Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 17:53

EST-ENSEMBLE carte9

 

Le conseil municipal du 27 juin a décidé de donner un avis favorable au contrat de Développement territorial (CDT) élaboré de manière technocratique entre l’intercommunalité et les services de l’État.

 

Même si nous sommes pour une approche intercommunale (mais une vraie, pas l’addition des projets particuliers des maires de l’agglomération) et si nous pouvons comprendre la volonté d’Est Ensemble de ne pas passer à côté d’aides de l’Etat et d’obtenir comme les autres agglomérations un CDT, encore faut-il que son contenu soit débattu par les citoyens (ceux de Bagnolet et ceux des autres communes, également tenus à l’écart) !

Nous reviendrons sur ce projet de CDT d’Est Ensemble et sur ce qu’il risque d’advenir de l’agglomération Est Ensemble avec la création annoncée de Paris-Métropole.

En attendant, nous publions ci-dessous le texte de l’association « Citoyenneté en actes à Bagnolet » sur son site, le 23 juillet 2013, qui exige à juste titre qu’avant toute décision, non programmée lors d’élection et impactant notre avenir, les élus, avant de voter, demandent l’avis des premiers concernés que sont les habitants de Bagnolet et des autres communes de la Communauté d’agglomération Est Ensemble.

 

« 

cit-en-actes-cdt.png

 Quand Bagnolet avec Est Ensemble bafouent la démocratie réelle

Lors du conseil municipal du 27 juin 2013, le maire actuel, Marc Everbecq, a refusé de donner la parole à notre association. Nous avons publiée le 15 juillet sur notre site, la première partie de notre intervention concernant le projet de rénovation urbaine et les modifications du PLU.

Nous publions aujourd’hui la deuxième partie de notre intervention portant sur la délibération n°12 que nous n’avons pas peur de qualifier de délibération scélérate tant elle piétine tous les principes démocratiques.

Nous exposons ici les motifs de notre demande de rejeter la délibération N°12 dont l’objet est le suivant : « Donner un avis sur le projet de Contrat de Développement Territorial (dénomméCDT) et confier à la Communauté d’agglomération Est Ensemble le soin de conduire l’enquête publique relative au Contrat de Développement Territorial contrat dénommé par l’agglo « la Fabrique du Grand Paris ».

Dans cette délibération N°12, nous apprenons :

> Que la communauté d’agglomération et les 9 villes d’Est Ensemble ont engagé l’élaboration de ce contrat en fin d’année 2012 !!

> Que ce contrat signé avec l’État vise à inscrire le territoire - dont Bagnolet – dans la dynamique du Nouveau Grand Paris pour renforcer sa place dans la concurrence internationale des grandes villes

> Que l’agglo, avec « ce contrat de plus de 60 projets présentés par autant de fiches actions », veut participer à la fabrique d’une métropole compétitive grâce à une approche renouvelée de développement métropolitain ».

Que «Est Ensemble apporte au Grand Paris un formidable potentiel foncier et des projets ambitieux…».  Que le contenu réglementaire du Contrat «définit les objectifs et priorités dans les domaines du développement économique, du logement et du transport en termes quantitatifs et qualitatifs »   

> Que «une fois validé par le Comité de pilotage ce contrat sera soumis à l’avis de la Région, du Conseil Général, à l’association des Maires d’Ile de France, à l’atelier International du Grand Paris ainsi qu’à l’autorité Environnementale ».

POURQUOI LA POPULATION DE BAGNOLET N’A JAMAIS ÉTÉ INFORMÉE ET CONCERTÉE SUR CES PROJETS ? MÊME NOS ÉLUS N’AURAIENT PAS ÉTÉ CONSULTÉS ?!

Ces projets auraient été élaborés par une poignée d’élus siégeant à la Communauté d’agglomération en dehors de toute concertation ni même d’information avec les populations concernées !!!

Ni le bureau municipal, ni le conseil municipal, majorité comme opposition, ne connaissent quels sont les projets concernés pour Bagnolet parmi les « plus de 60 projets » annoncés dans la délibération N°12 par le Conseil Est Ensemble.

