Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 07:42

BondyEcologie-logo.png

 

Nos amiEs de Bondy Écologie nous ont adressé leur « LETTRE de BONDY ÉCOLOGIE de décembre 2013

 

1°) Agenda. Prochaine réunion de Bondy Écologie. Samedi 11 janvier de 10h30 à 12h Salle Allende 12, rue Gâtine.

Ordre du jour :

La charte de l'arbre (discussion à partir du projet présenté par les services municipaux)

Projets pour 2014 (réunions publiques, actions..)

Préparation AG

2°) Compte rendu de la réunion de Bondy Ecologie du 30 novembre.

Rencontre entièrement consacrée à une séance de formation sur le Plan Climat Energie Territorial en préparation à Bondy.

Un compte rendu détaillé de cette réunion a été envoyé aux adhérentEs.

En voici simplement la conclusion.

" La réussite de la mise en œuvre du PCET demande de développer et d’installer durablement :

La démocratie participative

La prévention de la précarité énergétique dont le coût social est important, ce qui implique de dégager des budgets pour ce poste.

Pour Bondy Ecologie il s’agit d’être extrêmement vigilant pour les différentes étapes  du PCET, en suivant notamment toutes les informations qui seront données par la municipalité sur l’élaboration de ce dossier et communiquer sur notre blog aussi souvent que nécessaire sur l’avancement en ajoutant toutes nos remarques sur ce qui nous paraîtrait judicieux ou pas par rapport à l’objectif final et les moyens mis en œuvre pour la réalisation du PCET."

Nous espérons bien sûr que notre association sera impliquée dans les différentes étapes d'élaboration de ce plan.

 Un dossier sur le sujet est en préparation pour le blog.

3°) Le blog de Bondy Ecologie.

Nos derniers articles : du 4 décembre au 24 décembre 2013.

DEUX BONNES NOUVELLES POUR LES ECOLOGISTES :

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/deux-bonnes-nouvelles-pour-les.html

Alerte aux particules.

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/alerte-aux-particules.html

Chalutage en eaux profondes : Le dossier

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/chalutage-en-eaux-profondes-le-dossier.html

Plaidoyer pour les sols :

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/plaidoyer-pour-les-sols.html

la 4G perturbe le tram-train :

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/la-4g-perturbe-le-tram-train.html

Sauvez la République !

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/sauvez-la-republique.html

Déraillement d'un CASTOR à Drancy :

http://bondyecologie.blogspot.fr/2013/12/deraillement-dun-castor-drancy.html

4°) L'actualité écologique.

Zone sans pesticides.

La municipalité de Bondy fait depuis plusieurs années des efforts pour limiter au maximum l'utilisation de pesticides (cela fait râler les adeptes du tout minéral), nous pouvons nous aussi participer au bannissement des "phytosanitaires" toxiques pour notre santé. Voir le lien ci dessous.

http://www.zones-sans-pesticides.org/

Gaz de Schiste :

Mauvaise passe pour les pro gaz de schiste.

Après la décision du ministre de l'écologie (que nous remercions) de ne pas signer les permis d'exploration aux compagnies américaines qui avaient porté plainte contre la décision de la France, les économistes libéraux s'en mêlent et découvrent que les gaz de schistes ne sont pas rentables (sont rapides les mecs, les écologistes le disent depuis des années).

 

 

"Dans Challenges n°368 du 5 décembre 2013 nous apprenons que les investissements sont énormes et compte tenu des bas prix de vente, les rendements restent décevants et ce sans doute pour plusieurs années.

Du coup, plusieurs petits patrons de société américaines spécialisées dans les énergies non conventionnelles ont été virés de leur poste cette année, victimes d'investisseurs insatisfaits."

Sincèrement, nous ne les plaignons pas.

 

Pendant ce temps là l'opposition aux forages se renforce partout sur la planète (pollués de tous les pays, unissez vous..)

http://abonnes.lemonde.fr/planete/portfolio/2013/12/23/portraits-ils-disent-non-aux-gaz-de-schiste_4338229_3244.html

Bretagne

Les quatre arrêtés nécessaires aux travaux préalables au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont donc été signés. Le gouvernement va-t-il mettre lui aussi des années avant de comprendre que l'Ayraultport est un projet inutile et couteux. Avec tous les écologistes nous soutenons  les recours engagés par la coordination qui estime que ces arrêtés sont en infraction avec les lois environnementales européennes, sur l’eau, et la protection des espèces.

Pour finir avec une note d'espoir :

Les bretons se bougent ; cliquez sur ce lien.

http://www.youtube.com/watch?v=bTF2V85deWQ&feature=youtu.be »

L'équipe d'animation de l'association Bondy Ecologie remercie  les lecteurs de la lettre qui de plus en plus nombreux participent à son élaboration en envoyant des informations et souhaite une excellente fin d'année aux lectrices et lecteurs de cette lettre.

Pierre Mathon

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 22:56

EST-ENSEMBLE carte9

 

Nous l’avons écrit, le CDT (contrat de développement territorial) d’Est Ensemble a été préparé de manière opaque et technocratique, le projet tient plus d’une compilation des projets des maires que d’un vrai projet communautaire.

