Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 12:05
Trump et le climat …

Bon, cet article d'Hélène Crié-Wiesner dans Reporterre est un peu bisounours pour l'action d'Obama et les engagement d'Hilary Clinton sur le climat, mais il n'en reste pas moins que l'élection d'un climatosceptique à la présidence des USA est une raison de plus pour être vigilants et combatifs.

« Donald Trump : le président de l’anti-écologie


Donald Trump a été élu mardi 8 novembre président des États-Unis. Son programme ? L’environnement n’est pas un problème et les réglementations sont de trop. Bienvenue aux États-Unis

Hillary Clinton et Donald Trump ont expliqué (ou pas), détaillé (ou pas), ce qu’ils comptaient faire pour le pays. Tout y est passé : emploi, commerce, immigration, politique étrangère, maternité, enseignement… Un seul sujet n’a suscité ni débat public ni engueulade médiatisée, tout juste des positions de principe de part et d’autre : l’environnement.

La faute n’en revient pas aux seuls candidats, que ni les supporters dans les meetings ni les journalistes dans les interviews n’ont jamais sérieusement interpelés sur ce thème. Il y a eu trois grands débats télévisés officiels, regardés par des dizaines de millions de spectateurs. Sur un total de 4 heures 30 minutes, l’environnement a occupé en tout… 5 minutes et 20 secondes. Et ce ne sont jamais les journalistes modérateurs qui ont évoqué le sujet, mais Hillary Clinton elle-même, dont une fois en répondant à une question du public sur l’énergie.

Pour autant, on a quand même une idée assez claire des programmes respectifs des candidats. Celui d’Hillary Clinton était sans surprise : elle entendait notamment poursuivre l’action d’Obama contre les émissions de CO2 et pour l’abandon progressif du charbon. Elle promettait aussi de faire largement progresser les énergies renouvelables. Elle soutenait bien sûr l’accord de Paris sur le climat.

« Rendre l’industrie américaine non compétitive » 

Donald Trump est quant à lui un climatosceptique revendiqué. En 2012, il avait proféré cette sublime vérité sans appel : « Le concept du réchauffement climatique a été créé par la Chine pour rendre l’industrie américaine non compétitive. » »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans climat
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 10:39
Di Caprio contre le réchauffement climatique

Lu dans Liberation.fr ce 28 octobre sous la plume de Coralie Schaub :

« Dans son documentaire diffusé dimanche sur National Geographic, l’acteur délaisse les paillettes d’Hollywood pour alerter sur le réchauffement climatique et inciter les citoyens à agir.

Il a du mérite et du cran, Leonardo DiCaprio. La superstar américaine aurait pu rester tranquillement planquée, à savourer sa célébrité et sa fortune d’acteur de fiction sans s’impliquer dans les affaires du monde. Rien ne l’obligeait à se lancer dans la production d’un documentaire sur le changement climatique, encore moins à s’y livrer sans fard et à s'y mettre en scène en questionnant avec humilité des acteurs de la vie réelle, qu’il s’agisse de personnalités (Barack Obama, le pape François ou Ban Ki-moon), mais aussi de scientifiques ou de représentants d’ONG. Rien ne l’obligeait à parcourir la planète pendant deux ans pour nous livrer ce film ambitieux, sérieux, limpide et d’utilité publique : Avant le déluge, diffusé dimanche par la chaîne de télévision National Geographic dans 171 pays et 45 langues, et hélas parfois desservi par des erreurs de traduction dans les sous-titres français (1).

Pédagogie.Il n’avait que des coups à prendre, une image assez lisse et consensuelle à froisser. Surtout qu’il y va fort, «Leo». Sans doute parce qu’il a compris de longue date l’importance, l’ampleur et l’urgence du sujet : «Il n’y a pas de menace plus grave pour l’avenir de nos sociétés que le changement climatique», martèle-t-il. Son documentaire fait bien sûr d’abord œuvre de pédagogie, et particulièrement bien. Les interviewés rappellent les faits, rien que les faits. N’en déplaise à ceux qui le nient, la température moyenne du globe s’emballe depuis quelques années alors qu’elle était restée stable depuis douze mille ans.

Les effets sont déjà là, flagrants, dramatiques. Et les images, à la fois belles et effrayantes, sont là pour le prouver. La glace des pôles fond à toute vitesse. Les habitants des îles du Pacifique doivent abandonner leurs maisons envahies par les flots. En Floride, le maire de Miami Beach, sorte de Shadok des temps modernes, doit faire surélever les chaussées et installer des pompes pour évacuer l’eau de mer, le tout à grands frais (400 millions de dollars, soit plus de 366 millions d’euros) et pour une durée de protection estimée à «quarante ou cinquante ans»seulement. Les récoltes des paysans indiens sont détruites par des pluies diluviennes, les coraux meurent, les poissons se font rares…

Et c’est bien l’homme qui en est responsable. Lui qui libère des quantités massives de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, surtout en consommant des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), mais aussi en rasant ou brûlant les forêts d’Asie du Sud-Est ou d’Amazonie, pour cultiver de l’huile de palme ou du soja destiné à nourrir le bétail. N’en déplaise à Nicolas Sarkozy qui, ô surprise, reprend ces temps-ci les mêmes éléments de langage, quasiment au mot près, que James Inhofe, l’un des membres du Congrès américain les plus climatosceptiques : «Certains sont tellement arrogants qu’ils pensent pouvoir changer le climat. L’homme ne peut pas faire ça», assène ce dernier. Il se trouve que James Inhofe reçoit une fortune de l’industrie des énergies fossiles, souligne le film. Et de donner un chiffre : 1 837 427 dollars - petit reproche : il n’est pas précisé s’il s’agit là d’une somme annuelle. Suivi d’autres montants du même ordre empochés par tel ou tel sénateur, noms et photos à l’appui.

