Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 09:51
Le ccif, Bagnolet etc. : un texte de Naëm Bestandji et nos commentaires – 3

À la demande de notre amie Marilou Brossier, conseillère municipale apparentée ps de Bagnolet et militante de la laïcité, nous publions la cinquième partie des articles de Naïem Bestandji sur « Le collectif Contre l'Islamophobie en France (le ccif) » Il y aborde – entre autres – la situation de Bagnolet. D'accord sur l'essentiel avec ce texte, paru ce 7 avril, nous y ajoutons quelques remarques et rectifications, en particulier lorsqu'il y est question d'un islamiste de Bagnolet ou lorsque l'auteur semble confondre l'anti-racisme (encore nécessaire) et l'anti-islamophobie (qui est une manière d'essayer de faire taire les opposantEs à l'Islamisme).

Nous avons dû découper ce texte en 3 : en voici la 3ème partie :

(...)

Une partie des français issus de l'immigration préfère répondre au racisme par une affirmation encore plus forte de leur attachement à la patrie et à la citoyenneté française, en revendiquant les valeurs républicaines et le droit à l'indifférence. Une autre partie a choisi le chemin facile du rejet et de la haine, en allant dans le sens des discriminations par l'affirmation de leur différence à travers l'affichage et la politisation de sa foi qu'elle désire la plus rétrograde possible. Je suis dans la première catégorie. Marwan Muhammad est dans la deuxième. C'est cela qui a permis à l'islamisme de s'ancrer, la religion étant devenu le vecteur central de l'affirmation d'une identité autre. Les intégristes n'avaient plus qu'à semer les graines pour cueillir facilement la récolte plus tard. Marwan Muhammad en est un des fruits les plus réussis. Et à son tour, il sème les graines pour la prochaine récolte.

Cette façon de se percevoir et de voir le monde est, d'après moi, une bombe à retardement. Si nous n'agissons pas dès maintenant, si nous continuons à être complaisants envers les islamistes pour les uns et dans le rejet des musulmans sans distinction pour les autres, un avenir sombre attend notre pays.

La vision de Marwan Muhammad concernant la citoyenneté rejoint celle de Houria Bouteldja. Alors rien d'étonnant à ce que le CCIF et le PIR soient si convergents dans leurs luttes. Voilà pour la crise d'urticaire que lui cause la France. Mais comme à son habitude, et comme je l'ai évoqué dans la partie précédente, s'il rejette sa citoyenneté et que notre pays lui donne des boutons, c'est toujours à nous qu'il passe la pommade. Tous les islamistes fréristes le font. Ainsi, lorsqu'il fait des déclarations choquantes, haineuses et racistes face à ses fidèles, il en fait d'autres très consensuelles aux médias. Lorsqu'il tweet des propos haineux, il tweetera quelques temps après des propos d'apaisement. Lorsqu'il tient des meetings politiques dans des mosquées, il réaffirmera dans la foulée que le CCIF est apolitique et qu'il défend la laïcité. Lorsqu'il s'appuie sur des versets du coran pour justifier son idéologie totalitaire, il répétera ailleurs à qui veut l'entendre que le CCIF est areligieux et qu'il ne se prononce jamais sur les questions théologiques. Etc. Ainsi, lorsqu'il écrivit ce genre de pensées dans ce livre, le CCIF avait, en 2012, lancé une campagne nationale : "Nous sommes la nation", pour les raisons officielles suivantes : Refusant la victimisation et convaincu que seul le dialogue le plus ouvert et le plus serein permettra de dépasser cette situation en constante aggravation, le CCIF lance la première campagne nationale contre l’islamophobie. Cette campagne vise à dénoncer les préjugés, les attitudes islamophobes et les discours stigmatisants qui divisent les citoyens plutôt que de les rassembler (n°). Toutes les contradictions et l'hypocrisie du CCIF sont réunies dans cette campagne. Le CCIF souhaite refaçonner la "nation" à l'image de son idéologie en usant de la carotte et du bâton : caresser les français dans le sens du poil tout en les culpabilisant par ses fameux discours victimaires et "l'islamophobie". Il affirme "refuser la victimisation" alors que toute sa stratégie repose sur elle. Il prône un "dialogue ouvert et serein" alors que cette association est très agressive vis-à-vis de ses adversaires, surtout vis-à-vis des musulmans modernistes qui seraient des "néo-harkis". Il évoque la division entre "les citoyens plutôt que de les rassembler" alors que, comme je l'ai dévoilé dans tous mes articles, de nombreuses déclarations du CCIF n'ont de cesse de vouloir cliver et fracturer la société française. Car leur "rassemblement" ne peut se faire qu'autour de l'acceptation et de notre adaptation à leur extrémisme. De plus, comme démontré plus haut, le directeur du CCIF ne se considère pas vraiment comme citoyen français. Le rejet de la France au profit de la Oumma en prônant officiellement le "vivre ensemble" par la citoyenneté : on retrouve là encore la façade Aristide Briand pour une arrière-cours Hassan Al-Banna.

