Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 10:59

Roms-Le-P-27juil11.jpg

Il y a un an, le plus vieux lieu de vie des Roms en France, le Hanul à Saint-Denis était détruit et ses habitants expulsés. http://www.bagnoletenvert.com/article-les-bulldozers-de-saint-denis-expulsion-brutale-et-honteuse-des-roms-du-hanul-53555112.html

C’était pour les Roms et les défenseurs des Droits de l’Homme, l’été meurtrier avec les discours xénophobes et les expulsions de Roms.

Le Parisien d’aujourd’hui consacre deux articles à ce sujet sous le titre « CE QUE SONT DEVENUS LES CAMPS DE ROMS » :

« Dix ans de bidonvilles

Le durcissement de la politique de l’Etat, il y a un an, contre les Roms n’a pas empêché la création de nouveaux camps. Certains, à Saint-Denis, y vivent depuis plus d’une décennie.

NATHALIE PERRIER | Publié le 27.07.2011

 

Saint-Denis hier. Georges Irem (à droite) et sa famille ont vécu plus de 10 ans dans le camp du Hanul, détruit l’an dernier. Après des mois d’errance, ils sont arrivés passage Dupont, mais vont encore devoir déménager (photo LP/NP)

 

Son regard se trouble quand il montre la photo du camp du Hanul qui trône à l’intérieur du baraquement. Il y a un peu plus d’un an, le 5 juillet 2010, cet immense bidonville, situé sous l’A 86, à Saint-Denis, surnommé le Hanul (caravansérail en langue romane), a été évacué. Comme les 19 autres membres de sa famille, Georges Irem a été expulsé au petit matin.

 « J’avais vécu là plus de dix ans, raconte cet homme de 55 ans en désignant une maisonnette peinte en blanc. Ce bidonville, j’ai été un des premiers à le construire. La fillette qui joue sur la photo, c’est ma petite-fille. »

La destruction du camp, qui faisait depuis 2003 l’objet d’une convention avec la ville de Saint-Denis, annonçait le durcissement de la politique à venir (lire ci-dessous). Pour Georges et sa famille, l’errance commençait. « Pendant deux mois, on a dormi dans la rue, se souvient Malerina, sa fille. C’était horrible. Et puis, on a fini par arriver ici, passage Dupont. Les enfants sont retournés à l’école… »

Désormais, 218 personnes vivent de part et d’autre de cette rue étroite, dans le quartier de la Plaine-Saint-Denis. Décorées avec des bouts de tissu ou des morceaux de planches colorées, les cabanes de la famille Irem s’étalent le long d’une allée en terre battue. Les pièces sont exiguës mais entretenues avec soin. Une nouvelle convention a été signée avec la ville et les résidants ont, moyennant paiement, accès à l’eau et à l’électricité.

Chaque jour, les femmes font la queue au point d’eau et préparent le repas du midi tandis que les enfants traînent leur ennui. « Les journées sont longues, avoue Samir, 10 ans. Je suis pressé de retourner en classe. » Son grand-père sourit : « Ici, les enfants vont à l’école. Ils ont des copains. En Roumanie, à l’école, on se moque d’eux. La vie n’est pas possible pour nous là-bas. » « En Roumanie, avec mon diplôme de chauffeur-mécanicien, je gagnais à peine 150 € par mois, explique Vassile, son beau-fils. Alors, je suis venu ici travailler au noir. J’ai perdu ma jambe sur un chantier, j’ai rien touché, mais je ne regrette pas. Mes enfants vont à l’école. Je me débrouille avec la ferraille. »