Nous refusons que ceux qui gouvernent Est Ensemble (le Président avec les vices président et maires des 9 communes) pratiquent une démarche  que nous dénonçons à Bagnolet : celle de décider, à huis clos, d’aménagements urbains qui impacteront pour le long terme  notre vie et celles des 9 communes de l’agglomération!

 

La démocratie ne doit pas être qu’un simple mot. Il est temps, pour tous les élus des «partis constitués» d’apprendre la démocratie. Nous voulons des projets de rénovation urbaine élaborés avec les habitants et pas contre eux. Nous voulons une maitrise citoyenne des projets.
C’est pourquoi nous voulions appeler les élus, soit de ne pas prendre part au vote, soit de voter non à la délibération N°12 qui demandait au conseil municipal :
Article 1 :« émettre un avis positif sur les projets de Contrat de Développement Territorial et d’évaluation environnementale présentés, approuvés par le comité de pilotage du CDT Est Ensemble, la Fabrique du Grand Paris. »
Article 2 et 3 : « AUTORISE le Président de la Communauté d’Agglo Est Ensemble à diligenter l’organisation de ladite enquête publique pour le compte du Préfet de Région Ile-de France et des collectivités signataires du CDT ».

 

Nous exigeons qu’avant toute décision, non programmée lors d’élection et impactant l’avenir de la commune, les élus, avant de voter, demandent l’avis des premiers concernés que sont les habitants, cela doit être pour Bagnolet comme pour la Communauté de Communes Est Ensemble, centre de décision bien loin  des citoyens !!!

 

Nous regrettons le vote massif de cette délibération. Seuls 5 élus de la majorité et 1 de l’opposition se sont abstenus. » »

Pierre Mathon

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 21:26

logo-est-ensemble

 

Le Codev « conseil de développement » d’Est Ensemble (http://www.est-ensemble.fr/conseil-de-developpement) vient de rédiger un avis sur le plan climat qui est en cours d’élaboration par la communauté d’agglomération :

Climate-flag 70x100 low-res

http://www.est-ensemble.fr/contribution-du-conseil-de-developpement-sur-le-plan-energie-climat-territorial.

L’occasion de parler de ce très confidentiel organisme consultatif censé représenter la société civile de notre agglomération de 400 000 habitants et de ses 9 communes (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré St-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville).

EST-ENSEMBLE carte9

Dans les faits, le poids des différents maires est tel dans la composition du CODEV, que l’on ne peut plus parler de représentation de la « société civile ».

Ainsi les désignations à Bagnolet illustrent le mécanisme à l’œuvre dans la composition, qui est tout sauf démocratique, du Codev : le maire a en effet désigné – dans la plus grande discrétion - comme « représentante des habitants » Isabel Sanchez, qui ne représente qu’elle-même (il est vrai que c’était la seule personne à le soutenir lors du cirque Campana-Eleb en 2008, ceci expliquant vraisemblablement cela). Le maire a également désigné une personnalité qualifiée : Abdelkrim Karmaoui dont la principale qualité est d’être un militant du parti de gauche.

La composition du CODEV est confidentielle, ce qui, pour des personnes, censées nous représenter (et qui sont donc des personnes publiques !), est pour le moins curieux. À noter que le présent article est une des rares occasions, voire la seule (!) où ces Bagnoletais sortent de l’anonymat.

Autre exemple, sur Bobigny, René Santraine, ancien prêtre, compagnon de route du PC, a été désigné comme « personnalité qualifiée » par la maire PC de la commune. Il s’exprime ainsi sur le site d’Est Ensemble :
« J’ai accepté de faire partie du CODEV parce que cela m’a été demandé par la Maire de Bobigny. Habitant Bobigny depuis bientôt 50 ans, ancien conseiller régional d’Ile de France (au groupe PC. Ndlr), je pensais que mes découvertes et recherches pouvaient être utiles à l’Agglo Est Ensemble qui venait de naître.

