Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 20:56

expulsions.jpg

12 maires de Seine-Saint-Denis, qui avaient pris des arrêtés anti-expulsion, visant à protéger les foyers en grande difficulté locative, étaient cités à comparaître ce jeudi 8 septembre devant le tribunal administratif de Montreuil.

D.Mosmant.jpg 

Voici l’intervention devant le Tribunal de Daniel Mosmant, adjoint à la maire de Montreuil en charge du logement et de l’urbanisme.

 

« Dans notre département, l’État expulse chaque jour un peu plus. En quatre ans, le nombre d’expulsions sur Montreuil a progressé de 25%.

L’État qui prétend s’engager dans le logement des personnes défavorisées, dans les faits,

1/ réduit ses subventions au logement social,

2/ réduit le financement de l’hébergement d’urgence et

3/ expulse les victimes de la crise, les plus précaires, les plus fragiles d’entre nous.

Nous avons décidé en mars, comme 11 autres villes du département, de prendre un arrêté anti-expulsion, pas pour défendre les mauvais payeurs, mais pour défendre ces familles, nos voisins, nos amis, qui ne parviennent plus à s’en sortir.

La réponse de l’État ne s’est pas fait attendre : nos arrêtés, très clairs et très sélectifs dans la désignation de ceux qu’ils défendaient, ont été tout d’abord suspendus. Ils risquent aujourd’hui d’être cassés définitivement.

Nous, maires et élus locaux, sommes aux premières loges de cette misère que l’état prétend combattre en excluant ceux qui en sont les victimes. Lorsqu’une famille est expulsée, c’est vers nous qu’elle se tourne, alors que le logement et l’hébergement d’urgence sont explicitement des compétences de l’État.

En fait, là encore, l’État se désengage des responsabilités qui sont les siennes.

Après la loi sur le droit au logement opposable, qui fait obligation à l’État de loger les personnes qui risquent l’expulsion, après les déclarations largement médiatisées en mars 2009 de Christine Boutin, alors Ministre du logement, qui s’engageait à ce qu’il n’y ait plus d’expulsion sans relogement – une déclaration qui vaut aux familles expulsées, uniquement si elles ont des enfants, de bénéficier de 3 jours d’hôtel, comme si un hébergement de trois jours valait logement ! – rien, rien n’a été fait.

La réponse de l’État demeure l’expulsion. C’est la pire des réponses. L’expulsion n’est jamais la solution.

Alors, Monsieur le Président, vous êtes aujourd’hui appelé à dire le droit, ce droit français qui se veut notre protecteur à tous.

J’en appelle à votre connaissance des textes, à votre compréhension des principes qui les sous-tendent. Ne condamnez pas les plus fragiles d’entre nous à s’enfoncer dans l’exclusion. Ne cassez pas nos arrêtés ! »

 

Voici le communiqué de Daniel Mosmant après avoir eu connaissance du jugement :

« Sale journée pour les pauvres et les exclus que ce 22 septembre 2011.

 

J’ai reçu aujourd’hui signification du jugement du Tribunal administratif de Montreuil, auquel le préfet du département avait demandé, sans se faire représenter ni justifier sa procédure, d’annuler les arrêtés anti-expulsions pris par 12 maires du département à la fin de la dernière trêve hivernale. Dont acte. La loi est bafouée par un préfet qui a tardé tant qu’il a pu à mettre en place la CCAPEX (Commission de Coordination des Actions de Préventions des Expulsions) et qui limite ses obligations de relogement après expulsion à une offre ridicule de 3 nuits d’hôtel (et même pas pour tout le monde).

Aujourd’hui aussi a vu s’enchaîner les expulsions. Avec le concours de forces de police extérieures à la ville… On ne sait jamais… S’il y avait fraternisation… Femme seule avec enfant, familles en difficulté passagère, travailleurs pauvres, squat militant, tout y passe, sans distinction, dans un aveuglement imbécile et criminel. Les interventions, d’où qu’elles viennent, service social départemental, mairie ou conseil général, sont purement et simplement ignorées. On n’attend pas pour expulser que les procédures engagées auprès du juge de l’exécution passent en audience. Une évaluation grossière du résultat de l’action de l’état sur les trois derniers mois me conduit à plus de 400 personnes mises à la rue… Et ce tribunal ‘administratif’ qui estime qu’il n’y a pas là trouble à l’ordre public ! Pouvez-vous soutenir sans rire, Messieurs les Juges, que l’action du préfet de Seine-Saint-Denis entre dans sa mission de garant de l’ordre public ?

