Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 09:52
Abandon de l’usine TMB-méthanisation : hallucinant article du journal municipal de Pantin

Dans son numéro d’avril, Canal, le journal municipal de Pantin livre un hallucinant article « Le projet abandonné » sur l’abandon du projet d’usine de Tri mécano-biologique et méthanisation de Romainville.

Visiblement A. Périès, (adjoint au maire actuellement PS de Pantin, transfuge récent du mouvement chevènementiste) qui répond aux questions de l’auteure de l’article, regrette beaucoup le projet funeste, abandonné à la suite d’un procès gagné par l’association ARIVEM. L’article du journal de Pantin, ne mentionne ni l’association ARIVEM, ni le jugement du tribunal : bonjour l’information ! Signalons par ailleurs que le digestat produit par ce dispositif est impropre à une agriculture propre et que, partout dans le monde, le TMB vole d’échec en échec, comme l’a démontré magistralement l’AR
IVEM.

Curieusement, lorsque nous allons au SYCTOM, nous avions plutôt l’impression que l’action associative d’ARIVEM avait enlevé une épine du pied des décideurs (une grosse épine d’un demi-milliard d’euros pour un machin qui n’aurait pas fonctionné !). C’est tout juste si nous n’avons pas été remerciés pour cet abandon qui va permettre de consacrer l’argent public à autre chose et de mettre en œuvre (espérons-le) la nécessaire collecte séparée des biodéchets (et leur traitement).

Bon, pas de panique : s’il ne reste plus qu’un productiviste, chantant, au milieu des décombres, les louanges de la filière TMB qui a fait faillite partout dans le monde, ce sera A. Périès … (« papy fait de la résistance à l’écologie »)

Pierre M
athon


NB1 Le point de vue de l’ARIVEM (la réponse à « canal » est à la fin de l’argumentaire) :
«
Bonjour à tous,
Merci encore pour vos très nombreux messages de félicitation sur cette belle victoire collective.
Quatre années se sont écoulées que l'on peut synthétiser ainsi :
- 1. L'OMERTA :
Un projet gigantesque (plus gros TMB d'Europe, 500 Millions d'euros), implanté en pleine ville, lancé dans la totale OMERTA : 7 passages et 3 avis lors de l'enquête publique sur une population concernée de plusieurs centaines de milliers de personnes.
- 2. La Désinformation (ou lavage de cerveaux) :
Les riverains découvrent le lancement du projet du SYCTOM et se mobilisent, notamment autour de l'ARIVEM : ils s'informent, interpellent, et une pluie de mensonges et d'informations trompeuses sont transmises aux populations locales et à leurs élus. Pourtant, les porteurs du projet parlent entre eux "d'un pari" :http://arivem.free.fr/crbst_34.html
-3. La reprise en main de ce dossier par les riverains et certains de leurs élus :
Ayant la chance immense de ne pas habiter la Corée du Nord, beaucoup de gens et d'élus ont refusé ce lavage des cerveaux et ont découvert les retours d'expérience catastrophiques des usines TMB/Méthanisation existantes, procédé abandonné partout en Europe, sauf en France où Romainville devait servir de levier à son expansion nationale. Nous n'oublierons jamais qu'à cette époque, le TMB/Méthanisation de Varennes-Jarcy dans l'Essonne était présenté comme étant la vitrine à reproduire chez nous. Nos recherches ont permis de découvrir qu'on nous cachait un fiasco en cours (cf rapport du Sénat, articles du Parisien, etc...), cette usine n'ayant jamais été fonctionnelle et ayant fini par brûler ! Que dire des TMB de Montpellier, Fos-Marseille, Angers, de l'Ardèche, Mons en Belgique, Cadix, La Corogne, Barcelone en Espagne, etc... Quel cumul de désastres que l'on voulait expérimenter chez nous en profitant de notre ignorance.
Ce qui nous a sauvé, c'est l'acquis d'informations avérées nous permettant de faire face à la manipulation de masse :
- présentation trompeuse d'un projet d'usine de Méthanisation au lieu d'une usine de Tri Mécano Biologique (TMB), technologie beaucoup plus connue pour ses scandales à répétition,
- débilisation des populations en affirmant que cette usine allait trier à leur place et recycler la poubelle en mélange hyper toxique et irrécupérable : fabrication d'un "compost" vicié que les agriculteurs devaient acheter au SYCTOM !...
- aberrations techniques de ce projet : évacuation des déchets de l'usine par le canal de l'Ourcq, sauf que les péniches ne peuvent pas aller à Claye-Souilly (décharge) ou à Vitry-sur-Seine (incinérateur), sauf à reprendre le camion !
- affirmation la main sur le cœur de l'absence totale de nuisances (odeurs systématiques ultra puissantes, ribambelles de camions), aucun risque d'explosions ni d'incendies (mise sous silence des drames de Gottingen, Daugendorf, La Corogne, Mons, Fos-sur-Mer, etc...).
Le tout payé par vos impôts, soit 500 millions d'euros, pour qu'au final tout finisse à la décharge de Claye-Souilly ou à l'incinérateur d'Ivry-sur-Seine, pour un coût supplémentaire.
C'était sans compter sur votre mobilisation du 1er février 2012 qui a été déterminante :
http://www.est-ensemble.fr/moratoire-usine-methanisation-romainville
http://www.bertrandkern.fr/articles-pantin/romainville-lusine-de-methanisation-la-concertation-a-enfin-commence/
http://arivem.free.fr/crbst_37.html
C'est lors de cette réunion publique que Bertrand Kern, Président de l'époque de la Communauté de Communes Est Ensemble, a annoncé sa décision d'instaurer un moratoire sur ce projet.
La suite, vous la connaissez... L'action en justice de l'ARIVEM et d'ECOLGIE SANS FRONTIERES a débouché sur l'illégalité de ce projet.


