Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 10:51

autolib 01

Alors que le dispositif Autolib’ sera inauguré le 5 décembre (avec 250 véhicules et 250 stations), nous souhaitons rappeler qu’autant Vélib’ favorise développement de l’usage du vélo, autant Autolib’ risque de favoriser l’usage de la voiture (certes électrique*) dans l’agglomération parisienne. Il convient aussi d’avoir en tête l’utilité (affichée) du dispositif au regard de son coût !

Nous consacrerons prochainement un article à la déclinaison bagnoletaise d’Autolib’ : son véritable échéancier (le bulletin municipal d’il y a quelques mois l’avait annoncé pour le 1er octobre de cette année !), le choix de l’emplacement des stations (sur lequel se joue un simulacre de démocratie, puisque les décisions sont prises depuis plusieurs mois), ses conséquences notamment financières.

Nous publions ci-dessous l’article paru aujourd’hui sur zegreenweb.com :

« Autolib’ : les opposants haussent le ton

par Guillaume Duhamel, Jeudi 24 novembre 2011

Séduisant sur le papier – l’idée directrice est d’inciter les automobilistes parisiens à rouler en voiture électrique et d’une manière générale de promouvoir l’éco-mobilité à travers un élargissement du panel des transports -, le projet Autolib’pendant motorisé du Vélib’ ne fait cependant pas l’unanimité dans la capitale.

Rappelons que ce système de location de véhicules zéro émission en libre-service, qui sera inauguré en grande pompe le 5 décembre prochain – 250 véhicules seront alors disponibles -, doit concerner trois mille BlueCars d’ici fin 2012. « Destiné à tous ceux qui possèdent une voiture mais réalisent qu’elle coûte trop cher par rapport à l’utilisation qu’ils en font et à tous ceux qui ont besoin d’acquérir un véhicule mais qui n’en ont pas les moyens », dixit Annick Lepetit, adjointe au maire et présidente du syndicat mixte Autolib’, il vise, à terme, « une réduction du parc privé d’automobiles de 22 500 véhicules, soit l’équivalent de  164 500 000 kilomètres parcours par an par des véhicules plus polluants », relate le site Internet du programme.

Les objectifs sont ambitieux et le groupe Bolloréqui a raflé la mise fin 2010 et négocie actuellement avec d’autres grandes agglomérations françaises en vue de « dupliquer » son dispositif, a mis le paquet, investissant la bagatelle d’1,5 milliard d’euros pour la fabrication de la voiture et celle de la batterie brevetée LMP (lithium-métal-polymère) qui l’alimente. Son PDG Vincent Bolloré y croit : « je suis convaincu que les riverains vont plébisciter ce système qui permettra aux villes d’entendre le bruit des oiseaux et de ne pas avoir d’odeur ». La municipalité socialiste, elle, piaffe d’impatience, le maire Bertrand Delanoë ayant parlé de « richesse économique pour toutes les bourses » et assuré que, « le jour où ça réussira vraiment, ce sera un changement dans toutes les villes du monde ».

Le succès n’est cependant pas acquis. Une étude publiée en milieu d’année par l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des RISques) a en effet pointé un risque d’incendie de certaines batteries au lithium. Le ministère de l’Écologie a en conséquence émis plusieurs recommandations allant de l’installation de parois « coupe-feu » pour séparer les véhicules en charge à la limitation du nombre de prises par niveau.

Reste que raccordement au réseau des prises souterraines prend (beaucoup) plus de temps que prévu. Les élus Europe Ecologie Les Verts de la Ville de Paris ont de leur côté émis de vives réserves dès le départ, prophétisant non pas une amélioration de la circulation mais au contraire une réorientation vers l’automobile des usagers qui ont opté pour le vélo et/ou les transports en commun. Adjoint aux Transports (maire-adjoint au développement durable depuis 2008 ndlr), Denis Baupin a quant à lui redouté dès la campagne pour les élections municipales de 2008 qu’Autolib’ ne soit qu’un « substitut des taxis ».