Environnement 93 et l’ARDE (association romainvilloise de défense de l’environnement) ont émis un avis dans l’enquête publique.

arivem 14mars12-1

L’avis d’Environnement 93 :

« ENVIRONNEMENT 93

UNION DES ASSOCIATIONS D'ENVIRONNEMENT DE SEINE-SAINT-DENIS

 

Association départementale agréée

www.environnement93.fr Membre d'Ile-de-France Environnement – Affiliée à France Nature Environnement

 

Gagny 15 novembre 2013

Enquête publique sur le contrat de développement territorial (CDT) de La Fabrique du Grand Paris

 

La qualité du travail réalisé par les équipes de la Communauté d’agglomération d’Est

ensemble a été soulignée par le préfet lors de la présentation du CDT le 19 juin 2013 à Romainville.

Cependant plutôt qu’une réflexion globale sur le développement de la communauté d’agglomération, le projet qui est proposé dans le cadre de cette enquête publique est surtout une compilation de projets élaborés par chaque entité communale ; Une vision transversale du territoire manque sur de nombreux domaines.

Il est enfin nécessaire de munir le CDT d’indicateurs de mesure permettant d’apprécier la mise en oeuvre des actions par rapport à l’état initial 2013.

 

Déchets.

En référence au Plan départemental d’Elimination des Déchets Ménagers (PDEDMA), le CDT prévoit que pour palier au manque de capacités de traitement, il est nécessaire d'implanter un ou deux sites de méthanisation pour une capacité totale maximum de 215 000 tonnes. L’optimisation des collectes sélectives est également mise en avant.

Il est précisé plus loin que l’usine de Romainville sera reconstruite à l’horizon 2015, avec un centre de tri-méthanisation de la fraction fermentescible des ordures ménagères d’une capacité de 322 500 tonnes par an. Il faudra préciser dans le CDT que ce projet a été invalidé et que c’est une nouvelle concertation qui doit déterminer la chaîne complète de gestion des déchets, de la collecte jusqu’au traitement.

L’incohérence des objectifs de traitement des déchets reflété par cette distorsion dans les moyens de traitement est également révélée par le manque d’ambition de la politique de gestion des déchets exprimée dans la synthèse des enjeux retenu comme un enjeu moyen, alors que depuis deux ans la collecte aussi bien que le traitement de ces déchets est au cœur du débat public, et que des perspectives d’augmentation notable des quantités de déchets sont bien identifiées dans le CDT.

Le Projet N° 51 évoque spécifiquement le projet de l’usine à mettre en place sur le territoire de Romainville et souligne la nécessité d’un travail exemplaire de réduction des déchets à la source et la mise en oeuvre d’une collecte séparative ; cependant aucune action, aucun projet n’est inscrit dans le programme d’Est Ensemble pour donner des échéances et mesurer la portée de ces intentions.

Le Projet N° 63 , pour l’Ecoquartier de la gare de Pantin évoque « L’efficacité énergétique (mutualisation des infrastructures notamment) et environnementale (basée sur les émissions de GES, la production de déchets nucléaires et la création de nuisances/pollutions autres) »

Il est utile de préciser ce qui est inclus dans les « déchets nucléaires »

 

Espaces naturels

L’état initial de l’environnement précise que ce territoire se caractérise par une densité de végétation notablement inférieure à celle du département ; la pression foncière forte ne doit pas avoir d’impact sur les zones Natura 2000 constituées par le parc Jean Moulin-les Guilands et le parc des Beaumonts ; Il est par contre nécessaire d’améliorer une trame verte déficiente, en substituant, par exemple, un espace naturel exemplaire en petite couronne à une base de loisirs inutile et destructrice sur la Corniche des Forts.

La lutte contre l’étalement urbain et la reconstruction de la ville sur la ville doivent être mieux quantifiées en lien avec la protection des espaces naturels, agricoles et forestiers.

 

Patrimoine.

Le rapport environnemental souligne que sur notre territoire le patrimoine culturel et archéologique est bien identifié par l’action du Conseil général de Seine Saint Denis.

Il est aussi noté que «La connaissance du patrimoine reconnu à l’échelle nationale sur le territoire fait l’objet d’un partenariat fort entre la DRAC et le CG93 »

Le Projet N° 22 du CDT promet que la valorisation de la richesse historique et patrimoniale du territoire dans la métropole constitue une ambition forte.

Ce projet très vertueux ne donne cependant aucun élément chiffré sur les ambitions affichées ; de plus, dans la synthèse des enjeux exprimée dans le rapport environnemental, rien n’est précisé pour la protection et la valorisation du patrimoine : oubli ou désintérêt ?

 

Les thématiques exprimées dans ce projet doivent être prises en compte avec plus de précision par le CDT et se rapprocher des inventaires déjà réalisés par le CG93::

 

Paysages : parcs départementaux transversaux au périphérique et renforcés par la création du parc de la Corniche des Forts, Canal de l’Ourcq, traditions horticoles et maraîchères.

