Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 12:53
Photo. Fort de Vaujours. Placoplâtre avait démarré au printemps 2014 des travaux de démolition qui avaient été interrompus. Le protocole de démolition avait été retoqué par l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). (DR.)
Photo. Fort de Vaujours. Placoplâtre avait démarré au printemps 2014 des travaux de démolition qui avaient été interrompus. Le protocole de démolition avait été retoqué par l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). (DR.)

Le maire de Coubron demande l’arrêt des travaux (qui n’auraient jamais dû commencer. Ndlr) de démolition du fort de Vaujours où les associations ont mis en évidence l’existence d’une radioactivité intolérable (Radioactivité que les institutionnels et Placoplâtre ont commencé par nier. Ndlr).

Rappelons qu’en marge de la « concertation », engagée par l’Etat, sur la base de l’autorisation donnée à Placoplâtre d’engager les travaux, les associations, avec notamment Environnement 93, ont engagé une procédure judiciaire.

Le Parisien du 22 juillet 2015 (avec nos re
marques) :

« ENVIRONNEMENT
Fort de Vaujours : l’arrêt des travaux deman


CE N’EST PAS LA PREMIÈRE fois qu’il exprime sa défiance à l’égard du chantier engagé il y a un mois sur le site du Fort de Vaujours. Ludovic Toro, maire UDI de Coubron, demande l’arrêt des travaux lancés par l’entreprise Placoplâtre. Le sujet est sensible : le site a autrefois abrité le Commissariat à l’énergie atomique, et des mesures avaient révélé quelques points de pollution radioactive en 2014.

Le rapport note un retard dans la mise en place des balises de mesure de radioactivité

En autorisant la démolition de 215 bâtiments, en mai dernier, l’Etat a suscité de vives réactions parmi les élus et associations. En juin dernier, l’Agence de sûreté nucléaire a mené une inspection inopinée sur le site, dont elle a ensuite rendu compte lors d’une commission de suivi le 9 juillet. (J’ai participé à cette réunion, en remplacement du Président d’Environnement 93. Visiblement les pouvoirs publics, gênés aux entournures d’avoir autorisé le lancement du chantier, souhaitent préserver les apparences. Par ailleurs, s’il convient d’apprécier le travail de l’ASN, il convient aussi de constater qu’elle ne se donne pas les moyens de procéder à des mesures indépendantes de Placoplâtre. Ndlr) Ludovic Toro estime (à juste titre. Ndlr) que le rapport dévoile « de nombreuses et inadmissibles carences » en matière de sécurité environnementale. Les services de l’Etat n’en font pas la même interprétation : selon la préfecture de Seine-et-Marne, l’inspection n’a « pas relevé de manquements à la réglementation ». (Notons que le maire de Coubron ne parle pas de manquements à la règlementation, mais de carences en matière de sécurité environnementales. Ndlr)

Le rapport, que nous avons consulté, juge que « la radioprotection des travailleurs et de l’environnement est prise en compte de façon globalement satisfaisante (C’est « globalement positif », comme dirait l’autre. Ndlr) au vu de l’avancement des travaux », mais note que Placoplâtre « doit encore formaliser et mettre en place plusieurs dispositions prévues dans son protocole », cette série d’engagements pris par l’entreprise, et censés garantir l’absence d’impact sur la population. (Une des questions centrales en débat lors de cette commission était la suivante : les mesures liées au cœur du secteur - sur lequel se déroule les travaux - doivent-elles être opérationnelles dès le début ou peut-on poursuivre les travaux en estimant que les problèmes liés à la radioactivité avérée du cœur de la zone seront résolus par … Placoplâtre –et sous sa responsabilité - … le moment venu ? Ndlr)

« Il n’y a aucun risque sanitaire, cela a été dit lors de la commission » (mais la question de la radioactivité du cœur a été repoussée à plus tard. Ndlr), martèle Gilles Bouchet. Le responsable Développement Carrières chez Placoplâtre souligne que le chantier de désamiantage a démarré dans une zone de catégorie A (où les bâtiments n’ont jamais stocké ou vu transiter de l’uranium) : « Des mesures plus lourdes seront prises pour les autres secteurs », ajoute-t-il.