C’est là que DiCaprio y va fort. Il n’hésite pas à dénoncer nommément, à citer les multinationales responsables de la catastrophe en cours. Celles qui organisent et financent une campagne massive de désinformation dans les médias, pour instiller le doute dans les esprits et diviser le public, en achetant politiques et pseudo-experts. Voire (indirectement et anonymement) qui font envoyer de charmantes menaces de mort aux climatologues. «Vous devriez être flingué, écartelé et donné à manger aux cochons, vous et toute votre satanée famille», a reçu l’un d’eux par mail. Le tout dans le seul but de protéger leurs intérêts privés, au mépris des plus pauvres et des générations futures. Les noms qui font partie du «lobby fossile» défilent à l’écran : ExxonMobil, Shell, BP, Chevron, Koch Industries, The Heartland Institute, Americans for Prosperity… Dans le cas de l’huile de palme, le film pointe Burger King, PepsiCo et ses marques Quaker et Doritos, Kraft…

Mode de vie.Il pose, in fine, la question de notre mode de vie occidental. Mais propose des solutions à la portée de tous. Par exemple, manger moins de viande de bœuf - un hamburger de 450 grammes équivaut à deux cents heures d’éclairage d’une ampoule à 60 watts. Ou voter pour des dirigeants qui combattront le changement climatique «en supprimant les subventions aux énergies fossiles, en laissant celles-ci dans le sol, en investissant dans les énergies renouvelables ou en imposant une taxe carbone». Sur ce dernier point, un éminent professeur à Harvard, républicain et ex-boss des conseillers économiques de George W. Bush, décrypte ce que nombre de politiques ne prennent pas la peine d’expliquer, par peur des sondages : non, il ne s’agit pas d’un nouvel impôt qui s’ajouterait aux autres, mais d’un rééquilibrage de la politique fiscale permettant de nous inciter, collectivement, à choisir les énergies renouvelables plutôt que les fossiles. Et il suffirait d’un minimum d’information du public pour que celui-ci en comprenne l’intérêt… et que les politiques suivent. DiCaprio aura fait sa part.

(1) Réalisé par Fisher Stevens. Diffusé en France dimanche à 20h40, puis jusqu’au 5 novembre sur Natgeotv.com et sur Dailymotion. »

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans climat
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 08:13
Faute de marche, chaussures à République et chaîne humaine d’Oberkampf à Nation

Visiblement, le gouvernement Hollande-Valls a fait voter l’état d’urgence autant pour mettre hors d’état de nuire les terroristes islamistes que pour museler les militants écolos qui auraient des velléités de peser sur le déroulement de la COP21. Ainsi voit-on des perquisitions chez des militants écologistes, des assignations à résidence de militants écologistes, des interdictions de manifestations … alors que rien n’entrave ni le commerce, ni les spectacles sportifs, ni les cultes, ni les déplacements de propagande gouvernementale …

Bon, si cela a découragé nombre de personnes qui devaient venir marcher ce dimanche comme prévu pour que l’objectif de réduction des gaz à effet de serre soit atteint, cela n’a pas empêché 10 000 d’entre eux de faire une belle chaîne humaine d’Oberkampf à Nation par le Bataclan hier entre 12 heures et 13 heures. Sans oublier les milliers de personnes qui ont laissé des chaussures Place de la République.

Photos.

Nous y reviendrons.

Hélène Zanie
r et Pierre Mathon

Les chaussures contre l'interdiction de la marche pacifique
Les chaussures contre l'interdiction de la marche pacifique

Les chaussures contre l'interdiction de la marche pacifique

Quelques images de la chaîne
Quelques images de la chaîne
Quelques images de la chaîne

Quelques images de la chaîne

Devant le Bataclan
Devant le Bataclan

Devant le Bataclan

Faute de marche, chaussures à République et chaîne humaine d’Oberkampf à Nation
Faute de marche, chaussures à République et chaîne humaine d’Oberkampf à Nation
Faute de marche, chaussures à République et chaîne humaine d’Oberkampf à Nation
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 17:00
De la COP21 au FLOP21 !

Brillante analyse d’Olivier Cabanel sur son blog :

« De la COP 21 au Flop 21

par olivier cabanel (son site)
vendredi 27 novembre 2015

Soyons réalistes, comment la rencontre internationale parisienne pourrait-elle accoucher d’un bébé présentable, quand l’on découvre la modestie des engagements mondiaux, et quand l’on sait que les lobbys contrôlent déjà tout ça ?