Les déclarations sincères d'Erdogan, de Y. Al-Qaradhawi ou de M. Muhammad sont le vrai visage des islamistes. Vous ne pourrez jamais dire que vous ne saviez pas.

C'est pour cela qu'il est fondamental de chercher à connaitre les sources théologiques et politiques des islamistes. Nous ne pouvons pas nous contenter d’affirmer verbalement la laïcité, de bien en maitriser le concept, pour se donner bonne conscience. Cela ne suffit pas. Car on ne peut combattre l’intégrisme musulman sans en analyser les racines idéologiques et leur vision du monde. Il faut bien comprendre que nous ne mettons pas les mêmes définitions derrière les mêmes mots. Les islamistes emploient notre vocabulaire pour nous endormir. Beaucoup aujourd'hui sont même sincères et croient connaitre les bonnes définitions. Mais quand nous entrons dans les détails, dans le concret, on s'aperçoit que le gouffre est énorme. Il y a les définitions "Petit Robert" des mots comme "Respect", "laïcité", "vivre ensemble" ou "liberté". Et il y a les définitions islamistes. J'ai également pu noter que le CCIF et les autres islamistes emploient peu ou pas du tout le mot "égalité". Il est carrément banni lorsqu'ils parlent des rapports femme-homme. Ils utilisent "liberté", jamais "égalité". Quelles sont les déclarations, les discours, où Marwan Muhammad, Youssef Al-Qaradhawi, l'UOIF et autres dans lesquels ils parlent d'"égalité homme-femme" ? Il n'y en a aucun. Même l'association Lallab, qui se prétend "féministe", n'utilise jamais ce terme. Car l'égalité rejette la servitude. La liberté peut l'inclure. Ils préfèrent donc "liberté" et "complémentarité". Pour eux, une femme doit avoir la "liberté" de se voiler. Après un conditionnement qui peut durer des années à travers des prêches, des livres, des vidéos, des sites internet, des discussions tous plus culpabilisants les uns que les autres, les musulmanes ont la "liberté" de choisir la servitude. C'est ce que propose le CCIF, dont le directeur n'a de cesse de rappeler ce qu'est une "bonne musulmane vertueuse qui a de la pudeur". Ce que La Boétie appelait la "servitude volontaire" en politique, s'applique encore plus ici. L'égalité rendrait le voile caduque. La "liberté" lui laisse le champ libre. C'est pour cela que le premier terme ne fait pas partie de leurs éléments de langage, contrairement au second. L'égalité amènerait aussi un traitement égal entre tous les musulmans. Ce que les islamistes rejettent. Les musulmans modernistes sont considérés comme des traitres (Il y a très très peu de musulmans « modernistes », ce qui rend le concept nébuleux … Ndlr). Pour les personnes athées de culture musulmane, c'est encore pire. Quant au reste du monde, ils estiment être supérieurs. L'égalité leur est donc inconcevable. En revanche, de leur point de vue, on doit avoir la liberté de se convertir à l'islam, la liberté d'être rigoriste, la liberté d'utiliser tous les moyens qu'offre la démocratie pour tenter de s'imposer. Alors que l'égalité voudrait qu'il y ait aussi la réciprocité, telle que la possibilité pour un musulman de quitter l'islam. Ce qui, pour un islamiste, est aussi inconcevable. Je l'ai démontré dans la 3ème partie de cet article à propos de la laïcité.