ALORS QUE SIGNIFIE CETTE DESINFORMATION DE HAUT VOL PUBLIEE DANS LE "CANAL PANTIN" DU MOIS D'AVRIL ?
Vous êtes très nombreux à y avoir réagi.
Alain Périès, 1er adjoint au Maire de Pantin chargé de l'urbanisme y explique en conclusion qu'il faut trouver une solution rapidement.
A l'été 2013, l'ARIVEM a transmis à la ville de Pantin un projet de mise en place de la collecte des biodéchets dans les cantines scolaires : SANS SUITE.
Nous avions organisé avec la permission de la commune de Pantin, la collecte des biodéchets sur le marché de l'Eglise, démarche qui fut un beau succès, mais qui n'a pas été pérennisée par la ville (http://arivem.free.fr/crbst_119.html).
Les solutions, on les connait, nous poussons désespérément depuis 2 ans pour leur instauration, ne serait-ce que respecter la loi sur les gros producteurs de biodéchets, et elles ne sont pas mises en œuvre.
On préparerait le terrain pour un futur projet débile d'usine de traitement contreproductive que l'on ne si prendrait pas mieux !

Le COLLECTIF de l’ARIVEM

PANTIN – BOBIGNY –ROMAINVILLE – NOISY LE SEC

MONTREUIL – LE PRE ST GERVAIS – BAGNOLET – BONDY – AUBERVILLIERS – LES LILAS

PARIS XIX



NB2 L’article de Canal d’avril : https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/14c99deff47fe96d?projector=1

Abandon de l’usine TMB-méthanisation : hallucinant article du journal municipal de Pantin
Abandon de l’usine TMB-méthanisation : hallucinant article du journal municipal de Pantin
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:27
Vue de l'AG d'Arivem de ce 24 mars 2015 : lors de la présentation du rapport moral par François Mouthon
Vue de l'AG d'Arivem de ce 24 mars 2015 : lors de la présentation du rapport moral par François Mouthon



Nous ne pouvons résister au plaisir de publier – ci-dessous - le mail que nous venons de recevoir de nos amiEs d’ARIVEM.

Il est effectivement des jours où l’on se sent heureux.

« Bonjo
ur à tous,
Il fait beau, il fait frais, et la journée commence bien en ce retour de week-end prolongé, avec une bonne nouvelle délivrée ce matin par le facteur.

C’est fait, URBASER s’est officiellement désisté de sa procédure d’appel et le projet cauchemardesque de TMB à Romainville/Bobigny est définitivement classé aux archives à la rubrique « catastrophes évitées de peu », laissant derrière lui beaucoup de souvenirs…

Encore bravo à tous ceux qui étaient là quant il le fallait, à tous ceux qui ont agit de près ou de loin.

