Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet
  • : Ce blog de Bagnolet en Vert- L'Ecologie à Bagnolet est à votre disposition pour vous informer quotidiennement de l'écologie politique et du travail de Pierre MATHON et d'Hélène ZANIER et de leurs amis.
  • Contact

L'éditorial du blog

planete_bleur_belle_fond_vert.jpg                                                           

Ce blog «Bagnolet en Vert» est le blog d’Hélène Zanier, de Pierre Mathon et de leurs amiEs. Aujourd’hui militantEs associati -fs –ves (à « Bagnolet Ecologie » et Environnement 93, Jardins partagés, « l’Association des Bagnoletais contre la Dette », Romeurope, RESF, Russie-Libertés, Murs-À-Pêches, etc.), après avoir été élus (régionaux, municipaux) et responsables du parti Les Verts, nous entendons contribuer à l’avancée des idées et des projets écologistes.

Penser et agir, globalement et localement, telle est la devise de notre blog écolo,  Vert et ouvert, militant et d’éducation populaire, libre, bagnoletais, intercommunal et planétaire.

Hélène Zanier et Pierre Mathon

Recherche

En Vert et avec tous !

Vous pouvez compter sur 

Pierre MATHON
et toute l'équipe de
BAGNOLET EN VERT


* pour l’environnement et le développement durable, 
* pour la démocratie, la citoyenneté et la laïcité,
 
* pour la solidarité et l’égalité des droits, 
* pour l’école, l’éducation et la culture, 
* pour un urbanisme de qualité

 
En Vert et avec tous                                            

AGENDA

BONNE ANNEE 2015 !

 

Mardi 3 février à 20h30 conseil de quartier de la Dhuys à l'école Joliot-Curie

 

Mercredi 4 février à 19h atelier participatif sur la ZAC Benoit Hure : les espaces extérieurs  et l'occupation de la mairie historique

 

Jeudi 5 février 19h30 salle P et M Curie conseil de quartier des Malassis

 

PETITIONS

Réaction aux propos intégristes d'un élu de la majorité municipale de Bagnolet : pour le droit des femmes à disposer de leur corps

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Le_maire_de_Bagnolet_defense_du_droit_des_femmes_a_disposer_de_leur_corps/?sMpnibb

 

« Monsieur le Maire de Bagnolet: Nous vous appelons à créer une maison de quartier et citoyenne dans le quartier de la Dhuys»

http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_Bagnolet_Nous_vous_appelons_a_creer_une_maison_de_quartier_et_citoyenne/?tUmsDgb

 

Pour que cesse l'acharnement juridique contre la confédération paysanne
 
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-acharnement-conf-865.html

 



 

 

 

 

 

 

 


 

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 19:17
Contribuer à la déforestation ou la combattre ?



ChacunE d’entre nous souhaite lutter contre la déforestation. Voici ce que propose, ce 20 mars 2017, France Nature Environnement :

« 6 façons de lutter contre la déforestation sans bouger de chez soi

La déforestation, personne n’y est favorable. Pourtant, au quotidien, on y contribue sans en avoir conscience… ce qui veut dire qu’on peut aussi la combattre à notre niveau ! A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts le 21 mars, nous faisons le point sur la déforestation et présentons des solutions à la portée de tous pour lutter contre ce fléau.

Une déforestation à plusieurs visages

Il existe des facteurs naturels de disparition des forêts, tels que la succession d’incendies ou de tempêtes, des attaques de parasites, la modification des pluies ou des vents… Un cas emblématique : le désert du Sahara était couvert de forêts il y a 6000 ans. Toutefois, en dehors de quelques exceptions de ce genre, la plupart des forêts dégradées redeviennent des forêts à plus ou moins long terme.

Les causes humaines de déforestation sont malheureusement d’une échelle et d’une intensité autrement plus élevées. Au premier rang, on trouve la conversion des forêts en champs cultivés (responsable de 73% de la déforestation), puis l’extension des villes (10%), la construction d’infrastructures telles que les barrages, les routes, etc. (10%) et l’extraction minière (7%) [1].

 

Déforestation en Malaisie (Photo : CEphoto, Uwe Aranas)

Étroitement liée à la croissance économique et démographique, la déforestation a sévi partout dans le monde au cours de l'Histoire. Si le phénomène est désormais inversé dans les régions tempérées où les forêts gagnent du terrain, ce sont actuellement les 3 principaux bassins tropicaux qui le subissent de plein fouet : l’Amazonie, le bassin du Congo et l’Asie du Sud Est.

En 2015, ce sont 7 millions d’hectares de forêts qui ont ainsi disparu. Bien qu’il reste alarmant, ce chiffre est en baisse par rapport à 1990 où la surface totale de forêts perdue cette année-là était de 16 millions d’hectares.

 

Augmentation (en vert) et diminution (en rouge) des surfaces forestières entre 1990 et 2015. Plus la couleur est prononcée, plus le rythme de gain ou de perte est élevé [1]

Une meilleure protection légale des forêts explique en partie cette tendance. La mise en œuvre de programmes de plantations y contribue également, bien que ces nouvelles forêts, jeunes et souvent peu diversifiées, ne soient pas équivalentes aux forêts perdues.