Le rapport note aussi un retard dans la mise en place des balises de mesure de radioactivité : « Dans le chantier et à la périphérie du site, elles sont en place. Pour les communes avoisinantes, le processus est en cours », indique Gilles Bouchet. Une nouvelle commission de suivi se réunira à l’automne. Ludovic Toro a écrit aux ministres de la Santé et de l’Environnement, demandant qu’un « tiers indépendant » (Indépendant de Placoplâtre, c’est bien un minimum ! Ndlr) surveille (et mesure ! Ndlr) le chantier.

GWENAEL BOURDON »

Bref nous sommes au bord du gouffre et l’Etat a donné les « pleins pouvoirs » à Placoplâtre.

Pierre M
athon

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 08:41
Entre Courtry et Vaujours (Seine-Saint-Denis), hier. Ils étaient nombreux à manifester leur opposition à la future carrière de gypse. (LP/TP)
Entre Courtry et Vaujours (Seine-Saint-Denis), hier. Ils étaient nombreux à manifester leur opposition à la future carrière de gypse. (LP/TP)

La manifestation d’hier samedi après-midi à Vaujours, c’est dans le Parisien 77 (ci-dessous).


Bon, si le journaliste était resté jusqu’au bout, il aurait compté au moins 400 participants et il aurait aussi vu la manifestation bloquer la RN3. Par ailleurs, curieusement la journaliste laisse le dernier mot de son article à Placoplâtre…

Bref une belle manifestation qui montre que la mobilisation contre l’exploitation du gypse radioactif et le saccage de la nature ne faiblit pas, avec beaucoup d’associatifs et beaucoup d’éluEs lo
caux.

« 250 personnes contre les projets de Placoplâtre à Courtry

« DES VIES pour du plâtre ? » Volontiers provocante, la question orne l’une des banderoles déployées ce samedi, sur la route de Courtry, à la frontière avec Vaujours (Seine-Saint-Denis). Ils étaient 250 manifestants venus dénoncer les projets de Placoplâtre sur le secteur.

« Cette manifestation regroupe élus de tous bords, associatifs et riverains, se félicite Grégory Jurado, lui-même élu (FDG) à Courtry.

Dans l’immédiat, nous dénonçons l’absence d’études exhaustives sur la destruction du Fort de Vaujours, un ancien site atomique. Aucune réflexion n’a été menée sur ses travaux qui vont générer des poussières radioactives ! »

La destruction du bois Gratuel pointée du doigt
A plus long terme, les mécontents pointent aussi du doigt l’exploitation de gypse à ciel ouvert envisagée par Placoplâtre - qui entraînerait notamment la destruction du bois Gratuel, à Villevaudé.

De son côté, Placoplâtre, par la voix de Gilles Bouchet, le directeur de l’exploitation et des carrières, avait assuré début mai que l’objectif de l’entreprise est « d’éliminer toute trace de pollution du site
Thomas Poupeau - 21 Juin 2015 ».
Pierre Mathon

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 08:00
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos

Quelques photos de la belle manifestation contre l’exploitation par Placoplâtre du Fort radioactif de Vaujours et du bois de Gratuel. (Avec, "en prime", un petit blocage de la RN3)

Pierre M
athon

Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Manifestation ce samedi à Vaujours : premières photos
Repost 0
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 15:13
Pollution de l’air et ferroviaire : « la France a un train écologique de retard »



Un communiqué du 6 mai 2015 de France Nature Environnement du mai 2015 :

« POUR L'EUROPE, LA FRANCE A UN TRAIN ECOLOGIQUE DE RETARD

Deux mauvaises nouvelles sont tombées le jeudi 30 avril. La Commission européenne annonce que la France est en infraction pour insuffisance des mesures contre la pollution de l’air. Dans le même temps, le gouvernement renonce à l’autoroute ferroviaire entre le Pas-de-Calais et les Landes. Cette dernière décision gouvernementale va encore augmenter la pollution atmosphérique… Logique !

La France en infraction

L’annonce faite par la Commission Européenne ne constitue pas une surprise. Depuis de nombreuses années, la Commission européenne a constaté que le France ne prend pas les mesures adaptées pour résoudre la pollution atmosphérique. L’infraction concerne particulièrement dix points noirs de la pollution de l’air que sont Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, la Martinique, la vallée de l’Arve en Rhône-Alpes, la zone urbaine régionale (ZUR) de Provence-Alpes-Côte d’Azur, et aussi Nice, Toulon et Douai-Béthune-Valenciennes.