C’est un beau défi à relever que des hommes et des femmes de sensibilités et choix différents se mettent au service d’habitants d’origines et aspirations différents et vivant et travaillant sur 9 communes différentes de l’Est parisien.
J’ai choisi la commission « Habitat » du Codev : c’est certainement une des questions les plus importantes et aigües de nos communes. L’élaboration et la mise en application du Programme Local de l’Habitat (PLH) pour Est Ensemble ne sera pas facile mais elles pourraient être un signe fort de la vitalité et de la réussite de la Communauté d’agglomération
».

Soulignons que l’influence des maires sur la désignation des membres du CODEV ne s’est pas limitée aux seules villes de Bagnolet et de Bobigny, ni aux seules personnes qu’ils nommaient directement.

Si l’on ajoute la désignation au deuxième degré des élus qui siègent au conseil communautaire, et le constat que l’agglomération fonctionne surtout comme un agglomérat des desiderata des maires, sans vision intercommunale, on comprend mieux le désintérêt des citoyens pour l’intercommunalité.

Précisons que les personnes citées ne sont pas en cause en tant que telles, mais que nous questionnons leur mode de désignation qui nuit à la représentativité du CODEV.

Précisons également que cela n’enlève rien à son travail (certes « en chambre » …) sur le plan-climat de l’agglo.

Pierre Mathon

 

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 11:15

remboursez.jpg

 

Le maire de Bagnolet vient de reconnaître ( ce 26 mai) sur Facebook qu’il a boycotté les réunions d’Est Ensemble pendant un an* : concrètement cela signifie qu’il a touché son indemnité de vice-président pendant 12 mois sans mettre les pieds à l’interco.

Les citoyens sont donc en droit de lui demander la restitution des sommes correspondantes, indûment perçues.

Pierre Mathon 

Marc Everbecq, en réponse à Jean-Philippe Carlin : «  vous prétendez que les élus de Bagnolet ne sont jamais à l'agglo or c'est faux. Tout d'abord, je tiens à signaler que pendant un an j'ai délibéremment boycotté l'agglo pour dénoncer son fonctionnement technocratique qui dépossédait les élus de leur responsabilités. »

 

Ce sur quoi Marie Laure-Brossier constate (à juste titre) : « donc vous avez boycotté EST ENSEMBLE pendant un an, en revanche vous n'avez pas boycotté la rémunération correspondante... si mes infos sont correcte = 2000 euros/mois. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 08:28

Arivem 2juin12-6

 

Ce 16 mai 2013, après presque trois ans de procédure, la Cour d'appel de Paris a prononcé la relaxe dans l'affaire qui opposait mon ami Patrick Lascoux (en photo ci-dessus au cours de la manifestation du 2 juin 2012 contre l'usine de TMB-méthanisation prévue à Romainville) élu écologiste de Noisy-le-Sec à un syndicat de défense des policiers municipaux et à l'ancien responsable de la police municipale noiséenne.

Patrick était accusé d’injures envers un fonctionnaire parce qu’il avait évoqué au cours d’un conseil municipal, le 27 mai 2010, d’éventuelles bavures en cas de contrôle.

Il accueille cette décision avec joie et soulagement, « elle souligne le droit d'un élu à exprimer son opinion notamment sur la question de la nature des missions et de l'armement confiés aux policiers municipaux. Elle sanctionne aussi la tentation de certains élus à utiliser la justice comme un instrument de censure dans le débat politique ».

Il adresse « un grand merci à tous ceux qui (l') ont soutenu tout au long de cette épreuve ».

 


Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 17:37

guitel 011

Le Parisien a publié ce lundi 29 octobre, un article sur le devenir de l’ancienne usine Guitel.

Guitel1920.jpg

L’usine-rue Guitel constitue, au Pré-saint-Gervais, à deux pas de Pantin, un patrimoine industriel unique dont la préservation et la transformation, sont un des enjeux urbains majeurs de notre agglomération. Le premier projet était très destructeur et il faut reconnaître que, grâce à l’action de l’association « Un avenir pour Guitel », le projet, toujours confié à Nexity par la mairie du Pré-Saint-Gervais, a plutôt évolué en moins mal par rapport à la première version, heureusement abandonnée.

Concernant ce nouveau projet « Au cœur d’un éco-quartier » comme l’affirme la « réclame », on peut sourire de cet abus de langage : n’est pas éco-quartier qui veut...

Il est surtout clair que l’on était en droit d’attendre une meilleure préservation du patrimoine.

On peut également regretter qu’aucune démarche intercommunale n’ait été entreprise pour réaliser un aménagement ambitieux au niveau patrimonial et culturel dans un lieu qui s’y prêtait superbement !

Notons quand même que la pression des Gervaisiens pour un équipement culturel n’a pas été sans effet puisqu’il est envisagé une réalisation en centre ville.

 

Pierre Mathon

 guitel 001

Voici l’article du Parisien du 29 octobre 2012 au titre très élogieux et éco-marketing :

« L’usine Guitel au cœur d’un écoquartier

La construction des logements sur le site de l’ancienne usine Guitel, au Pré-Saint-Gervais, va débuter. Un projet qui préserve le passé industriel du site et l’agrémente d’espaces verts.

Sept ans après le lancement du projet et l’abandon de sa version initiale, la transformation de l’usine Guitel du Pré-Saint Gervais qui s’étend sur 10000 m2 (3% du territoire de la ville) entame sa dernière ligne droite : le site va devenir un écoquartier verdoyant qui préservera « l’esprit Guitel », selon les mots du maire, Gérard Cosme (PS).

Sur les 3 000 m2 de la partie est, 137 habitations seront construites, dont 36 % de logements sociaux. Depuis la rentrée, 95 logements ont déjà trouvé acquéreur. Un quota qui permet de commencer les travaux d’ici à la fin de l’année, en vue d’une livraison prévue pour 2015. « Nous créons du loft social qui permet de ne pas stigmatiser un type d’habitat à un segment de la population », explique Gérard Cosme.

Priorité aux nouveaux modes de transport

Les volumes de l’usine seront préservés, créant des duplex au troisième et dernier niveau, ainsi que les façades et toits en trémies. Un bâtiment moderne sera construit à l’emplacement du tronçon de l’usine le plus dégradé. Une allée sera percée afin de desservir un espace vert, à l’arrière de l’usine où seront construits de petits pavillons aux toitures végétalisées. L’ensemble du site sera labellisé BBC (bâtiments basse consommation) et s’inscrit dans un projet plus vaste d’écoquartier qui s’étendra de Stalingrad à l’église du Pré-Saint-Gervais. Priorité sera donnée aux nouveaux modes de transport tels que voitures électriques et vélos. Plus insolite, des douches seront créées pour les futurs écosalariés qui souhaiteraient se rafraîchir.

En revanche, les 7 000 m2 de l’aile activités n’ont pas encore attiré d’entreprises. Le promoteur Nexity a deux ans pour en trouver et « maintenir un tissu économique dans cette ville afin qu’elle ne se transforme pas en cité-dortoir », tel que le souhaite Gérard Cosme. Et, côté culture, la ville est à l’initiative d’un nouveau projet qui verrait la création d’un espace dédié en plein centre-ville.

 

 ÉLÉONORE SOK-HAIKOVICH 

guitel 012 

Un témoin du passé industriel de la ville

L’essentiel des bâtiments de l’usine Guitel, de part et d’autre de la rue Carnot, a été édifié en 1917. Comme nombre de constructions industrielles de cette époque en Seine-Saint-Denis, elle s’inspire de la forme de la halle et utilise la brique. L’usine fournira d’abord des pièces pour l’aviation militaire avant de devenir la propriété, en 1947, de la manufacture de quincaillerie F. 

Guitel et Etienne Frères réunis, et de la société de construction métallique Mobilor. Ces deux sociétés fusionneront au début des années 1960 pour se spécialiser dans la fabrication de roulettes de chariot de supermarché.