Nous avons besoin des forêts !

Les forêts, qui abritent 80 % de la biodiversité terrestre (encore davantage pour les forêts tropicales, principales victimes de la déforestation), sont indispensables au bien-être humain. Plus d’un milliard et demi de Terriens dépendent ainsi directement d’elles pour leur alimentation, leurs médicaments, leur logement ou la cuisson de leurs aliments [2].

 

Grandes consommatrices de CO2, les forêts sont également un de nos meilleurs atouts pour résister aux dérèglements climatiques. Les détruire, c’est provoquer le relargage de ce CO2 dans l’atmosphère. La déforestation est ainsi responsable de 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre…

La déforestation n’est pas une fatalité

Le phénomène de déforestation peut être inversé : c’est le cas dans les zones tempérées, où les forêts sont en expansion continue depuis plusieurs décennies. En France, les surfaces de forêt ont doublé en un siècle et demi, atteignant désormais plus de 16,5 millions d’hectares en métropole. Ceci s’explique par trois facteurs principaux : l’instauration d’une législation forestière protectrice dès 1847, conjuguée à des politiques de boisements volontaristes (protection des terrains de montagne et des dunes littorales notamment) et à l’expansion naturelle des forêts sur les terrains agricoles abandonnés.

À nous de jouer !

À l’échelle individuelle, on peut également agir pour combattre la déforestation, en appliquant 6 principes simples au quotidien

1. Vous aimez les objets en bois ? Achetez local !

Renseignez-vous sur le bois utilisé et sa provenance : privilégiez les espèces d’arbres locales et les circuits de proximité. Les distributeurs responsables « savent de quel bois sont faits leurs produits », ils sauront vous conseiller. Un bois qui voyage loin n’est pas bon pour le climat et les conditions d’exploitation des forêts sont plus difficiles à garantir.

2. La pâte à tartiner vous fait craquer ? Choisissez-la « sans huile de palme », ou encore meilleur, faites-la vous-même en testantnos délicieuses recettes !

À lui seul, le développement récent des cultures de palmiers à huile est en effet responsable de 20 % de la déforestation mondiale. En avoir conscience, ça pèse sur la digestion, n’est-ce pas ?


3. Passez au vélo pour aller moins souvent à la pompe !

Participer à la déforestation quand on prend sa voiture, le lien peut sembler incongru. Pourtant, les surfaces mises en culture pour fournir nos agrocarburants sont de grandes dévoreuses de forêts, et remplacent des cultures qui nous nourrissent. On ne peut pas toujours éviter de prendre sa voiture, mais si on y réfléchit, il y a bien des situations où c’est possible. Trouvez-en quelques-unes, vous ferez un geste pour les forêts et, au passage, pour votre santé aussi.


4. La viande, c’est votre dada ? Les viandes blanches, c’est très tendance en ce moment !

Être végétarien, végétalien ou carnivore, c’est un choix personnel qu’on se garde bien de commenter. Sachez toutefois que pour élever le bœuf qui finira dans votre assiette, il faut énormément de ressources (eau, nourriture). Ces dernières années, la culture du soja a explosé au Brésil au détriment de la forêt amazonienne. Ce soja parcourt des milliers de kilomètres pour arriver jusqu’en Europe, ce qui n’est bon ni pour les forêts, ni pour le climat. L’élevage d’un poulet nécessite vingt-huit fois moins de terres et onze fois moins d’eau que l’élevage d’un bœuf [3], alors levez une cuisse (de poulet, bien sûr) à la santé des forêts !


5. Vous souhaitez planter des arbres sans bouger de chez vous ? C’est possible, et vous pouvez même aller les voir pousser ultérieurement !

On peut s’adresser à des entreprises de l’économie sociale et solidaire qui s’engagent à planter des arbres en contrepartie des achats que l’on fait auprès d’elles, à travers l’initiative « 1% pour la planète » par exemple. Il est également possible d’abonder des financements participatifs dédiés à la forêt, comme le propose l’entreprise Reforest’Action en France. Dans ce cas, on vérifie que les projets sont bien réels, géolocalisés, et on peut en profiter pour aller visiter la forêt que l’on a parrainée !


6. Vous souhaitez développer l’innovation dans l’économie ?

Ça tombe bien, nous aussi, on adore l’économie circulaire ! Pour que notre consommation pèse moins sur la planète, les forêts et le climat, donnons une seconde vie à nos produits en nourrissant l’économie circulaire par le réemploi, la customisation, le troc, le recyclage. Ça booste la créativité, ça crée des emplois et c’est bon pour la planète. Pour vous inspirer, consultez nos idées déco, cadeaux et conso originales et les publications de France Nature Environnement pour des produits qui durent.

 

 

 

[2] Objectifs de Développement Durable de l’ONU (en particulier, l’Objectif 15 sur les forêts, la désertification et la biodiversité)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires