Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 21:56

vote-etrangers.jpg


Sarkozy, aux abois, essaie de faire peur en chassant sur les terres du Front national, en présentant l’engagement pour le droit de vote des résidents étrangers, qui figure dans le programme de François Hollande, comme une calamité.

Voici, en réponse, un communiqué du 26 avril d’Hélène Flautre, eurodéputée Europe Écologie Les Verts :

_H__Flautre.jpg

« La mémoire a ses vertus que l’ambition électorale parfois ignore. Nicolas Sarkozy affirmait au Monde en octobre 2005: « Je ne trouve pas anormal qu’un étranger en situation régulière, qui travaille, paie des impôts et réside depuis au moins dix ans en France, puisse voter lors des élections municipales. J’ouvre un débat en faveur d’une mesure que je pense juste. »

C’est d’ailleurs en ce sens que les Français se sont prononcés, à travers de multiples sondages, entre 55 et 60% se déclarant favorables à l’extension de ce droit aux étrangers résidents non-membres de l’UE. Rappelons que les étrangers issus des pays membres de l’UE, installés en France, ont le droit de vote aux élections municipales et européennes.

Combien de personnes seraient concernées? En 2008, selon l’Insee 3,7 millions d’étrangers résident en France, soit 5,8 % de la population totale (6,5 % au sein de l’UE) dont 1 million de ressortissants d’un autre pays de l’UE. Si on tient compte d’une certaine durée de résidence 1,5 à 2 millions d’étrangers non communautaires pourraient s’inscrire sur les listes électorales, soit 3 à 4% du corps électoral. Cela permet de relativiser les propose de ceux qui crient au loup.

Mais au delà de ce chiffrage, le vote, et tout un chacun le vit pleinement en cette période électorale, constitue un acte citoyen par lequel on se manifeste en tant que membre d’une communauté politique (qu’elle soit locale, nationale, ou européenne…), d’une communauté de destin. La citoyenneté est bien l’une des composantes du lien social, notamment par l’égalité des droits dont elle est garante. Comment exiger l’intégration de ces personnes et proclamer l’attachement de l’Union à l’égalité, à la démocratie tout en les excluant du débat démocratique? L’octroi du droit de vote marque un progrès en matière de citoyenneté qui ne saurait se réduire à la nationalité française. Et même il s’agirait d’une juste reconnaissance de leur participation à la vie sociale, culturelle et économique – 12 milliards par an d’apport au budget de l’Etat! C’est également un moyen de faire entendre leur voix et d’impliquer les nombreux Français issus de l’immigration déclarant ne pas être inscrits sur les listes électorales, 23% contre 7 % des Français « d’origine ».

Le Parlement européen, le Conseil de l’Europe, le Comité économique et social européen se sont déjà déclarés favorables à de telles mesures à plusieurs reprises. Une majorité d’Etats européens l’autorisent. Pionnière en la matière, l’Irlande autorise, depuis 1963, tous les résidents étrangers à voter aux élections municipales, sans durée minimale de résidence. Depuis 1985, les ressortissants britanniques peuvent même voter aux législatives.

La Suède (en 1975), le Danemark (en 1981), les Pays-Bas (en 1983), le Luxembourg (en 2003) et la Belgique (en 2004) ont octroyé le droit de vote à tous les étrangers qui résident sur leur territoire depuis plusieurs années – entre deux et cinq ans. L’Estonie, la Slovénie, la Lituanie, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont pris les mêmes dispositions.

L’Espagne, le Portugal et le Royaume-Uni accordent le droit de vote aux ressortissants de certains pays, notamment leurs anciennes colonies. L’Espagne et le Portugal, sous réserve de réciprocité et de durée de résidence. La Grande-Bretagne ouvre tous ses scrutins – locaux et nationaux – aux citoyens du Commonwealth (qui compte 54 États membres) et aux Irlandais.

Enfin, deux États accordent le droit de vote à d’autres élections que les municipales : le Danemark (pour les régionales) et la Suède (à l’équivalent des conseils généraux). En Suède, les étrangers peuvent même participer à des référendums nationaux.

Et même, certains pays permettent l’éligibilité: les étrangers disposant du droit de vote sont éligibles aux assemblées municipales au Danemark, Espagne, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Suède et au Royaume-Uni sous certaines conditions. En Irlande, il n’y a aucune restriction.

Et à l’inverse, de nombreux pays hors UE accordent le droit de vote aux étrangers là où de nombreux Français se sont installés. On peut citer, entre autres, l’Argentine, le Chili, la Colombie, l’Uruguay, le Burkina, le Malawi, le Maroc, la Corée du Sud, l’Islande et bien d’autres. »

Comme nous le disons depuis longtemps « j’y suis, j’y vote ». Il est plus que temps de donner le droit de vote aux élections municipales aux résidents étrangers.

Pierre Mathon

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Politique - Les Verts
commenter cet article

commentaires

JENB Productions 27/04/2012 09:18

Permettez-moi de ne pas partager votre avis.

Pour ma part, je pense que la meilleure solution pour un étranger de vouloir participer à la vie démocratique est la citoyenneté en demandant la nationalité française.

S'ils préfère conserver leur nationalité d'origine, et c'est leur droit, alors il n'y a pas de raison à ce qu'ils puissent voter.

Je pense que la citoyenneté est la meilleure voie pour une intégration réussie.

Bonne journée

Bagnolet en Vert 27/04/2012 09:47



Bien évidemment, les
résidents étrangers qui ont choisi de vivre en France ont la possibilité de demander la nationalité française.


Cela n’exclut pas le
droit de vote aux élections locales, un peu comme les salariés non français votent dans leur entreprise pour le comité d’entreprise.


 


Pierre
Mathon