L’usine, qui a employé jusqu’à 1600 ouvriers, cessera son activité en 2003. Elle est rachetée par la ville en 2004, qui la cède au promoteur Nexity en 2006. Le projet initial prévoyait de détruire l’édifice et de construire logements et bureaux en conservant uniquement la façade de l’îlot d’habitations. Des habitants le dénoncent, car il « ne va pas assez loin dans la conservation de la mémoire industrielle de la ville ». Réunis au sein de l’association Un avenir pour Guitel, ils déposent quatre recours devant le tribunal administratif contre ce projet, avant d’être déboutés en mars 2011. Pendant ce temps, l’usure et un incendie dégradent les bâtiments. Le projet est finalement revu pour mieux respecter ce patrimoine. Les vieilles briques vont pouvoir retrouver leur lustre.
 

E.S.-H. et V.M.-F.»

http://www.bagnoletenvert.com/article-pre-saint-gervais-est-ensemble-un-projet-intercommunal-pour-guitel-46410906.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 11:27

Noisy-le-Sec-usine-Engelhard-copie-1.jpg

Nos amis Verts Anne Déo et Patrick Lascoux, élus à Noisy-le-Sec, exercent leur vigilance Verte au sujet de la démolition de l’usine Allemand-Engelhard, classée Seveso et contenant de l’amiante, du cyanure et du plomb.

Photo LP/ST. L'usine, promise à la démolition, est bourrée d'amiante et de scyanure

Voici l’article, publié dans le Parisien du samedi 5 mai 2012, suivi du courrier adressé au maire de Noisy-le-Sec par les deux élus :

« NOISY-LE-SEC

La démolition de l’usine polluée inquiète élus et riverains

De l’extérieur, l’usine Engelhard n’attire pas l’attention. Elle est pourtant immense puisque son adresse, à Noisy-le-Sec, couvre pas moins de 14 numéros (du 39 au 53, rue de Paris). Mais depuis quelques jours, un panneau inquiète particulièrement les riverains, de l’autre côté de la rue. Il s’agit de sa future démolition. Or cet ancien site d’affinage de métaux précieux, classé Seveso jusqu’en 2001, contient de l’amiante, du cyanure, du plomb…
Jean-Louis habite l’immeuble juste en face de l’usine, depuis 1976. « Lorsqu’elle faisait des lingots d’or, il y avait des fumées nocives qui, en fonction du vent, se dirigeaient vers nos appartements, raconte-t-il. On a dû se battre pour obliger la direction à faire une cheminée plus haute afin que les fumées passent au-dessus de notre immeuble. Maintenant, ce sont les particules d’amiante qui nous inquiètent. Il faudra vraiment faire attention lors de la dépollution de l’usine. » Au total, il y a plus 33 000 m2 à traiter. La destruction du bâtiment entre dans le projet de réaménagement du site, la zone d’aménagement concerté (ZAC) de l’Ourcq, qui devrait permettre la création de 800 logements et d’une école.
Selon l’opposition écologiste, il y a un manque de transparence et d’information. « Personne n’est au courant de tous les produits toxiques contenus dans cette usine, s’insurge Anne Déo, conseillère municipale. Quand on sait que les premières habitations sont à moins de 10 m et qu’il y a trois écoles dans un rayon de 300 m, les riverains doivent être informés.

Un avis favorable sans réserve

L’élue affirme avoir écrit à la mairie, à Bertrand Kern, président d’Est Ensemble, chargé de l’aménagement du site, et au préfet. Sans résultat. « Le maire n’est pas propriétaire, mais il a donné un avis favorable sans réserve, lâche Patrick Lascoux, élu vert. Et pourquoi l’ancien propriétaire privé n’a-t-il pas eu l’obligation de dépolluer ? Résultat : on va utiliser de l’argent public. » Ce dernier redoute notamment des pollutions par infiltration dans la nappe phréatique et dans le canal de l’Ourcq de métaux lourds comme le cadmium, le nickel, le plomb…