 

Patrimoine urbain historique

Patrimoine de la Mémoire

Patrimoine industriel

Patrimoine architectural et moderne (patrimoine public et para-public, lotissements pavillonnaires et grands ensembles « remarquables », quartiers pittoresques ou historiques)

Cette démarche sur cette valorisation du patrimoine, qui doit être volontariste, sera aussi exemplaire, par rapport à une approche souvent sommaire dans les CDT voisins.

 

Francis Redon »

L’avis de l’Association Romainvilloise de Défense de l’Environnement :

 

«  CONTRIBUTION DE L'ASSOCIATION ROMAINVILLOISE DE DÉFENSE DE L'ENVIRONNEMENT Å L'ENQUÊTE PUBLIQUE SUR LE CONTRAT DE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL D'EST-ENSEMBLE

 

Gestion des déchets

L'absence de politique concrète de diminution des déchets non valorisés est surprenante : l'enjeu n'est pas dans les moyens de traitement des ordures, mais dans la gestion des déchets en amont.

Est Ensemble n'impulse aucune politique de développement d'une collecte sélective des déchets fermentescibles. Aucune précision sur un inventaire des "gros producteurs de déchets alimentaires".

Pas de projet d'unité de compostage des déchets verts.

Pas de démarche pédagogique pour une politique d'information des habitants, qu'il s'agisse de développer le compostage à domicile ou d'améliorer le tri sélectif. Pourquoi ne pas prévoir des documents édités en plusieurs langues, reflétant ainsi la diversité de notre territoire ?

Par contre, le CDT entérine le projet de TMB-méthanisation, en maintenant le flou et la confusion avec la méthanisation écologique des déchets fermentescibles et des déchets verts. La méthanisation à partir des ordures ménagères résiduelles est contraire aux objectifs du Grenelle de l'environnement qui visent à la valorisation des déchets, au retour à la terre des fermentescibles et à la suppression des mises en décharge. Nul n'ignore à ce jour que les agriculteurs refusent le digestat issu du TMB et que la France est le seul pays d'Europe qui accepte d'envisager de polluer ses terres avec ce digestat toxique qui, en réalité, termine le plus souvent soit en décharge, soit en incinération.

L'actualité récente avec l'accident de Fos-sur-Mer, qui survient après tant d'autres (Varennes-Jarcy, la Corogne...) démontre à nouveau la dangerosité de ces installations. Rappelons que le Tribunal administratif de Montreuil a annulé l'autorisation d'exploiter délivrée par la Préfecture en s'appuyant sur 6 motifs jugés recevables, dont plusieurs portent sur des éléments de fonds liés à la sécurité.

Comment nos élus peuvent-ils envisager de faire courir de tels risques à la population, car si ce projet aboutit, ce serait la première fois que l'on implanterait une telle usine à 50 mètres des habitations ?

La communauté d'agglomérations d'Est-Ensemble aura-t-elle été une intercommunalité éphémère qui ne nous laisserait en héritage qu'une usine TMB ?

Rappelons que cette usine devrait nous coûter 450 millions d'euros, et que le coût du traitement des ordures par le TMB revient à plus de 100 euros la tonne, et qu'il faudra y ajouter le prix de l'incinération du digestat, soit à nouveau 100 euros la tonne !

Le compostage des bio-déchets coûte moins de 60 euros la tonne et ne nécessite pas la construction d'une usine mégalomaniaque, une simple plate-forme de compostage suffisant à produire un compost de qualité.

La démarche ambitieuse de développement durable est de réduire la poubelle des ordures résiduelles en augmentant la quantité des déchets triés (et donc valorisables) par le citoyen.

Quant à l'extension de la collecte par pneumatique de Romainville, c'est une absurdité tant

écologique qu'économique. L'étude réalisée par Est-Ensemble sur les paramètres d'exploitation 2012 l'a bien démontré, ce procédé très onéreux à mettre en oeuvre décourage le tri sélectif, multiplie les dépôts sauvages, et ce, pour un coût d'utilisation trois fois supérieur à celui de la collecte traditionnelle.

 

Signalons que nous n'avons pas trouvé de projet visant à la réduction des dépenses de fonctionnement de l'intercommunalité et qu'un flou artistique entoure le financement des différents projets ! »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:30

CDT-enq-publique-15nov13.JPG

 

Vendredi 15 novembre, c’était le dernier jour de l’enquête publique, très confidentielle du CDT (contrat de développement territorial)* d’Est Ensemble.

CDT-avis-BE-15nov13.JPG

Voici le texte que j’ai écrit, au nom de l’association Bagnolet Écologie, sur le registre de l’enquête publique :

« En l’état, ce CDT n’est qu’une compilation hétéroclite de projets portés par les différent(e)s maires de l’agglo. Ces projets sont plus ou moins partagés (plutôt moins que plus). On n’y voit ni concertation avec les habitants et les associations, ni plan d’ensemble, ni vision communautaire.

Si l’on peut comprendre la volonté d’Est Ensemble d’exister face à d’autres territoires qui ont aussi des CDT, on ne peut valablement engager l’avenir de cette façon.

En l’état et tout en étant partisane de l’existence d’Est Ensemble**, l’association Bagnolet Écologie ne peut qu’émettre un avis défavorable. »

Pierre Mathon 

* « Contrats de développement territorial (CDT) - Mode d'emploi

Promulguée le 3 juin 2010, la loi relative au Grand Paris porte la vision du projet de développement et d’aménagement de la métropole francilienne. Pour permettre au nouveau réseau de transports et à ses gares de produire pleinement les effets de développement attendus, ils doivent être accompagnés d’une politique d’aménagement de l’espace pensée à l’échelle de la région, avec des territoires ciblés pour leur potentiel économique.

Les contrats de développement territorial (CDT) interviennent à ce niveau et constituent ainsi le deuxième pilier du Grand Paris : la dynamique créée par l’arrivée du projet de transports est ainsi portée par un projet de développement spécifique, élaboré avec les collectivités locales et l’Etat.

Le CDT est un outil de planification et de programmation dont le contenu est précisé par le décret du 24 juin 2011, prévu à l’article 21 de la loi relative au Grand Paris. Les CDT sont la déclinaison locale des objectifs de mise en œuvre du Grand Paris en matière d’urbanisme, de transports, de déplacements, de lutte contre l’exclusion sociale, de développement économique, sportif et culturel, de protection des espaces agricoles et forestiers et des paysages. En matière de logement, la loi relative au Grand Paris a inscrit l’objectif de construire 70 000 logements par an. Le CDT est l’outil de territorialisation de cette ambition.

À ce jour, 10 territoires de projet ont été identifiés sur lesquels 21 CDT sont en cours de négociation entre les collectivités territoriales et l’État, notamment dans le cadre des comités de pilotage. (Dernière « mise à jour » : 12 CDT sont aujourd’hui validés dont celui d’est Ensemble et 2 ont été signés après enquête publique. Ndlr)

Dans le même temps, des études préparatoires sont menées en matière d’urbanisme, de développement économique et de soutenabilité environnementale. De nombreux architectes œuvrent sur les territoires pour proposer une ambition urbaniste.

CDT : quelles modalités de conclusion ?

Les contrats sont établis entre l’État et les communes ou leurs groupements (EPCI),à l’initiative de l’une ou l’autre de ces parties. Ils concernent le territoire d’au moins deux communes, d’un seul tenant et sans enclave. Sauf indication spécifique, ils portent sur une durée de quinze ans.

La région et les départements territorialement concernés peuvent également, à leur demande, être signataires des CDT.

L’article 21 de la loi du 3 juin 2010 désigne le Préfet de région comme l’autorité signataire des CDT représentant l’État. Les communes et EPIC concernés se situent sur le territoire du projet de réseau de transport public ou dans l’un des grands territoires stratégiques, ou sont attenants à des communes répondant à ces critères.

Leur élaboration s’inscrit dans un calendrier défini par la loi. La décision d’ouverture de mise en enquête publique intervient au plus tard le 31 décembre 2013

Le comité de pilotage, dont le Préfet de région fixe par arrêté la composition et les modalités de fonctionnement, valide préalablement le projet de CDT, au plus tard 4 mois avant la décision d’ouverture d’enquête publique (3 mois pour Paris-Saclay).Chaque CDT fait l’objet d’une évaluation environnementale qui concerne aussi, le cas échéant, la mise en compatibilité des documents de planification et d’urbanisme. Le conseil régional d’Ile-de-France, les conseils généraux concernés, l’association des Maires d’Ile-de-France, Paris Métropole, l’Atelier internationale du Grand Paris ainsi que l’autorité environnementale sont consultés pour avis.

Le projet de CDT est adopté par le comité de pilotage dans les 3 mois suivant la remise du rapport d’enquête publique par le commissaire-enquêteur. Le CDT est ensuite signé par le Préfet de région et les représentants des communes concernées dans un délai de 3 mois. L’avis de signature et le CDT sont alors rendus publics.

Le CDT peut être révisé, dans des conditions similaires à celles de son élaboration, ou modifié par un avenant dans un délai de 3 mois après son adoption par le comité de pilotage. En cas de résiliation ou de retrait d’une des parties, un avenant est établi pour en préciser les conditions financières. »

 

** Rappelons que les communautés d’agglomération comme Est Ensemble et Plaine Commune sont destinées à disparaître dans les prochaines années au profit d’un gigantesque intercommunalité, le Grand Paris Métropole.

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 20:16

EST-ENSEMBLE carte9

 

La tribune des élus EELV des Lilas à paraître dans le bulletin municipal des Lilas sur le Grand Paris et la suppression annoncée d’Est Ensemble :

 

« La croissance démocratique est nécessaire

Le nouveau projet de loi de réforme territoriale ne décentralise plus.
Pour ne pas supprimer les départements qui ne représentent plus un échelon pertinent en zone urbaine dense, il propose la suppression des intercommunalités comme Est Ensemble dont fait partie Les Lilas, une dynamique pourtant déjà à l'œuvre dans le domaine de l'habitat, du climat et de l'énergie, des Contrats de Développement Territorial avec l’Etat...

