Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 13:49
« Cahuzac et le trésor des rocardiens »

Nous reproduisons ci-dessous l’article publié aujourd’hui 6 septembre, par « la fouine » - qui a pu assister - courageux de sa part ! - à la première journée du procès Cahuzac, sur son blog hébergé par Médiapart :

« CAHUZAC ET LE TRESOR DES ROCARDIENS


La première journée d'audience du procès Cahuzac, qui se déroulait le 5 septembre 2016 dans la Salle des Criées du Palais de Justice de Paris, aura été sans concession pour Jérôme CAHUZAC, poussé dans ses retranchements et ses incohérences. Trois points

CAHUZAC AURAIT-IL EMPOCHE LE TRESOR DES ROCARDIENS?

Au cours d'un patient jeu de construction, le Président du tribunal va s'attacher à comprendre le fonctionnement du compte ouvert en 1992 en Suisse chez UBS par l'avocat Phillipe PENINQUE, à la demande de CAHUZAC (seul procurateur). Ce compte aurait été alimenté pendant 7 mois par des virements provenant de laboratoires pharmaceutiques pour un montant total de 1 500 000 francs. La seule opération au débit aurait été en 1993 un retrait en espèces de 125 000 francs, somme dont on ignore la finalité.

Probablement délié du secret par la mort de Michel ROCARD, l'ancien Ministre du Budget va confirmer ce que la presse soupçonnait depuis des années: ces fonds auraient constitué le fonds secret de la mouvance Rocard (éternel aspirant à la candidature à l'Elysée), en marge de l'appareil socialiste. A aucun moment CAHUZAC, drapé dans le manteau de la loyauté, ne souhaite révéler l'identité de ceux (encore en exercice) qui lui auraient demandé d'ouvrir ce compte, ni à qui il aurait remis les espèces.

Il n'empêche que le solde du compte, figé depuis 1993, aurait été viré en 1997 au crédit d'un compte personnel ad hoc de Cahuzac, à son initiative, à la banque UBS. Il y a bien à ce moment là confusion entre le trésor de guerre des rocardiens (devenu inutile) et les fonds propres de Cahuzac (revenus non déclarés de son activité de chirurgien capillaire).

CAHUZAC, UN LOBBYSTE QUI S'IGNORE?

Souhaitant évacuer tout soupçon de trafic d'influence, Jérôme CAHUZAC se fendait dès le début de son audition d'un tonitruant "Je n'ai jamais eu d'activité de lobbying pour le compte des laboratoires pharmaceutiques". Outre que la formule n'était pas sans rappeler maladroitement celle utilisée en 2013 devant l'Assemblée Nationale (Pour mémoire: "Je n'ai jamais eu de compte en Suisse"), cette affirmation allait difficilement résister à l'épreuve des faits...

Détaillant le contenu des notes manuscrites du dirigeant d'Innothera (Bernard GOBET) découvertes en 2013 lors d'une perquisition, le Procureur allait s'attacher à démontrer que l'activité de consultant de Cahuzac (via sa société CAHUZAC CONSEIL) consistait plus à mettre en relation GOBET avec des personnes influentes au Ministère de la Santé, qu'à effectuer de réels travaux (étude de marché, marketing etc...). Rien en tout cas de concret, qui puisse justifier à ses yeux le versement d'une rémunération annuelle confortable de 300 000 francs. Au contraire, certaines notes associées au nom Cahuzac et comportant les mentions "accélération" ou "déblocage" accréditeraient plutôt l'exercice d'un certain trafic d'influence.

Si cette infraction est aujourd'hui prescrite par la loi, il n'en demeure pas moins que si ces faits étaient avérés, ils éclaireraient d'un jour nouveau le vrai visage de Cahuzac qui aurait profité de son ancien poste au cabinet du Ministre de la Santé Claude EVIN pour monnayer son carnet d'adresses.