La plus grande partie des pays européens a réglementé la circulation avec succès en créant des zones à faibles émissions (LEZ - http://www.ademe.fr/zones-a-faibles-emissions-low-emission-zones-lez-a-travers-leurope) et la pollution a été maîtrisée dans toutes les zones concernées. A part la tentative avortée des ZAPA, la France n’a jamais affiché sa volonté de mettre en place les LEZ.

Pour José Cambou, secrétaire nationale de FNE en charge du dossier Santé et environnement « Nous déplorons que l’action publique soit si faible sur un sujet où les données, qu’elles soient françaises ou proviennent de l’OMS, démontrent le coût sanitaire de l’insuffisance d’action. »

85 000 poids-lourds de plus sur les routes

Dès le Grenelle de l’Environnement, les autoroutes ferroviaires font partie des solutions permettant de mettre les poids lourds sur les trains. Malgré des débuts difficiles, deux autoroutes ferroviaires sont en exploitation : l’Autoroute Ferroviaire Alpine et la liaison Le Boulou (Perpignan) - Bettembourg (Luxembourg) .
Alors que le dossier de l’Autoroute ferroviaire atlantique est en gestation depuis de nombreuses années, le gouvernement découvre subitement des problèmes environnementaux ainsi que des problèmes financiers. Le même gouvernement n’a pas eu les mêmes états d’âme pour signer un engagement de 3.2 milliards pour relancer un programme autoroutier.

Pour Michel Dubromel, Vice-président de FNE et responsable Transports et Mobilités Durables, « Sans occulter les problèmes environnementaux ponctuels liés à la mise en place d’une autoroute ferroviaire, nous constatons un nouveau renoncement du gouvernement à favoriser le transport des poids lourds en mode ferroviaire. Nous sommes effarés quand nous lisons que des responsables politiques se félicitent de cette décision au nom de l’intérêt général. »

Selon Denez L’Hostis, président de FNE, « Alors que la France est sous le coup d’une nouvelle infraction pour la pollution de l’air, nous interpellons le gouvernement pour qu’il prenne des engagements fermes et définitifs quant à la réalisation effective d’une autoroute ferroviaire entre le Pas de Calais et le Sud-Ouest. Ce n’est pas en enterrant un projet favorable à la lutte contre la pollution de l’air que l’Etat va devenir le bon élève de l’Europe en matière d’environnement.» ».

Repost 0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 15:49
Non à la destruction par Placoplâtre du Bois Gratuel

Sauvons la Dhuis, le 4 mai 2015 :

« Piétinant sur le Fort de Vaujours, suite à notre mobilisation, Placoplâtre désire s'attaquer aux milieux naturels du massif de l'Aulnoye, parmi les derniers du Nord Seine-et-Marne.

Pétition à l’attention du Préfet de Seine-et-Marne

Nous demandons au Préfet de Seine-et-Marne d'interdire la destruction du bois Gratuel dans le cadre du nouveau projet d'exploitation de Placoplâtre. Ce bois est un milieu naturel riche situé à proximité du Fort de Vaujours et traversé par l'aqueduc de la Dhuis.

Signez
la pétition : https://www.change.org/p/préfecture-de-seine-et-marne-non-à-la-destruction-du-bois-gratuel

Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain désire réaliser une nouvelle carrière à ciel ouvert pour extraction de gypse, en Seine-et-Marne sur la commune de Villevaudé au lieu-dit du Bois Gratuel.

Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).

Comme tous les milieux naturels traversés par la Dhuis, il est essentiel aux échanges biologiques de l'Est Francilien.

N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif « Sauvons la Dhuis » et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert. Ce qui viendrait anéantir la majeure partie du bois en venant s’appuyer sur la promenade de la Dhuis aménagée par la Région Ile de France pour le bien-être des populations.

Signez la pétition : https://www.change.org/p/préfecture-de-seine-et-marne-non-à-la-destruction-du-bois-gratuel

Nos précédentes actions ont ainsi été efficaces, mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés. Le bois Gratuel, parcouru par la Dhuis, est un élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien.

Le bois Gratuel est une chênaie frênaie calcicole avec un nombre important d'espèces patrimoniales. Il héberge des orchidées sauvages typiques de ce type de milieu (Orchis Pourpre, Néottie Nid d'oiseau, Ophrys Mouche, Céphalanthère de Damas, Platanthère à deux feuilles…) ainsi qu'un milieu forestier diversifié (Cornouiller mâle, Camérisier, Néflier,…).