C'est une belle victoire collective qui doit maintenant faire tache d'huile et se concrétiser par l'instauration sur nos territoires d'une vraie gestion des déchets en amont de toutes formes de traitement ou de mise en décharge, afin que plus jamais nous ne soyons à la merci de telles monstruosités.

Seuls les pouvoirs publics ont les moyens de le faire, et à ce stade, leur logiciel n'est toujours pas modifié..

Nous comptons sur vous pour mener ensemble ce nouveau combat ! »

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 10:04
Assemblée générale d’ARIVEM

Si 2013 fut l’année de la victoire d’ARIVEM qui a obtenu que les pouvoirs publics renoncent à leur projet monstrueux, ruineux et catastrophique d’usine TMB-méthanisation de Romainville (renonciation finalisée par le Syctom fin 2014-début 2015), l’heure est aujourd’hui à un autre combat.

Place donc au combat, moins évident, tout aussi urgent, mais encore plus complexe : celui de la mise en pratique de la collecte séparée et du traitement écologique des biodéchets. En effet, tout l’enjeu maintenant est de convaincre les décideurs-élus d’agir, de cesser de déléguer aux industriels qui offrent de l’illusion en siphonnant l’argent pub
lic.

Photos : l’AG d’ARIVEM d’hier soir mardi 24 mars, avec son président, François Mouthon.

Hélène Zanier et Pierre M
athon

Assemblée générale d’ARIVEM
Assemblée générale d’ARIVEM
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 22:44
Poules : réduction des déchets alimentaires, joie de vivre et œufs …



Qu’en termes-choc ces choses-là sont dites dans Actu-environnement du 18 février 2015 (« Quand les poules volent dans les plumes des déchets alimentaires ») il est question de l’utilisation des poules dans la Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois (47) pour réduire les déchets à la source et produire des œufs.
À Bagnolet cela fait longtemps que notre poulailler personnel (appelé poulailler de la Dhuys) existe avec les voisins qui nous apportent leur pain non consommé et leurs restes de repas. Il a fait des petits en particulier au jardin du Plateau et la chose ne demande qu’à se développer : à la clé, réduction des déchets, œufs et joie de vivr
e.

(Photo ci-dessus : la poule adoptée du jardin guinguette de la Dhuys)

« Quand les poules volent dans les plumes des déchets alimentaires

Très grosse consommatrice de déchets, la poule fait son retour dans les chaumières. Mais pas seulement. Certains établissements d'accueil y gagnent sur plusieurs plans : réduction des déchets et sujet de joie de vivre pour leurs pensionnaires.

Les déchets de cuisine ou du jardin, qui sont également appelés déchets organiques, représentent 40 à 60% de la production moyenne d'un ménage. Une part non négligeable qui a nécessité d'importantes ressources en eau, en terre, en énergie ou encore en main-d'œuvre pour sa production. Ces déchets n'ont donc pas vocation à être enfouis ou incinérés mais bien recyclés. Certaines collectivités ont choisi de collecter séparément ces déchets mais la question du coût limite le développement de cette pratique (Ce qui coûte cher, c’est le manque de volonté politique à réduire les déchets, à collecter et traiter les bio-déchets et à développer les filières de recyclage. NDLR) Plusieurs communes se sont tournées vers une autre piste : nourrir des animaux et notamment des poules.

C'est l'option choisie par la Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois (47). Fin septembre, la collectivité a confié 500 poules à 141 foyers pour 2 euros le lot de deux poules. Les volatiles sont des poules de réforme (destinées à l'abattoir) provenant d'un élevage bio situé à quelques dizaines de kilomètres. D'ici fin mai 2015, l'agglo compte attribuer 2.000 animaux au total. Mis à part les os, elles mangent à peu près tous les restes alimentaires et peuvent ingérer jusqu'à 150 kg de déchets alimentaires par an. Avec cette opération, l'agglomération espère donc réduire de 300 tonnes par an le volume de ses déchets ménagers. Les « adoptants » signent un contrat où ils s'engagent à prendre soin des poules, et reçoivent un guide.