Le bilan est prévisible…et on pourrait d’ores et déjà se donner rendez vous pour laCOP22.

Mais découvrons les modestes propositions des différents pays qui seront présents.

170 pays ont fait des promesses, ce qui pourrait être considéré comme « encourageant », sauf que les promesses sont largement insuffisantes pour contenir le réchauffement sous le seuil des 2°C.

Fixer le délai à 2050 pour réussir le changement énergétique manque déjà singulièrement d’ambition, d’autant que ce qui est proposé n’est pas très novateur…et que les pays émergeants ne sont pas très enthousiastes…comment ne pas les comprendre ?

Nous avons pollué la planète en toute impunité pendant des dizaines d’années, et alors qu’ils sont juste en train de tenter de sortir la tête de l’eau, nous leur demandons de ne plus utiliser ni le charbon, ni le pétrole…

De plus, nous leur proposons de remplacer ces énergies polluantes par le nucléaire, dont chacun sait que ce n’est pas une solution acceptable.

Prenons un pays au hasard, l’Indonésie, elle vient de provoquer l’une des plus graves catastrophes environnementale de ce siècle, en ayant mis volontairement le feu à ses forêts, tout ça pour produire de l’huile de palme.

D’après Marion Zipfel, journaliste française indépendante qui vit à Singapour depuis 6 ans là bas, la « saison des fumées » ne s’est jamais éternisée si longtemps : « parfois les fumées des feux de forêts venant d’Indonésie arrivent en juin, mais cette année, la sécheresse persistante a prolongé le phénomène dans une dimension jamais atteinte (…) tout le monde porte des masques et on scrute en permanence les sites Internet qui annoncent les niveaux de pollution, très toxique, mais aucune étude n’a jamais été faite sur l’impact de ces fumées sur la santé. ». lien

Or l’Indonésie annonce « moins 29% d’émissions en 2030, s’engageant à passer à -41%, si elle bénéficie d’aides financières ».

Qui peut croire que ce pays renoncerait à l’exploitation de l’huile de palme, puisque cette industrie représente pour eux une manne financière capitale ? lien

La Chine, 1er émetteur mondial de gaz à effet de serre, dit vouloir réduire de 60 à 65% ses émissions…au plus tard en 2030…dans 15 ans donc.

Les USA ne font pas mieux, en annonçant une probable réduction de ses émissions d’ici à une dizaine d’années…

Quand à l’Union Européenne, elle promet de réduire ses émissions de 40% d’ici à 2030, dénotant un sérieux manque d’ambition.

Le plus « original » est peut-être le Japon, qui compte sur le retour de l’énergie nucléaire pour réduire ses émissions de 26%.

Ne souriez pas…

La France est-elle un exemple à suivre ?

Elle a décidé d’offrir aux 195 chefs de délégation une belle pomme rouge, avec en inclusion la Tour Eiffel.

Il parait que ce message est destiné à faire comprendre que ces pommes pourraient disparaitre si rien de sérieux ne se décidait pour enrayer la courbe dramatique du changement climatique.

Ne sommes-nous pas dans une simple opération de communication ?

En tout cas la réalité démontre facilement, que, même si quelques avancées sont faites dans notre pays, nous ne sommes pas en pointe dans le domaine des énergies propres.

Alors que l’Allemagne a pu créer 400 000 emplois dans le domaine des « renouvelables », la France n’en a créé que le ¼ …et comme le dit clairement Greenpeace, c’est la toute puissance de l’industrie nucléaire qui bloque la transition énergétique.

Attachons nous à découvrir les mécènes qui ont financé en partie ces journées : EDF, Sanofi, Suez environnement, et quelques autres, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils sont mal placés pour donner des leçons.

La liste des propositions des autres pays est sur ce lien.

On découvre donc que le nucléaire, malgré les dangers qu’il véhicule, est considéré comme recevable.

Pourtant le mensonge véhiculé par les lobbys nucléaire a fait long feu : ils se prévalaient d’un bon indice carbone, mais des experts attentifs ont fait valoir à EDF que le nucléaire n’était pas innocent en matière de rejet de CO², et que la fable d’un nucléaire providentiel n’était qu’un triste mensonge.

Le nucléaire ne sauvera donc pas le climat.

Il produit peut-être moins de CO2 que le charbon, ou le pétrole, mais il en produit, et il ajoute à son bilan, un échec financier évident, et surtout, il est porteur d’un risque d’accident majeur, (remember Tchernobyl, Fukushima), sans pour autant proposer une solution pour la gestion des dangereux déchets produits.

Pourtant, le GIEC, qui est pour beaucoup à l’origine de la prise de conscience concernant le changement climatique (Groupe d’Experts Intergouvernementaux sur l’Evolution du Climat) affirme contre toute attente que l’énergie nucléaire fait partie de la solution pour réussir la transition énergétique. lien

En réalité, le climat ne peut être sauvé que par les énergies propres : le solaire, le méthane fabriqué, l’éolien, l’hydraulique, et tant d’autres technologies qui ont fait leur preuve.

Chacun sait aujourd’hui que les solutions propres peuvent donner suffisamment d’énergies à tous le pays, sans produire de CO2, et sans déchets ingérables.

D’ailleurs le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) est encore plus pessimiste, et assure que nous allons vers une augmentation de 3 à 3,5°C, si on s’en tient aux engagements déjà pris pour la COP21. lien

Il ne faut donc rien attendre de cet ixième sommet mondial, ce que confirme un sondage récent pour lequel 59% des français sont d’ores et déjà convaincu qu’elle sera un échec. lien

Du coté de l’imagination, il ne faudrait pas oublier les solutions discutables proposées par quelques scientifiques apprentis sorciers qui ne proposent pas moins que de stimuler le plancton, de peindre tous les toits en blanc, d’envoyer des miroirs dans l’espace... lien

Comment s’étonner dès lors qu’ils soient de plus en plus nombreux ceux qui ont choisi des énergies alternatives, sans attendre que nos dirigeant prennent enfin les bonnes solutions.

Économie de partage, chère à Jeremy Rifkin, donc partage de l’énergie, laquelle est consommée sur place ou véhiculée le moins loin possible est une partie la solution. lien

Une isolation des bâtiments appliquant un coefficient de 0,6 permettrait de fermer 18 des58 réacteurs nucléaires du pays.

L’arrêt du gaspillage généralisé de l’électricité, passant par celui du chauffage électrique, de l’utilisation de systèmes d’éclairages peu énergivore, de l’extinction des feux de tous ces bâtiments administratifs ou privés, qui sont éclairés des nuits entières, permettrait de fermer 18 autres réacteurs.

Quand on sait que l’hydraulique, toutes technologies confondues, permettrait de remplacer10 autres réacteurs, que l’eau chaude du sous sol représente l’équivalent de 15 autres réacteurs nucléaires, on découvre que des solutions simples à mettre en place, représentent l’équivalent de 61 réacteurs nucléaires, (notre pays n’en compte que 58) alors qu’il reste encore comme possibilités propres le solaire, l’éolien, et le méthane fabriqué. lien

Mais au-delà de ces solutions connues déjà depuis quelques lustres, il en existe tant d’autres.

Les habitations à énergie positive, qui au lieu de consommer produisent leur propre énergie…

Et puis l’énergie magnétique, qui peine à émerger et qui pourtant est une solution si simple et si peu énergivore.

Une vrai COP21 aurait dû décider de ne plus toucher aux énergies fossiles, nucléaire y compris, et d’utiliser les énergies que nous pouvons fabriquer chaque jour, à chaque coin de la planète, en utilisant par exemple nos propres déchets…déjà, de nombreux territoires se sont rendus quasi énergétiquement autonomes, comme la Bretagne, par exemple…lien

Quand on réalise les drames qu’entraînent aujourd’hui le pétrole, le charbon, le nucléaire, on peut légitimement s’interroger sur les choix de nos dirigeants.

Sans le pétrole, la guerre que mène Daech serait vite privée de ressources…même si ce n’est manifestement pas la seule source du financement de ce terrorisme…

Aux USA, dans le Kansas, Greensburg, une commune au nom prometteur, a tourné la page du pétrole et ne fonctionne plus qu’aux énergies vertes.

Elle vient de décrocher le pompon de la première ville américaine qui ne tourne qu’aux énergies propres. lien

Ailleurs dans le monde, à Totnes, à Feldheim, et ailleurs, la transition est déjà une réalité.lien

Pourtant, on sait déjà que la décision prise par la COP21 inclura dans son projet ce nucléaire si dangereux, et sans avenir.

Car comme dit mon vieil ami africain : « si tu ne peux être une étoile au firmament, soit au moins une lumière chez toi ».

L’image illustrant l’article vient de : « contrepoints.org »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse, et merci particulier à Lisa qui m’a inspiré le titre de l’article.

Olivier Cabanel

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/de-la-cop-21-au-flop-21-174710 »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 08:16
« Pas de COP21 sans mobilisation de la société civile » !

Consciente à la fois de la gravité de la situation et de ce qu’il ne peut y avoir de COP21 « sans mobilisation de la société civile », la Coalition Climat 21 appelle « les citoyennes et les citoyens à profiter du rayonnement politique et médiatique de ce sommet pour s’organiser et se mobiliser largement afin de lancer un mouvement fort et durable pour la justice climatique ».

Elle a publié le communiqué de presse suivant ce 18 novembre 2015 :

« La Préfecture de police de Paris vient de nous informer qu’en raison des tragiques attentats qui ont eu lieu le 13 novembre dernier, la Marche mondiale pour le climat du 29 novembre et les mobilisations prévues le 12 décembre sont interdites à Paris.

Nous regrettons qu’aucune alternative n’ait été trouvée pour permettre nos mobilisations. Pour autant, nous sommes plus que jamais déterminés à faire entendre nos voix sur les questions de justice climatique.

« Nous avons conscience de la gravité de la situation. Plus que jamais nous ferons part de créativité pour mobiliser et rassembler. Pas de COP21 sans mobilisation de la société civile » Juliette Rousseau, coordinatrice de la Coalition
climat 21.