Le bois Gratuel possède un réseau important de mares naturelles permettant la reproduction d'amphibiens et de batraciens rares protégés au niveau national (Triton Alpestre, Triton vulgaire, Triton palmé, Crapaud commun, Grenouille rousse, Grenouille agile.…).

Découvrez les espèces protégées qui se reproduisent dans les mares d
u Bois Gratuel : http://blog.gagny-abbesses.info/post/2015/04/01/Villevaud%C3%A9-%3A-Quelques-habitants-du-Bois-Gratuel

Le bois Gratuel héberge également des espèces rares protégées de chauves-souris (Grand Murin, Pipistrelle de Kuhl, Pipistrelle de Nathusius) protégées au niveau national.

Nous nous opposons donc avec la plus grande fermeté à la destruction du bois Gratuel et de tous les milieux naturels du massif de l’Aulnoye aussi bien en Seine-Saint-Denis (93) qu’en Seine-et-Marne (77).

Signez la p
étition : https://www.change.org/p/préfecture-de-seine-et-marne-non-à-la-destruction-du-bois-gratuel

S'il doit y avoir une exploitation du gypse, nous demandons que celle-ci soit réalisée de façon souterraine comme l’ont été toutes les nouvelles exploitations de ce type dans l’Ouest Francilien et notamment celles du Val d’Oise (95).

Il est essentiel que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservés de toute forme de destruction. C'est par ce type d'exploitation souterraine, plus respectueuse de l'environnement et «parfaitement » maîtrisé par BP Placoplâtre que le bois de Bernouille (Coubron - 93), la réserve de Chelles (Coubron / Vaujours - 93), la forêt de Montmorency (Val d’Oise - 95), ainsi que la butte de Parisis (Cormeilles-en-Parisis -95) ont pu être sauvés de la destruction.

Au sujet de l’exploitation souterraine future de la Butte de Parisis à Cormeille-en-Parisis dans le Val d’Oise, un représentant de Placoplâtre a même déclaré dans la presse : « Nous savons exploiter en souterrain sans qu'il y ait de risque d'affaissement. Nous faisons exactement la même chose en forêt de Montmorency où, tous les jours, des gens se promènent et ramassent des champignons au-dessus des galeries sans même s'en apercevoir! ».

Sig
nez la pétition : https://www.change.org/p/préfecture-de-seine-et-marne-non-à-la-destruction-du-bois-gratuel

Nous exigeons que les milieux naturels de l’Est Francilien soient traités avec le même respect que ceux de l’Ouest. Nous exigeons que la qualité de vie des habitants riverains du bois Gratuel et des usagers de la promenade de la Dhuis ne soit pas mise en cause par une aggravation des sources de pollution générées par ces exploitations. Il ne peut y avoir de discrimination d’un côté à l’autre de l’Ile de France.

Le collectif SAUVONS LA DHU
IS - http://sauvons.dhuis.fr


Signez la pétition : https://www.change.org/p/préfecture-de-seine-et-marne-non-à-la-destruction-du-bois-gratuel


Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis
Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

Villevaudé... Demain
Les Abbesses de Gagny-Chelles
Environnement 93
Union des familles laïques de marne et Chantereine (UFAL)
Les Amis de Carnetin
AJT Rando
Marne et Gondoire à Vélo
Association de Défense de l'Environnement du Bois F
leuri (ADEBF) »

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 14:36

Vaujours Fort Central Radex 331 09052011-Web



La fédération d’associations Environnement 93 (membres du collectif Sauvons la Dhuis) a décidé d’agir en justice pour stopper le projet d’exploitation du plâtre radioactif du fort de Vaujours et vous invite à y prendre part grâce à Citizencase, une plateforme de financement participatif pour un meilleur accès à la justice des associations.

Lien : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

« Bagnolet Ecologie », membre d’ « Environnement 93 » est partie prenante dans ce recours mené par « Sauvons la Dhuys » et « Environnement 93 ».

 

Souscrivez vous aussi !