Ces derniers ont du reste exprimé leur mécontentement par la voix de Franklin Robine, porte-parole du syndicat de défense des conducteurs : « hier les vélos, maintenant les voitures. Ça va prendre beaucoup de places aux taxis […] Le préjudice est bien réel ». « Ça ne me paraît pas une opération sérieuse […] Comment croire que mettre une voiture en libre-service peut être rentable ? », s’est également interrogé Jean-Claude Françon, président de la Fédération Nationale des Taxis Indépendants (FNTI). L’hypothèse d’une action en justice ne saurait être écartée. Elle serait bien entendu un coup très dur pour les promoteurs d’Autolib’,déjà ciblés par une plainte au tribunal administratif de Paris (NDLR : qui devrait statuer d’ici la fin de l’année) émanant de Christophe Plonevez, directeur général d’Ada et président de l’ULPRO (Union des Loueurs Professionnels), lequel vise l’annulation du contrat Autolib’, accusé de concurrence déloyale.

Plusieurs municipalités franciliennes ont par ailleurs fait part de leur désaccord, ainsi celle de Champigny (Val-de-Marne). « Le coût pour sa mise en place représente un investissement lourd, ce n’est pas en adéquation avec les besoins de la population », estime Gérard Lambert, adjoint au maire en charge des Transports.« Si c’est vraiment quelque chose qui va éviter l’usage du véhicule domicile-travail, on va regarder ce que ça donne mais on n’y croit pas trop. On pense que c’est une véritable usine à gaz, le nombre de voitures qui stationnent (sur la voirie) va exploser », prédit pour sa part Fabienne Vansteenkiste, adjointe de Dominique Voynet en charge de l’Espace et du Déplacement à la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Ces propos illustrent les fortes réticences que suscite le dispositif alors que quarante-six communes de la région sont tout de même favorables à Autolib’. Dans le meilleur des cas, il faudra du temps (et de l’argent –à la charge des contribuables- Ndlr) pour lever tous les doutes. »

* Ce qu’en disent les Amis de la Terre :

« Bluecar de Bolloré : un choix pas si « éthique » que ça !

Le développement des batteries au lithium en France se fait au détriment de la ressource en eau des pays du Sud.

Présente dans les rues parisiennes depuis quelques semaines, la Bluecar ne nous dévoile pas réellement toutes ses facettes. Le grand argument de cette voiture à la « technologie d’exception » est sa batterie, plus légère et plus résistante que celle de ses concurrents du fait de sa composition en lithium, métal le plus léger au monde.

Mais voiture électrique ne rime pas forcément avec écologie. En effet, l’exploitation du lithium a des conséquences désastreuses sur la ressource en eau, provoquant des dégâts considérables, et notamment des diminutions du niveau des nappes phréatiques. Au Chili, le lithium est extrait à l’extrême nord du pays, dans le désert d’Atacama, l’un des endroits les plus arides du monde, avec seulement, dans certaines de ses régions, 1mm de pluie tous les 5 à 20 ans.

Aucune mesure n’est pourtant mise en ouvre afin de récupérer et réinjecter, dans la nappe phréatique, l’eau évaporée des bassins de décantation. Les prairies et marais sont en risque perpétuel d’assèchement, condamnant ainsi les pâturages traditionnels et modifiant la morphologie des lagunes. Les conséquences sur le mode de vie des communautés locales n’en sont que plus importantes.

Les usines de lithium étant toutes situées dans des espaces naturels, l’augmentation de l’activité humaine, dans ses usines et leurs environs (pollution sonore, constructions des infrastructures, circulation des véhicules, machines et ouvriers), affecte de plus en plus les écosystèmes et les couloirs biologiques, provoque l’extinction de la faune et la flore locale, ainsi que de l’érosion.

Le service AutoLib, exploitant la Bluecar de Bolloré dans les rues parisiennes, aime à revendiquer son « impact tangible sur l’environnement » : les populations chiliennes en sont les premiers témoins. »

 

Articles consacrés en 2011 à Autolib’ sur ce blog :

Le 28 février 2011 http://www.bagnoletenvert.com/article-derriere-le-blue-car-le-point-sur-autolib-a-paris-et-a-bagnolet-68262859.html

Le 19 juin 2011 « one nous dit pas tout » http://www.bagnoletenvert.com/article-autolib-a-bagnolet-on-ne-nous-dit-pas-tout-77199264.html

Le 12 juillet 2011 montage financier hasardeux http://www.bagnoletenvert.com/article-l-hasardeux-montage-financier-d-autolib-79245867.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bang 15/05/2012 17:53

vieux crouton jamais content...

Bagnolet en Vert 15/05/2012 18:00



Très classieux votre
commentaire, Monsieur Bang. Et ça fait progresser le débat.


Pierre
Mathon