Plutôt destinées à un milieu rural ou pavillonnaire, les poules séduisent également des établissements d'accueil pour personnes âgées dépendantes. Des poulaillers au design adapté permettent aux pensionnaires de l'établissement de venir facilement au contact des animaux. Une manière de réduire les déchets mais pas seulement. L'accueil de plusieurs poulaillers est au cœur d'un projet médical pour stimuler tous les sens et la mémoire de certains patients touchés par la maladie d'Alzheimer. »
http://www.actu-environnement.com/ae/news/reduction-dechet-poule-biodechets-23887.php4#video&xtor=EREC-107 »
Plus généralement, la présence d’animaux en ville et leur contact avec les habitants sont des éléments irremplaçables de lien social comme c’est le cas notamment de la Bergerie des Malassis.

Hélène Zanier et Pierre
Mathon

Lire : http://lesvertsbagnolet.over-blog.com/article-poulailler-de-la-dhuys-au-plateau-118968278.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 22:40
Quand la pompe à ordures de Romainville est inondée



Le système de collecte pneumatique des déchets, s’il est une bonne affaire pour Veolia etc. est – on le sait - ruineux pour les contribuables (en particulier ceux d’Est Ensemble qui a pris à sa charge les coûteux investissements de la municipalité de Romainville). Il est aussi inefficace (en particulier du point de vue du recyclage, parce qu’en compactant les déchets il rend le tri plus difficile, voire impossible).

Mais en plus, le système de collecte pneumatique par tuyaux souterrains est particulièrement vulnérable aux inondations comme le montre l’incident rapporté par une correspondante de Romainville :

(La photo ci-dessus a été pr
ise le 16 février)

« Lors des travaux du nouveau centre de santé de Romainville rue Saint-Germain, une canalisation d'eau a été endommagée (ce qui a valu aux riverains une coupure d'eau pendant deux jours avec une information téléphonique de Veolia a posteriori...). Les tuyaux de la collecte pneumatique ont été inondés, d'où la nécessité de revenir à la collecte traditionnelle pendant deux semaines sur toute la zone Cachin, cité de l'Amitié et cité Oradour.
(…) Ce n'est pas la première fois que le réseau de tuyaux est inondé. On peut donc supposer une dégradation par oxydation des tuyaux qui ne sont pas en acier inoxydable... »

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 13:39
Départementales des 22 et 29 mars : qui veut généraliser la collecte et le traitement des bio-déchets ?



Notre question (n°2) à la gauche et aux écologistes sur la gestion écologique des déchets :
« L’heure n’est plus en matière de bio-déchets à des démarches expérimentales. Êtes-vous favorable, ou non, à la mise en place rapide et à grande échelle de la collecte et du traitement des bio-déchets par Est Ensemble ?
»

Nous n’avons reçu les réponses que du candidat EELV (suppléant du PS) et PCF-Front de Gauche (Rien du PS, ni de Bic –Bagnolet Initiative Citoyenne - …).

Pierre Stoeber, candidat EELV suppléant du PS :

« Plus que jamais ! – je l’étais (favorable à la mise en place rapide et à grande échelle de la collecte et du traitement des bio-déchets par Est Ensemble. Ndlr) déjà quand j’étais élu communautaire d’Est Ensemble jusqu’en 2014. Je vous informe que la commission d’élus qui traite des déchets a déjà voté favorablement en 2013 le principe d’étendre à toute l’agglomération le tri sélectif bio-déchets qui n’était réalisé que sur trois villes, chiffres en main. C’est donc une décision politique néce
ssaire. »

2 remarques :
1-Il ne faut plus se contenter de vote de principe et d’expérimentation. Le parti écolo se doit d’être plus entreprenant en la matière.
2-Notre ami Pierre Stoeber d’EELV n’est que suppléant, nous ne doutons pas de sa volonté, mais nous n’avons rien reçu du PS.

La réponse du PCF-Front de gau
che :

« Sur les bio-déchets, il est important, à l'heure où le projet de méthanisation de Romainville est définitivement écarté, de penser des solutions cohérentes et acceptables qui permettent de dépasser, comme vous le signalez, le stade de l'expérimentation. Le détournement des flux de bio déchets doit être accentué, à coté des initiatives éco citoyennes de compostage individuel, et être complété par une collecte sélective propre, permettant de disposer d'une ressource de qualité et qui pourrait retourner facilement à l'amendement des sols. Le Département, chargé d'élaborer les schémas de gestion des déchets a un rôle primordial à jouer pour accompagner les initiatives locales de collecte sélective. Ainsi, la synergie entre le Département et Est Ensemble apparaît comme le gage d'une réduction conséquente de la part des tonnages de bio déchets. Elus au Conseil départemental nous soutiendrons donc les partenariats de ce type. »

Rappelons qu’il s’agit d’une urgence absolue si l’on veut limiter les mise-en-décharges et l’incinération et mettre fin au gaspillage actuel en matière de gestion des déchets. Nous sommes partie prenante des actions d’ARIVEM et d’Environnement 93 en la matière.
Avec ARIVEM et Environnement 93, nous saurons le rappeler aux élus, qui pour l’instant, ne se sont pas montrés à la hauteur de l’enje
u.