Pierre Mathon

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 05:58

Alternatiba-triangle-de-Gonesse-le-P-21sept14.jpg



Le Parisien rend compte de la manifestation pour stopper le projet fou d’Auchan sur les terres agricoles du Triangle de Gonesse
* :


« Les anti EuropaCity défilent à Gonesse

Plus de 300 manifestants, selon les organisateurs, 250 selon la police, ont fait entendre leur hostilité au projet d'aménagement d'un complexe commercial et de loisirs EuropaCity à Gonesse sur 80 ha de terres agricoles.

Ambiance tendue
C'est dans une ambiance tendue que les Alternatiba – du nom d’un mouvement écolo né à Bayonne – se sont mis en marche. Dans le cortège haut en couleur, fusaient les slogans « Non à EuropaBlazy » ou encore « des champs, pas d’Auchan ».

Sur la photo du Parisien on reconnait notamment Mounir Satouri, président du groupe EELV du conseil régional et Sylvain Desmet, conseiller régional également EELV

Le tracé de la manifestation était imposé par le maire PS Jean-Pierre Blazy, qui défend ce projet « culturel et porteur d’emploi ». Il avait refusé le parcours initial, si bien que les manifestants ont refusé de le rencontrer lorsqu’ils ont fait halte devant la mairie. Autre tension, la présence parmi les opposants de Karim Ouchickh (chef de file du mouvement Bleu Marine), brandissant sa carte d’élu municipal à tous ceux qui voulaient le repousser en queue de cortège. Après une soirée de concerts, des débats sont organisés sur le site du projet, aujourd’hui toute la journée.

Daniel Pestel | 21 sept. 2014 »

 

 

* http://www.bagnoletenvert.com/article-alternatiba-au-triangle-de-gonesse-les-20-et-21-septembre-124494338.html

Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 09:39

Alternatiba-Gonesse.png

 

« MOBILISATION

Un premier ALTERNATIBA en Ile-de-France à Gonesse les 20 et 21 septembre 2014

 

alternatiba.jpg

Sur l'un des derniers espaces agricoles proches de Paris, dans le Val d'Oise à Gonesse prés de Roissy, le groupe Auchan souhaite construire EuropaCity « le plus grand centre commercial et de loisirs du monde » comprenant 500 boutiques, hôtels, restaurants et un parc à neige couvert soit un total de près de 680.000 m2. Ceci à proximité des deux grands centres commerciaux régionaux : O'Parinor (100 000 m2 à Aulnay-sous-Bois) et Aéroville (80 000 m2 à Tremblay-en-France et Roissy-en-France).

Situation caricaturale, c'est dans la commune voisine du Bourget que se tiendra le sommet mondial sur le climat (COP* 21) en décembre 2015. Dans cette perspective, les Francilien-ne-s engagé-e-s dans les alternatives concrètes ont créé le collectif Alternatiba Île-de-France. Ce rassemblement s'inscrit dans la dynamique née à Bayonne en octobre 2013 pour faire converger des initiatives autour des enjeux climatiques, de justice sociale, d'économie solidaire, de
relocalisation, de qualité de l'air et de qualité de la vie.
Sur la route qui mène au Bourget, l'association Collectif pour le Triangle de Gonesse et Alternatiba Île-de-France avec le soutien de nombreuses associations et organisations, appellent à se mobiliser à Gonesse les 20 et 21 septembre 2014 pour le premier Alternatiba d'Île-de-France :
* Contre les projets d'urbanisation qui participeraient à la destruction du climat.
* Pour garder des villes de banlieue conservant leurs commerces de centre ville (et non des villes dortoirs).
* Pour que la population puisse échapper aux temples de la consommation comme seuls lieux d'animation.
* Pour maintenir une agriculture de proximité menacée par une urbanisation sauvage laissée à l'initiative privée, alors qu'actuellement l'Île-de-France couvre moins de 10 % des besoins alimentaires de ses habitants.
* Pour des pratiques alternatives qui conservent des espaces agricoles de respiration, tenant compte du risque majeur dû au réchauffement climatique de la planète.


Plus d'infos et programme sur
www.voe95.fr/alternatiba/?page_id=22 »

 

 

Repost 0
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 16:54

CEA IMG 0266w m

 

Nous continuons à vous informer de la lutte associative du collectif « SAUVONS LA Dhuis » contre le projet insensé d’exploiter le gypse du fort de Vaujours.

