Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 09:38

Roms avenue Gallieni2

Les mauvais coups de l’été.

Le maire de Bagnolet a décidé de mettre fin brutalement au travail d’insertion engagé depuis mi-2007 avec les Roms de Bagnolet.

Rappelons qu’il s’agit des Roms bulgares, Bagnoletais depuis plus de 7 ans ans, qui avaient trouvé refuge dans un bidonville, entre la rue de la Fraternité et l’impasse des Blancs-Champs entre 2003 et 2004, et qui avaient été victimes d’un incendie dans la nuit du 1er décembre 2004. Ils avaient été hébergés provisoirement, sur décision du maire (avec mon accord).

Le provisoire qui devait durer  6mois-1 an, s’est prolongé pendant 2 ans et demi au château de l’étang.

Précisons, puisque les légendes ont la peau dure, que le château de l’étang était non seulement inoccupé, mais totalement hors d’usage, avant que les Roms n’y soient hébergés en urgence.

Ils ont été installés avenue Gallieni en juillet 2007 (Je précise que cet emménagement aurait pu avoir lieu avant la fin 2005 sans les atermoiements du maire)

Roms et PM avenue Gallieni bon - Copie (2)

Maire-adjoint à l'urbanisme, j’ai été en charge du dossier de Roms bulgares de Bagnolet de novembre 2004 à mi-2005

Même si le travail d’insertion entrepris dans les algécos de l’avenue Gallieni présentait de nombreux défauts et ressemblait peu au projet que j’avais élaboré à l’époque  avec le comité de soutien et les Roms eux-mêmes, il n’en reste pas moins qu’il est scandaleux de l’interrompre brutalement et de jeter ces personnes à la rue.

manif roms bagnolet juillet 2004 - Copie (2)

Les Roms de Bagnolet lors de la manifestation de juillet 2004

Nous publions ci-dessous le communiqué des Rroms et de leurs soutiens en date du 27 juin :

« Pas d’expulsion sans relogement pour tous

Fermeture précipitée cet été du "village d’insertion" pour les Rroms de Bagnolet, une première dans l’histoire des « villages », (celui d’Aubervilliers, le premier créé, a été prolongé).

Les personnes restant du groupe des Rroms de l’incendie du bidonville de 2004 à Bagnolet, hébergés encore actuellement dans les Algeco du 133-135 av Galliéni à Bagnolet, ce sont vu, pour une vingtaine d’entre eux, notifier il y a une semaine et demie un départ précipité (le 1er juillet au lieu du 31 juillet initialement prévu).

Il s’agit de 21 personnes (cinq couples dont un avec un enfant, quatre célibataires, une mère et ses deux jeunes fils et un couple avec deux ados).

Ils ont reçu des lettres signées du maire de la ville M. Everbecq et du sous préfet M. Lime leur expliquant que le dispositif préfectoral de la Mous devait s’arrêter le 31 juillet, mais pour ceux dont la situation n’aurait pas assez « évoluée » ce serait le 1er juilet.

On ne connait pas non plus les garanties pour le petit groupe (une dizaine de personnes) restant jusqu’au 31 juillet pour lequel dans ce cas précis on promet des solutions concrètes de logement ?

Après des années sur la ville de Bagnolet (bidonville, centre de loisir désaffecté, hôtel, trois à quatre ans en "village d’insertion"), en quinze jours ils doivent accélerer « l’évolution de leur situation » (travail, papiers, logement…) avec des services publics ne prenant pas leurs responsabilités et avec des associations prompts à toucher des financements et à établir des enquêtes sociales mais à jouer les fantômes sur le terrain quand il s’agit de trouver des solutions concrètes comme le Pactarim 93.

Dans cette lettre la seule proposition concrète à cette expulsion dont on se pose la question du caractère urgent, est , alors que cette population souhaite bien evidemment rester sur le territoire français, l’offre de "l’aide au retour humanitaire assortie d’un accompagnement social qui vous permettra de vous réinsérer durablement dans votre pays d’origine" !!!!! alors que la majorité d’entre eux ont des papiers !!!

Communiqué des Rroms et leurs soutiens le 27 juin 2011 »

 

Ainsi que l’article du Parisien du 29 juin :

« La fin douloureuse du village d’insertion rom

« Pas d’expulsion sans un relogement pour tous. » Après quatre ans passés dans leur village d’insertion de l’avenue Gallieni, une vingtaine de Roms bulgares de Bagnolet ont manifesté hier après-midi devant la mairie de Bagnolet. Appuyés par un collectif de soutien, ils refusent le départ précipité de leurs hébergements en préfabriqué.

Le 14 juin, une quarantaine de Roms, qui vivent toujours sur le terrain aménagé pour eux en 2007 et confié à des associations en 2008, dans le cadre d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (Mous), ont reçu un courrier cosigné par le sous-préfet de Bobigny et le maire (PC) de Bagnolet. La lettre rappelle qu’ils devront tous être partis, au plus tard le 31 juillet, comme le stipule le contrat qu’ils ont signé trois ans auparavant.

La lettre précise aussi que ceux qui veulent prétendre à un relogement devront trouver un emploi au … 15 juin.

L’incrédulité et la colère

« Sans évolution de votre situation professionnelle à cette date, votre prise en charge s’arrêtera au 1er juillet » est-il écrit. Vingt et une personnes, dont trois enfants, seraient concernées. Incrédules, les intéressés préviennent qu’ils ne partiront pas vendredi : « Nous demandons à aller jusqu’au bout de notre contrat et que tous le monde soit relogé. » A la préfecture, on précise que « les Roms à qui l’on demande de sortir du dispositif plus tôt sont ceux qui n’ont pas répondu aux critères imposés par l’Etat et la mairie ». Laurent Jamet, premier adjoint au maire, confirme : « Cela concerne ceux qui n’ont pas suivi les cours de français ou ne se sont pas investis dans leur projet d’insertion professionnelle. Et ils ont été prévenus il y a plusieurs mois. »

« Je devais travailler et je ne pouvais pas assister aux deux, mon travail et les cours », se justifie une des manifestantes. « J’ai eu une proposition d’embauche le lendemain de la réception du courrier. Je devais trouver un logement avec cela, mais je n’accepte pas ce qui arrive à mes compatriotes », renchérit l’un des hommes reçus par le premier adjoint.

Ce dernier fait remarquer qu’au final, le village d’insertion de Bagnolet, le premier du 93 à fermer ses portes, « a enregistré de très bons résultats par rapport à d’autres villes ». Selon l’élu, sur 78 personnes engagées dans la Mous depuis 2008, 16 personnes ont quitté le dispositif d’elles-mêmes, 15 ont été relogées dans des logements sociaux dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis et 23 sont en passe de l’être courant juillet. Restent, selon lui, 24 personnes qui vont quitter l’hébergement sans solution.

Dans leur lettre commune, le sous-préfet et le maire rappellent à ceux qui veulent quitter la France pour leur pays d’origine qu’ils peuvent bénéficier de l’aide au retour humanitaire, assortie d’un accompagnement social. Surréaliste, selon le collectif de soutien, pour qui, la majorité d’entre eux a des papiers.

MARIE-PIERRE BOLOGNA ET JULIEN DUFFÉ »

Pierre Mathon

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Roms
commenter cet article

commentaires