Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 15:00

111127-Tahir.JPG

Je voudrais revenir sur les viols de la place Tahrir au Caire pour rendre hommage aux hommes courageux qui ont sauvé la journaliste Lara Logan  le 11 février dernier alors que violée par une meute en rut aveugle, en proie à ses instincts prédateurs, elle était promise à une mort certaine.

http://www.bagnoletenvert.com/article-lara-logan-grand-reporter-agressee-battue-et-violee-place-tahrir-67484726.html

Le courage exceptionnel de ces hommes ne retire malheureusement rien de la réalité de l’Egypte et de l’absence d’éducation à … l’humanité d’une lourde et inquiétante majorité de ses mâles.

http://www.bagnoletenvert.com/article-egypte-viols-de-deux-femmes-journalistes-encore-90028483.html

Raison de plus pour rendre hommage à ces hommes.

Voici de larges extraits d’un article de Sonia Dridi dans Rue89 paru en mai dernier qui rend compte de sa rencontre, deux semaines après les faits, avec les hommes qui ont sauvé la reporter en l’extirpant d’une foule sans pitié.

Celle-ci a raconté son calvaire plusieurs mois après dans l’émission « 60 minutes » de sa chaîne, brisant le silence qui entourait cet épisode honteux de la révolution égyptienne.  

« Ce 11 février au soir, les Egyptiens célèbrent un moment historique et inespéré, dans une ambiance triomphale. Malgré la cohue, Omar Weshahy remarque la journaliste blonde, élégante même en veste de jogging, près de l'hôpital de fortune où il se trouve. Elle est entourée d'hommes, attirés par l'une des rares étrangères présentes à Tahrir ce soir-là, qui la sollicitent pour des photos. Lara Logan se prête au jeu.

Mais le jeune médecin de 27 ans, employé au Cairo University Hospital, a passé 18 jours et 15 nuits sur la célèbre place et selon lui, ces Egyptiens « n'ont pas vraiment l'air de révolutionnaires ». Aussi, il connaît bien son pays, où le harcèlement sexuel est répandu.

Il interpelle alors la journaliste pour lui recommander de se méfier de ces hommes qui, lui assure-t-il, veulent la toucher. Mais, habituée à des terrains plus chauds, Lara Logan, 39 ans, lui répond : « Ne vous inquiétez pas, je suis une reporter de guerre. »

Omar sent que la situation peut très vite dégénérer et demande à une amie de convaincre Lara de les rejoindre. Ce qu'elle finit par faire. Mais le médecin, comme tous les révolutionnaires ce soir- là, est encore sous le coup de l'euphorie et court partout.

Quelques minutes plus tard, le jeune homme en blouse blanche se rend compte que « l'Américaine » a quitté les lieux. Il la retrouvera près de 45 minutes plus tard, entourée de centaines d'hommes « affamés ».

Lara Logan et son équipe s'arrêtent un moment sur la place lorsque la batterie de la caméra s'éteint. C'est là que le « fixeur » égyptien du groupe entend des hommes dire vouloir déshabiller la journaliste. En quelques instants, la situation devient incontrôlable et Lara Logan disparaît sous une foule en furie.

Les quelques hommes qui la prennent à parti sont bientôt rejoints par des dizaines d'autres. Des attroupements extrêmement rapides et impressionnants, par simple curiosité souvent, bien connus de ceux qui ont participé à l'une des nombreuses manifestations place Tahrir.

Ahmed Salah (à gauche sur la photo ci-dessous), posté sur son char près du musée du Caire, entouré de milliers de personnes, est finalement prévenu par la police militaire qu'une « énorme bagarre » a éclaté.

Ahmed Salah, Omar Weshahy, Ahmed El Wakil, place Tahrir, devant le musée du Caire, le 25 février 2011 (Sonia Dridi).

Le soldat rejoint alors le centre de la place. Un autre militaire, Ahmed El Wakil (à droite sur la photo ci-dessus), a réussi un peu plus tôt à faire sortir de la foule le producteur de Lara et à l'amener à l'abri, à l'intérieur du musée du Caire.