Il concentre les pouvoirs de développement entre les mains de la Métropole du Grand Paris, qui capterait les ressources financières et fiscales des territoires et « pourrait » déléguer à des conseils de territoire une partie de ses pouvoirs et de ses ressources... Cela ouvre la voie à bien des marchandages et annonce un retour des accords entre partis plutôt qu'entre territoires, oubliant les minorités... et bien sûr la participation des populations.

Quant aux communes, elles voient la place des seuls maires reconnue, et pèseront bien peu (1/200e) dans le dispositif de gouvernance envisagé.

Nous revendiquons au contraire des communes, intercommunalités et régions renforcées, élues au suffrage universel direct avec une part de proportionnelle, accompagnées de processus participatifs et de conseils de développement.

C'est à ces conditions qu'une métropole pourrait être créée pour organiser la complémentarité et l’équité plutôt que la concurrence, par une péréquation financière re-distributive corrigeant les inégalités qui fracturent nos territoires. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 20:07

logo_ca-plaine-commune-st-denis.jpg

 

Ci-dessous, en avant première l'expression politique de Europe Écologie Les Verts Plaine commune, qui sortira semaine prochaine dans le journal EN COMMUN de la communauté d'agglomération de PLAINE COMMUNE :

 

« NON, À LA MORT PROGRAMMEE DE PLAINE COMMUNE

Sur injonction gouvernementale, les seuls députés socialistes ont voté en juillet (première lecture), la création de la Métropole du Grand Paris pour 2016, qui regroupera Paris et les départements limitrophes : 92, 93, 94. Elle aura en charge l'habitat, l’environnement et l’aménagement. Les intercommunalités existantes (comme Plaine commune) seront supprimées. Notre Vice-Président à l’Ecologie urbaine et Maire de L’Ile-Saint-Denis a qualifié ce fait de : « Round Up administratif ». Nous sommes opposés à ce projet de loi : 

1- dénonçons l’absence de toute concertation-consultation avec élus et populations concernés ; 

2- casserait une dynamique originale de construction métropolitaine coopérative, privant les territoires de leur singularité et de leur identité ; 

3- ne permettrait pas une gestion de la quotidienneté et la mise en œuvre d’un développement durable des territoires (urbanité sobre, citoyenneté active, circuits-courts, faible empreinte écologique) ; 

4- affaiblirait la représentation des villes, plus particulièrement celles de moins de 30 000 habitants : L’Ile-Saint-Denis, Pierrefitte, Villetaneuse n’auraient qu’un seul représentant. Quant à la biodiversité politique n’en parlons pas… 


Sommes-nous opposés à toute forme de métropolisation ? Certes non. Mais voulons une métropolisation ascendante, qui s’élabore collectivement dans le respect des identités des territoires, permettant d’organiser une métropole composée de bassins de vie de 300 000 à 500 000 habitants (polycentrisme) afin de favoriser un cadre et une qualité de vie durables… loin de la réforme technocratique, imposée à la hussarde qui souhaite créer une super métropole au TOP 10 au niveau mondial, ajoutant au passage une nouvelle couche au millefeuille administratif : communes-départements-métropole-région. Une autre métropolisation est possible. Nous prendrons des initiatives et en appelons à la mobilisation de tous pour que l’Assemblée nationale n’adopte pas à l’automne cette loi préjudiciable.


Dominique Carré

Président du Groupe EELV, socialistes unitaires et citoyens »

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 17:53

EST-ENSEMBLE carte9

 

Le conseil municipal du 27 juin a décidé de donner un avis favorable au contrat de Développement territorial (CDT) élaboré de manière technocratique entre l’intercommunalité et les services de l’État.

 

Même si nous sommes pour une approche intercommunale (mais une vraie, pas l’addition des projets particuliers des maires de l’agglomération) et si nous pouvons comprendre la volonté d’Est Ensemble de ne pas passer à côté d’aides de l’Etat et d’obtenir comme les autres agglomérations un CDT, encore faut-il que son contenu soit débattu par les citoyens (ceux de Bagnolet et ceux des autres communes, également tenus à l’écart) !

Nous reviendrons sur ce projet de CDT d’Est Ensemble et sur ce qu’il risque d’advenir de l’agglomération Est Ensemble avec la création annoncée de Paris-Métropole.

En attendant, nous publions ci-dessous le texte de l’association « Citoyenneté en actes à Bagnolet » sur son site, le 23 juillet 2013, qui exige à juste titre qu’avant toute décision, non programmée lors d’élection et impactant notre avenir, les élus, avant de voter, demandent l’avis des premiers concernés que sont les habitants de Bagnolet et des autres communes de la Communauté d’agglomération Est Ensemble.

 

« 

cit-en-actes-cdt.png

 Quand Bagnolet avec Est Ensemble bafouent la démocratie réelle

Lors du conseil municipal du 27 juin 2013, le maire actuel, Marc Everbecq, a refusé de donner la parole à notre association. Nous avons publiée le 15 juillet sur notre site, la première partie de notre intervention concernant le projet de rénovation urbaine et les modifications du PLU.