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 20:33
Abandon de l’usine de Romainville : après la victoire, ARIVEM pour un autre traitement des déchets


Il revenait à l’association ARIVEM* qui a porté la lutte des riverains contre le projet d’usine de tri mécano-biologique-méthanisation prévue et décidée à Romainville et qui a obtenu son annulation par le tribunal administratif, de faire le point sur la situation nouvelle, créée par l’abandon de ce projet délirant.

« Nous avons enterré un projet délirant !

Vous êtes tous au courant du projet d’usine de tri mécano-biologique (TMB) et méthanisation qui était prévu à Romainville, aux abords de Noisy-le-Sec, Bobigny et Pantin. Un procédé censé trier les ordures ménagères en mélange à la place des gens, mais qui ne marche nulle part. L’usine, en revanche, aurait généré de graves nuisances et mis en danger les populations avoisinantes, pour un coût de près de 500 millions d’euros.

La mobilisation de la population des communes directement concernées a vite montré que les habitants ne laisseraient pas faire cette monstruosité. Et le Syctom a fini par comprendre que son usine était « socialement inacceptable ».

De son côté, l’association de riverains Arivem, après avoir alerté la population et les élus locaux (qui aujourd’hui se félicitent de l’issue de cette bataille), a déposé un recours devant le tribunal administratif de Montreuil. Le 18 avril 2013, le juge a annulé l’autorisation d’exploiter délivrée par le préfet, retenant la plupart de nos griefs. Nous espérons que ce jugement fera jurisprudence, afin que cette technologie coûteuse, inutile et nuisible soit définitivement condamnée.

Le Syctom et le constructeur Urbaser ont fait appel du jugement, mais, le 23 janvier dernier, un accord conclu entre eux a été entériné : il prévoit une indemnisation de 3 millions d’euros pour Urbaser, qui en échange doit renoncer à sa procédure d’appel.

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Nos élus ont-ils tiré les enseignements de cette supercherie évitée de justesse ? Sont-ils désormais déterminés à mettre en place les vraies solutions ? Car le problème de la gestion de nos déchets continue à se poser.

De notre point de vue, le seul moyen de mettre fin à la mise en décharge et à l’incinération qui polluent depuis des décennies l’air et les sols de notre région, c’est de mettre en œuvre le tri à la source (dans les foyers), la collecte sélective des biodéchets pour compostage et le recyclage de toutes les matières qui peuvent l’être : des méthodes qui permettent à la fois d’améliorer la qualité du tri, de créer de nombreux emplois de proximité non délocalisables et, à terme, de faire baisser les taxes et redevances.

Cela se pratique déjà dans des pays voisins (Suisse, Allemagne, Espagne, Italie) et même en France (Lorient, Libournais, Porte d’Alsace). Alors pourquoi pas chez nous ?

Certes, cela ne se fait pas sans difficultés, mais pour les surmonter il faut de la volonté. La volonté, serait-ce ce qui manque le plus à nos élus ? Tous d’accord avant les élections pour condamner le TMB, ils ne donnent à présent aucun signe de vouloir sortir de la logique « faire payer aux habitants un projet industriel qui nous débarrasse du problème des déchets » (un budget de 2,2 milliards d’euros vient ainsi d’être voté par le Syctom pour un nouvel incinérateur et un TMB à Ivry-sur-Seine).

À présent nous voulons des actes !