Malgré l’accusation "d’islamophobie" brandie par les islamistes et soutenue aveuglément par une partie des intellectuels et des féministes (de personnes se prétendant telles … Ndlr), qui n'a pas d'autres buts que de nous empêcher de faire ce travail nécessaire, je l’ai fait tout au long des cinq parties de cet article, ainsi qu’avec mes articles précédents. Et je le ferai encore avec ceux à venir. Si j’ai pu les écrire et pourrai en écrire d’autres, c’est parce que je suis en France. Un pays démocratique et laïque. Si nous vivions dans une société telle que rêvée par les islamistes, avec leur définition des "valeurs républicaines" et du "vivre ensemble", Edwy Plenel, Christine Delphy ou Clémentine Autain pourraient certes s’exprimer. Mais je n’aurais jamais pu écrire ces articles. Caroline Fourest, Fatiha Boutaldjat, Céline Pina, Mohamed Louizi, Amine El Katmi, Mohamed Sifaoui, Henda Ayari moi et tant d’autres, chacun dans son domaine et avec ses différences, le ferions au péril de notre liberté, voire au péril de notre vie. Comme c’est le cas pour Kamel Daoud ou Tasmliman Nasreen.

Pour certains musulmans, l’islam est la solution. Ce qui n'est déjà pas bon signe. Mais l’obscurantisme grandissant au sein de l’islam et les multiples confusions entretenues par leurs soutiens font dire à de plus en plus de non-musulmans que l’islam est le problème. Personnellement, je m’y refuse. L’intégrisme musulman n’est pas une religion. Alors à nous de démontrer que le problème est l’islamisme, cette nouvelle extrême droite dont le CCIF est le fleuron.

1ère partie : https://www.facebook.com/notes/naë...

2ème partie : https://www.facebook.com/notes/naë...

3ème partie : https://www.facebook.com/notes/naë...

4ème partie : https://www.facebook.com/notes/naë...


 

(1) Chronique radio de Youcef Brakni : https://www.facebook.com/1199047440...

(2) Madjid n'est pas Charlie : https://www.youtube.com/watch?v=uvr...

(3) Retour sur l'affaire Jimmy Parat – Bagnolet :https://www.youtube.com/watch?v=_Sb...

(4) Censure au conseil municipal de Bagnolet (sic) : https://www.youtube.com/watch?v=RCa...

(5) Youssef Brakni : Assemblée publique du Printemps des quartiers : https://www.youtube.com/watch?v=_oY...

(6) Youssef Al-Qaradhawi, le voile et les femmes : un théologien “modéré” ?, https://www.facebook.com/notes/naë...

(7) Youcef Brakni du GAB est attaqué en justice pour avoir dénoncé les propos islamophobes d'une élue (passage concerné à 13,40 minutes), https://www.youtube.com/watch?v=BZk...

(8) Marwan Muhammad, Foul Express, Editions Sentinelles, 2014, p. 123. »

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Partager cet article

Repost 0
Published by Bagnolet en Vert
commenter cet article

commentaires

TRACFOUINE 11/04/2017 13:10

Un article très fin qui fait tomber le masque du CCIF qui fait bien son fond de commerce de la victimisation.
Pas de quartier pour le islamistes, pas d'islamiste dans les quartiers!