LA GRAND-MERE SORT DU PLACARD

Selon le Président, le service anti-blanchiment Tracfin aurait transmis le 25 avril 2013 une note au Parquet de Paris relative au fonctionnement anormal sur la période 2003-2010 du compte bancaire de Thérèse CAHUZAC qui aurait été alimenté par son fils Jérôme au moyen de chèques professionnels détournés à hauteur de 298 000 €. Cette note aurait été rédigée à la suite d'une déclaration de soupçon émise par la banque gestionnaire du compte. Pourquoi cette banque aurait-elle fait part de ses soupçons uniquement à ce moment là, alors que les faits remontaient à plus de 3 ans? S'agissait-il uniquement d'une déclaration de couverture à la suite des aveux de Cahuzac? Autre hypothèse possible: le dossier aurait été coudé pendant des années par Tracfin. »

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 08:00
Re-Cahuzac

On ne s’en lasse pas, le mec qui est ministre du budget et qui affirme les yeux dans les yeux « qu’il n’a pas, qu’il n’a jamais eu » de compte bancaire en Suisse et à l’étanger !

Il a bien tenté d’échapper à la Justice (oh, il ne risque pas grand-chose …) mais bon, il va être jugé.

Cela n’a pas empêché la Justice de condamner le lanceur d’alerte (un ami bagnoletais) qui ne faisant que son travail à Tracfin avait découvert les placements frauduleux de Cahuzac.

Mais ne boudons pas notre plaisir : Cahuzac passe
au tribunal !

Pierre Mathon

Au tribunal avec le lanceur d'alerte de tracfin le 21 mars 2014

Au tribunal avec le lanceur d'alerte de tracfin le 21 mars 2014

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 08:23
Les « pieds nickelés » du « dédé » : où l’on reparle de Schnoebelen

Où l’on reparle ce 24 août de Schnoebelen à propos de la société québécoise SNC-Lavalin qui poursuit le recentrage de ses activités d'ingénierie et de construction. Le « géant québécois » s'apprêterait à « vendre sa filiale française, très présente dans la gestion d'aéroports régionaux ».

Nos anciens lecteurs-internautes s’en souviennent peut-être, le milliardaire J.L. Schnoebelen, qui avait acheté l’officine des pieds Nickelés du développement durable (« du râble de lapin » …) « Arcet notation » (un repaire de pasquaïens et de pieds nickelés de droite, lié à l’UMP qui avait officié à Bagnolet sous Rverbecq)* avant d’être racheté lui-même par un groupe hollandais (Ginger).

Dénonçant un projet fracassant de Schnoebelen de verdissement à grands frais de la tour Eiffel (sans même l’accord du gestionnaire et de la ville de Paris), nous avions commis l’erreur de ne pas écrire qu’il avait fait appel suite à une condamnation à un an de prison avec sursi
s « pour une affaire de marchés publics truqués en Corse ». Nous avons donc été condamnés pour diffamation.

L’intéressé a fait appel et a été finalement acquitté.

Visiblement, il avait poursuivi ses activités, se consacrant à « la gestion des aéroports régionaux ».

Voici donc ce que nous lisons c
e 24 août 2016 http://affaires.lapresse.ca/economie/201608/24/01-5013517-snc-lavalin-quitte-la-france.php :

« Les activités françaises de SNC, qui emploient 1100 personnes, « ne répondent plus totalement à la stratégie d'affaires du groupe », peut-on lire dans un document interne obtenu par La Presse.

La multinationale a récemment reçu une offre d'achat déposée par la société Impact Holding de l'entrepreneur français Jean-Luc Schnoebelen (c’est nous qui soulignons. Ndlr) et la firme d'investissement Ciclad. La transaction, qui n'est pas chiffrée dans le document, doit être conclue en octobre. Ancien dirigeant de la firme d'ingénierie Ginger, M. Schnoebelen a été condamné à un an de prison avec sursis en 2011 dans une affaire de marchés publics truqués en Corse, mais il a été acquitté en appel l'année suivante. »

Bon, c’est la vie.

Pierre M
athon

* Cette officine avait produit une étude de blanchiment d’absence de facture de com’ (dans le cadre des assises …) pour le compte de l’ancien maire (Everbecq) …

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 11:52

casseroles

 

 

À peine en course pour son retour, Sarkozy se prononce déjà (ça promet pour la suite) contre la taxation de la pollution et pour les gaz de schiste.