La loi impose, à partir de 2015, la collecte sélective et la valorisation des biodéchets des « grands producteurs » : marchés, cantines scolaires, collectivités. À ce jour, aucune des villes d’Est Ensemble ne la respecte. Et pourtant les opérations « marché responsable » organisées par Environnement 93 et l’Arivem à Pantin et Romainville montrent que cette collecte sélective est facile à mettre en place. Commençons donc par convaincre nos élus de s’y atteler. C’est le premier pas à faire sur la bonne voie. »

* ARIVEM 122, rue Vaillant-Couturier 93130 Noisy-le-Sec e-mail : arivem@hotmail.fr
http://arivem.free.fr

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 17:48
Déchets : la réponse de la vice-présidente d’Est Ensemble



L’association Bagnolet Ecologie vient de recevoir ce 12 février une réponse d’Est Ensemble, à savoir de Mme Marie-Rose HARENGER vice-présidente chargée des déchets.
Nous préparons une relance pour en préciser et approfondir certains points après avoir échangé avec nos amiEs d’Environnement 93, d’ARIVEM et d’Association Romainvilloise pour la Défense de l’Environnement.

En attendant, nous publions la réponse avec des premiers et brefs commen
taires.
« Affaire suivie par : Direction Prévention & Valorisation des Déchets
N/Réf. : DIR/SG/028-20
15

Objet : demande de renseignement sur la ville de Bagnolet

Madame,

En réponse à votre courrier du 14 janvier dernier sur la collecte des déchets des ménages, je vous prie de trouver les éléments suivants :

Les immeubles concernés par la collecte complémentaire des ordures ménagères sont les moyens et grands collectifs disposant d’une capacité de présentation par bacs de 3 000 litres hebdomadaire. (À faire préciser. Ndlr)

La mise en place de cette collecte s’inscrivant dans un processus d’optimisation et d’harmonisation sur les tournées réalisées par le prestataire (la société SITA) sur les villes de Bagnolet et de Montreuil induit une réduction annuelle des coûts de 300 000 € HT. (À faire préciser en essayant de distinguer le coût lié à la tournée supplémentaire et les économies liées à l’« optimisation ». Ndlr)

A ce jour, je ne peux vous indiquer ni la faisabilité, ni le coût de mise en œuvre des containers enterrés sur l’ensemble de la ville, cette étude n’ayant pas été envisagée. En revanche, un certain nombre de projets ont été sollicités par la ville et les bailleurs, notamment la résidence des Grands Champs, place Sampaix, rue Blanqui, PRU des Malassis, Esplanade Curie, rue F. Léger, Carnot, Anatole France, Louise Michel, J. Hornet, La Capsulerie et collectifs de la Noue. La seule fourniture des mobiliers s’élève à près de 1 500 000 €. Les travaux d’installation (fosse, voirie) sont du ressort de la ville ou des résidences et leurs coûts sont variables, selon les contraintes techniques locales (de 5 000 à 10 000 € par Point d’Apport Volontaire Enterré (PAVE).

La mise en place progressive est prévue en fonction des faisabilités techniques de projets et des faisabilités annuelles financières des acteurs ville / agglomération, OPH, résidences.

(À relancer et à faire préciser. Ndlr)

Le dispositif de collecte pneumatique des déchets a représenté un coût net pour l’agglomération de 10 607 933,17 €. Les déchets issus de ces collectes restent séparables et les performances de tri sont, à l’identique des autres modes de collecte, fonction de la sensibilisation des usagers aux gestes de tri et de la technique de’ collecte.
(À faire préciser pour distinguer l’investissement et le fonctionnement, les subventions versées à la ville de Romainville et/ou à Est Ensemble pour les investissements, pour voir ce qui est vraiment séparable après compactage et obtenir les chiffres réels du recyclage des collectes compactées en comparaisons des autres collectes séparées. Demander aussi les intentions d’Est Ensemble concernant les éventuelles extensions de ce système. Ndlr)

Quant à la collecte des biodéchets, nous avons conduit avec le SYCTOM (Syndicat Intercommunal de Traitement des Ordures Ménagères) une étude de faisabilité de la collecte des déchets organiques ménagers et non ménagers sur le bassin versant de l’ménagers et non ménagers sur le bassin versant de l’unité de Romainville. Des représentants de plusieurs associations et notamment Environnement93 et MNLE 93 (Mouvement National de Lutte pour l’Environnement) ont participé aux Comités de Pilotage. Des études expérimentales, avec l’appui méthodologique du SYCTOM sont prévues en 2ème partie de cette étude.
(Nous reparlerons de cette « fuite en avant » d’Est Ensemble vers « l’expérimental » alors que la mise en œuvre - en grand - de la collecte des biodéchets est une nécessité et une urgence. Et que la preuve est déjà faite que ça marche. Ndl
r)

Mes services restent à votre disposition pour vous présenter leurs pistes de travail.

