Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:36

Therondel-Libe-28oct13.jpg

 

Est-ce ainsi que sont récompensés les lanceurs d’alerte ?

Suite  à une plainte de son ancien employeur Tracfin, Olivier Thérondel est convoqué au Tribunal Correctionnel dans une semaine pour des fuites (salutaires !) dans l'affaire Cahuzac.

Après un premier article publié ce matin http://www.bagnoletenvert.com/article-olivier-therondel-bagnoletais-lanceur-d-alerte-dans-l-affaire-cahuzac-poursuivi-en-justice-120826871.html, voiciquelques éléments complémentaires sur l’affaire :

1-L’article de Libération du lundi 28 octobre 2013 :

« L’ex de Tracfin justifie les moyens

Olivier Thérondel ancien agent de la structure antiblanchiment de Bercy, est poursuivi pour avoir divulgué des informations sur l’affaire Cahuzac. Il se défend en invoquant l’intérêt général.

Par Violette Lazard

Ses billets, publiés sur son blog (hébergé sur Mediapart) pendant l’affaire Cahuzac, étaient passés inaperçus. Le passage devant le tribunal correctionnel de Paris le 5 novembre de cet ancien employé de Tracfin, poursuivi pour avoir divulgué des informations couvertes par le secret professionnel concernant le dossier de l’ancien ministre fraudeur, devrait faire un peu plus de bruit. Car Olivier Thérondel, 41 ans, agent de cette cellule de lutte contre le blanchiment et de financement du terrorisme qui dépend de Bercy, a décidé de parler. Il a déjà été auditionné par la police, début septembre. Son domicile a été perquisitionné dans la foulée. Puis il a perdu son habilitation Tracfin, et a été réaffecté aux douanes, son administration d’origine.

Les faits incriminés par la justice remontent au début du mois d’avril. Olivier Thérondel, qui a travaillé jusqu’en 2004 pour les douanes à la frontière suisse près de Bâle pour traquer les « porteurs de valises », est chez Tracfin depuis presque dix ans et en connaît bien les rouages. L’affaire Cahuzac fait alors la une de tous les médias. Après l’ouverture d’une information judiciaire mi-mars pour blanchiment de fraude fiscale, le ministre est mis en examen le 2 avril et avoue détenir un compte en Suisse. C’est deux jours plus tard, le 4 avril, qu’Olivier Thérondel fait débuter son récit. « Dans nos bureaux, l’atmosphère était effervescente, raconte-t-il. On nous avait annoncé l’arrivée d’un fax. » Le lendemain, le 5 avril, l’info tombe. C’est la banque de Jérôme Cahuzac qui fait parvenir à la cellule une télédéclaration de soupçon, pour avertir que leur client a prévu de rapatrier plus de 600 000 euros d’un compte hébergé à Singapour. « J’ai traité la télédéclaration sereinement et informé ma hiérarchie de cette information sensible, poursuit Thérondel. Mais lorsque les informations concernant les virements par tranche sont arrivées, notre chef direct nous a indiqué oralement qu’on ne devait plus rien toucher à propos de Cahuzac. J’ai demandé un ordre écrit : cela m’a été refusé. »Des pressions, dit-il, qui ne vont cesser de s’exercer dès que l’agent tente de traiter ce dossier. Quelques jours plus tard, on lui demande de ne pas enregistrer les informations arrivant sur Jérôme Cahuzac : « J’ai une nouvelle fois demandé un ordre écrit : nouveau refus. Mon supérieur hiérarchique était lui-même déboussolé… Il ne faisait que relayer les ordres venus d’en haut. Je lui ai expliqué mes doutes quant au traitement de cette affaire. Il n’a pas été en mesure de me rassurer. » Mais il lui a fait comprendre que ne pas obéir entraînerait des sanctions.

« FIERTÉ ».Finalement, les fonds rapatriés par Cahuzac depuis Singapour ne seront saisis que mi-mai par la justice, sous forme de caution dans le cadre du contrôle judiciaire de Jérôme Cahuzac. Pendant un peu plus d’un mois, l’argent était donc disponible sur le compte de l’ancien ministre… « Chez Tracfin, les dossiers sont restés en stand-by plusieurs jours, ce qui n’est pas normal, poursuit Olivier Térondel. Les déclarations sont généralement orientées en moins de vingt-quatre heures. La direction de Trecfin m’a même indiqué le 5 septembre, jour de mon exclusion, que ce dossier avait été mis en enquête le 15 avril 2013, et transmis à la justice cinq semaines plus tard. Si ce fait est avéré, cela me scandalise car il décrédibilise un service que j’ai eu la fierté de servir pendant neuf ans. » L’agent a-t-il pu avoir une vision d’ensemble du dossier ? Ce sont en tout cas ces doutes et ces accusations qu’il a partagés sur un blog en avril et qu’il devait répéter devant le tribunal.
Des accusations que Tracfin balaye d’ores et déjà d’un revers de main. « Il s’agit d’une’ affaire en cours, je ne peux donc ni confirmer ni infirmer ces faits, débute Jean-Baptiste Carpentier, son directeur. « Mais, dans les cas où nous recevons une déclaration concernant des informations déjà connues par la justice, notre rôle n’est pas d’enquêter sur les mêmes faits que les juges, cela n’aurait pas de sens. Il peut nous arriver de travailler sur ces affaires, mais c’est alors en concertation étroite avec les juges et sur des axes différents. » Dans ce cas, sous-entend-on au sein de la cellule antiblanchiment, Olivier Thérondel n’aurait pas été prévenu de cette collaboration avec la justice, décidé au sommet. Et concernant une éventuelle disparition de l’argent de Cahuzac entre début avril et mi-mai, période pendant laquelle les fonds ne sont pas gelés ? Encore une fois, Jean-Baptiste Carpentier refuse de commenter ces faits précis. Et use de la métaphore : Dans les cas où nous avons à faire face à une telle situation, nous pouvons donner instruction à la banque de surveiller étroitement les fonds et nous pouvons bloquer des transactions suspectes qui nous ont alors été signalées sur un simple coup de fil. » Quant aux pressions exercées sur Olivier Thérondel, le directeur de Tracfin ne souhaite pas réagir. « Je rappelle simplement que les gens qui travaillent ici sont habilités et astreints au secret-défense. Ils ont des informations qui portent attente gravement à la vie privée. Les agents doivent être des tombes. »

« CERCLE ».Olivier Thérondel, aujourd’hui, se voit davantage comme un lanceur d’alerte, qu’il définit comme « une personne détentrice d’une information connue uniquement par un cercle restreint, et qui décide de la diffuser en raison de l’intérêt qu’elle peut représenter pour la justice et la société en général. » Il tentera de revendiquer ce rôle devant le tribunal la semaine prochaine.

 

Repères

TRACFIN

Créée en 1990, cette cellule de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme compte une centaine de membres et dépend du ministère de l’Economie et des Finances. A l’origine rattachée aux douanes, Tracfin dispose de sa propre direction depuis 2006.

L’ex-ministre PS du budget Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » à cause de sommes placées sur un compte en Suisse ouvert en 1992, et transférées en 2009 à Singapour. »

2-L’article publié le 24 octobre sur son blog http://blogs.mediapart.fr/blog/la-fouine/241013/le-proces-du-lanceur-dalerte-de-tracfin

À suivre.

Inutile de préciser que nous sommes pleinement solidaires du citoyen Olivier Thérondel.

Pierre Mathon

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert - dans Affaires
commenter cet article

commentaires