Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 21:37

super menteur - Copie (2)

Jeudi 12 janvier 2012, lors des vœux de la mairie, au milieu des sifflets et des slogans exigeant la réouverture des gymnases, Marc Everbecq a lu un discours démago, décalé et auto-satisfait.

Nous en publions de très larges extraits, assortis de nos remarques et commentaires :

 

 (…)

Nous allons également continuer à combattre la politique de l’Etat et du gouvernement qui décide de faire payer la crise au peuple en réduisant partout les financements aux collectivités locales. Entre la baisse des subventions et la baisse des recettes fiscales dues à la récession économique, nous avons connu une limitation des recettes de notre budget. Il a fallu travailler durement pour que cette situation ne pénalise pas les Bagnoletais, pour que les services continuent à disposer des moyens de leur action, pour que notre projet de ville ne soit pas diminuer ou freiner. Nous y sommes parvenus. Nous avons été tellement attentif à la qualité de notre gestion municipale que nous sommes parvenus à dégager plus de 4 millions d’euros d’autofinancement en 2011, là où en 2010 nous n’en dégagions que 1 million, et en 2009 zéro. Nos efforts payent.

Ndlr : Pas un mot sur l’endettement record de la ville, sur l’impossibilité où il s’est mis de rembourser en 2011 l’emprunt relai de 14 millions d’euros gagé sur des ventes aventureuses de terrains communaux aux promoteurs privés ni des 50 millions d’emprunts toxiques qu’il a souscrits, tel un trader, au début 2008 !

Cet optimisme, ces vœux s’appuient donc sur une conviction qui est aussi une réalité 

Bagnolet bouge, Bagnolet avance, Bagnolet s’est mis en mouvement !

Les actions engagées en 2011 ont été considérables et elles sont la garantie de la poursuite de notre projet municipal pour les prochaines années. (Ndlr : Nous ne commenterons point ces affirmations empreintes d’autosatisfaction)

Cela s’illustre par la poursuite de l’aménagement de tous les quartiers de Bagnolet, du Centre-Ville (Ndlr : Un nouvel hôtel de ville moche, mégalo et ruineux, chiffré à 35 millions d’euros, pour le moment, alors que le coût annoncé jusqu’alors était de 22 millions d’euros. La destruction de Bagnolet-village. Un projet Vinci immobilier démentiel et commercialement hasardeux qui va notamment défigurer la médiathèque et plonger le centre ville dans un chantier ruineux et sans fin), à la transformation de la Noue (Ndlr : le superbétonnage programmé de la Noue avec en prime la destruction de 30 appartements HLM en bon état), en passant par les Malassis (Ndlr : le bétonnage du parking Curie, la suppression des espaces verts et des espaces pour les jeunes …). Le maintien (Ndlr : oui par chance - ? – certains acquis sont préservés) d’une solidarité forte pour les foyers modestes nombreux dans notre ville, au travers des tarifs proposés pour les familles. Des services publics (Ndlr. Merci aux employés qui assurent comme ils peuvent le service public communal) présents aux côtés de nos concitoyens. Une réponse au besoin toujours essentielle de logements conjuguant mixité de l’habitat, possibilités de parcours résidentiels.

super menteur - Copie (2)

Pour être plus concret encore, voilà quelques exemples énoncés succinctement qui retracent notre action de 2011.

Livraison de 65 logements HLM rue Raymond Lefebvre, et de 50 logements en accession à la propriété rue Malmaison (Ndlr : Ces 65 logements sociaux nouveaux rue Raymond Lefebvre ne compensent pas la suppression des 150 logements HLM bon marché des petit et grand Blanqui, construits de plus en supprimant un terrain de boules et un bel espace vert).

Attribution du permis de construire 40 logements HLM rue Pierre et Marie Curie (Ndlr : ce projet supprimerait encore un espace vert et d’évolution de la cité HLM Girardot, il boucherait la vue d’un grand nombre de locataires).

Attribution du permis de construire 94 logements HLM à Sofilogis/Logistransports rue François Mitterrand.

Attribution du permis de construire au projet d’activités économiques sur le terrain de la rue Jean Lolive. Ce sont des centaines d’emplois qui sont concernés (Ndlr : Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Sur ce même terrain, aujourd’hui transformé en décharge municipale illégale, le maire avait déjà fait miroiter 300 emplois, réservés aux jeunes de Bagnolet ; c’était aux assises Campana Eleb de fin 2008 et c’était « comme si c’était fait ». Rappelons que le maire a décidé de vendre au promoteur immobilier IDEC, sans lui imposer la moindre obligation, pour le prix de 3 millions d’euros, un terrain d’un hectare, évalué 4,9 millions d’euros par les Domaines. Par ailleurs, selon l’ANRU ce terrain devait servir de liaison urbaine de qualité entre les Malassis et La Noue avec 180 logements …engagement trahi).