Espérant avoir répondu à vos interrogations, je vous prie de croire, Madame, à l’expression de mes salutations distinguées.

La 6è vice-Présidente
Chargée de la collecte, Prévention et
Valorisation des Déc
hets

Marie-Rose HARENGER »

Et encore merci pour ces réponses.

À suivre.

Hélène Z
anier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 09:14
Pas de TMB à Bordères-sur-l’Echez (Midi-Pyrénées) non plus



Lu le 9 février 2015 dans la dépêche.fr :

Dans les Hautes Pyrénées aussi, à Bordères, les citoyens se mobilisent contre un projet d’usine de tri mécano-biologique et méthanisation que le maître d’ouvrage veut faire passer en force. Pour information, le projet d’un coût prévisionnel d’environ 50 millions d’euros a été confié à un groupement conduit par Vinci-Environnement pour la conception, la création et l’exploitation.

Les opposants à l'UTV 65 restent mobilisés et multiplient les actions./ Photo Rachel Barranco.

« 160 à manifester contre l'usine de tri des déchets

La manifestation des associations d'opposants à l'usine de tri mécano-biologique et de méthanisation (UTV 65) a rassemblé environ 160 personnes samedi matin à Bordères.

Les opposants au projet multiplient les actions. Rappelons qu'ils ont introduit deux recours auprès du tribunal administratif de Pau : l'un contre le permis de construire de l'usine et l'autre contre l'autorisation d'exploiter.

«Le président du SMTD, maître d'ouvrage de l'usine, avait déclaré que les travaux ne débuteraient pas avant la fin des recours. Or, il s'est ravisé et a annoncé un démarrage du chantier fin mars. Nous ne voulons pas que Bordères devienne un nouveau Sivens. Il n'est pas question de prendre la justice de vitesse en laissant réaliser des travaux en pure perte. Nous souhaitons que la date de début des travaux soit repoussée après la fin des recours», explique Didier Oppein, porte-parole de l'Adrise (Association de défense des riverains des stations d'épuration et installations de traitement des déchets).

Le collectif souhaite aussi que Christian Paul, maire de Bordères-sur-L'échez, clarifie sa situation. «Il a été contraint par son conseil municipal d'effectuer deux recours au tribunal administratif contre l'UTV 65. Mais dans le même temps, il est vice-président du SMTD», souligne Didier Oppein. »

A suivre.

Pierr
e Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 14:47
La non-réalisation de l’usine de Romainville selon Le Parisien, avec nos commentaires



À lire cet article de M.-P. Bologna dans Le Parisien d’aujourd’hui mercredi 4 février 2015, on pourrait croire que les associatifs, et en premier lieu l’ARIVEM, ne sont pour rien dans cette issue heureuse, l’abandon de l’usine de TMB-méthanisation de Romainville par Est-Ensemble et le Syctom …

« Romainville n'aura pas d'usine de (TMB : tri mécano-biologique et méthanisation : on aurait pu penser, depuis le temps que le Parisien avait compris que ce qui clochait surtout dans ce projet, c’était le TMB … Ndlr) méthanisation

(Il est à noter que la légende de la photo du Parisien (ci-dessus) « Le projet de transformation du centre de traitement des déchets de Romainville en usine de méthanisation, un procédé écologique mais contesté, est finalement abandonné dix ans après son lancement. (DR.) » ose – encore - prétendre que le TMB serait un projet « écologique » au mépris des faits mis en évidence par le travail des écolos d’ARIVEM, Environnement 93, 3R etc.)

Le tribunal administratif (Sur la requête de l’association ARIVEM ! Ndlr) avait annulé l'autorisation d'exploiter le site. Le Syctom a décidé d'abandonner son projet, ce qui lui coûtera 3 M de dédommagement.

EXIT LE PROJET d'usine de méthanisation à Romainville ! En tout cas pour ce qui est du premier procédé choisi dit de tri mécano-biologique -- il s'agit de laisser fermenter les ordures ménagères, d'en extraire ensuite le méthane réutilisé comme source d'énergie et d'en séparer la partie organique pour en faire du compost.