Alors que beaucoup de familles sont rentrées en Roumanie pour les vacances, Georges et sa famille préfèrent passer l’été chez eux, à Saint-Denis. « Nous n’avons plus de maison, plus de famille là-bas. C’est ici notre vie. Même si c’est dur, c’est mieux qu’en Roumanie. » Dans quelques semaines pourtant, la famille Irem devra encore déménager. A l’automne, des logements sociaux doivent être construits passage Dupont, là où vivent les Roms. Un projet de 65 habitations durables pour les anciens du Hanul est en cours, mais le financement n’est pas bouclé et il faudra que les familles vivent encore un an dans un bidonville. « On va devoir démonter nos baraques et les remonter sur un autre terrain, petit, commente le patriarche, découragé. Si jamais un incendie se déclenche, on meurt tous. » Après plus de dix années d’errance, Georges ne croit plus aux promesses. « Les logements en dur, on ne les verra jamais. Ils n’ont pas l’argent. »

Le Parisien

 Roms-carte-des-camps-Roms-IdF.JPG

2500 à 3000 Roms dans le 93

C.S. (avec AFP) | Publié le 27.07.2011

Depuis le désormais célèbre discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble, il y a un an, promettant des expulsions massives de Roms, qu’en est-il? « On était déjà au maximum des expulsions en Seine-Saint-Denis, alors on ne pouvait pas faire pire! » analyse Livia Otal, responsable du programme Roms pour Médecins du monde.

La préfecture se refuse à tout commentaire. Il y aurait toujours 2500 à 3000 Roms en Seine-Saint-Denis, sur les 15000 qui vivent en France. Plus d’une dizaine de campements ont été évacués en un an, beaucoup se sont reconstitués ailleurs, souvent de taille plus réduite. Sur le plan sanitaire et judiciaire, les associations disent leur inquiétude.

Alarme sanitaire. D’après une enquête réalisée en partie en Seine-Saint-Denis*, les taux de vaccination chez les Roms sont alarmants : 71% seulement des moins de 2 ans vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la polyo (NDLR : le DTP est obligatoire en France) ; pour le BCG tuberculose, 42% des adultes vaccinés alors qu’ils devraient l’être tous. La mortalité néonatale est de 5 à 9 fois supérieure à la moyenne française… A Pantin, 450 Roms ont été évacués le 19 mai alors qu’une campagne de vaccination contre la rougeole était programmée.

Bataille judiciaire. Des associations dénoncent des gardes à vue collectives, des rappels à la loi pour absence de visa alors que Bulgares et Roumains n’en ont pas besoin pour venir en France puisque leurs pays font partie de l’Union européenne. « On a vu aussi davantage d’expulsions sur requête, c’est-à-dire sans que les familles soient convoquées à l’audience d’expulsion, sans avoir la parole au tribunal », note Grégoire Cousin, juriste. Des familles du Hanul à Saint-Denis ont récemment attaqué ce procédé en justice. La cour d’appel de Paris leur a donné raison.

 

* Enquête réalisée à Bordeaux, Lyon, Marseille et en Seine-Saint-Denis auprès de 281 personnes, principalement des ressortissants roumains.

Le Parisien »

Les 84 articles publiés sur notre blog au sujet des Roms http://www.bagnoletenvert.com/categorie-10708010.html

 

Pierre Mathon

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Roms
commenter cet article

commentaires

Bagnolet en Vert 29/07/2011 10:18


"Roms en Val d'Oise". Le Parisien 95 a publié un article sur les Roms ce mercredi 27.


Bagnolet en Vert 29/07/2011 10:20



Voici un article du Parisien du Val d’Oise, où il est
question notamment de notre ami Jean-Pierre Dacheux, qui était venu animer un « café Vert » à bagnolet sur les Roms, il y a quelques années


http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/pour-les-roms-rien-n-a-change-27-07-2011-1546295.php


Extrait :


« Ce qui a changé en une année, c’est
l’insécurité grandissante et une précarité inquiétante, commente Jean-Pierre Dacheux*, membre du comité de soutien aux Roms. Ils sont constamment sous pression, avec des contrôles incessants des
autorités qui leur remettent des obligations de quitter le territoire français (OQTF). » 


Pierre Mathon