Nous publions aujourd’hui la deuxième partie de notre intervention portant sur la délibération n°12 que nous n’avons pas peur de qualifier de délibération scélérate tant elle piétine tous les principes démocratiques.

Nous exposons ici les motifs de notre demande de rejeter la délibération N°12 dont l’objet est le suivant : « Donner un avis sur le projet de Contrat de Développement Territorial (dénomméCDT) et confier à la Communauté d’agglomération Est Ensemble le soin de conduire l’enquête publique relative au Contrat de Développement Territorial contrat dénommé par l’agglo « la Fabrique du Grand Paris ».

Dans cette délibération N°12, nous apprenons :

> Que la communauté d’agglomération et les 9 villes d’Est Ensemble ont engagé l’élaboration de ce contrat en fin d’année 2012 !!

> Que ce contrat signé avec l’État vise à inscrire le territoire - dont Bagnolet – dans la dynamique du Nouveau Grand Paris pour renforcer sa place dans la concurrence internationale des grandes villes

> Que l’agglo, avec « ce contrat de plus de 60 projets présentés par autant de fiches actions », veut participer à la fabrique d’une métropole compétitive grâce à une approche renouvelée de développement métropolitain ».

Que «Est Ensemble apporte au Grand Paris un formidable potentiel foncier et des projets ambitieux…».  Que le contenu réglementaire du Contrat «définit les objectifs et priorités dans les domaines du développement économique, du logement et du transport en termes quantitatifs et qualitatifs »   

> Que «une fois validé par le Comité de pilotage ce contrat sera soumis à l’avis de la Région, du Conseil Général, à l’association des Maires d’Ile de France, à l’atelier International du Grand Paris ainsi qu’à l’autorité Environnementale ».

POURQUOI LA POPULATION DE BAGNOLET N’A JAMAIS ÉTÉ INFORMÉE ET CONCERTÉE SUR CES PROJETS ? MÊME NOS ÉLUS N’AURAIENT PAS ÉTÉ CONSULTÉS ?!

Ces projets auraient été élaborés par une poignée d’élus siégeant à la Communauté d’agglomération en dehors de toute concertation ni même d’information avec les populations concernées !!!

Ni le bureau municipal, ni le conseil municipal, majorité comme opposition, ne connaissent quels sont les projets concernés pour Bagnolet parmi les « plus de 60 projets » annoncés dans la délibération N°12 par le Conseil Est Ensemble.

Nous refusons que ceux qui gouvernent Est Ensemble (le Président avec les vices président et maires des 9 communes) pratiquent une démarche  que nous dénonçons à Bagnolet : celle de décider, à huis clos, d’aménagements urbains qui impacteront pour le long terme  notre vie et celles des 9 communes de l’agglomération!

 

La démocratie ne doit pas être qu’un simple mot. Il est temps, pour tous les élus des «partis constitués» d’apprendre la démocratie. Nous voulons des projets de rénovation urbaine élaborés avec les habitants et pas contre eux. Nous voulons une maitrise citoyenne des projets.
C’est pourquoi nous voulions appeler les élus, soit de ne pas prendre part au vote, soit de voter non à la délibération N°12 qui demandait au conseil municipal :
Article 1 :« émettre un avis positif sur les projets de Contrat de Développement Territorial et d’évaluation environnementale présentés, approuvés par le comité de pilotage du CDT Est Ensemble, la Fabrique du Grand Paris. »
Article 2 et 3 : « AUTORISE le Président de la Communauté d’Agglo Est Ensemble à diligenter l’organisation de ladite enquête publique pour le compte du Préfet de Région Ile-de France et des collectivités signataires du CDT ».

 

Nous exigeons qu’avant toute décision, non programmée lors d’élection et impactant l’avenir de la commune, les élus, avant de voter, demandent l’avis des premiers concernés que sont les habitants, cela doit être pour Bagnolet comme pour la Communauté de Communes Est Ensemble, centre de décision bien loin  des citoyens !!!

 

Nous regrettons le vote massif de cette délibération. Seuls 5 élus de la majorité et 1 de l’opposition se sont abstenus. » »

Pierre Mathon

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 21:26

logo-est-ensemble

 

Le Codev « conseil de développement » d’Est Ensemble (http://www.est-ensemble.fr/conseil-de-developpement) vient de rédiger un avis sur le plan climat qui est en cours d’élaboration par la communauté d’agglomération :

Climate-flag 70x100 low-res

http://www.est-ensemble.fr/contribution-du-conseil-de-developpement-sur-le-plan-energie-climat-territorial.

L’occasion de parler de ce très confidentiel organisme consultatif censé représenter la société civile de notre agglomération de 400 000 habitants et de ses 9 communes (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré St-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville).

EST-ENSEMBLE carte9

Dans les faits, le poids des différents maires est tel dans la composition du CODEV, que l’on ne peut plus parler de représentation de la « société civile ».

Ainsi les désignations à Bagnolet illustrent le mécanisme à l’œuvre dans la composition, qui est tout sauf démocratique, du Codev : le maire a en effet désigné – dans la plus grande discrétion - comme « représentante des habitants » Isabel Sanchez, qui ne représente qu’elle-même (il est vrai que c’était la seule personne à le soutenir lors du cirque Campana-Eleb en 2008, ceci expliquant vraisemblablement cela). Le maire a également désigné une personnalité qualifiée : Abdelkrim Karmaoui dont la principale qualité est d’être un militant du parti de gauche.

La composition du CODEV est confidentielle, ce qui, pour des personnes, censées nous représenter (et qui sont donc des personnes publiques !), est pour le moins curieux. À noter que le présent article est une des rares occasions, voire la seule (!) où ces Bagnoletais sortent de l’anonymat.

Autre exemple, sur Bobigny, René Santraine, ancien prêtre, compagnon de route du PC, a été désigné comme « personnalité qualifiée » par la maire PC de la commune. Il s’exprime ainsi sur le site d’Est Ensemble :
« J’ai accepté de faire partie du CODEV parce que cela m’a été demandé par la Maire de Bobigny. Habitant Bobigny depuis bientôt 50 ans, ancien conseiller régional d’Ile de France (au groupe PC. Ndlr), je pensais que mes découvertes et recherches pouvaient être utiles à l’Agglo Est Ensemble qui venait de naître.

C’est un beau défi à relever que des hommes et des femmes de sensibilités et choix différents se mettent au service d’habitants d’origines et aspirations différents et vivant et travaillant sur 9 communes différentes de l’Est parisien.
J’ai choisi la commission « Habitat » du Codev : c’est certainement une des questions les plus importantes et aigües de nos communes. L’élaboration et la mise en application du Programme Local de l’Habitat (PLH) pour Est Ensemble ne sera pas facile mais elles pourraient être un signe fort de la vitalité et de la réussite de la Communauté d’agglomération
».

Soulignons que l’influence des maires sur la désignation des membres du CODEV ne s’est pas limitée aux seules villes de Bagnolet et de Bobigny, ni aux seules personnes qu’ils nommaient directement.

Si l’on ajoute la désignation au deuxième degré des élus qui siègent au conseil communautaire, et le constat que l’agglomération fonctionne surtout comme un agglomérat des desiderata des maires, sans vision intercommunale, on comprend mieux le désintérêt des citoyens pour l’intercommunalité.

Précisons que les personnes citées ne sont pas en cause en tant que telles, mais que nous questionnons leur mode de désignation qui nuit à la représentativité du CODEV.

Précisons également que cela n’enlève rien à son travail (certes « en chambre » …) sur le plan-climat de l’agglo.

Pierre Mathon

 

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 11:15

remboursez.jpg

 

Le maire de Bagnolet vient de reconnaître ( ce 26 mai) sur Facebook qu’il a boycotté les réunions d’Est Ensemble pendant un an* : concrètement cela signifie qu’il a touché son indemnité de vice-président pendant 12 mois sans mettre les pieds à l’interco.

Les citoyens sont donc en droit de lui demander la restitution des sommes correspondantes, indûment perçues.

Pierre Mathon 

Marc Everbecq, en réponse à Jean-Philippe Carlin : «  vous prétendez que les élus de Bagnolet ne sont jamais à l'agglo or c'est faux. Tout d'abord, je tiens à signaler que pendant un an j'ai délibéremment boycotté l'agglo pour dénoncer son fonctionnement technocratique qui dépossédait les élus de leur responsabilités. »

 

Ce sur quoi Marie Laure-Brossier constate (à juste titre) : « donc vous avez boycotté EST ENSEMBLE pendant un an, en revanche vous n'avez pas boycotté la rémunération correspondante... si mes infos sont correcte = 2000 euros/mois. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 08:28

Arivem 2juin12-6

 

Ce 16 mai 2013, après presque trois ans de procédure, la Cour d'appel de Paris a prononcé la relaxe dans l'affaire qui opposait mon ami Patrick Lascoux (en photo ci-dessus au cours de la manifestation du 2 juin 2012 contre l'usine de TMB-méthanisation prévue à Romainville) élu écologiste de Noisy-le-Sec à un syndicat de défense des policiers municipaux et à l'ancien responsable de la police municipale noiséenne.

Patrick était accusé d’injures envers un fonctionnaire parce qu’il avait évoqué au cours d’un conseil municipal, le 27 mai 2010, d’éventuelles bavures en cas de contrôle.

Il accueille cette décision avec joie et soulagement, « elle souligne le droit d'un élu à exprimer son opinion notamment sur la question de la nature des missions et de l'armement confiés aux policiers municipaux. Elle sanctionne aussi la tentation de certains élus à utiliser la justice comme un instrument de censure dans le débat politique ».

Il adresse « un grand merci à tous ceux qui (l') ont soutenu tout au long de cette épreuve ».

 


Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 17:37

guitel 011

Le Parisien a publié ce lundi 29 octobre, un article sur le devenir de l’ancienne usine Guitel.