Lors de leur comité du 23 janvier,(Lire notre article du 24 janvier : http://www.bagnoletenvert.com/article-le-collectif-3r-d-ivry-arivem-et-environnement-93-au-comite-syndical-du-syctom-125430454.html. Ndlr) les membres du syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (Syctom) ont en effet décidé l'annulation pure et simple du projet. « On ne pouvait plus continuer à s'arc-bouter contre les oppositions des habitants (Ah, quand même, c’est dit, mais la moindre des choses aurait été de mentionner l’association qui a structuré et représenté les habitants. Ndlr) et des élus d'Est Ensemble (Eux-mêmes « à la remorque » des habitants et de l’association ARIVEM. Ndlr). Il va cependant falloir trouver des solutions de rechange », indique-t-on au cabinet d'Hervé Marseille, le sénateur-maire UDI, qui remplace depuis décembre le socialiste François Dagnaud à la direction de l'agence des déchets ménagers. Elus et riverains s'inquiétaient d'éventuelles odeurs nauséabondes qui auraient été dégagées par la fermentation et de risques d'explosion du méthane dans les digesteurs. (Pas seulement : ARIVEM, par une enquête systématique avait démontré que le TMB ne marchait nulle part. Ndlr)

Le premier coup de semonce dans ce dossier, lancé en 2005 et confié à la société Urbaser, remonte à 2013. Les magistrats du tribunal administratif de Montreuil, saisis par deux associations (Les quelles ? Il s’agit d’« ARIVEM » avec le concours d’ « Écologie sans frontière ». Ndlr), avaient alors annulé l'autorisation d'exploiter le site. Selon eux (Ce « selon eux » est … charmant. Ndlr), « l'importance des conséquences du projet » avait été sous-estimée et « les vices entachant l'étude de dangers ont eu pour effet de nuire à l'information complète de la population et ont été de nature à exercer une influence sur la décision du préfet de Seine-Saint-Denis d'autoriser l'exploitation du centre ».

À l'époque, le Syctom pensait modifier son projet. Mais il aurait fallu recommencer tout depuis le début avec le risque de perdre quatre ans de plus. « Ce n'est plus possible, d'autant que le centre de tri actuel, qui date de 1996, est vétuste dans ses installations » (Peut-on aller – citoyennement - jusqu’à se demander s’il a été correctement entretenu par Urbaser et le Syctom ? Ndlr), poursuit-on au Syctom. Le centre de tri traite actuellement 360 000 t de déchets -- provenant de la Seine-Saint-Denis et de Paris.

Le coût de ce rétropédalage ? Plus de 3 M€ (Ce montant, validé par le tribunal administratif, est considéré comme raisonnable par le Syctom qui craignait de devoir verser une somme plus lourde. Ndlr) versés à Urbaser par le Syctom en guise de dédommagement pour non-profit réalisé. « Le protocole transactionnel a été homologué par le tribunal administratif de Paris. Urbaser n'entame aucun recours », précise-t-on au Syctom. « L'urgence aujourd'hui, ce sont les travaux de rénovation du centre de tri. »

Courant février, les agents de Romainville affectés au tri sélectif vont rejoindre Paprec au Blanc-Mesnil, le temps des travaux qui devraient courir jusqu'à octobre. Le coût de l'opération ? 25 M€. « Une vingtaine d'entre eux vont suivre des formations. Leur outil de travail va être du dernier cri », assure-t-on au Syctom. Rien ne bouge pour le traitement des ordures ménagères non recyclables qui repartent de Romainville vers des centres d'incinération. (Une partie de ces déchets qui arrivent à Romainville partent également en décharge en Seine-et-Marne. Ndlr)

Du côté d'Est Ensemble -- la communauté d'agglomération qui avait émis un avis défavorable en décembre 2012 (Toujours à la demande d’ARIVEM. Ndlr) --, on est ravi de l'abandon du projet. « Je suis satisfait de cette bonne tournure des choses. Nous réfléchissons désormais en étroite collaboration avec le Syctom à toutes les solutions possibles », sourit le président (PS), Gérard Cosme.

MARIE-PIERRE BOLOGNA »

Décidément, tout le monde est content (Même Urbaser, qui doit être satisfait de ne pas s’engager dans une aventure industrielle vouée à l’échec), mais peu de ces personnes « ravies et souriantes » songent à remercier ARIVEM qui a enlevé aux pouvoirs publics et aux contribuables une ÉNORME épine du pied !

Pierre Mathon

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Déchets arivem
commenter cet article