En effet, le week-end des 28 et 29 novembre, à la veille de l’ouverture de la COP 21, des millions de personnes marcheront pour la justice climatique :

- 2173 événements se préparent dans plus de 150 pays
- 57 marches sont prévues dans le monde entier
- Plusieurs dizaines de marches dans les régions de France s
ont annoncées

Le 29 novembre et le 12 décembre à Paris, nous trouverons une forme alternative de mobilisation citoyenne, pour montrer que la COP 21 ne se fera pas uniquement avec les négociateurs.


Le Sommet citoyen pour le climat qui se tiendra les 5 et 6 décembre à Montreuil (Seine Saint-Denis) ainsi que la Zone d’action pour le climat, qui se déroulera du 7 au 11 décembre au CENTQUATRE-Paris devraient être maintenus. Ces mobilisations seront deux grandes occasions de démontrer que nous portons les solutions et les alternatives au dérèglement climatique et que la société civile est déterminée à lutter contre la crise climatique.

La Coalition climat 21 rappelle que la COP 21 n’est pas une fin en soi et que, nous citoyennes et citoyens du monde entier, nous construisons un mouvement qui ne fera que se renforcer à l’issue de ce sommet e
t au-delà.

En savoir plus sur la Coalition Climat 21 :

La Coalition Climat 21 est née en 2014 à l’initiative du RAC (Réseau Action Climat), du CRID(Centre de Recherche et d'information pour le développement) et d’Attac. A son origine : l’échec de la conférence de Copenhague en 2009, mais aussi le piétinement des négociations lors de la Conférence de Varsovie en 2013, qui avait poussé la société civile à claquer la porte de la COP. Aujourd’hui, la Coalition Climat 21 rassemble plus de 130 organisations de la société civile. Ensemble, elles affirment que les négociations qui se tiendront dans le cadre de la COP21, si elles sont une étape nécessaire, ne seront pas suffisantes pour sauver le climat, comme nous l’ont montré celles des vingt dernières années. Elles appellent les citoyennes et les citoyens à profiter du rayonnement politique et médiatique de ce sommet pour s’organiser et se mobiliser largement afin de lancer un mouvement fort et durable pour la justice climatique.

Découvrir la campagne de mobilisation de la Coalition

facebook.com/climat21

@Climat21

www.coalitionclimat21.org

Contact Presse Coalition Climat 21 :

Méryl Sotty : Chargée de communication

Tel. 06 33 15 04 93 / Mail. m.sotty@coalitionclimat21.org

Les membres de la Coalition Climat 21 :

350.org, ACF - Action Contre la Faim, Actionaid, AderOC décroissance, Agenda 21 Afrique – A21A, Agir pour l’Environnement, AITEC – Association Internationale de Techniciens, Experts et Chercheurs, Agrisud, ALDER – Climat Energie, ACIPA, Adéquations, Alofa Tuvalu, Alternatiba, Altertour, Les Amis de la Conf, Les Amis de la Terre, Les Amis d'Enercoop, les Assises musulmanes de l’Ecologie, Ahtarame, Apiflordev, Association Espace Vision, Artisans du Monde, Association des Médecins Français pour la Prévention de la Guerre Nucléaire – AMFPGN, Association des Populations de Montagnes du Monde, Association 4D, ATTAC, Attention Chantier, Avaaz, Bloom, Bizi !, Blue Energy, Bolivia Inti - Sud Soleil, Brahma Kumaris, Campaign Against Climate Change, CARE, CARI, Collectif Mantois et Climat, Connected by Nature, CCFD- Terre Solidaire, CFDT – Confédération Française Démocratique du Travail, CGT, CLER - Réseau pour la transition énergétique, Coalition Eau, Collectif Roosevelt, Coordination Eau Île-de-France, Coordination SUD, Confédération Paysanne, Collectif pour une Transition Citoyenne, Collectif pour les droits des femmes, Chrétiens Unis pour la Terre, CREAQ – Centre Régional d'Eco-énergétique d'Aquitaine, CRID – Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID), CIWF France, CliMates, CISPM, Coeur de Forêt, Collectif Ethique sur l’Etiquette, Comité de Solidarité avec les indiens des Amériques, CSP75, Désobéir, Droit humain France, EEUDF – Eclaireurs et Eclaireuses Unionistes de France, Effet de Serre Toi-Même Association, Emmaüs – France, Eclaireuses et éclaireurs unionistes de France, End Ecocide on Earth, Energie Partagée, Fédération protestante de France, FNE – France Nature Environnement, Fondation Copernic, Forum pour une Nouvelle Gouvernance Mondiale, Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme, Fondation Danielle Mitterrand - France Libertés, FSU – Fédération Syndicale Unitaire, France Amérique Latine, Geres, Générations Futures, Green Cross France & Territoires, Greenpeace, Grand Orient de France, HNNE – Haute Normandie Nature Environnement, Humanité et Biodiversité, le Laboratoire de l’Economie sociale et solidaire, L'Heureux Cyclage, Institut Momentum, Jeunes Amis pour la Terre, J’aime le vert, Je vote pour le Climat, Justice et paix, LGBTI pour le Climat, Ligue des droits de l’Homme, Le mouvement de la Paix, Les Petits Débrouillards, LPO – Ligue pour la protection des Oiseaux, la Marche Mondiale des Femmes, MFRB - Mouvement Français pour un Revenu de Base), Mouvement Utopia, le MRAP - Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, MRES, Max Havelaar France, Nature Rights, Negawatt, The Noise, Oxfam France, Oui à la Transition, Oui Share, Our Voices, Pax Christi, Peuples solidaires, POC21, Plateforme pour le Commerce Equitable, RAC – Réseau Action Climat, REFEDD – Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable, RADSI, Réseau Ecole et Nature, Réseau Féministe Ruptures, Réseau Foi & Justice Afrique – Europe, Réseau GRAPPE, Réseau IPAM, Réseau Sortir du Nucléaire, Réseau Gubbio, Réseau Ecole et Nature, Respaix Conscience Musulmane, Ritimo, Scouts et Guides de France, Secours Catholique Caritas France, Semaine de la Solidarité internationale, Solidarité étudiante, Sciences Citoyennes, Solidarité Asso, SOS Forêt France, Stop Gaz de Schiste ! (Ni ici ni ailleurs), Students for Climate, TACA – Taxe Carbone avec Redistribution, Association Terre et Liberté pour Arauco, Union Syndicales Solidaires, UNEF, VECAM, WARN, WWF, YMCA France, Zéro Waste France »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 17:32
COP21 : une militante écologiste en garde à vue à Bordeaux comme une dangereuse terroriste