Il devra aussi se dépêtrer des affaires judiciaires qui le concernent et en particulier l’affaire Bygmalion (qui, rappelons-le, outre la campagne Sarkozy 2012 et l’UMP-Copée avait touché Bagnolet sous Everbecq).


Bref, on apprend aujourd’hui que quatre personnes viennent ce lundi matin d’être mises en garde à vue.
Parmi elles figure l'ancien dirigeant de l'entreprise Bygmalion., Bastien Millot. La justice enquête sur un système présumé de fausses factures au cœur de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2012.

Elles ont été interpellées à leurs domiciles et placées en garde à vue à l’office anticorruption de la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre.

Trois juges financiers parisiens ont été désignés pour instruire une information judiciaire ouverte pour faux et usage de faux, abus de confiance et tentative d’escroquerie.

Les magistrats et les policiers enquêtent sur un système présumé consistant pour la filiale événementielle de Bygmalion, Event and Co, à facturer indûment à l’UMP des dépenses qui auraient dû entrer dans le compte de campagne de Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2012, à hauteur de 10 à 11 millions d’euros.

Pierre Mathon 

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 18:37

Therondel Libé 28oct13

 

Il ne fallait surtout pas que le mauvais exemple se propage. Ainsi, l'ancien agent de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des finances, par ailleurs habitant de Bagnolet, Olivier Thérondel a été condamné …pour des révélations sur Cahuzac

OT PM 21mars14

 

Le 21 mars 2014 Olivier Thérondel et Pierre Mathon après l'audience au palais de justice de Paris
Nous avions parlé sur ce blog de cette affaire
*.

Pour avoir dénoncé les lenteurs de traitement du dossier de l'ex-ministre du Budget et contesté les consignes de sa hiérarchie, Olivier Thérondel a écopé le 16 mai de deux mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris 17ème chambre)

Sur un blog hébergé par Mediapart, il avait publié, les 22 et 26 avril 2013, deux billets, qui contestaient les consignes de sa hiérarchie et dénonçaient des lenteurs dans le suivi du dossier de Cahuzac. 

Rappelons qu’après avoir menti pendant des mois sur l’existence d’un compte bancaire lui appartenant à l’étranger, l’ancien ministre du Budget avait été contraint à la démission, le 19 mars 2013. Début avril, Cahuzac avait publiquement annoncé avoir demandé le rapatriement des fonds détenus à l’étranger.

Olivier Thérondel souhaitait principalement attirer l’attention sur une déclaration de soupçons reçue par Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) le 5 avril, qui faisait état du rapatriement en France par Cahuzac de 685 000 euros depuis un établissement situé à Singapour.

Mais le tribunal, n’a pas voulu reconnaître à Olivier Thérondel le statut de lanceur d’alerte, pas plus qu’il n’a constaté d’infraction pénale lors du traitement du dossier Cahuzac au sein de Tracfin». .

Olivier Thérondel qui aurait pu être condamné aux trois mois d’emprisonnement avec sursis requis par le parquet et qui échappe à l’inscription de la condamnation au casier judiciaire, ce qui lui permet de conserver ses fonctions a décidé de ne pas faire appel. 

À voir le déroulement de l’audience du 21 mars dernier à la 17ème chambre, on ne peut que penser que si le citoyen Olivier Thérondel n’avait pas fait son blog, Tracfin ne se serait pas dépêché de transmettre les informations à la justice.

cahuzac-ubs.jpg

Réaffecté aux douanes en septembre 2013, l’ancien agent de Tracfin fait également l’objet d’une procédure disciplinaire.

Tant il est vrai qu’il faut éviter la contagion.