Vente de terrains rue Sadi Carnot pour permettre l’arrivée d’une partie du siège social de William Saurin à Bagnolet avec 170 emplois (Ndlr : si l’on croit ce que l’on voit, la promesse de Madame Cassoulet –une des plus grosses fortunes de France- n’est pas près de se réaliser. En attendant, elle a acheté pas cher une belle propriété communale dont elle pourra faire ce qu’elle voudra).

Travaux de construction de 50 logements en accession à la propriété rue Sadi Carnot. (Ndlr : Il s’agit d’une opération de logements de standing Kaufmann & Broad, réalisée en partie sur une parcelle que la ville avait préemptée avec obligation de faire du logement social !)

Réhabilitation réussie des logements hlm rue Jules Ferry, et lancement de la réhabilitation des logements hlm du 48 Karl Marx.

Approbation du projet de requalification de la résidence du 101 rue Anatole France qui appartient à Logirep (Ndlr : Cette opération prévoit en particulier la suppression du petit terrain de basket qui est très apprécié des jeunes du quartier. Le maire dit qu’il a approuvé le projet, alors qu’il avait été affirmé que « rien n’était décidé » lors de la réunion municipale de quartier du Plateau le 8 décembre !)

Pose de la première pierre de l’Hôtel de Ville faisant suite au déménagement des services administratifs et leur réimplantation provisoire sur la place de la mairie (Ndlr : Nous avons appris au cours de cette pose de « première pierre » que le coût prévisionnel de cet hôtel de ville n’était plus de 22 millions d’euros comme annoncé mais de 35 millions … et ce n’est pas fini).

Réfection de la rue de la Capsulerie, de la rue Viénot, de la rue de l’Avenir. Avec notre nouvelle esthétique urbaine, plus douce, plus agréable, plus jolie.

Réalisation de la deuxième phase des travaux du groupe scolaire Joliot-Curie. L’école maternelle ouvrira ainsi ses portes à la rentrée scolaire de septembre 2012 (Ndlr : Les habitants de la Dhuys viennent d’apprendre que le projet de centre socio-culturel avait été purement et simplement abandonné. Dans le même temps, Bouygues a continué d’avancer ses pions pour construire un gros immeuble qui sera très près de l’école avenue Gambetta).

Relance des séjours solidaires et familiaux à l’Ile d’Oléron, sur notre terrain des Sables Vigniers (Ndlr : Et dire que le maire avait exprimé publiquement fin 2008 sa volonté de se faire de l’argent avec la vente des colonies de vacances. Preuve, s’il en est, que l’on peut le faire reculer. Bientôt il se vantera d’avoir gardé les gymnases des Coutures et le stade de la Briqueterie LOL).

Finalisation du PNRQAD (Ndlr : Plan National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés. Le projet couvre le Bas-Montreuil et les Coutures) avec sa signature en présence de Monsieur le Ministre le 24 janvier prochain (Ndlr : Rappelons que la partie bagnoletaise de ce projet n’a donné lieu à aucune réunion, ne serait-ce que d’information. Sur la partie montreuilloise il y a eu une dizaine de réunions publiques. On est content pour le ministre).

Amplification du CRJ (Ndlr : Pour ces Contrats Réussite Jeunes : grosse orchestration politico-clientéliste pour une efficacité qui reste à évaluer)

Ouverture du nouveau Château de l’Etang (1- Le château de l’Étang a été ouvert au public en toute illégalité pendant plus d’un mois alors que la commission de sécurité n’avait pas autorisé son ouverture. 2- Il a coûté la bagatelle de 2,7 millions d’euros au lieu des 900 000 euros qui avaient été annoncés fin 2007. Le surcoût est dû principalement à la folie des grandeurs et du délire architectural qui se sont emparés du maire. 3- Grâce au procès gagné par l’association Bagnolet Écologie, nous avons évité que la façade sur le parc soit irrémédiablement gâchée –ce qui, soit dit en passant, aurait coûté un million d’euros supplémentaire. La façade de verre avenue Gambetta fera l’objet d’un prochain procès … 4- L’équipement qui occupe le Château de l’Étang, intitulé pompeusement « Maison du patrimoine et des initiatives citoyennes » ne répond à aucune nécessité ni citoyenne, ni patrimoniale, ni à rien du tout d’ailleurs. Elle ne répond, au même titre que la webTV , heureusement bloquée par le conseil municipal, qu’à un caprice du maire !)

