Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:18

abattoirs-de-la-Villette.jpg

Le reportage de FR2, Envoyé Spécial du jeudi 17 février, « la viande dans tous ses états », a relancé un débat qui ne doit pas être tabou.

Ce reportage dressait le constat que nombreux abattoirs français n'étaient pas conformes aux normes sanitaires et que l'abattage rituel, dans le cadre de la dérogation dont bénéficie l'abattage halal et kasher,  augmentait les risques sanitaires.

abattoir-Charal.jpg

Il révélait que, par souci de rentabilité, des grandes sociétés, comme Charal ou Soviba, pratiquent l'abattage rituel et ne respectent plus la loi de 1964 qui leur imposent de tuer les bêtes en les étourdissant.

abattoir-charal2.jpg

Il indiquait que sur les quatre abattoirs existants en Ile-de-France, trois pratiquent le rite halal, le quatrième étant consacré à l’abattage du porc.

abattoir-carte-humoristique-villette.jpg

À l’appui de ce reportage, la Chambre d’agriculture d’Ile-de-France vient de confirmer que la viande abattue* dans les 3 abattoirs situés en Ile-de-France l’était selon les traditions musulmane et juive (halal ou kasher) et s’insurge qu’aucun choix ne soit donné aux éleveurs franciliens » sauf à faire abattre leurs animaux en province**.

Cette situation pose plusieurs problèmes.

Que fait-on de la liberté de conscience du consommateur, de ses convictions individuelles d'éthique ?

Du point de vue de la traçabilité des produits, il est inadmissible que de la viande halal soit vendue halal ou kasher sans marquage ni avertissement.

animaux-droits-des.jpg

Cet abattage religieux est un véritable carnage qui inflige une souffrance longue et inutile à l’animal. Les défenseurs de la cause animale avaient pourtant obtenu, et ce depuis près de cinquante ans, l’étourdissement des bêtes, aujourd’hui gravé dans la loi.

logo-vache-qui-rit-90-ans.jpg

Il faut dire que l’adoption de cette législation favorable à l’animal était également une mesure de sécurité sanitaire.
Le risque sanitaire est lié à la présence de bactéries « 
Escherichia coli » présentes dans les estomacs des bovins et ovins extrêmement pathogènes pour les humains. E-Coli peut en effet provoquer des diarrhées et gastro-entérites, mais aussi des infections urinaires et rénales ainsi que des méningites et aboutir à la septicémie***.

Les personnes qui consomment halal ou kasher (certains à leur insu) ont donc beaucoup plus de chance d'être contaminées. D'autant que la partie antérieure chez les bovins est en partie utilisée pour la viande hachée. Si la viande est bien cuite, on ne risque pas grand-chose, mais nous sommes nombreux, en France, à manger des steaks saignants, des steaks Tartare et autres Carpaccio …
Le scandale,
c’est que les pouvoirs publics le savent parfaitement, ils choisissent délibérément de laisser la population s’exposer à des risques sanitaires. 


Il faut également savoir que l'achat de ces produits implique le versement d'une taxe.
Le consommateur subventionne (souvent à son insu) des organisations religieuses, ce qui n’est pas acceptable que dans un état laïque et républicain.

Il faut, au minimum, exiger des pouvoirs publics un étiquetage  afin que les consommateurs puissent connaitre la méthode d’abattage de la viande qu’ils souhaitent consommer en toute connaissance de cause.

 Il est choquant de voir Marine Le Pen exploiter cette situation. Il est choquant de voir les tenants de l’intégrisme catholique oser se draper hypocritement dans les plis de la laïcité. Il est choquant de voir ces partisans de la peine de mort pour les humains, oser se faire passer pour des défenseurs de la cause animale.

Mais on voit bien qu’au-delà de l’exploitation politicienne et haineuse que fait le Front National de ces abattages rituels des questions sérieuses sont posées par cette enquête de France 2**** :

- des questions morales,

- des questions sanitaires,

- des questions autour de la souffrance animale,

- des questions de laïcité.

Hélène Zanier

le-cochon-de-gaza-affiche.jpg

* Il faut bien entendu distinguer la viande abattue en Ile de France et la viande consommée en Ile-de-France.