Le maire, Laurent Rivoire (NC), rappelle que la ZAC de l’Ourcq a été lancée il y a sept ans et que de nombreuses réunions ont été organisées pour présenter le projet. Par ailleurs, « l’autorisation de démolition est donnée par le préfet, mais mes services ont transmis toutes les informations et les préconisations concernant les polluants présents dans l’usine », précise l’élu. L’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (Epfif), l’actuel propriétaire assure de son côté avoir entrepris les démarches nécessaires ». « L’ancien propriétaire a effectué certains travaux comme la protection de la nappe phréatique, la protection de la surface pour éviter la remontée des polluants…, rassure Gilles Bouvelot, directeur général de l’Epfif. Pour le reste de la dépollution, il a été compris dans le prix de vente. Chaque année, nous menons une quinzaine d’opérations de ce type en toute sécurité. Le désamiantage, par exemple, aura lieu dans la démolition pour éviter des particules dans l’air ». D’ici le début de la démolition, prévue à la rentrée de septembre, une réunion d’information devrait être organisée.
SÉBASTIEN THOMAS
 »

Voici le courrier, adressé par les élus Verts au maire de Noisy-le-Sec, il y a un mois :

« Projet de démolition de l'ancienne usine Comptoir Lyon Allemand-Engelhard.

 

Noisy-le-sec, le 7 avril 2012

 

Anne DEO et Patrick LASCOUX

Conseillers Municipaux Europe Ecologie Les Verts

 

À Monsieur Laurent RIVOIRE

Maire de Noisy-le-Sec

Monsieur le Maire,

Plusieurs habitants du Petit Noisy nous ont interpellés sur le projet de démolition de l’ancienne usine Comptoir Lyon Allemand-Engelhard.

Ce sont eux qui nous ont appris que vous aviez donné votre accord pour le démantèlement de cette ancienne usine d’affinage de métaux précieux.

 

Nous partageons leur inquiétude et leur colère.

 

En effet, vous avez pris cette décision seul, (sous le sceau du secret ?) sans en informer ni les élus de votre conseil, ni les Noiséens riverains de cette friche industrielle.

Aucune information sur le chantier de démolition programmé et aucune garantie sur la qualité et l’ampleur de la dépollution envisagée qui doit absolument aboutir à une absence totale de risques sanitaires et environnementaux

Aucune information non plus sur la durée prévisionnelle des travaux ni sur les conditions d’évacuation de ces déchets toxiques , questions qui préoccupent légitimement les riverains.

Aucune information enfin sur les projets à venir d’aménagement de ces 33 000 m2. entre le canal et la RN3.

Devons-nous vous rappeler, Monsieur le Maire, que le fonctionnement de cette usine a justifié pendant de nombreuses années que notre ville soit pointée comme exposée à des risques industriels majeurs(usine Seveso), que les habitants du 140 rue de Paris et du petit Noisy ont subi très longtemps les nuisances environnementales liées à son activité et que les sols et les murs de cette friche doivent regorger de substances dangereuses confinées (acides, cyanures, amiante…)

Devons-nous vous rappeler qu’une telle démolition sans étude sérieuse préalable garantissant le risque zéro, ne peut qu’exposer à la contamination :

-Le quartier et le canal

-Les ouvriers de l’entreprise chargée de la démolition

-Les locataires du 140 rue de Paris

-Les enfants de l’école maternelle Renoir située au cœur de la cité …

Devons-nous vous rappeler, Monsieur le Maire, que dans notre département, les hommes, les femmes et encore davantage les enfants subissent bien plus qu’ailleurs les choix irresponsables des décideurs économiques et politiques qui préfèrent le profit honteux à la santé des citoyens.

Devons-nous vous rappeler Monsieur le Maire, que les habitants du Petit Noisy ont déjà leur lot de pollutions en tous genres et qu’il faut que cela cesse !

En conséquence nous vous demandons solennellement

-de revenir sur votre décision,

-d’attendre a minima les conclusions de la commission préfectorale chargée de l’évaluation des risques et de les rendre publiques comme le préconisent les directives européennes sur l’environnement

-d’organiser très vite une information et une concertation dans le quartier, en confiant ce dossier à une commission pluraliste composée d’experts , d’élus et de citoyens riverains.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer Monsieur le Maire , nos salutations écologistes et citoyennes.

