Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 07:33

DSCF8169

Parmi les initiatives qui donnent sens et projet aux murs-à-pêches de Montreuil, figurent les Jardins du cœur, installés depuis 2000 sur 6500 m2.

Nous l’avons visité au début du mois de juillet (photos).

DSCF8170

DSCF8176

DSCF8173

DSCF8168

Voici une excellente présentation, du travail exceptionnel de cette association qui fait rimer murs-à-pêches et solidarité, que nous avons tirée d’un numéro de 2004 du Poivron (le journal, que les Verts et leurs amis de Montreuil publiaient alors).

 Pierre Mathon

DSCF8178

 « Jardins du cœur


    Près de la cité des Ruffins, non loin de la déchetterie, existe un lieu de solidarité qui est en même temps un de ces îlots de nature agréable et caché dont Montreuil a le secret.

Les Jardins du cœur se sont installés en 2000 sur ces 6500m2, dont 4000 prêtés par la Ville, 1000 par le Conseil Général et 1500, correspondant à une parcelle privée, à titre gracieux. Les Jardins du cœur sont une émanation des Restaus du cœur, ils ne constituent pas une association à part entière. Il en existe une centaine en France, mais celui de Montreuil est le seul du 93 et surtout le seul "jardin urbain".

Un chantier d’insertion

La structure mise en place a pour but d’aider ceux qui ont connu de grandes difficultés professionnelles, de santé ou autres, à se réinsérer. Les Jardins du cœur bénéficient d’un statut de chantier d’insertion permanent qui leur permet d’offrir des emplois en contrat emploi solidarité (CES) à des personnes de plus de 25 ans, plus particulièrement allocataires du RMI et envoyées par l’ANPE, pour une activité de production horticole, mais aussi d’entretien général. Une commission examine les dossiers et retient les candidats, dans un esprit d’équilibre de l’équipe et pour éviter une concentration de difficultés de même type. Aujourd’hui, il s’agit principalement d’hommes entre 27 et 55 ans. L’accueil de femmes (vivement souhaitée par le Fond social) est en réflexion, car cela nécessite des aménagements particuliers.

Deux encadrants techniques s’occupent chacun d’une équipe d’une dizaine de jardiniers en CES. Ils sont relayés par une dizaine de bénévoles, dont 50% de tuteurs, qui aident les jardiniers au quotidien.

Voir et distribuer sa production

Yves Follain et Thérèse Besse sont coresponsables de la structure, Thérèse est aussi tutrice. Avec Mohan Madomercandy, ils insistent beaucoup sur le rôle de l’activité de jardinage, par elle-même. Il y a un travail propre à toute démarche d’insertion sur les horaires, la vie en société, les contraintes, le respect des règles. Mais ce qui est vraiment important, c’est pour les jardiniers, de voir ce qu’ils produisent, que ce soit des carottes ou des fleurs et de produire pour en faire bénéficier des gens comme eux, la production n’étant pas vendue, mais distribuée à travers les restaus du cœur. Cela valorise vraiment leur travail et lui donne tout son sens.

Le travail de la terre, son contact, le lien avec les saisons, le temps qu’il faut pour..., le résultat concret, ont un pouvoir équilibrant très important. Les échanges, les rencontres avec les tuteurs très présents soutiennent et dynamisent ces personnes, y compris sur le plan citoyen. Les jardins du cœur travaillent avec nombre d’associations locales d’insertion, Neptune, Cité Myriam, Pass 93, la Régie de quartier... Un partenariat avec Auchan permet de récupérer des surplus en matériel et par ailleurs le soutien de la Mairie par le biais du service des espaces verts est très important.

Jardinage bio

Les jardins entrecoupés de restes de murs à pêches, ont une allure champêtre, avec ses buissons encore très fleuris malgré la saison avancée. Avec Julian Rodriguez, l’un des encadrants, ingénieur agronome d’origine colombienne, qui a travaillé avec des Indiens en Amazonie, au maintien sur leurs terres, à une agriculture respectueuse de la forêt et à une pratique d’alternance des productions, l’équipe des jardiniers pratique les techniques de l’agriculture biologique. Ils utilisent des traitements naturels, les purins d’ortie, d’oignons ou de pissenlit produits sur place. Ils pratiquent la rotation des cultures et des associations de plants qui se protègent mutuellement des nuisibles. Si des capucines bordent les allées de légumes, c’est joli mais c’est aussi pour attirer les pucerons à elles. 3 grandes serres ont été fabriquées sur place avec un système d’arrosage automatique, permettant une culture annuelle, une initiation aux techniques de maraîchage et un abri pour la pluie et l’hiver, car là évidemment, c’est plus dur et le moral doit être soutenu. Aujourd’hui, on récolte les dernières tomates et les derniers poivrons, les tomates vertes sont mises de coté pour la confiture et on enlève les pieds, pour après retourner la terre. Il n’est pas étonnant que la réinsertion sociale soit réussie dans 90% des cas, même si c’est plus dur pour retrouver un travail dans le contexte actuel. Un gros souci cependant, à l’instar de nombreuse associations et de structures d’insertion : les subventions, directement gérées par les restaus du cœur, mais toujours aléatoires et insuffisantes.

Gabrielle Grammont/Le Poivron n°65 Novembre 2004 »

DSCF8175 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Murs à pêches
commenter cet article

commentaires