Pierre Mathon

* http://www.bagnoletenvert.com/article-fusille-pour-l-exemple-au-palais-de-justice-avec-olivier-therondel-123059353.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-a-canal-olivier-therondel-bagnoletais-lanceur-d-alerte-dans-l-affaire-cahuzac-122940013.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-cahuzac-tracfin-cest-aussi-dans-charlie-hebdo-122211450.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-proche-de-woerth-puis-conciliant-avec-cahuzac-le-patron-de-tracfin-est-rattrape-par-la-patrouille-122211173.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-lanceurs-d-alerte-l-affaire-therondel-tracfin-cahuzac-renvoyee-au-21-mars-120984268.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-cahuzac-tracfin-libe-du-28-octobre-et-le-lanceur-d-alerte-bagnoletais-suite-1-120842446.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-olivier-therondel-bagnoletais-lanceur-d-alerte-dans-l-affaire-cahuzac-poursuivi-en-justice-120826871.html

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 08:32

BYG

 

La situation politique ne nous donne pas, hélas, beaucoup d’occasions de nous réjouir. Réjouissons-nous donc « sans entraves » des malheurs de l’UMP et de Jean-François Copé, empêtrés dans l’affaire Bygmalion.

7013613-cope-bygmalion-annonce-une-plainte-en-diffamation-c

Bygmalion--ton-univers-impitoya-a-ble.jpg

UMP, ton univers impitoya-a-ble

Un rappel : « le-maire-sorti » de Bagnolet s’était aussi empêtré dans un contrat avec Bygmalion. Ou plus exactement, il y avait empêtré la commune.

Nous venons d’apprendre par ailleurs que la ville de Saint-Maur a mis fin à son contrat avec Bygmalion.

À suivre.

Pierre Mathon

 

Lire aussi nos articles précédents :

http://www.bagnoletenvert.com/article-l-affaire-cope-bygmalion-et-ses-prolongements-a-bagnolet-122774063.html

http://www.bagnoletenvert.com/article-derriere-la-vaste-blague-de-jf-cope-l-exigence-citoyenne-de-transparence-et-d-honnetete-122813998.html  

http://www.bagnoletenvert.com/article-bygmalion-cope-ou-l-on-retrouve-everbecq-122817904.html  

http://www.bagnoletenvert.com/article-bygmalion-cope-l-ump-suite-mais-pas-fin-122862040.html

www.bagnoletenvert.com/article-b-millot-de-la-societe-bygmalion-mis-en-examen-pour-recel-de-favoritisme-123410587.html

 

http://www.bagnoletenvert.com/article-bygmalion-l-ump-aurait-paye-20-millions-d-euros-123639590.html

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 09:04

  cour_assise.png    

Depuis trois mois, le directeur recevait des lettres de menaces de mort à caractère islamiste.

Hier soir, mercredi 21 mai, alors qu’il sortait d’une réunion dans le 9e arrondissement, un groupe de jeunes a fondu sur lui pour le frapper à coups de poing.

En début de semaine, RTL révélait  que ce directeur faisait l'objet de menaces de mort depuis trois mois. Une quinzaine de lettres, certaines rédigées en arabe, lui ont été envoyées à son domicile et à son bureau indiquant qu'il allait «mourir [lui et ses] enfants».

http://www.bagnoletenvert.com/article-que-se-passe-t-il-a-l-institut-universitaire-de-technologie-de-saint-denis-123683626.html 

Ces menaces sont intervenues alors qu'il venait de mettre un terme à un système d'escroquerie organisé par un enseignant où des vacataires étaient payés sans assurer de cours (pour environ 200 000 €). La direction de l'établissement avait également engagé un bras de fer avec une association étudiante qui servait de couverture à l'existence d'une salle de prière clandestine.

 

Une fatwa avait été lancée à son encontre appelant « les musulmans à le punir ».

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 21:16

IUT-St-Denis-mai14.JPG

IUT de Saint-Denis : directeur menacé de mort, découverte d'emplois fictifs, malversations financières, salle de prière clandestine...

Que se passe-t-il à l'Institut Universitaire de Technologie de Saint-Denis ?

L'IUT de Saint-Denis est en pleine tourmente. Lundi 19 mai, la radio RTL a révélé que le directeur de cet institut, Samuel Mayol, a reçu une quinzaine de lettres de menaces de mort à caractère islamiste, dans un contexte très troublé par des tensions avec une association musulmane et des soupçons d'emplois fictifs.

D’après RTL, l'envoi des lettres a débuté le 4 février. Une quinzaine ont été postées depuis cette date, les premières reçues à son lieu de travail, ensuite à son domicile. Les avertissements sont à chaque fois anonymes. « Tu vas mourir, toi et tes enfants », peut-on lire sur l'une des premières, écrite avec des lettres découpées dans des journaux. Une autre contient une photo du directeur avec une croix tracée sur le front et le mot « mort ».