Anne DEO et Patrick Lascoux »

Pierre Mathon

  

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 23:20

Dhuys poubelle 31mars12-1

 


Notre commune connaît une situation inacceptable en matière de ramassage (ou plus exactement de non-ramassage) des encombrants.

Dhuys poubelle 31mars12-2

Dhuys poubelle incendie 3avril12-2

De nombreuses réclamations ont été faites par les habitants et l’association BAGNOLET ÉCOLOGIE, l’ÉCOLOGIE À BAGNOLET »

Voici le courrier que l’association vient d’écrire à Bertrand Kern, président d’Est Ensemble, avec copies à Alain Monteagle, vice président d’Est Ensemble délégué à la gestion des déchets et à Marc Everbecq, maire de Bagnolet.

 

Dhuys poubelle incendie 3avril12-4« Bagnolet, le 3 avril 2012

Monsieur le Président,

Nous portons à votre connaissance une situation inacceptable en matière de collecte des déchets qui concerne Bagnolet, et tout particulièrement le quartier de la Dhuys. De nombreux habitants ont interpellé notre association car ils n’avaient pas obtenu de réponse de la part des pouvoirs publics ou pour certains des promesses qui n’ont pas été tenues.

Depuis plusieurs semaines se sont accumulés des encombrants, des dépôts sauvages et des déchets verts  à tel point que, par endroit, le trottoir n’est plus accessible aux piétons et tout particulièrement aux enfants sur le chemin de l’école.

De nombreux Bagnoletais ont appelé le numéro vert « déchets », d’autres, également nombreux (dont moi) n’ont pas pu y accéder faute de ligne. Ne pouvant accéder au numéro « déchets », j’ai tenté l’accueil de l’agglo par son numéro général. Là aussi, un disque m’a invité à renouveler mon appel. J’ai dû « ruser » pour obtenir un correspondant.

J’ai pu, au bout d’un long moment, parler avec un agent d’accueil (les responsables de la direction des déchets n’étaient pas présents) qui m’a confirmé qu’il connaissait le problème mais que les moyens matériels n’étaient pas suffisants pour y faire face. Il m’a précisé qu’Est Ensemble avait reçu une cinquantaine d’appels à ce sujet. Cette personne (certes de bonne volonté mais sans pouvoir), m’a assurée que la situation serait réglée vendredi, soit dans trois jours). D’autres personnes ont reçu comme explication à ce dysfonctionnement : l’immobilisation de la flotte des véhicules retenus tous ensemble pour le contrôle technique. Ce n’est pas recevable.

Je vous informe également que j’ai souhaité adresser un courriel pour confirmer les termes de l’entretien téléphonique que je venais d’avoir. Là encore, échec ! Au moment de l’envoyer, après l’avoir rédigé, on m’a signalé qu’il était impossible de l’acheminer et que je devais contacter l’administrateur du site !

Avouez que cela fait beaucoup !

Dhuys poubelle incendie 3avril12-9

Je vous informe encore que deux  de ces dépôts sauvages et encombrants ont été incendiés dans la nuit de dimanche à lundi rue Louis-David (aux deux extrémités de la rue).

Dhuys poubelle incendie 3avril12-10

Je vous informe encore que la rue Louis-David contient dans son sous-sol une canalisation de gaz à très haute pression  (installation classée très sensible signalée par des bornes jaunes).  Par ailleurs, les dépôts sont souvent placés sur les trottoirs contre les compteurs de gaz des habitations, ce qui présente à l’évidence un véritable danger en cas d’incendie.

Est Ensemble est opérationnelle dans le domaine des déchets depuis plus d’un an et il est donc incompréhensible qu’une telle situation puisse se produire. Le temps de l’installation, de la récupération des moyens est derrière nous.