Voici leur communiqué du 4 juillet :

« Fort de Vaujours : le Protocole de la Honte

Le 20 mars 2014, nous avions dévoilé que Placoplatre avait démarré à l'abri des regards la destruction du Fort de Vaujours. Nous avions dénoncé un démarrage irresponsable et inconscient des démolitions ainsi quel’incompétence totale de l'ensemble des experts de cet industriel à détecter les contaminations à l'uranium du Fort.

Notre communiqué en date du 20 Mars 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/03/20/Le-Fort-de-Vaujours-%3A-la-destruction-des-b%C3%A2timents-a-commenc%C3%A9.

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Cette première campagne de destruction s'est achevée mi-mai pour un total de 24 bâtiments. Elle a été réalisée par des salariés de la société Brunel Démolition, filiale du groupe Colas.

Le 02 Juillet 2014, après-midi, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a rendu publique un rapport en date du 17 Avril 2014 qui fait froid dans le dos.

Lien vers le rapport de l'IRSN : http://www.irsn.fr/FR/expertise/avis/Documents/Avis-IRSN-2014-00155_Vaujours-Placoplatre.pdf

À la lumière de ce rapport qui analyse le protocole de démolition des bâtiments, il apparaît clairement qu'il y a eu mise en danger des travailleurs et des riverains ainsi qu'un non-respect de l'environnement.

Dans ce rapport particulièrement accablant, l'IRSN accuse Placoplatre d'avoir retenu une méthodologie incapable de détecter les contaminations à l'uranium du Fort et "d'écarter la présence d'une contamination résiduelle susceptible de générer une exposition interne par inhalation ou ingestion involontaire des travailleurs".

L'IRSN estime ne pas être "en mesure de se prononcer sur le bienfondé de l'approche retenue pour prévenir des risques d'exposition des travailleurs et du public". Elle enfonce le clou en précisant qu'il n'y a eu "aucune évaluation des risques d'exposition interne, ni de disposition opérationnelle particulière qui permettrait de le prévenir".

Nous avons une pensée attristée pour les travailleurs qui ont participé à cette première campagne de démolition, à eux ainsi qu'à leurs familles. Nous avons également une pensée pour les usagers de la promenade de Dhuis qui passe juste en contrebas du Fort de Vaujours.

Il convient de signaler que Placoplatre a organisé des visites du chantier pourdes élus du secteur dont certains ont pu assister en direct à la destruction de bâtiments.

L'IRSN ajoute qu'il n'y a eu "aucune disposition de protection particulière visant à éviter la dissémination des poussières dans l'environnement lors des travaux" avant d'affirmer que le dossier de Placoplatre ne "permet pas d'apprécier le caractère probable ou non d'une contamination des bâtiments selon leur usage passé".

De Mars à mi-mai 2014, Placoplatre a donc mis en danger la santé d'autrui. Daté du 17 Avril 2014, le rapport de l'IRSN n'aura même pas été pris considération. Les destructions se poursuivront pendant plus d'un mois.

Malgré nos avertissements incessants et nos demandes répétées, les préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, n'ont rien fait pour faire cesser cette campagne, bien au contraire.

Le 2 juillet 2014, quelques heures seulement avant de la publication officielle du rapport de l'IRSN, la préfète de Seine-et-Marne, Nicole Klein, a fini parannoncer qu'il n'y aurait plus de nouvelles démolitions tant que Placoplatre n'aura pas mis en œuvre un protocole validé par l'Autorité de Sûreté Nucléaire.

Cette déclaration a été faite lors de la première réunion de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours. Dans les mois qui viennent, Placoplatre désire procéder à la destruction de 211 bâtiments supplémentaires. Ces démolitions futures sont censées être encadrées par le travail de cette commission.

Que peut-elle dire aux travailleurs ainsi qu'aux riverains du Fort dont la santé est mise en danger et qui sont peut être déjà contaminés par un mal intérieur qui se déclarera dans plusieurs années sous la forme de cancers ???

Que penser de ces préfets qui, lors de la première réunion de cette commission, ont laissé Placoplatre affirmer que sa campagne de destruction s'était parfaitement déroulé ? Et pourquoi ont-ils fait en sorte que le rapport de l'IRSN ne soit jamais évoqué ???.

Que penser de ces préfets, qui ont pipé tous les dés de cette commission en n'invitant pas toutes les associations du collectif "Sauvons la Dhuis" et enrefusant l'expertise indépendante de la CRIIRAD (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) pourtant partie prenante de ce dossier depuis plus de 13 ans ???