C'est lorsque ce dernier, totalement paniqué, passe devant l'hôpital et se met à crier « Mon amie ! mon amie ! » qu'Omar comprend qu'une autre personne est cachée sous la foule. Plus de 200 hommes selon le jeune médecin.

Avec trois collègues, il rejoint alors le troupeau et distingue Ahmed Salah, qu'il connaît pour l'avoir déjà soigné pendant la révolution.

Le jeune soldat décide de « foncer dans le tas » et, malgré les coups, parvient à atteindre la journaliste effrayée, qu'il retrouve nue, les vêtements violemment arrachés par les mains déchainées d'hommes surexcités. Une arrivée tardive mais salvatrice.

La journaliste a révélé dans l'interview donné à sa chaîne télévisée qu'elle a dû « se concentrer pour rester en vie ». Sa torture a duré environ vingt-cinq minutes.

Omar, témoin de la scène, est sous le choc. Il s'apprête à lui tendre sa blouse mais une jeune femme retire son abaya noire pour couvrir la journaliste, à bout de force.

Ahmed porte alors Lara Logan sur son dos et se presse vers son char, suivi par la foule en délire. Une fois arrivée au véhicule militaire, Lara est glissée à l'intérieur, mais la marée humaine continue de réclamer la journaliste et campe autour du char. Certains le secouent, d'autres tentent d'y pénétrer. Beaucoup crient : « C'est une espionne israélienne ! »

Finalement, après une quinzaine de minutes, les soldats assurent à la foule que la femme tant désirée a quitté les lieux. Omar fait mine de s'en aller. La foule, sûrement exténuée par sa folie, s'éparpille et une fois l'attention retombée, une voiture de la police militaire récupère Lara et son équipe pour les ramener à leur hôtel.

Omar retrouve Ahmed, debout, en pleurs. Il n'en revient pas :

« Comment peuvent-ils faire cela à une femme, cela n'a rien à voir avec la révolution ! »

Il emmène alors le soldat au musée égyptien pour l'examiner. Battu par la foule, il souffre d'un traumatisme testiculaire. Et le traumatisme psychologique n'est pas moindre. Deux semaines après cette terrible agression, Ahmed, discret et humble, accuse encore le coup.

Il en a vu des choses pendant la révolution mais il ne comprend toujours pas comment des hommes ont pu s'acharner avec tant de sauvagerie sur une femme. Il se dit également gêné et fâché que cette affaire ait donné une mauvaise image de l'Egypte.

C'est ce que pensent d'ailleurs de nombreux jeunes révolutionnaires, profondément désolés d'une telle agression et terriblement énervés contre ces fauteurs de trouble, venus ternir leur révolution, l'un des plus beaux soirs de leur vie.

Depuis la chute de Moubarak, Omar a reçu à l'hôpital d'autres femmes agressées lors des vendredis de manifestations. A tel point qu'il déclare à moitié ironique et sincèrement peiné :

« Je vais me spécialiser sur le harcèlement sexuel à Tahrir ! »

La rencontre avec Ahmed, durant son service, est écourtée par l'un de ses supérieurs lui ordonnant de ne pas parler aux journalistes. Mais juste avant, Ahmed qui se dit tout de même fier d'avoir sauvé la reporter des griffes d'une foule sans pitié, glisse malicieusement : « J'ai entendu qu'Obama l'avait appelée, mais il ne m'a pas appelé moi ! » »

Ah, au fait, Monsieur le « supérieur » … la démocratie, c’est le respect des femmes, leur liberté et leur égalité PLUS la liberté de la presse, PLUS tout un tas de choses humanistes …

Quant aux sauveteurs, vous qui connaissez  la réalité de votre pays, vous qui comprenez la situation des femmes égyptiennes : continuez ce combat car il est GagnantE – Gagnant ! Sans égalité et liberté pour les femmes, pont de liberté pour les hommes.

Hélène Zanier

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires