Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 08:00

rock-concert-kabul-afghanistan-0210.jpg

La musique, le rock, plus fort que l’intégrisme taliban.

Il nous revient en mémoire cette phrase de Salman Rushdie :

« Pour prouver que les fondamentalistes ont tort, nous devons nous mettre d’accord sur ce qui est important : les baisers en public, les sandwiches au bacon, les désaccords, la mode d’avant-garde, la littérature, la générosité, l’eau, une distribution équitable des richesses dans le monde, les films, la musique, la liberté de pensée, la beauté l’amour. »

Ci-dessous la description par Reuters de ce premier concert rock en Afghanistan, après 30 ans d’interdits.

Pierre Mathon

 

« Retour du rock en Afghanistan après 30 ans d'interdits

 

par Martin Petty - 02/10/2011

 

KABOUL (Reuters) - Après plus de trente ans d'absence, le rock a fait son grand retour samedi en Afghanistan où plusieurs centaines de personnes se sont balancées au rythme du son craché par de puissants haut-parleurs dans le cadre du festival Sound Central de Kaboul.

Des groupes australiens, ouzbèkes, kazakhs et afghans ont offert près de six heures de blues, rock indé, musique électronique et death metal à près de 500 fans venus de tout le pays pour assister, pour une grande partie d'entre eux, au premier concert de leur vie.

Dans un pays où la musique était interdite sous le régime des taliban et où les disquaires et les chanteurs restent la cibles d'attaques et de railleries, le festival de Kaboul revêt un caractère tant historique que symbolique.

Les organisateurs se sont toutefois pliés aux traditions culturelles et religieuses du pays : l'alcool y a été banni, les kebabs étaient les seuls casse-croûte proposés aux festivaliers et les concerts ont été interrompus à deux reprises pendant quelques minutes le temps pour les muezzins des mosquées environnantes de lancer l'appel à la prière.

"Là où j'habite, il n'y a rien de la sorte. J'en ai entendu parler et j'ai décidé de venir", explique Ahmad Shad qui a fait la route depuis Kandahar, ville du sud du pays en proie à une vague de violences, pour assister à cette première. "Je suis venu pour échapper au cancer des taliban et c'est réconfortant."

Placé sous haute surveillance en raison des risques d'attentats, le concert, qui se tenait dans le parc de Bagh-e Babur, a attiré plus de 450 festivaliers et de nombreuses personnes continuaient de converger vers les jardins de la capitale.

Galvanisés par l'ambiance, de jeunes Afghans levaient les bras en l'air et acclamaient le groupe de musique local White Page, donnant du fil à retordre aux services de sécurité manifestement dépassés par les événements.

CHANGER LE MONDE

La joie et l'énergie des festivaliers s'est rapidement propagée dans les rangs des policiers présents du place dont certains ont été surpris en train de hocher la tête et de se balancer au rythme de la musique.

"Kaboul mes nouveaux amis, let's rock!", a lancé la chanteuse Sabrina Ablyaskuna du groupe ouzbèke Tears of the Sun qui enregistre son sixième album.

"Nous ne nous attendions pas une telle affluence, c'est surprenant une telle énergie", a confié la chanteuse à Reuters. "Nous adorons Kaboul, un peu plus chaque jour et nous reviendrons bientôt, c'est évident."

"Le Rock and roll va changer le monde et nous espérons qu'il changera également l'Afghanistan. C'est historique et ce n'est qu'un début", a renchéri la guitariste Nikita Makapenko.

A l'origine du festival, Travis Beard, un photojournaliste australien qui à son arrivée à Kaboul a rejoint un groupe de musique et a été conquis par le talent et le dévouement des musiciens locaux.

Plus qu'un simple événement culturel, son festival pourrait avoir éveillé l'intérêt des jeunes Afghans pour la musique contemporaine.

"Nous avons entendu parler du festival de musique à la radio et quand mon ami m'a proposé d'y aller, je lui ai dit 'pourquoi pas?'", raconte Lauria, étudiante de 19 ans. "C'est super. J'espère qu'il y en aura d'autres à Kaboul."

Aavec Zhou Xin, Marine Pennetier pour le service français »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Culture
commenter cet article

commentaires