Une sexagénaire qui participait ce jeudi 5 novembre à Bordeaux à une opération symbolique de « réquisition de chaises » (« les faucheurs de chaises ») http://www.liberation.fr/debats/2015/09/29/pour-le-climat-appel-a-tous-les-faucheurs-de-chaises_1393535 dans une banque pour protester contre les paradis fiscaux a été placée en garde à vue, indique les associations Action non-violente COP21 et Amis de la terre.

La « dangereuse terroriste », a été cueillie à son domicile, a mobilisé la police nationale, la justice de notre pays et a été mise « hors d’état de … nuire ». Ouf !

Les faits : 22 militants bordelais, membres ou proches de ces deux associations, ont mené « une action de réquisition de chaises » dans une agence de la Société Générale pour répondre à l'appel lancé le 30 septembre de réquisitionner 196 chaises dans les banques impliquées dans l'évasion fiscale, avant l'ouverture de la conférence de Paris sur le climat (COP21). Ces 196 chaises sont symboliques du nombre de parties représentées lors de ces négociations.

Cet appel entend « faire le lien entre l'inaction des politiques par rapport au financement du Fonds Vert pour le climat et les sommes astronomiques qui sont abritées dans les paradis fiscaux », selon ses initiateurs. La Société générale, choisie par les militants à Bordeaux, « fait partie des banques françaises qui ont le plus de filiales dans les paradis fiscaux », accusent les deux associations dans un communiqué.

La militante écologiste placée en garde à vue a été arrêtée à son domicile après la « réquisition » de trois chaises. Elle avait utilisé son véhicule personnel pour participer à leur transport.

Les citoyens apprécieront. L’argent des contribuables est bien utilisé.
Les gangsters, les terroristes, les voleurs, les violeurs et autres « citoyens au-dessus de tous soupçons » en rigolent encore.
Pas
moi.

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 21:36
Réunion-débat sur le climat des Amis de l’Humanité ce jeudi 5 novembre 2015

L’approche de la COP21 suscite les vocations … et c’est une bonne chose. Ainsi, à Bagnolet, l’association des « Amis de l’Humanité » organise ce jeudi 5 novembre avec un journaliste de l’Humanité-Dimanche, Gérard Lepuill, 47 avenue Pierre et Marie Curie un débat sur le climat :

« Face au défi climatique Quels enje
ux ?

Nous vous invitons à la rencontre organisée jeudi 5 novembre à 19h par l'association "Les Amis de l'Humanité à Bagnolet" sur le thème du climat, à quelques jours de l'ouverture de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris.

2014 aura été l'année la plus chaude depuis 1880 et les émissions de CO² ont battu un nouveau record. Pour limiter le réchauffement à 2°C en 2100, l'urgence est à la réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) dues à l'utilisation des énergies fossiles (Gaz, Charbon, Pétrole…).
Tendre à une société bas carbone, cela appelle un changement profond qui touchera bien des aspects de la vie personnelle, industrielle, agricole, économique et politique.

Avec toutes celles et tous ceux qui s’opposent à la mondialisation capitaliste et à la course au profit, nous vous invitons à réfléchir à de nouveaux modes de vie, de développement, de production et de consommation qui favorisent l’émancipation humaine tout en respectant vraiment l’environnement. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 09:05
« Front chaud des ONG méditerranéennes contre le dérèglement climatique »

Communiqué du 3 juin 2015 de France nature Environnement :

« Front chaud des ONG méditerranéennes contre le dérèglement cl
imatique

Plusieurs ONG environnementales du bassin méditerranéen ont décidé de travailler ensemble pour lutter plus efficacement contre les nombreux maux dont souffre cette région du monde. Le dérèglement climatique sera le premier champ d’action de l’Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable qui sera officiellement créée à l’occasion de la MEDCOP21 , forum méditerranéen réunissant les organisations civiles concernées par les enjeux climatiques, qui aura lieu à Marseille, les 4 et 5 juin 2015.