À l’heure actuelle, et d’après ce qu’observent mes collègues élus au logement des villes voisines particulièrement dans notre département, le travail d’entretien ou de reconstruction du lien social, ce travail si important qui est au centre de notre action et de celle de tant de nos partenaires, tant associatifs qu’institutionnels, est chaque jour contré par un gouvernement aux abois, uniquement préoccupé par une réélection qu’il n’envisage possible qu’en s’appuyant sur la peur de l’autre et l’exclusion.

Si l’on juge du degré de civilisation d’une nation par sa manière de traiter les pauvres et les sans-défense, ce gouvernement nous tire vers le bas à vitesse accélérée.

 

Daniel Mosmant

Adjoint à la maire en charge du logement et de l’urbanisme

Montreuil »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Montreuil
commenter cet article

commentaires

Nordine RAHMANI 29/09/2011 10:43


De la parole aux actes…

Le droit au logement c’est l’affaire de la Nation toute entière, non seulement de l’État, garant du droit, mais aussi des collectivités territoriales qui, en raison de leur proximité avec les
réalités locales, doivent participer à la mise en œuvre effective de ce droit. L’État bafoue manifestement ce droit en permettant les expulsions locatives de personnes reconnues prioritaires par
les commissions DALO. Il fait main basse sur les cotisations dites « 1% patronal »
Par ailleurs, il privilégie par des mesures fiscales, l’investissement de logements locatifs privés pour la spéculation au lieu d’être le garant du droit au logement pour tous et de répondre à
l’urgence sociale.
L’Etat poursuit ainsi sa politique de désengagement d’un droit fondamental.

Bien que Montreuil compte près de 37 % de logements sociaux, notre ville n’est pas épargnée par cette crise du logement. Le comité des citoyens Montreuillois exprime sa préoccupation devant la
recrudescence des expulsions locatives à Montreuil. L’adjoint à la maire de Montreuil en charge du Logement et de l’Urbanisme, Daniel MOSMANT assure dans un communiqué de presse récent qu’elles
auraient augmenté de 25 % en 4 ans. Nous en avons pour preuve les expulsions locatives demandées par l’OPHM, office qu’il dirige. Elles n’ont jamais été aussi nombreuses.

Le Comité des citoyens Montreuillois intervient, avec le soutien du député Jean-Pierre BRARD, pour tenter de trouver des solutions, à chaque fois qu’il est sollicité par des familles n’ayant aucun
recours. Le dialogue n’est pas évident avec les propriétaires et l’OPHM n’échappe pas à ce travers. En revanche, la préfecture et son service du logement, les agents de l’État examinent avec
bienveillance toutes nos demandes de suspension du concours de la force publique.

Enfin le Comité des Citoyens Montreuillois est opposé à la vente du patrimoine de logements sociaux. Il en est question au 9 rue des Oseraies à Montreuil. La population n’est pas en mesure de
prétendre à une accession immobilière et 6000 familles sont inscrites au fichier des mal-logés. Les HLM sont aujourd’hui pour beaucoup de ménages la seule réponse possible à leur besoin de logement
dans de bonnes conditions. Il contribue à la mise en œuvre du droit au logement et à la mixité sociale des villes et des quartiers.

Le Comité des citoyens Montreuillois demande à la ville de Montreuil et l’OPHM de mettre fin aux expulsions locatives, en attendant, par exemple la décision du juge de l’exécution des peines.
L’OPHM doit renouer le dialogue avec les Montreuillois qui sont déjà frappés par une politique gouvernementale désastreuse.


Nordine RAHMANI
Secrétaire du Comité des citoyens Montreuillois (CCM)

Géraldine MAGNAN
Chargée du logement et des expulsions locatives


Bagnolet en Vert 29/09/2011 10:58



Je vous
remercie de votre contribution.


Que le débat
s’ouvre, sur Montreuil, les autres communes etc.


Pierre
Mathon