Nous vous demandons d’intervenir dans les meilleurs délais en considérant l’état de ce quartier comme absolument prioritaire.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président l’expression de nos salutations associatives.

La secrétaire, Hélène ZANIER »

 

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 23:31

Bondy-pavillon-Bressy-2.jpg

L'association Bondy Ecologie a lancé une pétition pour obtenir la préservation du pavillon Bressy au regard de son intérêt architectural et historique.

Bondy-pavillon-Bressy-1.jpg

Le pavillon et son atelier, situés 129-131 rue Edouard Vaillant, œuvre de l’architecte Max Bressy, sont un des derniers témoignages de l’artisanat développé à Bondy au 20ème siècle (de 1930 à 1994).

Ils sont menacés de destruction pour réaliser une nouvelle route qui donnerait un accès direct à la rue Martin Luther King et construire un nouveau bâtiment.

http://www.bondyecologie.blogspot.fr/search?updated-max=2012-02-13T00:14:00-08:00&max-results=7

Nous soutenons le combat de l’association Bondy Écologie pour que cette maison soit conservée et classée au patrimoine remarquable de la commune de Bondy.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 16:27

EST-ENSEMBLE carte9

Pour information, voici le dossier de presse sur la détermination des équipements et des actions « d’intérêt communautaire », décidés par le conseil communautaire d’Est Ensemble lors de sa réunion du 13 décembre. 

http://www.bagnoletenvert.com/article-est-ensemble-les-competences-sont-transferees-a-l-insu-des-citoyens-93203298.html

L’intérêt communautaire est une clé de répartition dans l’exercice des compétences : il permet de savoir « qui fait quoi » entre la communauté d’agglomération et les villes membres (Pour rappel : Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville).

Cela revient à distinguer, dans une compétence donnée, les actions et équipements qui continueront à relever du niveau communal, de ceux qui par leur seront gérés par l’Agglomération.

http://www.est-ensemble-concertation.fr/doc/actu_26_3.pdf

Nous commenterons ces décisions ultérieurement.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:39

EE 13déc11-1

Sous le titre réducteur « L’agglo veut apprendre à nager à tous les enfants », un article du Parisien de ce samedi 17 décembre nous informe à grands traits des compétences qui viennent d’être transférées, des 9 communes (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville) vers l’agglomération Est Ensemble.

Photo de la réunion du conseil communautaire d'Est Ensemble du 13 décembre consacrée au transfert des compétences

« La communauté d’agglomération Est ensemble devrait devenir très concrète aux yeux des habitants. Hier, Bertrand Kern, son président (PS), a dévoilé les compétences transférées des villes vers la communauté.  54 équipements ont été placés sous la responsabilité d’Est ensemble : maisons de l’emploi, points d’accès au droit, bibliothèques et médiathèques (à l’exception de deux villes), cinémas, conservatoires (à l’exception de trois villes) et piscines. « Le but est de permettre aux habitants de l’agglo de bénéficier de tarifs préférentiels et de tous les services quelle que soit leur ville, explique Bertrand Kern. Autre avantage : la possibilité de s’inscrire dans n’importe quel conservatoire. »
A terme, il est prévu une harmonisation des tarifs de l’ensemble des équipements et la création d’un centre de ressources pour aider les associations et clubs sportifs à monter des dossiers de subventions … Parmi els objectifs affichés : apprendre à nager à tous les enfants du territoire. Autre priorité : la lutte contre l’habitat indigne avec une mise en commun des moyens, notamment entre les villes de Pantin et Montreuil, les plus touchées. Enfin, tous les futurs plans de rénovation urbaine seront effectués par l’agglomération.
S.T. 
»

Tout cela mérite évidemment d’être développé, ce que nous ferons dès que nous aurons des informations supplémentaires.

Notons quand même que les citoyens de nos neuf communes ont été complètement tenus à l’écart du débat sur cette question essentielle de l’intérêt communautaire et du transfert des compétences, alors que l’agglo a déjà édité trois journaux et organisé une opération de « concertation » : pour quoi faire ?

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Intercommunalité
commenter cet article