** Dans ce cas, les animaux doivent faire « des centaines de kilomètres », les carcasses devant être rapatriées pour le conditionnement et la distribution en Ile-de-France, souligne l’organisme qui rassemble les professionnels du secteur… ce qui représente une « perte de temps et d’argent ».

Pour des « raisons de simplification des process et poussés par la réduction des coûts », les opérateurs ont privilégié un « procédé unique d’abattage rituel », regrette encore la Chambre d'agriculture qui pointe du doigt « le consentement coupable des services de l’Etat ». 

*** Comme l’explique le vétérinaire Michel Courat, « les vrais risques sanitaires apparaissent en cas d'absence d'étourdissement, car une partie essentielle du règlement est alors laissée de côté. Il s'agit du chapitre 4 paragraphe 7A de l'annexe 3 règlement 853/2004, qui dispose : "La trachée, l'œsophage doivent rester intacts lors de la saignée, sauf s'il s'agit d'un abattage selon un rite religieux". En effet, lorsque vous sectionnez ces parties, vous avez, notamment chez les moutons ou les ovins, un reflux du contenu des estomacs qui souille la coupe de la viande. Or c'est précisément ce sectionnement qui a lieu dans le cadre des abattages rituels sans étourdissement.

En théorie, on demande aux abatteurs de procéder au "parage", c'est-à-dire de retirer, à l'aide d'un couteau, toute la partie de la coupe qui aurait pu être souillée. Mais, dans la pratique, cela représente une perte de profit considérable. Cette étape a donc tendance à passer à la trappe. Elle est souvent remplacée par un jet d'eau, ce qui est encore pire : au lieu de retirer les potentielles bactéries, vous étalez le risque de contamination à l'ensemble de la carcasse et créez un brouillard, un spray en quelque sorte, qui est, pour le coup, très chargé en bactéries.

**** L’interview de Véronique Blanc, auteure de l’enquête d’Envoyé Spécial (Le Figaro.FR du 21 février) :

« Abattage halal, les vérités de France 2

Véronique Blanc, auteur de l'enquête d'Envoyé Spécial, assure que la plupart des abattoirs français pratiquent l'abattage rituel. La journaliste dénonce le non respect de la loi et la récupération du FN


« Il est très désagréable de se retrouver instrumentalisé sur l'enquête que nous avons réalisé sur les abattoirs de France par Marine Le Pen, déclare Véronique Blanc, rédactrice en chef de Camicas, la société qui a conçu l'enquête d'Envoyé Spécial qui défraye la chronique. Notre propos n'a jamais consisté à faire le procès de telle ou telle religion mais de révéler que, par souci de rentabilité, des grandes sociétés, comme Charal ou Soviba, pratiquent l'abattage rituel et ne respectent plus la loi de 1964 qui leur imposent de tuer les bêtes en les étourdissant. »

Au départ, Véronique Blanc ne pensait pas enquêter sur la pratique halal. « Nous sommes partis d'un rapport non public de la Cour des Comptes de 2008 qui relevait que 41% des abattoirs français n'étaient pas conformes aux normes sanitaires. L'Union Européenne avait d'ailleurs adressé un certain nombre d'injonctions à la France et le pourcentage serait retombé aujourd'hui à 11%. » Partant de cette piste de travail, Véronique Blanc a commencé, avec une équipe de journalistes, son enquête en décembre 2010. « Nous nous sommes uniquement intéressés aux abattoirs de boucherie et nous avons découvert qu'il y a un véritable problème de traçabilité de la viande abattue pour le consommateur. D'après deux rapports du Ministère de l'Agriculture, l'un dit Coperci de 2005, l'autre de 2008, 32% des bêtes abattues dans les 275 abattoirs de France le sont, de façon rituelle, halal ou kasher. Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, s'est référé à cette dernière enquête pour ramener ce chiffre à 14% mais il faisait référence au tonnage et non au nombre des bêtes abattues. Les bêtes abattues, selon un rite religieux, sont généralement plus jeunes et moins lourdes que celles qui le sont de manière traditionnelle, car les abattoirs font, là aussi, des économies sur les frais de transport ».

