressant de présenter des orientations visant à épauler les structures d'insertion par l'activité économique, par exemple sur les thématiques de la dépollution des sols en partenariat avec Biocitech ou de l’éco-tourisme urbain, Noisy est attractif à une vingtaine de minutes du centre de Paris.

Mais dans un conservatisme notoire, vous prônez, comme bien d’autres partis politiques, la croissance productiviste comme l’unique solution salvatrice. Pourtant cette croissance matérielle dont vous vantez tant les mérites, avec son idéologie du gaspillage, est à l’origine même de la grave crise que nous traversons.

— Alors que la communauté d'agglomération Est Ensemble a lancé un plan climat énergie territorial. Nous ne trouvons dans ce PADD aucune orientation claire pour lutter contre la précarité énergétique. Pas même une mesure concrète visant à développer les travaux d'économies d'énergie et à utiliser les énergies renouvelables, comme par exemple le méthane qui va être produit par le futur centre de méthanisation de

Romainville. La gestion de nos déchets est d’ailleurs absente de ce projet.

Les actions de préservation de la biodiversité ne sont pas développées ; il est vrai que l’AEU (Approche Environnementale Urbaine) a vraiment été traitée sommairement et qu’il aurait fallu au minimum une année pour réaliser une approche plus raisonnée de notre urbanisme. Dans ce plan, aucune création de zone verte ne semble être avancée de manière concrète, pas de maraichage, pas de jardin partagé, ….

Bref, vous ne vous demandez pas pourquoi les ours blancs ont le blues !

Sur les équipements, je n’ai pas vu la trace du projet de conservatoire, ni celui de la mosquée pourtant vous vous étiez engagés en faveur de leurs réalisations, est-ce un oubli ? Mais je dérive sur la polémique.

« Assurer un développement urbain et architectural mesuré »

Pour ne pas être plus long, sur ce point, je ne poserais pas de question.

Je remarque juste qu’il est plus facile de protéger le patrimoine des trente glorieuses que d’approcher une vision innovante et contemporaine de notre architecture.

« Développer un projet environnemental ambitieux »

Peu étoffé, ce chapitre reste bien vague. La gestion de l’eau y est à peine abordée. Pourtant cette ressource est essentielle, sa préservation conditionne l’avenir de l’humanité.

Par exemple, il y est question « d’augmenter la diversité en oiseaux » (d’un coup de baguette magique !) sans même faire référence à la mise en place d’une gestion différenciée des végétaux qui permettrait de restaurer des chaînes alimentaires.

Pour Le secteur du transport, il représente à lui seul plus de 25% des rejets de CO2 dans l’atmosphère, dans le PADD vous vous engagez à valoriser les déplacements alternatifs. Pourquoi, alors que nul n’est censé ignorer la Loi, à Noisy les contresens cyclables ne sont pas effectifs dans les zones 30 ? Aucune signalisation n’a été mise en place et aucun arrêté n’a été pris, il s’agirait juste d’accorder les paroles aux actes.

En conclusion :

Il me semble inutile de vous rappeler que la suite du PLU ne devra pas être en contradiction avec ce PADD.

Nous souhaitons une large concertation des Noiséens et Noiséennes dans l’établissement du nouveau plan de zonage qui va dessiner Noisy pour les décennies à venir.

 

Nous avons des craintes sur l’élaboration d’un règlement d’urbanisme trop permissif qui ferait la part belle aux marchands de sommeil et autres spéculateurs immobiliers.

Nous avons bien compris qu’avec ce PADD vous ne prenez pas en compte la situation de crise durable dans laquelle nous sommes.

L’écologie et le social sont traités de manière dissociée alors qu’ils sont intimement liés. Un formalisme qui ne relève pas de l’ambition d’orienter notre ville vers un avenir plus soutenable.

Merci de votre attention, ………… »

 

Patrick Lascoux »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 21:40

Bondy-94-img180---Copie.jpg

Dans le cadre de la réflexion des écologistes en matière d’urbanisme et de cadre de vie, et aussi parce que, rappelons-le, Bondy fait partie d’Est Ensemble, il nous a semblé particulièrement intéressant de reproduire l’intervention des élus Verts de Bondy (qui participent à la majorité municipale) sur le Plan Local d’Urbanisme de leur commune.

Je suis complètement en phase avec leur positionnement.

Faut-il encore densifier nos villes déjà très denses, quels espaces de respiration pour les habitants… ?

Et puis pourquoi ne pas le dire, je ressens une profonde satisfaction à constater que mes amis Verts de Bondy sont restées fidèles à leurs principes écolos : de 1994 où ils manifestaient pour sauver les espaces Verts du stade de Bondy (j’étais à leurs côtés) à aujourd’hui 2011.

Pierre Mathon

Bondy-94-img180---Copie--2-.jpg

L'article est illustré par des photos de la manifestation que Bondy écologie avait organisée en 1994

 « Intervention des élu Intervention des élu-es écologistes de Bondy sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) au Conseil municipal du 22 septembre 2011  

Il nous semble que l’esprit de ce PLU ne correspond pas aux grands objectifs de l’approche environnementale de l’urbanisme traduites dans le règlement du PLU :  une ville plus conviviale, la réduction des nuisances, la valorisation des la trame  verte et bleue et la réduction de l’impact de l’homme sur l’environnement.

Ce PLU part d'un postulat que nous ne partageons pas. Celui de la croissance de la population. La colonne vertébrale de ce PLU est de  construire toujours et toujours plus de logement. Nous n'avons jamais partagé cet objectif politique. Vous nous dites que ce n'est pas un choix mais une réalité que nous devons subir, nous vous rappelons que nous ne faisons pas de la politique pour subir une réalité mais pour l'infléchir. Nous aurions aimé que ce PLU, véritable projet de notre majorité, soit à l'image de sa diversité. 

 Nous savons que la représentation commune de la densité est souvent associée à  des images négatives, de promiscuité, de concentration, de surpeuplement ou de  verticalité. Cette vision de la densité, il nous faut  la dépasser, car elle a de multiples atouts; elle permet de préserver des espaces de nature, de réaliser des économies d'énergie et d'améliorer les mobilités. C'est aussi l'essence même de la ville, et à Bondy, nous avons besoin de dynamisme, d'urbanité. 

Bondy-94-img180---Copie--3-.jpg

Au vu des chiffres de notre densité, nous pouvons donc dire que notre ville est une ville dense. Pour nous la densité est un moyen, un des moyens pour réussir une ville durable, mais ce n'est pas l'objectif. La colonne vertébrale d'un PLU aurait pu être la qualité de vie. L'objectif principal aurait  pu être de construire une ville à taille humaine, où l'on a du plaisir à habiter et où  l'on se sent en sécurité.

Rappelons que 44% de la population n'est pas satisfaite de l'aménagement urbain et des espaces verts. Notre ville est fragile, un pourcentage important de la population n'a pas accès à l'emploi. Les équipements publics sont sous-dimensionnés, parfois mal répartis sur le territoire.

 Notre ville est en plein bouleversement. Le PRU est le deuxième plus important de la Seine-Saint-Denis, le 7ème plus gros d'Ile-de-France, 1000 logements détruits, 1000 constructions encore en cours actuellement. Nous n'avons pas fini de mesurer les impacts positifs et négatifs de ce programme de rénovation urbaine.

Positifs, car des milliers de personnes vivront dans des appartements neufs ou refaits, dans des quartiers repensés. Négatifs parce  que les déplacements de population fragilisent des quartiers qui ne sont pas concernés par la rénovation urbaine et parce que changer de logement, changer d'environnement urbain n'est pas une réponse à tous les problèmes. 

Il faut arrêter de penser que la vocation de la Seine-Saint-Denis c'est de loger toujours et toujours plus de monde. Une rupture est nécessaire dans notre représentation de la ville de Bondy dans l'espace de la métropole parisienne.

Depuis 50 ans, la ville de Bondy a subi de profonds changements urbains.

De 1945 à 1965, la population passe de 20 000 habitants à 55 000. L'objectif n°1 de la municipalité de Maurice Coutrot était de construire et de loger (citation du Bondynois de 1965) C'est louable, c'est cette immense  effort qui a permis de résorber les bidonvilles et de loger dans de bonne conditions des milliers de personnes. Bondy a pris sa part dans l'effort de logement. Ces nombreuses constructions réalisées parfois trop vite et sans soucis de leur durabilité doit nous amener aujourd’hui à penser et organiser  notre ville différemment. Il est temps que la ville consacre son énergie à la qualité de vie, à la question de la création d’activités, à la qualité de l'environnement et des espaces publics. 

Bondy-94-img180.jpg

La trame verte est une avancée importante. Elle rend inconstructible les terrains concernés et va permettre de renforcer la biodiversité locale. C'est un espace de respiration, de détente, de bien être, un nouveau paysage pour la ville. Mais nous nous interrogeons, cette trame verte est-elle suffisante pour compenser la carence en espaces verts dans les Bondynois souffrent depuis des années ? Le SDRIF préconise 10 m2 par habitant, aujourd'hui nous sommes aux alentours de 3 m2.

La Seine-Saint-Denis n’a pas vocation à être une banlieue dortoir de la métropole parisienne. Nous voulons tous donner une image de nos villes différentes, rompre avec un schéma qui nous conduit à une impasse sociale, à une gestion à flux tendus du service public. 

En liaison avec ce débat sur le PLU, nous pensons d’autre part que dans  les derniers aménagements urbains réalisés dans notre ville : La place de la gare, l’esplanade Claude FUZIER et la rue Carnot ne sont pas des réussites totales tant par leur esthétisme que leur fonctionnalité.

Concernant les économies d'énergies, dans chaque zone, il  y a une hauteur maximale qui peut être augmentée de 20% si la construction est peu consommatrice d'énergie. Ceux qui construisent « écolos » peuvent aller plus haut que les autres. Nous souhaitons rappeler notre position : ce qui est un "bonus" aujourd'hui ne le sera probablement plus dans 10 ans. Nous souhaitons que ce bonus soit indexé aux évolutions réglementaires, qu'il  permette toujours de faire 20% mieux que la loi, afin de permettre l'innovation nécessaire et la reconversion écologique du secteur du bâtiment. Nous pensons important de prendre en compte cette évolution dans la prochaine délibération concernant ce bonus de construction.

Nous pensons aussi que le bilan de la participation de  notre population dans l’élaboration de ce PLU n’est pas un bon bilan. Certes,  les efforts d’organisation des ateliers thématiques sont louables mais la très faible assistance est révélatrice de l’inadaptation de cette organisation. Répondant à l’invitation d’Aline ARCHIMBAUD, vice présidente à l’écologie urbaine et aux éco-quartiers d’EST ENSEMBLE, nous étions hier soir avec Claire CAUCHEMEZ à la soirée de lancement du plan énergie climat territorial, évènement majeur pour notre territoire.    

 À cette occasion, nous avons rencontré Jo SPIEGEL, maire socialiste de KINGERSHEIM et président de la communauté d’agglomérations de Mulhouse Sud Alsace. Il nous a expliqué comment au sein de sa ville, il a pu mettre en place des conseils participatifs d’habitants dans l’élaboration et la co-construction du PCET mais aussi pour d’autres projets dans sa ville et notamment le PLU. Je pense que nous aurions tout à gagner pour l’avenir, à nous inspirer de ce genre de dispositifs qui fonctionnent ailleurs et qui pourraient être transférables si l’on veut vraiment développer la démocratie participative dans notre ville.

Pour le groupe des élus Europe écologie, les Verts, ce PLU ne va pas assez loin et n’est pas à la hauteur des enjeux sociaux et écologiques. C’est pourquoi nous nous abstenons. »  

  

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 10:28

merci - Copie - Copie

Sans gâcher notre plaisir au sortir de cette belle manifestation de samedi*, il faut quand même parler du maire de Bagnolet. Marc Everbecq qui n’a pas hésité à jouer « perso » contre la maternité des Lilas

materlilas 24sept11-14

Son intervention très alambiquée du dernier conseil municipal (à 1 heure du matin) en témoigne. Il a fait en sorte que la motion de soutien à la maternité des Lilas ne comprenne pas la revendication qu’elle soit reconstruite aux Lilas, expliquant -laborieusement-  qu’en tant que maire de Bagnolet il avait le devoir de faire en sorte qu’au cas où la maternité devait ne pas être reconstruite aux Lilas et qu’elle doive se fondre dans un regroupement de cliniques privées, qu’au moins cela soit fait à Bagnolet. 

En réalité il a été très actif dans cette démarche de torpillage de la lutte des personnels, des habitants et des autres élus de gauche et écolos. En proposant avec zèle des terrains sur Bagnolet, il a tout fait pour rendre possible le regroupement des cliniques privées (avec la dénaturation et délocalisation de la maternité des Lilas qui va avec). Ce regroupement, prôné par l’Agence Régionale de la Santé, au profit d’un Fonds de pension australien, déjà propriétaire de nombreuses cliniques privées en France, s’inscrit dans la logique ultra-libérale de marchandisation de la santé.

Il a ainsi proposé successivement et dans la plus grande opacité des terrains en centre ville (en 2006-2007), avenue Gambetta,

PC080015.jpg

puis (en 2008-2010) les terrains de la rue Louise Michel avec son jardin partagé (photo), son jardin de « Bagnolet-Ville-Fleurie » et quelques pavillons qui étaient aussi menacés.

ARS evrbq expro 24sept11-1

Aux dernières nouvelles, il était partant pour exproprier quelques terrains occupés à l’angle des rues François Mitterrand et de Noisy-le-Sec (photo).

De quoi encourager le fonds de pension australien Ramsey. De quoi aussi relancer l’ARS, qui venait pourtant de valider le dossier de reconstruction** de la maternité du Coq français sur le terrain Gütermann et l’encourager revenir sur son accord.

Pas jolie-jolie l’attitude du « camarade » Everbecq.

materlilas 24sept11-19

materlilas 24sept11-27

materlilas 24sept11-11

Bon, il n’a quand même pas osé venir à la manif (photos).

 

Pierre Mathon

* La force de la mobilisation et le succès de la manifestation laissent heureusement augurer que l’ARS devra bien reculer et autoriser la reconstruction de cette maternité "pas comme les autres" aux Lilas !

** Le dossier était pourtant complètement bouclé : terrain, permis de construire, vote de la garantie d’emprunt par le conseil municipal des Lilas etc.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 08:03

logo-est-ensemble

 


Ce mercredi 21 septembre 2011 à 18h, à l'Hôtel d'agglomération, (100 avenue Gaston-Roussel à Romainville) la communauté d’agglomération Est Ensemble lance officiellement la réalisation de son « Plan Climat Energie Territorial ». Il s’agit de définir de manière concrète et chiffrée les actions à mener afin de faire en sorte que sur le territoire de l’agglomération, l’ensemble des acteurs (les transports, la construction, l’éducation, la santé, les secteurs de la production et consommation etc.) se mettent au travail pour diviser par 4 d'ici 2050 les émissions de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique. Il s’agit aussi de préparer le territoire à vivre ce changement déjà en cours. Vaste programme qui se fera sous l’impulsion de la vice-présidente déléguée au développement durable, notre camarade Verte Aline Archimbaud.

Voici son communiqué.

Pierre Mathon

Climate-flag 70x100 low-res

« Est Ensemble, première Agglomération d'Ile-de-France est née le 1er janvier 2010. Pour être plus fortes, Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville, neuf villes de Seine-Saint-Denis, réunissant au total près de 400 000 habitants ont décidé de s'unir en Communauté d'agglomération afin de dessiner ensemble l'avenir à l'est de Paris.

La création de la Communauté d'agglomération Est Ensemble relève d'un processus relativement ancien (le projet est évoqué depuis environ cinq ans). Il s'inscrit dans un projet d'envergure visant à créer une communauté de destin fondée sur la solidarité, le service public, l'écologie urbaine, un développement équilibré et l'innovation.

En 2011, un an et demi après sa création et un an après l'adoption de la loi dite Grenelle 2, Est Ensemble lance sa démarche d'élaboration de son Plan Climat Energie Territorial.

Ce plan a pour vocation d'améliorer la qualité de vie des habitants et de définir de manière très concrète et chiffrée les actions à mener afin de fabriquer un territoire durable. Il met ainsi en musique l'ensemble des secteurs et des acteurs de la ville (transports, construction, éducation, production, consommation, santé, etc.) afin de diviser par 4 d'ici 2050 les émissions de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique, et préparer le territoire à vivre ce changement déjà en cours.

L'activité des collectivités territoriales est à elle seule responsable de plus de 15% des émissions de gaz à effet de serre. La Communauté d'agglomération s'engage donc fortement en rassemblant élus et personnel de la collectivité, et principaux partenaires, autour d'une première soirée de lancement de l'élaboration de son Plan climat. Cette dynamique de changement associera très rapidement les habitants du territoire avant la fin de cette année.

 

Programme de la soirée :

La soirée inaugurale sera animée par Patrick Piro, journaliste spécialisé en environnement. 
Elle se déroulera à l'Hôtel d'agglomération, 100 avenue Gaston-Roussel (ex-route de Noisy) à Romainville.

Introduction de Bertrand Kern, président de la Communauté d'agglomération Est Ensemble et Aline Archimbaud, vice-présidente, déléguée à l'Écologie urbaine, environnement et écoquartiers

 

Intervention de Bernard Laponche, ancien directeur général du FME (ADEME) et ancien conseiller énergie de Dominique Voynet au ministère de l'Environnement, actuellement conseiller international en énergie : 
Quels enjeux climatiques sur notre territoire ? De l'international au local, les principales problématiques liées aux questions climatique et énergétique

 

Intervention de Jo Spiegel, président délégué de Mulhouse Alsace Agglomération : 
La démarche Plan Climat de Mulhouse Alsace Agglomération. Ayant lancé son premier plan climat en 2006, l'Agglomération a plus de 20 ans d'expérience dans la mise en œuvre de politiques environnementales innovantes.


Temps d'échanges avec la salle. Débats, témoignages des élus et partenaires


Conclusion, calendrier, premières perspectives pour le Club Climat et Partenaires
 »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:40

EST-ENSEMBLE carte9

La communauté d’agglomération  n’est pas avare de ses deniers lorsqu’il s’agit de diffuser un « mag’ » dans nos boites aux lettres. Un « mag’ », où soit dit en passant il n’y a pas grand-chose. Elle n’est pas avare des ses deniers quand il s’agit de se doter d’un local coûteux (par ailleurs très mal situé, à Romainville).

logo-est-ensemble

Elle est en revanche beaucoup plus craintive en matière de concertation, en organisant 3 petites réunions dans trois villes seulement sur les neuf qui constituent l’agglomération.

Ces réunions publiques sont prévues :

- Mardi 17 mai de 18h45 à 22h à Bobigny (Hôtel de ville)

- Mercredi 18 mai de 18h45 à 22h à Pantin (Hôtel de ville)

- Lundi 23 mai de 18h45 à 22h à Romainville (Parc d’affaires du Quadrium 11, route de Noisy).

L’intercommunalité Est Ensemble, est une bonne idée, qui, rappelons-le, n’a vu le jour que grâce à la détermination des Verts et particulièrement de Dominique Voynet.

Mais le moins que l’on puisse dire est que cette interco, après avoir raté la mise en gestion publique de l’eau, manque aujourd’hui de projets et de souffle.

Pierre Mathon

 

Quelques articles de notre rubrique « intercommunalité » :

http://www.bagnoletenvert.com/article-les-statuts-de-l-agglomeration-est-ensemble--42185079.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-quel-projet-pour-la-communaute-d-agglomeration-l-integralite-du-texte-fondateur-42190873.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-archives-de-l-intercommunalite-42582420.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-tout-commence-les-ecologistes-s-expriment-45946061.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-tout-commence-les-ecologistes-s-expriment-45946061.html

http://www.bagnoletenvert.com/ext/http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/

http://www.bagnoletenvert.com/article-gestion-de-l-eau-la-cada-appelle-est-ensemble-a-plus-de-transparence-73746923.html

http://www.bagnoletenvert.com/categorie-10414312.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 10:33

logo-est-ensemble


Bagnolet en Vert publie ci-dessous un communiqué de la Coordination EAU Ile-de-France. Il s’agit de la réponse de la CADA qui répond favorablement à une demande de Bondy Autrement de documents concernant la société privée de sécurité employée le 30 novembre lors d’une réunion d’Est Ensemble « pour empêcher les citoyens d’assister aux débats et au vote sur la gestion de l’eau ».

La Coordination EAU appelle en outre « les usagers-citoyens et leurs associations à venir se faire entendre lors de la réunion publique qui aura lieu le mercredi 18 mai de 18H45 à 22H à l'hôtel de ville de Pantin ».

Pierre Mathon

 coordination eau ile de france logo

Voici ce communiqué :

« La Commission d'accès aux documents administratifs (CADA) vient de répondre favorablement à toutes les demandes formulées par Bondy Autrement, une association membre de la Coordination EAU Île-de-France, concernant la société de sécurité privée, employée lors de la séance du 30 novembre du Conseil communautaire d'Est Ensemble pour empêcher les citoyens d'assister aux débats et au vote sur la gestion de l'eau.

Bondy Autrement a en effet saisi la CADA, suite à l'absence de réponse de M. Kern, Président de la Communauté d'agglomération Est Ensemble (CAEE) sur:

1)       le nom, l'adresse du siège social, le numéro d'immatriculation au registre des sociétés et l'identité du gérant de la société de sécurité;

2)       le bon de commande, le cahier des charges et la facture relatifs à la prestation qu'elle a exécutée le 30 novembre 2010 ;

3)       les attestations et documents qu'elle a fournis conformément aux dispositions de l'article D. 8222-5 du code du travail ;

4)       l'agrément préfectoral l'autorisant à exercer des activités privées de surveillance et de gardiennage, de transport de fonds et de protection physique des personnes.

cada2.gif 

La  CADA estime que les documents administratifs sollicités aux points 1) et 2) sont communicables à toute personne qui en fait la demande. La commission estime en outre que, s'ils existent, les documents visés aux point 3) et 4) sont également communicables à toute personne qui en fait la demande.

9-eau EE 23nov10-21 

La Coordination EAU Ile-de-France se réjouit de l'avis favorable de la CADA. M. Kern doit maintenant rendre public ces différents documents. Ne pas le faire reviendrait à jeter un sérieux doute sur la régularité des conditions d'intervention des vigiles lors de cette séance. 

Il faut rappeler enfin que l'action des vigiles a provoqué des violences inadmissibles contre les citoyens : la Coordination EAU Île-de-France va saisir le Procureur de la République à ce sujet.

Concertation, acte 2 ?

Après avoir tout fait pour empêcher les citoyens de s'exprimer sur le choix du mode de gestion de l'eau, la Communauté d'Agglomération Est Ensemble lance maintenant une concertation publique: mieux vaux tard que jamais! La Coordination Eau Île-de-France appelle les usagers-citoyens et leurs associations à venir se faire entendre lors de la réunion publique qui aura lieu le mercredi 18 mai de 18H45 à 22H à l'hôtel de ville de Pantin.

Près de six mois après la décision de rentrer dans le giron du SEDIF et de VEOLIA, ce sera l'occasion d'un premier bilan. »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 23:44

restaurant4.jpg

Cela nous a fait particulièrement plaisir de lire cet article dans le Parisien de mardi 8 février sur « le Relais de Pantin ».  

Tenu depuis presque 20 ans par Belkhacem, le restaurant « Le relais » est le fleuron de la « Maison des Alternatives des Associations et de la Formation » de Pantin, qui s’est installée à la fin des années 80 dans une ancienne entreprise de BTP rue Victor Hugo à Pantin et dont nous suivons l’aventure depuis le début.

C’est aussi l’occasion de vous encourager à fréquenter ce restaurant qui « allie plaisir gustatif et démarche solidaire ». Et, croyez-nous, ce n’est pas une simple formule.

Pierre Mathon

restaurant2.jpg 

Voici l’article :

« PANTIN

Le restaurant d’insertion s’agrandit pour durer

Ouverte midi et soir, c’est une adresse bien connue des Pantinois, un lieu qui allie plaisir culinaire et démarche solidaire. Créé à Pantin il y a presque vingt ans dans une ancienne entreprise de BTP, le restaurant d’insertion le Relais a présenté hier après-midi son projet de développement qui passe par un agrandissement de 300 m2 à 800 m2 de sa surface totale, une mise aux normes de ses cuisines et la création d’un nouvel espace pour accueillir réunions et séminaires. Une étape nécessaire pour assurer sa pérennité.

Le bilan du Relais est pourtant flatteur. Partie de zéro, la structure a formé depuis sa création 2 000 personnes aux métiers de la restauration, dont 75 % ont trouvé un emploi ou une formation qualifiante. Elle compte 27 salariés, sert en  moyenne 100 couverts le midi et 40 le soir et a développé une activité traiteur qui représente un tiers de son chiffre d’affaires. « Mais notre équilibre financier est précaire, déclare Belkhacem  Kheder, créateur du Relais. On refuse beaucoup de groupes et de commande faute de place. Il faut se développer pour augmenter notre capacité d’autofinancement. » Le projet, qui devrait permettre de doubler l’accueil des stagiaires (actuellement 100 par an) et des salariés en insertion, a été chiffré à 1,2 M€, mais le tour de table financier n’est bouché qu’à 70 % et la présentation d’hier s’est doublée d’un appel à de potentiels contributeurs : collectivités, entreprises, associations… Un gros tiers des fonds pourrait venir de la ville, propriétaire des lieux, et de la communauté d’agglomération Est Ensemble. Par la voix de son président, le conseil général a annoncé hier une enveloppe de 50 000 €. Des grandes entreprises pantinoises (BNP, Paribas, Chanel, Hermès) et des fondations ont également mis la main à la poche. L’association va aussi changer de statut en septembre pour se transformer en société coopérative d’intérêt collectif (Scic) dont les salariés, usagers ou contributeurs pourront- souscrire des parts. Septembre, c’est également la date espérée du début des travaux qui devraient durer un an. Le restaurant restera ouvert durant cette période.
JULIEN DUFFÉ 
»

 

En complément, un texte publié par les Verts de Pantin en septembre 2009 :

« Le Relais : un restaurant associatif à soutenir avec les papilles

vendredi 25 septembre 2009, par Les Verts de Pantin

Le Relais est un restaurant associatif Pantinois qui mêle avec succès l’insertion qualifiante de ses employés et une exigence de qualité, aujourd’hui reconnue par tous :

 En matière d’insertion, dans ce restaurant et dans le centre de formation, une équipe de professionnels transmettent leurs compétences à des personnes en difficulté avec un souci de communiquer le plaisir de leur métier. L’idée est simple : montrer à ses salariés et à ses stagiaires qu’à partir de matières brutes on peut créer des mets beaux et délicieux. Le contact direct avec le client satisfait est pour eux bien plus qu’une récompense, c’est la certitude qu’ils ont eux aussi leur place dans la société. 
 D’un point de vue culinaire, au delà de la cuisine traditionnelle, le menu intègre différentes cultures culinaires afin de les faire partager à tous ses convives.

Le restaurant se situe dans un ancien site industriel qui donne tout son charme à sa grande salle de 100 couverts. Un décor atypique constitué de haut plafond et de murs en briques (abritant en permanence des expositions) offre un cadre très agréable pour des réceptions, déjeuners, ou des dîners. Par ailleurs, Le Relais a une véritable vocation culturelle et propose régulièrement des diners spectacles, des diners débats, des concerts, des soirées à thème... Un service traiteur est également proposé si vous souhaitez profiter de la qualité de sa cuisine pour vos cocktails, vos fêtes...

Bref, les yeux, l’esprit, la solidarité, au Relais vous ne satisferez pas que votre estomac

Restaurant Le Relais 61, rue Victor Hugo 93500 Pantin Tel : 01 48 91 31 97 Fax : 01 48 91 00 31 E-mail : Mailto : relaisrestauration@maaform.org Contact(s) : Belkacem KEDHER, Directeur »

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article