La Méditerranée a été pendant de longs siècles le berceau d’une civilisation mondiale à l’avant-garde du progrès et du modernisme. La communication et les échanges entrepris et développés par les différentes communautés et populations de cet espace ont contribué au maintien de cette dynamique et ce malgré les convoitises et les conflits qui ont tant caractérisé, tout le long de l’histoire, cette région du monde. Depuis plusieurs dizaines d’années, la Méditerranée a vu parallèlement se dégrader sensiblement son économie et son environnement. Nous croyons fortement à la nécessité d’un développement durable qui soit terrain de paix, de droits, de solidarité et de culture.

Les chantiers ne manquent pas

Sur le plan écologique, l’aire méditerranéenne souffre de nombreux maux tels que la pollution de l’air, de l’eau, des sols, la surexploitation des ressources marines, les risques de prospection pétrolière, l’occupation incontrôlée de la bande littorale, les inondations, la gestion qualitative et quantitative désastreuse de la ressource en eau,
La production de déchets... Elle demeure la zone géographique ayant la plus grande intensité en ce qui concerne le transport d’énergie (25 % du commerce maritime mondial d’hydrocarbures passent par la Méditerranée) avec tous les effets de pollution induits. Exacerbées par les risques engendrés par les changements climatiques, toutes ces pressions constituent des menaces sérieuses à son développement, et mettent en péril, directement ou indirectement, une grande part des activités socio-économiques qui s’y produisent.

Priorités au climat

Le terrain principal sur lequel nous devons nous mobiliser dès maintenant est celui du réchauffement climatique et de la construction d’alternatives au modèle dominant qui y contribue. Ce n’est qu’en évaluant les grandes transformations et les risques auxquels nous exposent les changements climatiques que nous pourrons faire émerger des priorités, lancer des programmes d’intervention et mener les actions coordonnées nécessaires pour en atténuer les causes et permettre aux communautés et aux territoires de s’y adapter en acquérant une forte capacité de résilience. A ce titre, la COP 21 devra faire de la reconnaissance du principe de responsabilité commune mais différenciée, de l’adaptation, des financements et de la gouvernance ses priorités et acter des décisions ambitieuses.

Mobiliser la société des deux rives

Aujourd’hui, les gouvernements des pays méditerranéens sont diversement concernés par ces enjeux. Il est donc nécessaire que les mouvements de protection de la nature et de l’environnement et la société civile promeuvent des actions qui accroissent la prise de conscience des populations et des classes dirigeantes, proposent des politiques innovatrices dans les secteurs économiques et sociaux les plus concernés, favorisent la recherche, l’innovation technologique et l’échange de bonnes pratiques entre les territoires et s’opposent au conservatisme et à l’immobilisme qui retardent le développement d’une économie et d’une société décarbonnée.

Les objectifs fixés concernent l’ensemble des pays de la Méditerranée et n’ont aucune chance d’être atteints si nous nous contentons de solutions élaborées dans chaque pays sans articulation entre elles. Il faut donc construire des synergies entre les différentes rives de la Méditerranée et promouvoir des solutions partagées. C’est pourquoi nous avons décidé de créer une Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable qui s’engage à proposer des actions concrètes en réponse aux problèmes identifiés.

1Anep (Albanie), Ecodes (Espagne), France Nature Environnement (France),Legambiante (Italie), Asset (Maroc), Alternatives et Randet (Tunisie).

2Conférence de l’Alliance, jeudi 4 de 17h30 à 18h30 sur le bateau le PlanetSolar, village des solutions.


Télécharger ce communiqué en format PDF.

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations (dont Bagnolet Écologie), regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebooket Twitter (@FNEasso). »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:28
Quand EELV sauve le climat …

Bon, on peut trouver leur campagne de com’ un peu « gnan-gnan ». Mais puisqu’EELV s’occupe du climat et compte se mobiliser pour la réussite de la conférence planétaire pour le climat (la cop21) qui aura lieu à Paris-Le Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015, ce n’est pas si mal.

Quand on regarde les autres partis, et même si on en attend plus et mieux d’EELV, c’est déjà ça.

La députée (de Fontenay-sous-Bois) Laurence Abeille (dont j’apprécie l’activité parlementaire, voir son travail sur les ondes électro-magnétiques), AIME LES ABEILLES (joli clin d’œil) et SAUVE LE CLIMAT. Bien.