La fin réussie de la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale en partenariat avec la préfecture pour l’insertion d’une centaine de Roms bulgares. (Ndlr : Aucun bilan n’a été fourni et l’on sait que le travail a été interrompu brutalement, alors que tous les Roms - 80 au départ et non 100- étaient loin d’être tous « insérés »)

Soutien actif aux projets écologiques et citoyens de l’association REC dans les serres municipales et de l’association Sors de terre de Gilles Amar avec les brebis au cœur des Malassis (Ndlr : Et oui, tout n’est pas négatif).

Tout le travail de mise en route de l’agglo, notamment pour décider les compétences à transférer.

Relance réussie du forum des associations (Relance, certes, mais le forum était un peu tristounet pour son « retour » cette année après trois années de suppression sur décision du maire. Preuve, s’il en est, que la confiance et l’implication des citoyens ne sont plus là)

Mais aussi, réussite de la fête des voisins, de la semaine des droits des femmes, de la délégation des femmes de Bagnolet à Chatila (Ndlr. Cette visite, comme beaucoup d’autres, ressemble à un gaspillage de fonds publics. Qu’a-t-il été fait de cette idée généreuse au départ de coopération internationale décentralisée ? Un vrai bilan s’impose), du gala de boxe Thaï, des 10 ans de la MAPAD, des journées portes ouvertes des ateliers d’artiste (Ndlr : Une vraie bonne initiative, même si nous avons noté cette année un léger essoufflement), de l’arrivée des machines à coudre à Massala au Mali (Ndlr : Il était temps qu’elles arrivent ! Qu’en est-il du bus RATP qui devait promener les enfants de Chatila vers les bords de mer : est-il bien arrivé ?), de Bagnolet raconte Bagnolet à l’occasion de la fête de la ville, du lancement de la fresque monumentale avec les habitants de centre sud, de Bajoplage (qui rappelons-le a été arbitrairement délocalisé du stade de la Briqueterie ! Ndlr), chantiers d’insertion pour les jeunes (?), mise en place effective du fonds de soutien au petit commerce,

 super menteur - Copie (2)

Aujourd’hui s’écrit l’avenir et cet avenir est garanti par la force de cette mise en mouvement, de cette autonomie d’action, de cette énergie qui s’est concentrée et a commencé d’agir.

Mais ce n’est pas l’heure des bilans (Si !), et l’occasion des vœux ne se prête guère à de longs plaidoyers « prodomo » (Et  pourtant …).

Je serais donc bref.

Je rappellerais trois points qui me paraissent essentiels :

La poursuite du développement de notre projet urbain, (L’année 2011 a vu l’adoption par un passage en force d’un Plan Local d’Urbanisme, élaboré sans la moindre concertation et contre l’avis des citoyens qui s’étaient massivement exprimés contre lors de l’enquête publique) .

Une vigoureuse action en faveur du logement, et du logement social en particulier (C’est une véritable supercherie de parler d’une « vigoureuse » action en faveur du logement social puisque depuis 2008, seuls les 65 logements de la rue Raymond Lefebvre ont été mis en location, en lieu et place de l’espace vert et du terrain de boules, et que 150 logements très sociaux de Blanqui ont été supprimés. En revanche, les promoteurs immobiliers font preuve d’une activité « vigoureuse », tout au moins en ce qui concerne le nombre de ventes de terrains communaux en leur faveur. De plus la façon dont sont attribués les logements, sans aucune transparence et par deux personnes  seulement, le maire et son 1er adjoint, est proprement scandaleuse !)

Le début d’une démarche en direction de tous les jeunes de Bagnolet pour les aider à construire leur projet de vie,

Sur les jeunes d’abord

J’avais pris l’engagement aux côtés de l’équipe municipale que nous rencontrerions tous les jeunes de Bagnolet. Ils sont 8000 environ et au bout d’une année et demie d’action, nous en avons rencontré au moins 3000, écouté 1500, accompagné 700. 250 contrats de réussite ont été approuvés en conseil municipal.

(Ndlr : Au-delà de la nécessité d’aider les jeunes à s’orienter et à s’insérer, le dispositif CRJ, concocté et orchestré par l’agence de com’ Campana Eleb  a tout d’une opération politico-clientéliste. L’efficacité du dispositif, du point de vue de son utilité sociale - et non de son bénéfice électoral -, mériterait d’être évaluée)

(…)

Le logement ensuite

Si je veux parler du logement et en particulier du logement social c’est que la ville de Bagnolet de tout temps, a considéré que le logement était une de ses priorités. Elle le reste.

Nous avons déjà réalisé la construction de 350 logements (faux) et parmi eux une centaine de logements sociaux (faux) ce qui pourrait nous amener dans les prochaines années à construire un total de 3000 nouveaux logements pour les habitants de Bagnolet (Ndlr : Au fou ! Bagnolet est une ville déjà très dense, qui ne dispose que de très peu de terrains encore disponibles pour construire et où les équipements sont saturés). Je dois dire que de nombreux projets de création de logements sont en cours d’examen (Ndlr : La plupart de ces projets sont inacceptables, car programmés sur des terrains qui ont vocation à rester des espaces de respiration, mais aussi sur les équipements municipaux, stade, gymnases, école Paul Langevin, piscine des Malassis, espaces verts et aires de jeux comme à la Noue, au 74 rue Pierre et Marie Curie, le square du  8 mai 45 etc.) . Des permis de construire vont être bientôt donnés et d’autres le sont déjà. Souhaitons que ces projets ne soient pas pénalisés par des recours juridiques et dilatoires qui ont tendance à devenir systématiques (Ndlr. Ces recours ne sont ni « dilatoires », ni « systématiques » et il ne faut pas s’étonner, quand on refuse toute concertation, que les citoyens et les associations saisissent la justice, lorsque leur cadre de vie est en danger). Ce n’est pas seulement l’orientation municipale qui serait ainsi pénalisée, ce sont tous les Bagnoletais qui attendent de pouvoir bénéficier d’un logement. (Ndlr : Que le maire commence par ne pas démolir les logements sociaux existants et par rendre équitable et transparente l’attribution de HLM !)

(…)

 super menteur - Copie (2)

Enfin, et c’est le plus important, le développement de notre projet urbain.

Il a fallu du temps pour dégager une philosophie et des axes d’application qui à la fois permettent de conduire la transition historique de Bagnolet et en même temps de partager et de penser ce changement avec la population (Ndlr : Le projet urbain a été pensé sans la population et contre elle : c’est bien là, en grande partie, le problème).

Nous avons donc construit ensemble (Faux) un scénario urbain, et nous avons commencé à l’appliquer (Malheureusement vrai, même si l’essentiel de ce scénario urbain est basé sur la facilité avec laquelle le maire, son 1er adjoint, son directeur des services et son directeur des services techniques cèdent aux sollicitations des promoteurs immobiliers).

Symboliquement, le démarrage et l’engagement des travaux au centre ville du projet de nouvel Hôtel de Ville (Ndlr : Rappelons que ces travaux ont commencé en toute illégalité durant trois mois en absence de permis de construire ) qui comportera également une zone d’habitations et de commerces est la preuve de ce développement (Ndlr : Ce n’est la preuve de rien du tout. Personne n’a vu à ce jour le projet immobilier bétonnant de Vinci Immobilier à qui le maire a confié cette opération).

Le réaménagement du centre ville n’a de sens que parce que simultanément les autres quartiers sont aussi associés à ce renouveau de la ville. (Ndlr : Le curieux de la situation à Bagnolet, c’est que les Bagnoletais, dans tous les quartiers, sont persuadés que leur quartier est sacrifié, alors que dans la réalité le centre ville est lui aussi sacrifié, mais d’une autre façon)

C’est ainsi que nous avons construit et mené à bien en 2011 la rénovation du Château de l’Etang, les travaux du groupe scolaire Joliot-Curie.

L’année 2012 verra de nouveaux projets émerger dans tous les quartiers. Ils seront précédés par de grands débats publics, comme c’est l’habitude dans notre ville (Ndlr : Il vaut mieux entendre ces gros mensonges que d’être sourd).

Un projet me tient particulièrement à cœur et soulève des avis très contradictoires, c’est celui de la Briqueterie. Le débat sera l’occasion de lever de nombreux malentendus. (Ndlr : Quelle obstination !)