En ce qui concerne l'Ile-de-France et les 12 millions de Franciliens consommateurs de viande, Véronique Blanc tient à mettre les choses au point. Les trois abattoirs de l'Ile-de-France pratiquent le rite halal. Le quatrième ne le fait pas car il est consacré à l'abattage des porcs et, comme on sait, les musulmans comme les juifs religieux n'en mangent pas. Cette information peut être vérifiée auprès du conseil du culte musulman, du consistoire israélite et de la Mosquée de France qui nous l'a livrée. Nous avons ainsi appris à cette occasion que si toutes les bêtes abattues, selon le rite halal, devaient avoir la tête tournée vers La Mecque, la mosquée de Paris n'exigeait pas une prière au moment de l'abattage. « Cependant, ce n'est pas parce que trois abattoirs pratiquent l'abattage rituel en Ile-de-France que la viande commercialisée par les boucheries parisiennes ou de banlieue est halal, précise Véronique Blanc. Marine Le Pen se trompe sur ce point. La viande qu'on achète à Paris a souvent été abattue en province, en Aveyron, en Normandie, dans le Massif Central... » Quand elle ne l'a pas été à l'étranger.

En revanche, il est vrai que les consommateurs qui se fournissent dans les supermarchés ou les boucheries qui ne signalent pas la provenance précise de leurs bêtes achètent des viandes halal sans le savoir. « Quand Patrick Cohen assure sur France-Inter, ce 21 février, que cela ne change pas grand-chose, il se trompe. Car la bête abattue n'a pas été étourdie et il ne sait pas que quelques centimes perçus pour chaque kilo vendu sont reversés aux établissements religieux. » Il y a, selon Véronique Blanc, 400 sacrificateurs répartis sur tout le territoire français, qui collectent ainsi des sommes dont une partie sert à les rémunérer et l'autre à financer les établissements religieux, mosquées comme synagogues. Tous les religieux pratiquants qui se rendent dans une boucherie kasher ou halal s'acquittent, bien volontiers, de cette dîme prélevée sur tout achat. La France qui reconnait et défend la liberté de culte se doit d'autoriser cette pratique. « En l'occurrence, ce qui pose problème, reconnait Véronique Blanc, c'est que le client n'est, bien souvent, au courant de rien quand il achète sa viande et que la loi n'est pas respectée. »

Consciente d'avoir réalisée une enquête littéralement explosive, Véronique Blanc rend hommage à François Joly et Guilaine Chenu qui lui ont donné carte blanche « et n'ont jamais cédé à la moindre pression » mais elle regrette que la diffusion de ce reportage intervienne à deux mois d'une échéance politique cruciale. « Il aurait mieux valu que l'on diffuse cette enquête il y a deux mois, ce qui aurait limité la récupération politique à laquelle on assiste mais Envoyé Spécial avait-elle le choix ?
» 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Laïcité
commenter cet article

commentaires

rataplan 23/02/2012 14:28

L'abattage rituel est une chose grave... Il pose plusieurs points qui auraient dû interpeller les verts de France, mais plus largement d'Europe depuis longtemps. Il aurait dû être un vrai combat
dont les élus verts se devaient les premiers de prendre la tête. N'y a-t-il pas plus écologique que le respect de l'animal? Certes nous devons tuer l'animal pour le manger mais si on a décidé de le
faire alors arrangeons-nous pour le faire avec le moins de souffrance possible.... Des pays d'ailleurs ont déjà porté cette exigence dans leur pays et d'autres y viendront, mais la France est à la
traîne, tous les partis sauf le FN s'en étend complètement moqué. Il pose aussi la démission de la défense de la laïcité par toute la gauche et par les verts... Pourquoi plier aux injonctions
religieuses dans nos cantines scolaires et dans la nourriture qui nous est fournie dans nos assiettes à notre insu... regretter que Marine Le Pen s'empare du sujet c'est se réveiller bien tard en
ayant perdu une bataille que l'on aurait dû mener et gagner....!

Bagnolet en Vert 23/02/2012 15:19



Des Verts s’en moquent peut-être, mais nous,
non.


La preuve : notre article.


La lutte contre la souffrance animale, pour la qualité de notre
alimentation et pour la laïcité fait partie de notre identité écologiste.


 


Pierre Mathon