Les plus récentes sont écrites en arabe : « J'appelle tous les musulmans à te punir. Tu dois payer, toi, tes proches, tes enfants ».

Deux affaires empoisonnent l'ambiance de l'IUT et expliquent certainement ces menaces.

Le directeur, Samuel Mayol, a mis au jour un système de contrats signés avec des vacataires qui n'ont … jamais donné de cours. D'autres, ont été embauchés pour des matières … qui n'étaient pas au programme.
C’est 4 800 heures qui seraient concernées pour un montant de 200 000 euros ! Le conseil d'administration a alors été saisi et a prononcé la destitution du chef du département, « Techniques commerciales », Rachid Zouhhad. Celui-ci, embauché en septembre 2012,  aurait changé, à la rentrée 2013, 60 des 120 vacataires habituels de l'année précédente, certains remplacés par … des proches.

Le Tribunal Administratif de Montreuil, saisi, a validé la destitution de Rachid Zouhhad.

Le directeur de l'institut a également engagé un bras de fer avec l'association « L'Ouverture », qui organise des sorties et des voyages. Les responsables de cette association avaient organisé au sein de l'IUT une vente de sandwiches halal au début de l'année. Cette initiative avait été interrompue par le directeur. Puis l'association avait refusé de partager le local, le seul de l’établissement, avec d’autres associations. Fait troublant, le jour où sa présidente devait rencontrer la direction à ce sujet, une fausse alerte à la bombe provoque l'évacuation totale de l'IUT et du quartier. Lors de la fouille de l'établissement, à l’occasion de cette alerte à la bombe, la police a découvert un sac contenant une cinquantaine de tapis de prière posés contre le mur.

En attendant l’évolution de l’enquête, les professeurs de l’IUT ont signé une pétition de soutien au directeur menacé.

Ces scandales ont des conséquences sur la scolarité des étudiants.

 «Tout allait bien au début de l’année scolaire» raconte l’un d’eux. «Mais on a rapidement vu que la situation n’était pas normale».

Matières enseignées qui ne sont pas au programme national, absences à répétition de professeurs... Finalement, les étudiants sont envoyés en stage au premier semestre, alors qu’ils ont normalement lieu en seconde partie d’année. Et pour couronner le tout, le premier semestre, un des étudiants soupçonne l’administration de «trafiquer les notes» pour compenser l’absence de cours et ainsi les augmenter.

Face aux dysfonctionnements à répétition, la situation s’envenime. Des graffitis «Zouhhad dehors» font leur apparition sur les murs de l’établissement et les étudiants font circuler une pétition, massivement signée, réclamant le départ de ce chef de département. Mais au mois de janvier, pas d’amélioration. Les étudiants se voient alors offrir près d’un mois de vacances car l’IUT est incapable d’assurer leurs cours. Seule explication fournie par l’administration: des «restructurations» sont en cours. «C’est le contraire qui s’est passé» s’indigne une étudiante. «On nous envoie un nouvel emploi du temps toutes les semaines mais ça change tous les jours». «Quand on vient ici, on n’est jamais sûr d’avoir cours» rajoute un autre étudiant. «On peut nous demander de venir à 8 h 30 et ne pas avoir cours avant 11 h».

Depuis, Rachid Zouhhad est parti, «remercié» en avril. Mais son départ n’a pas réglé les problèmes car certains enseignants sont partis avec lui. Le professeur de comptabilité, anciennement directeur des études, ne s’est pas présenté aux élèves depuis le mois janvier. «Il soutient ouvertement Monsieur Zouhhad et enchaine les arrêts maladie» s’indignent les étudiants. «Notre nouvelle responsable pédagogique tente d’améliorer les choses», explique une étudiante, sans trop y croire. Pour rattraper le retard, les étudiants du département vont devoir enchaîner les cours dans certaines matières et ils s’inquiètent. «On n’avance pas, on n’apprend rien, on est déçu» disent-ils. La semaine prochaine, ces étudiants devront rendre un dossier pour leur cours de comptabilité. Or, au second semestre, ils ont assisté à leur premier cours de cette matière... hier.

Cette situation ahurissante démontre, à l’évidence, qu’on peut quitter l’Etat de Droit, la démocratie et la République en … quelques mois !

 

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 06:33

BYG

 

 

L’affaire « Bygmalion » (Rappelons-nous qu’Everbecq avait fait appel –aux frais des contribuables bagnoletais – à leurs services) continue à défrayer la chronique.

Ainsi Libération révèle que l'UMP a réglé pendant la campagne de Sarkozy en 2012 près de 20 millions d'euros à une filiale de Bygmalion, l’agence de commmunication dirigée par des proches de Copé alors même que ertains des évènements rétribués sont vraisemblelement fictifs.

Libération qui a eu accès aux factures de la filiale Event&Cie, sur la période de janvier à juin 2012 de la campagne présidentielle. 12,7 millions d'euros versés par l'UMP ont été versés pour au moins 55 « conventions thématiques » qui n’ont laissé que peu de souvenirs. 

Le journal cite notamment une « conférence sur l'accès au crédit » le 30 mai 2012, 3 semaines après la défaite de Sarkozy, facturée 299.000 euros. Or le député UMP Lellouche, supposé en être le principal intervenant, ne s'y est pas rendu selon ses agendas et ses souvenirs.

Libération relève également une conférence salle Gaveau le 14 avril 2012, où il ne semble y avoir ni foule ni invités prestigieux, facturée pour la somme exorbitante de 681 000 euros et consacrée une semaine avant le premier tour à « La France avec les printemps africains - Regards croisés ».

On est même fondé à se demander si ces conventions ont existé. A l’UMP, « les cadres interrogés sursautent, voire s'étouffent, à l'énoncé des montants », assure Libération. « Ce sont des francs CFA? » s'étonne un ancien ministre UMP, cité par le journal.
7013613-cope-bygmalion-annonce-une-plainte-en-diffamation-c

Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, a confirmé à Libération l'existence de « 80 évènements » en 2012 et un chiffre global de 19 millions d'euros versés par l'UMP à Bygmalion pour cette même année. Il affirme avoir les preuves de la tenue de ces réunions sans accepter de les fournir au quotidien, qui évoque l'hypothèse de « frais de campagne déguisés ». Pourtant, le plafond autorisé pour la campagne était de 22,5 millions d'euros et les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ont été retoqués.

Dans son édition du 27 février 2014, Le Point avait affirmé que J.-F. Copé aurait favorisé Bygmalion, fondée par deux de ses proches, Bastien Millot et Guy Alvès. L'hebdomadaire n’évoquait alors qu’une somme de 8 millions d'euros empochée par la société en « charge(ant) la mule sur certaines prestations facturées à l'UMP hors appel d'offres ». .

Event&Cie fait actuellement l'objet d'une « enquête préliminaire » pour « faux, abus de biens sociaux et abus de confiance ».

À suivre.

Hélène Zanier

 

 

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 18:43

7013613-cope-bygmalion-annonce-une-plainte-en-diffamation-c

 

On se souvient de ce Bastien Millot, proche de JF Copé et ex-dirigeant de la société de com’ Bygmalion. Mise en cause par Le Point en février 2014 au sujet des contrats juteux, surfacturés, obtenus à l’UMP lors de la campagne présidentielle de 2012 de Sarkozy, la société Bygmalion s’était curieusement retrouvée parmi les prestataires de services de la ville de Bagnolet sous Everbecq.

Eh bien, ce 11 avril, B. Millot a été mis en examen pour « recel de favoritisme » dans une autre affaire en lien avec des contrats passés entre Bygmalion et France Télévisions. Bastien Millot a en effet été directeur délégué chargé de la stratégie chez France Télévisions,  jusqu'en 2008, où il prit un congé sabbatique (Il quitta définitivement le groupe en 2010). Or, coïncidence (?) c’est à partir de 2008 que la société Bygmalion a fourni des missions de communication au groupe d'audiovisuel public.

À suivre.

Hélène Zanier

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article