Nous sommes partis de l’idée qui avait été exprimée par les Bagnoletais dans leur grande majorité, d’un nécessaire rééquilibrage, comme l’avait dit l’architecte paysagiste Michel Corajoud lors du scénario urbain, du nécessaire rééquilibrage entre ce qu’il avait appelé, « le Haut et le Bas Gnolet » (Ndlr : Nous préférons avoir de Michel Corajoud le l’image d’un grand paysagiste en oubliant la façon dont il s’est fourvoyé dans la galère bagnoletaise). Le projet de la Briqueterie sera discuté (Ndlr : paroles, paroles), une solution sera, j’en suis sûr, trouvée, qui respectera les demandes légitimes du maintien d’un équipement sportif à vocation sociale et l’intérêt que présente l’installation d’une zone de commerce et des nouvelles habitations pour imprimer une nouvelle dynamique dans le haut du Plateau.(Ndlr : Tiens il hésite à détailler son projet de piste d’athlétisme sur les toits. Allo Dr Folledingue …).

Le débat sera vif (Ndlr : Un instant de lucidité ?) et productif. Je le conduirai en allant au devant des Bagnoletais (Ndlr : Le maire envoie plus volontiers son dévoué 1er adjoint dans les débats difficiles, préférant le recours à son agence de com’ pour organiser des grandes messes : c’est ce qu’il appelle « aller au devant des Bagnoletais »).

De ce point de vue, Bagnolet a de grandes traditions (Ndlr : Bizarrement et bien qu’opposant à la municipalité depuis de nombreuses années, je me sens beaucoup plus respectueux de ces « grandes traditions » que le maire et son Directeur des Services, chez lesquels je perçois comme une volonté de détruire ce qui fait l’identité communiste de Bagnolet : le stade de la Briqueterie, la colonie historique d’Oléron, le centre ville etc. etc.) et il est essentiel, que toujours la population et les citoyens soient associés aux décisions qui les concernent (. Nous organisons régulièrement les Assises citoyennes et nous continuerons (Ndlr : Il serait peut-être temps de rompre avec ces coûteuses assises pour revenir à de vraies concertations). J’ai toujours cru que du débat naissaient les bonnes solutions et je continuerai à faire les efforts nécessaires pour que ce débat public soit organisé à l’initiative de l’équipe municipale. (Ndlr. Pour qu’il y ait une « équipe », il faudrait que le maire respecte les élus déjà dans sa propre majorité, ce qui n’est pas le cas ! Quand au mot « débat », c’est un gros mot dans la bouche de Marc Everbecq)

Je terminerais par une remarque un peu plus politique :

Il y a des débats au Conseil municipal et des discussions, c’est fondamental et même parfois des oppositions, y compris à l’intérieur de la majorité municipale. On a le droit d’être en désaccord et de reporter par exemple la création d’une Web TV au service des habitants, parce que l’investissement par ces temps de crise semble devoir être reporté. Ceux qui ont voté « Pour » pensent comme moi que c’est par temps de crise qu’il faut se doter des outils indispensables au service d’une conception moderne du lien social.

La majorité municipale fera la différence entre ceux qui ont voulu ce report pour des raisons explicables et ceux qui ont cru devoir s’engager dans une lutte politique, politicienne et prématurée dans la perspective des prochaines élections municipales.

(Ndlr : Quelle obstination, quel refus de voir la réalité en face ! Ne parlons même pas du respect de la démocratie, il s’en fout. Marc Everbecq dit clairement qu’il n’en a rien à faire du vote contre la Web TV, par deux fois, du conseil municipal.

Il envisage de présenter une troisième fois, ou plus, autant que nécessaire, sa Web TV Campana-Eleb, à 500 000 euros par an, au conseil municipal)

 (…) »

Pierre Mathon

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jbdesf 16/01/2012 19:51

Très bien de décortiquer ce discours et de montrer la face cachée des choses.
Mais pour aller plus loin, ne pourriez-vous pas intenter quelques recours (procès) au nom des citoyens floués ?
Je vois par exemple la vente d'un terrain estimé 5 millions par les domaines à 2,9 millions. Le contribuable est donc floué de 2,1 millions !

Bagnolet en Vert 17/01/2012 00:04



Je m’aperçois en vous lisant que
j’ai commis une légère erreur (que je corrige aussitôt) puisqu’en réalité le terrain a été estimé à 4,9 millions par les Domaines et a été vendu au promoteur 3 millions : ce qui fait que ne
consommateur n’a été en réalité floué « que » de 1,9 millions, ce qui est déjà considérable.


Vous avez raison, il y aurait
probablement matière à attaquer en justice là-dessus, comme sur les budgets équilibrés fictivement sur des ventes hypothétiques, le fait que le maire ait souscrit pour 51 millions d’emprunts
toxiques etc.


Cela démontre au moins qu’il y
aurait matière à bien plus de recours que ceux que la modeste association « Bagnolet Écologie » ne peut déposer.


Pierre Mathon