Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 10:04

nonmerci-japanese

 

C’est l’espoir que l’on pourrait nourrir si l’on se réfère aux déclarations que le premier ministre japonais vient de faire le 13 juillet.

Pierre Mathon


Voici ce qu’écrit developpementdurable.com le 16 juillet :

 

«Japon : vers une sortie du nucléaire ?

Quatre mois après l’accident de Fukushima, le débat portant sur l’abandon du nucléaire au Japon est lancé. Le Premier ministre, Naoto Kan, a émis le vœu de tendre vers une société sans nucléaire... Déclaration qui a provoqué de vives réactions.

Le 11 mars 2011, un tsunami, succédant à un séisme de magnitude 9, déferlait sur la côte Nord-Est du Japon. La centrale de Fukushima Daiichi fut la plus sévèrement touchée avec la fusion partielle de certains cœurs de réacteurs. Les conséquences environnementales, sanitaires et économiques ont été telles qu’elles ont engendré une vaste crise de confiance dans la fiabilité des installations nucléaires. La refonte du système énergétique nippon est à l’étude. Actuellement 30 % des l’électricité de l’archipel est fourni par l’énergie nucléaire, ce qui en fait le troisième pays producteur d’électricité nucléaire après les Etats-Unis et la France. Naoto Kan, le chef du gouvernement de centre-gauche, a déjà renoncé au plan prévoyant de porter cette part à 50 % en 2030.

 « En réduisant de façon planifiée et progressive le niveau de dépendance à l'énergie nucléaire, nous devrions concevoir à l'avenir une société qui puisse s'en passer », a déclaré le 13 juillet Naoto Kan. Il a reconnu devant la presse avoir « réalisé » que « le risque du nucléaire est trop fort ». La déclaration, jugée peu convaincante, a suscité de vives critiques à travers le pays. Le Premier ministre n’a en effet donné aucune échéance ni mesure concrète à une éventuelle application de cette annonce. « Brandir une pancarte ‘Sortons du nucléaire’ au moment où l'on prédit une pénurie de courant est tout simplement irresponsable », juge le Yomiuri Shimbun, le quotidien japonais le plus lu. « M. Kan a dit en juin qu'il quitterait ses fonctions une fois atteint un certain stade dans la résolution de la crise de Fukushima et la reconstruction. Il n'est pas en position de prendre une orientation politique si importante pour le pays à un horizon de 20 à 30 ans », renchérit le Nikkei, premier quotidien économique japonais.

 

Deux tiers des réacteurs à l’arrêt

Les Nippons passent en effet un été difficile : 35 des 54 réacteurs nucléaires sont actuellement à l’arrêt, soumis à des tests de résistance. Banri Kaieda, ministre japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie, avait déclaré le 6 juillet : « Nous allons nous référer aux critères de l'Union Européenne pour rassurer les gens sur la sécurité des centrales nucléaires ». Si les réacteurs arrêtés tardent à redémarrer, les Japonais risquent de voir se multiplier les coupures de courant et les restrictions d'électricité. C'est dans ce climat tendu que le réacteur n°1 de la centrale d’Ohi, qui compte parmi celles qui fonctionnent encore, a dû être stoppé en urgence ce samedi 16 juillet à cause d’un problème technique. Il restera à l’arrêt jusqu’à ce que l’origine du dysfonctionnement soit connue. D’une puissance d’1,18 GW, ce réacteur représente 4 % de la production de la compagnie d’électricité Kansai Electric.

Pauline Meynie »

 

Le communiqué du 13 juillet du réseau Sortir du nucléaire :

« Alors que le Japon pourrait sortir du nucléaire, quand la France tirera-t-elle les leçons de Fukushima ?

M. Naoto Kan, premier ministre japonais, a plaidé aujourd'hui lors d'une conférence de presse en faveur d'une société sans énergie nucléaire. Alors que le Japon est durement frappé par la catastrophe de Fukushima, dont la contamination durera encore pendant plusieurs siècles, et que de nombreux citoyens et élus locaux s'opposent au redémarrage des centrales actuellement à l'arrêt, une décision de sortie du nucléaire s'impose en effet. 

Les responsables politiques français s'honoreraient de tirer les enseignements de la catastrophe de Fukushima et de suivre la voie dans laquelle s'engage aujourd'hui le Japon, et que l'Italie, l'Autriche et l'Allemagne ont suivies avant lui. Avec 4 réacteurs de plus que le Japon, la France n'est pas moins vulnérable à une catastrophe nucléaire majeure. Claude-André Lacoste, Président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, reconnaît d'ailleurs lui-même que cette éventualité n'est pas exclue. Plus que jamais, il est urgent de décider maintenant une sortie du nucléaire, sans attendre que ce choix soit dicté par un désastre. 
»

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Nucléaire
commenter cet article

commentaires