Quant à Cécile Duflot elle aime les koalas, certes, nous aussi d’ailleurs, mais elle s’est visiblement trompée de pancarte. En réalité, la sienne indiquait :
« J’AIME LES VACANCES AUX MALDIVES
JE TUE LE CLIMAT (et la laïcité) »

Bon restons sérieux. Et si à la COP 21, en décembre, tous ces amiEs écolos venaient avec des pancart
es ainsi libellées :

« J’AIME LE PARC DE LA COURNEUVE
JE SAUVE LE CLIMAT » …

Pierre
Mathon

Quand EELV sauve le climat …
Quand EELV sauve le climat …
Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 06:22
Urgence climatique : pour un accord international et une mobilisation de la société à la hauteur

Le communiqué du 28 avril 2015 de France Nature Environnement (FNE), de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), de la Fondation pour Nicolas Hulot la Nature et l'Homme (FNH), d’Humanité et Biodiversité (Hubert Reeves), de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), du Réseau Action Climat France (RAV F), de Surfrider Foundation Europe et de l’Union Nationale des syndicats autonomes (UNSA) :

« Pour un accord international et une mobilisation de la société à la hauteur de l’urgence climatique !

Dans la perspective de la conférence climat de 2015, et à l'occasion de la présentation au CESE de l’avis « réussir la conférence climat 2015 » et de l’avis « vingt ans de lutte contre le réchauffement climatique en France-bilan et perspectives des politiques publiques », les organisations (CFDT- FNH- FNE - LPO – RAC F – SURFRIDER –H&B- UNSA) veulent s’exprimer ensemble sur la nécessité d’action face à l’urgence.

Il n’est plus temps de faire des déclarations d’intentions : les orientations doivent être concrètes et les engagements financiers respectés, en premier lieu ceux de Copenhague sur la dotation du Fond Vert et sur la mobilisation des 100 milliards de dollars par an pour les pays en voie de développement. Nous en appelons à un accord global, juste et ambitieux avec des engagements de tous, dans le respect du principe de responsabilité commune mais différenciée, que la France devra impulser en sa qualité de présidente de la Conférence.

Large mobilisation des financements publics et privés au profit de la Transition Energétique, soutien aux initiatives donnant un prix au carbone au niveau européen, voire mondial et sortie progressive des subventions aux énergies fossiles, mise en place d’une taxe internationale sur les transactions financières et mise à contribution des transports internationaux aériens et maritimes : autant de leviers concrets pour un engagement fort dans la transition écologique. Ils sont indispensables pour que l’émergence de nouveaux modèles de développement, si souvent réclamée, ne reste pas un vœu pieu.

Ces modèles doivent être vecteurs de progrès social et assurer la qualité de vie de tous. L’enjeu social porte notamment sur l’évolution des emplois, des qualifications et l’organisation du travail. Un accompagnement des travailleurs et des secteurs d’activités, notamment par la mise en place de parcours de transition professionnelle et un renforcement du dialogue social sectoriel à tous les niveaux est indispensable.

Les deux avis s’accordent sur la nécessaire mobilisation de l’ensemble des acteurs de la société civile et des collectivités locales – Comment donner envie aux acteurs d’avancer ? La COP 21 est une occasion exceptionnelle pour fédérer et mobiliser autour d’un enjeu global, déclinable au local.

Beaucoup d’initiatives existent, elles se multiplient et leurs acteurs sont variés : villes, régions, entreprises petites ou moyennes, organisations syndicales, ONG, citoyens. Il est nécessaire de valoriser ces démarches positives, preuve s’il en était besoin, qu’une transition est possible et que ce qui fonctionne doit être encouragé et démultiplié.

En ce sens, nous pensons qu’une approche efficace de lutte contre le réchauffement climatique est obligatoirement une approche de proximité et qu’elle passe par des politiques territoriales avec des objectifs chiffrés de réduction des gaz à effet de serre. La responsabilisation des territoires doit aller jusqu’à des contrats d’objectifs dans ce domaine, en tenant compte de leur histoire, contraintes et spécificités.

La stratégie nationale bas carbone doit converger avec la ré-industrialisation des territoires et s’articuler avec d’autres enjeux essentiels comme la biodiversité ou les approches territoriales. Elle suppose un travail spécifique sur le lien entre climat et aménagement du territoire et des espaces naturels, en ce qui concerne l’usage des terres, l’aménagement industriel de la France et l’urbanisme.

La question de la gouvernance est centrale. Une instance unique de dialogue qui aurait en charge le suivi de la politique climat apporterait lisibilité et simplification. Dans ce même esprit, nos organisations souscrivent à la nécessité de confier au premier ministre la responsabilité interministérielle de la politique climatique et d’en rendre compte chaque année devant le Parlement.

Ces deux avis du CESE sont une nouvelle fois la démonstration de la volonté de la société civile organisée de se rassembler autour d’un diagnostic commun et de recommandations partagées sur le climat. La COP 21 offre l’opportunité d’un accord à la mesure de l’urgence et d’une mobilisation de la société pour une appropriation pérenne des enjeux, dans laquelle nos organisations joueront pleinement leur rôle.

* Confédération française démocratique du travail, Fondation pour Nicolas Hulot la Nature et l'Homme, France Nature Environnement, Humanité et Biodiversité, Ligue pour la protection des oiseaux, Réseau action climat France, Surfrider Foundation Europe, Union Nationale des syndicats autonomes »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Climat
commenter cet article