Tout a été mis en œuvre pour qu'il n'y ait aucun débat contradictoire !!!

Notre communiqué du 19 Mars 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/06/19/FORT-DE-VAUJOURS-%3A-L%E2%80%99irresponsabilit%C3%A9-totale-des-services-de-l%E2%80%99Etat

Lire le communiqué de presse de la CRIIRAD en date du 26 février 2014 : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Ces agissements inacceptables portent un coup terrible à la crédibilité des services de l'État, ainsi qu'au fondement démocratique de notre nation. Ils laissent présager du pire. Nous demandons au Préfet de la Région Ile de France de reprendre en personne la direction de cette commission et fasse enfin respecter l'État de droits.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du Commissariat à l'Énergie Atomique sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997 ainsi que l'abandon définitif et immédiat du projet d'exploitation du site par la société Placoplatre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

Nature Environnement 77

Villevaudé... Demain

Les Abbesses de Gagny-Chelles

Environnement 93

UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)

Les Amis de Carnetin

AJT Rando

 

Marne et Gondoire à Vélo »

Repost 0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 09:46

Vaujours-Placo-le-P-3juil14.jpg



Le Parisien d’aujourd’hui jeudi 3 juillet 2014 rend compte des derniers développements, concernant le projet scandaleux de Placoplâtre-St Gobain d’extraire du gypse sur un site radioactif, le Fort de Vaujours.

« COUBRON

Fort de Vaujours : Placo prié de revoir sa copie

LA PRÉFECTUREde Seine-et-Marne a accueilli hier matin, à Melun, la réunion d’installation de la commission de suivi du site du fort de Vaujours. Le lieu, à cheval sur les villes de Coubron, Vaujours et Courtry (Seine-et-Marne), a été utilisé pendant quarante ans par le Commissariat à l’énergie atomique pour y réaliser des expériences de détonique nucléaire. Il a été racheté en partie par Placoplatre, qui envisage d’y ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert.

Une prise en main du dossier dont se félicitent les élus, comme le maire de Courtry, Xavier Vanderbise (DVD), même s’il reconnaît que « la composition de la commission est discutable ». Parmi les associations invitées à y participer ne figure pas Sauvons la Dhuis, le principal opposant à ce projet. Christophe Nédélec, référent du collectif, était néanmoins présent en tant que représentant de l’association pour la défense de l’environnement du Bois Fleuri. Il devait également représenter Nature Environnement 93 mais, selon la préfecture, il ne disposait pas de mandat. Il n’a donc pas été désigné pour représenter les associations au sein du bureau de la commission, mis en minorité par des associations qu’il désigne comme « pro-Placoplatre ».

Mieux protéger les travailleurs

C’est un déni de démocratie », dénonce le principal intéressé, pour qui « il y a une volonté manifeste de nous exclure de la commission de suivi ». Pour leur part, les élus locaux, par la voix de Ludovic Toro (UDI), le maire de Coubron, ont rappelé que la question essentielle est de « savoir si le site est pollué et si cette pollution est de nature à présenter un risque pour la santé des travailleurs et des riverains ». La réponse n’étant pas encore claire, l’Autorité de sûreté nucléaire ‘ASN) a proscrit tous travaux de démolition, tant que Placoplatre n’aura pas revu sa copie.

Dans un avis rendu le 13 mai, mais publié seulement hier, l’ASN estime que ‘les documents transmis par Placoplatre demeurent imprécis sur les dispositions envisagées en matière de radioprotection des travailleurs et de surveillance de l’environnement. En particulier l’ASN considère qu’il convient de réviser la méthode de détection employée afin de l’adapter à la recherche d’une éventuelle contamination en uranium des bâtiments et des gravats ».

La filiale de Saint-Gobain, qui n’était pas joignable hier, doit donc soumettre un nouveau protocole à l’Autorité de sûreté nucléaire, dont l’avis est prescriptif. La commission de suivi doit se réunir de nouveau début septembre. « Pour l’instant, personne ne peut dire si Placo ira au bout de son projet », prévient la présidente de Seine-et-Marne, Nicole Klein. Mais, pour elle, « le site est moins dangereux s’il n’est pas laissé à l’abandon ».

 

GRÉGORY PLESSE »

Repost 0