Guitel1920.jpg

L’usine-rue Guitel constitue, au Pré-saint-Gervais, à deux pas de Pantin, un patrimoine industriel unique dont la préservation et la transformation, sont un des enjeux urbains majeurs de notre agglomération. Le premier projet était très destructeur et il faut reconnaître que, grâce à l’action de l’association « Un avenir pour Guitel », le projet, toujours confié à Nexity par la mairie du Pré-Saint-Gervais, a plutôt évolué en moins mal par rapport à la première version, heureusement abandonnée.

Concernant ce nouveau projet « Au cœur d’un éco-quartier » comme l’affirme la « réclame », on peut sourire de cet abus de langage : n’est pas éco-quartier qui veut...

Il est surtout clair que l’on était en droit d’attendre une meilleure préservation du patrimoine.

On peut également regretter qu’aucune démarche intercommunale n’ait été entreprise pour réaliser un aménagement ambitieux au niveau patrimonial et culturel dans un lieu qui s’y prêtait superbement !

Notons quand même que la pression des Gervaisiens pour un équipement culturel n’a pas été sans effet puisqu’il est envisagé une réalisation en centre ville.

 

Pierre Mathon

 guitel 001

Voici l’article du Parisien du 29 octobre 2012 au titre très élogieux et éco-marketing :

« L’usine Guitel au cœur d’un écoquartier

La construction des logements sur le site de l’ancienne usine Guitel, au Pré-Saint-Gervais, va débuter. Un projet qui préserve le passé industriel du site et l’agrémente d’espaces verts.

Sept ans après le lancement du projet et l’abandon de sa version initiale, la transformation de l’usine Guitel du Pré-Saint Gervais qui s’étend sur 10000 m2 (3% du territoire de la ville) entame sa dernière ligne droite : le site va devenir un écoquartier verdoyant qui préservera « l’esprit Guitel », selon les mots du maire, Gérard Cosme (PS).

Sur les 3 000 m2 de la partie est, 137 habitations seront construites, dont 36 % de logements sociaux. Depuis la rentrée, 95 logements ont déjà trouvé acquéreur. Un quota qui permet de commencer les travaux d’ici à la fin de l’année, en vue d’une livraison prévue pour 2015. « Nous créons du loft social qui permet de ne pas stigmatiser un type d’habitat à un segment de la population », explique Gérard Cosme.

Priorité aux nouveaux modes de transport

Les volumes de l’usine seront préservés, créant des duplex au troisième et dernier niveau, ainsi que les façades et toits en trémies. Un bâtiment moderne sera construit à l’emplacement du tronçon de l’usine le plus dégradé. Une allée sera percée afin de desservir un espace vert, à l’arrière de l’usine où seront construits de petits pavillons aux toitures végétalisées. L’ensemble du site sera labellisé BBC (bâtiments basse consommation) et s’inscrit dans un projet plus vaste d’écoquartier qui s’étendra de Stalingrad à l’église du Pré-Saint-Gervais. Priorité sera donnée aux nouveaux modes de transport tels que voitures électriques et vélos. Plus insolite, des douches seront créées pour les futurs écosalariés qui souhaiteraient se rafraîchir.

En revanche, les 7 000 m2 de l’aile activités n’ont pas encore attiré d’entreprises. Le promoteur Nexity a deux ans pour en trouver et « maintenir un tissu économique dans cette ville afin qu’elle ne se transforme pas en cité-dortoir », tel que le souhaite Gérard Cosme. Et, côté culture, la ville est à l’initiative d’un nouveau projet qui verrait la création d’un espace dédié en plein centre-ville.

 

 ÉLÉONORE SOK-HAIKOVICH 

guitel 012 

Un témoin du passé industriel de la ville

L’essentiel des bâtiments de l’usine Guitel, de part et d’autre de la rue Carnot, a été édifié en 1917. Comme nombre de constructions industrielles de cette époque en Seine-Saint-Denis, elle s’inspire de la forme de la halle et utilise la brique. L’usine fournira d’abord des pièces pour l’aviation militaire avant de devenir la propriété, en 1947, de la manufacture de quincaillerie F. 

Guitel et Etienne Frères réunis, et de la société de construction métallique Mobilor. Ces deux sociétés fusionneront au début des années 1960 pour se spécialiser dans la fabrication de roulettes de chariot de supermarché.

L’usine, qui a employé jusqu’à 1600 ouvriers, cessera son activité en 2003. Elle est rachetée par la ville en 2004, qui la cède au promoteur Nexity en 2006. Le projet initial prévoyait de détruire l’édifice et de construire logements et bureaux en conservant uniquement la façade de l’îlot d’habitations. Des habitants le dénoncent, car il « ne va pas assez loin dans la conservation de la mémoire industrielle de la ville ». Réunis au sein de l’association Un avenir pour Guitel, ils déposent quatre recours devant le tribunal administratif contre ce projet, avant d’être déboutés en mars 2011. Pendant ce temps, l’usure et un incendie dégradent les bâtiments. Le projet est finalement revu pour mieux respecter ce patrimoine. Les vieilles briques vont pouvoir retrouver leur lustre.
 

E.S.-H. et V.M.-F.»

http://www.bagnoletenvert.com/article-pre-saint-gervais-est-ensemble-un-projet-intercommunal-pour-guitel-46410906.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article